in , ,

Mgr Fernandez : “Le seul but de l’homme sur terre est d’être un saint”

L’évêque Demetrio Fernandez de Cordoue est catégorique : notre objectif ultime est d’atteindre la sainteté.

En prévision de la Toussaint, célébrée la semaine prochaine, le prélat andalou souligne, dans sa lettre pastorale de cette semaine, que “notre raison d’être sur terre est simplement d’être saints. Non pas parce que cela relève de notre seule volonté, car c’est au-delà de nos capacités, mais parce que c’est la vocation à laquelle Dieu nous appelle“.

Mgr Fernandez insiste sur le fait que “la proximité de la fête de la Toussaint offre une occasion idéale pour réexaminer cette vocation fondamentale de notre existence, cette invitation à la sainteté. Interrogeons-nous sur la manière dont nous répondons à ce dessein que Dieu a pour chacun d’entre nous“.

L’évêque andalou affirme que “la seule tristesse qui vaille est celle de ne pas être saint“, tout en assurant que “le plus grand triomphe de notre vie est d’atteindre la sainteté à laquelle Dieu nous appelle. Et le plus grand échec serait de rester à mi-chemin ou de contrecarrer l’appel de Dieu“.

Dans l’ensemble de l’humanité, les saints représentent une richesse de bien, une source d’amour qui nous permet de regarder l’histoire avec optimisme. Certes, le péché sévit sous toutes ses formes : haine, vengeance, injustice, oubli de Dieu et violation de ses commandements. Ces manifestations incluent les guerres, la violence, les atteintes aux droits de l’homme et la destruction de la nature créée“, souligne Monseigneur Fernández.

Le prélat cordouan écrit dans sa lettre que “chacun de nous peut contribuer à inverser cette tendance, guérir toutes les blessures et corriger tous les maux. Où il y a de la haine, de la vengeance, de la violence, de l’injustice, que l’amour, le dévouement et la construction d’un monde plus humain selon le dessein de Dieu abondent. Le bien accumulé par la vie des saints l’emporte largement sur le mal que l’homme engendre en s’éloignant de Dieu“.

En outre, il rappelle que “la fête de la Toussaint est une célébration de la beauté de la sainteté qui a brillé à travers tant de personnes, hommes et femmes, jeunes et vieux, couples et religieux, et qui ont contribué positivement à l’histoire en transformant le mal en bien, à l’instar de Jésus-Christ depuis la Croix : il a changé le péché et tous les maux du monde, qui se sont abattus sur lui, en une source d’amour qui jaillit de son Cœur transpercé“, ajoute-t-il.

À lire aussi | L’Action de l’Église sur l’enseignement sous l’Ancien Régime

Monseigneur Demetrio Fernandez se pose la question de savoir si devenir saint est possible, ou si c’est quelque chose d’admirable mais hors de portée pour nous. La réponse de l’évêque est limpide : “Non, l’Église et son Magistère constant nous enseignent que la sainteté est à la portée de tous. Elle peut être éclatante et éblouissante, ou simplement une sainteté de la vie quotidienne, de la vie ordinaire. L’essence de la sainteté réside dans l’alignement de notre volonté humaine sur la volonté divine, et l’essentiel est de ressembler à Jésus-Christ et d’adopter les sentiments de son cœur“.

En conclusion, l’évêque de Cordoue encourage les fidèles à considérer la sainteté comme “un engagement pour toute une vie, qui mérite d’y consacrer continuellement nos efforts. Dieu, dans sa miséricorde infinie, est capable de le réaliser en nous. La fête de la Toussaint nous pousse dans cette direction“.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire