in , , , ,

13ᵉ dimanche du temps ordinaire – homélie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert en ce 13ᵉ dimanche de temps ordinaire ; Dans les années 1950 et 1960, un homme du nom de Clarence Jordan a publié ce que l’on a appelé la version « cotton patch » du Nouveau Testament.

Au cours de cette période, il s’est également impliqué dans le mouvement des droits civiques. Il a aidé à organiser des marches et des sit-in dans tout le Sud. Lorsqu’il a commencé à avoir des ennuis pour ces activités, il s’est tourné vers son frère, Robert, pour obtenir de l’aide. Robert était devenu un éminent avocat et homme politique de Géorgie. Clarence a été choqué par le refus de son frère de l’aider. En fait, il a fait savoir qu’il n’avait rien à voir avec le mouvement des droits civiques. Lorsque Clarence a rappelé à son frère son engagement envers Jésus-Christ et comment cet engagement devait le pousser à s’impliquer, son frère a répondu :

« Je suis Jésus-Christ jusqu’à un certain point« . « Je le suis jusqu’à la croix, mais pas sur la croix. Je ne me fais pas crucifier. »

Clarence a regardé son frère et lui a dit :

« Robert, tu n’es pas un disciple de Jésus, tu n’es qu’un admirateur« .

Cette histoire vraie m’est venue à l’esprit lorsque j’ai lu l’Évangile d’aujourd’hui.

Jésus n’y va pas par quatre chemins. Il est direct lorsqu’il nous dit que quiconque ne se charge pas de sa croix et ne suit pas ses pas n’est pas digne d’être mon disciple. Quel genre de disciple êtes-vous ?

Je suis sûr qu’il y a des moments où nous pouvons nous identifier aux sentiments de Robert. Lorsque la dernière chose dans laquelle nous voulons nous engager est de porter une croix et de Le suivre. En fait, nous voulons nous détourner et courir, éviter toute forme de douleur.

Et nous avons de nombreuses façons de fuir. Nous pouvons nous éloigner d’une situation douloureuse ou la fuir par l’alcool ou la drogue, le travail ou le plaisir. Les épreuves et les tragédies font partie de notre vie à tous, à un moment ou à un autre. Cela fait partie de la condition humaine, nous pouvons essayer de fuir, mais nous ne le pouvons pas.

Dans les moments difficiles, il est bon de se rappeler qu’il y a eu un moment dans la vie de Jésus où sa croix dépassait sa force de la porter. Et lorsque ce moment est arrivé, Jésus a dû accepter l’aide d’un étranger, Simon de Cyrène. Pensez-y : le Fils de Dieu, le Sauveur du monde a dû admettre à lui-même et au monde qu’il n’avait pas la force de porter sa croix. Si le Fils de Dieu a eu l’humilité de faire cela, nous devrions certainement avoir l’humilité de faire de même. Lorsque la croix de notre vie devient trop lourde à porter, nous devons chercher de l’aide, comme Jésus l’a fait.

Et à qui devons-nous tendre la main ? Tout d’abord, nous tendons la main à Jésus lui-même.

Il nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Il sait ce que l’on ressent quand on chancelle et que l’on tombe sous une croix. Il sait ce que l’on ressent lorsqu’on doit admettre qu’une croix est devenue trop lourde à porter seul. Il sait ce que l’on ressent lorsqu’on doit s’humilier et accepter l’aide des autres. En plus de tendre la main à Jésus, nous devrions tendre la main à ceux qui nous entourent. Dieu agit souvent par l’intermédiaire d’autres personnes. Des amis, des membres de la famille ou même, si nécessaire, un conseiller professionnel.

À lire aussi | Une manifestation de la royauté universelle du Christ à Rome

Enfin, l’histoire de Simon de Cyrène qui a aidé Jésus à porter sa croix et celle de Robert Jordan qui a refusé d’aider son frère dans le besoin nous amènent à nous demander comment nous répondons aux gens qui nous demandent de l’aide. Sommes-nous Simon de Cyrène ou Robert Jordan ? Autre question : notre foi manque-t-elle de pratique ? Vivons-nous et respirons-nous notre foi ?

Si quelqu’un nous observait pendant une journée, dirait-il qu’il s’agit d’un vrai chrétien ? L’aide que l’on peut nous demander d’apporter peut être aussi simple qu’une oreille attentive ou un simple encouragement. En d’autres termes, mes amis : Êtes-vous un disciple de Jésus ou simplement un admirateur ?

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Une manifestation de la royauté universelle du Christ à Rome

Une manifestation de la royauté universelle du Christ à Rome

Le cardinal Sarah propose des pistes pour faire face à la "crise de la foi"

Le cardinal Sarah propose des pistes pour faire face à la « crise de la foi »