in , , , , , ,

18ᵉ dimanche du temps ordinaire Fête de la transfiguration – homélie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert en ce 18ᵉ dimanche de temps ordinaire ; Aujourd’hui, nous lisons l’histoire de la Transfiguration.

Je me demande souvent pourquoi les apôtres ont été si surpris par ce qu’ils ont vu sur cette montagne. Ils ont découvert – au-delà, derrière et à l’intérieur – l’homme qu’ils connaissaient depuis si longtemps. C’était un moment de clairvoyance.

Mais qu’est-ce qui leur a pris tant de temps ? Pourquoi ont-ils été si surpris ?

Cela faisait trois ans qu’ils étaient avec Jésus. Ils l’ont entendu prêcher, enseigner, faire des miracles, ressusciter les morts. Ils ont entendu la voix de Dieu lors de son baptême.

Mais ce n’est qu’à cette occasion qu’ils ont pris pleinement conscience de la gloire de Dieu. Il arrive que nous soyons comme cela. Dieu est toujours à l’œuvre en nous et autour de nous, mais nous ne voyons pas son action dans notre vie. J’ai été témoin d’événements extraordinaires dans la vie de certaines personnes – des événements qui ne peuvent être expliqués. La plupart du temps, ils sont considérés comme des coïncidences ou des hasards. Il est rare qu’on y voie l’action de Dieu.

En fait, certaines choses sont conçues pour maintenir notre esprit fermé. Comme les préjugés, qui nous enferment dans nos propres idées. Nous pouvons nous dire chrétiens, aller à l’église chaque semaine, mais ignorer ceux qui nous entourent.

Et parfois, nous n’agissons pas comme des chrétiens. La société exerce une pression énorme sur nous pour que nous concentrions notre vision, notre énergie et notre dynamisme sur la poursuite d’une carrière. Sur la célébrité, une plus grosse voiture, une plus grosse maison, un grand bureau. Nous finissons par accorder notre attention à ces choses avec une dévotion si totale que nous devenons insensibles aux réalités plus profondes.

Tant de gens ne se laissent pas transformer. Ils sont tellement absorbés par ce qui les fait avancer qu’ils deviennent aveugles à ceux qui les entourent, même les plus proches. Ils ne voient tout simplement pas qu’il y a des moments où ils devraient tout laisser tomber et embrasser ceux qu’ils aiment. Prendre dans ses bras son conjoint, ses enfants, aider ses amis, porter les affamés dans un centre d’alimentation. De telles perspectives sont des transfigurations, mais elles ne sont pas possibles si nous nous concentrons uniquement sur l’immédiat, sur l’ici et le maintenant.

À lire aussi | Léon X : Exsurge Domine – Condamnation des erreurs de Martin Luther

Il se peut que vous manquiez des moments de transfiguration. Je suppose que l’une des raisons pour lesquelles nous venons à l’église est de retrouver notre sens de la vision. Pour ne pas être aveuglés par les mauvaises choses – pas les mauvaises choses, juste les choses qui ne sont pas importantes et qui ne méritent tout simplement pas autant de dévouement et de dévotion.

Nous venons à l’église pour célébrer le Dieu que nous avons croisé toute la semaine sans même le savoir ; pour manipuler la Parole et le Pain, et pour réaliser que des choses aussi banales abritent la présence même de Dieu.

Et pour découvrir la splendeur de ce qui pourrait être là si nous prenions le temps de regarder.

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire