Qu'est-ce qui se cache derrière la purge de Caritas ?
in , , , ,

Qu’est-ce qui se cache derrière la purge de Caritas ?

Pourquoi le Pape François a organisé une purge chez Caritas Internationalis ? Que cache cette action du Pape ?

Quel rôle jouera Pier Francesco Pinelli en tant qu’administrateur temporaire de Caritas Internationalis, nommé par décret papal le 22 novembre ?

Le 15 octobre 2022 est une date clé pour comprendre ce changement et la façon dont il s’inscrit dans le cadre des réformes plus vastes du pape.

Ce jour-là, le pape François a reçu en audience au Vatican le père Giacomo Canobbio et des délégués de Bain Capital. C’est dans cette société d’investissement financier que Pinelli travaillait auparavant. Et Canobbio est le prêtre qui, sans annonce, a été nommé par le pape François au poste de commissaire de l’université pontificale du Latran.

Ces deux nominations sont typiques du pontife et de son modus operandi préféré : le pape François envoie une inspection ou nomme un commissaire chaque fois qu’il veut réformer quelque chose.

La papauté des commissaires

Il n’y avait aucune raison apparente de nommer un commissaire à Caritas Internationalis – tout comme il n’y avait aucune raison apparente de nommer un commissaire à l’Université pontificale du Latran.

Cependant, le pape François a déjà ordonné un certain nombre d’inspections.

L’évêque Claudio Maniago a été nommé inspecteur de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, après quoi le pape a nommé l’archevêque Arthur Roche comme préfet de ce dicastère. Ensuite, Mgr Egidio Miragoli procéda à l’inspection de la Congrégation du clergé, qui était encore en cours lorsque le pape nomma l’évêque coréen Lazzaro You Heung-sik – créé ensuite cardinal – préfet du dicastère.

Au début de son pontificat, le pape François a nommé plusieurs commissions.

L’une d’entre elles était la commission de référence sur les structures administratives et économiques du Saint-Siège, connue sous son acronyme italien COSEA. Une autre était la CRIOR, la commission d’étude de la réforme de l’Institut des Œuvres de Religion, communément appelée la Banque du Vatican.

Leurs travaux, une fois achevés, ont abouti à la vaste refonte des services financiers du Vatican et aux nouveaux statuts de l’Institut des œuvres de religion, promulgués en 2019.

Cependant, la nomination d’un commissaire à Caritas Internationalis a un autre précédent clair : l’inspection du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral.

L’inspection a eu lieu en juillet 2021 et était dirigée par le cardinal Blase Cupich, archevêque de Chicago. L’équipe comprenait également Sœur Helen Alford, vice-rectrice de l’Université pontificale Angelicum, membre ordinaire de l’Académie pontificale des sciences sociales, et Pinelli, le nouvel administrateur de Caritas Internationalis.

Le profil de Pinelli

Ingénieur de formation et gestionnaire expérimenté, M. Pinelli a travaillé auprès de plusieurs institutions ainsi qu’en tant que consultant pour des sociétés de gestion et d’investissement.

Selon des rumeurs vaticanes non confirmées officiellement mais fournies à CNA par de multiples sources, Pinelli a également participé à la restructuration de ce qui est aujourd’hui le Dicastère pour le développement humain intégral.

Un communiqué de presse du dicastère précise que Pinelli était un ingénieur « avec une façon de procéder plus humaniste que technique » et qu’il a été « formé à la spiritualité ignatienne« , un homme qui « dès son plus jeune âge a été actif comme bénévole auprès de toxicomanes en voie de guérison, dans la coopération au développement, le soutien aux œuvres missionnaires et la catéchèse« . Le communiqué précise également qu’il est marié, père de trois enfants et de trois petits-enfants.

Le communiqué souligne également qu' »en 33 ans de travail« , M. Pinelli a acquis une expérience de gestion dans différents secteurs, y compris dans une grande entreprise énergétique.

Ayant travaillé à la fois comme chef de projet pour des sociétés d’énergie et comme consultant en gestion pour Bain, M. Pinelli a également une expérience de travail avec des œuvres et des institutions religieuses et laïques, selon le communiqué.

Évidemment, sa formation et ses fonctions dans certaines institutions jésuites ont pu jouer un rôle. Il semble probable que le Cardinal Michael Czerny, SJ, l’actuel préfet du dicastère, ait eu son mot à dire en l’impliquant, lui et d’autres.

Cependant, il est encore difficile d’évaluer quelles sont les questions en jeu. Il semble clair que le pape veut réformer Caritas Internationalis, y compris ses statuts et son règlement intérieur.

Fondée en 1951, la confédération catholique est composée de 162 organisations caritatives basées dans 200 pays du monde. Son siège est situé sur le territoire du Vatican, à Rome, et le Vatican supervise son activité.

Selon le dicastère de Czerny, « aucune preuve de mauvaise gestion financière ou d’inconduite sexuelle n’est apparue » ; cependant, « des déficiences ont été constatées dans la gestion et les procédures, portant gravement atteinte à l’esprit d’équipe et au moral du personnel.« 

La tâche de Pinelli

La réforme des statuts sera la première tâche du nouveau commissaire.

M. Pinelli sera assisté de Maria Amparo Alonso Escobar, responsable du plaidoyer de Caritas Internationalis, et du père jésuite Manuel Morujão, qui assurera l’accompagnement personnel et spirituel des employés de Caritas, selon le décret du pape François.

En mai 2023, la prochaine assemblée générale de Caritas Internationalis devrait se tenir à Rome, avec la nomination des nouveaux président, secrétaire général et trésorier. D’ici là, le processus de réforme sera probablement achevé.

Caritas Internationalis fera l’objet d’une révision « afin d’améliorer ses normes et procédures de gestion – même si les questions financières ont été bien gérées et les objectifs de collecte de fonds régulièrement atteints – et ainsi mieux servir ses organisations caritatives membres dans le monde entier« .

Cependant, une réforme des statuts a déjà eu lieu en 2019 et a été approuvée par le pape avec un rescrit du 13 janvier 2020.

Quant au changement des statuts de Caritas Internationalis, il s’agissait simplement de transmettre les compétences du Conseil pontifical Cor Unum, qui n’existe plus, au Dicastère pour la promotion du développement humain intégral, qui a absorbé ses fonctions.

Quant aux règles de procédure, ces changements n’ont pas été communiqués. Mais ils ont généralement accepté certaines des demandes approuvées par l’Assemblée générale de Caritas, qui prévoyaient de favoriser la présence des femmes au sein des plus hautes instances représentatives et d’inclure deux jeunes dans les mêmes instances représentatives.

En particulier, il a été question du Conseil représentatif de la fédération, abrégé sous le nom de RE.CO., l’acronyme de Conseil représentatif. Ces indications ont maintenant été mises en œuvre et deviendront opérationnelles.

La structure de Caritas Internationalis a donc été « ajustée » et adaptée à la réforme de la Curie.

Cependant, les statuts de Caritas Internationalis sont restés confirmés dans la structure telle que le Pape Benoît XVI les a réformés en 2012. Ces statuts ont renforcé la collaboration entre Caritas Internationalis et le Saint-Siège et ont clairement défini les compétences de la Secrétairerie d’État du Vatican.

Ce n’est pas tout : la nouvelle structure de Caritas Internationalis a donné une plus grande coordination aux départements et aux organismes liés au Saint-Siège, ce qui concerne également les aspects doctrinaux.

La raison d’être de la réforme de Benoît XVI

Il convient de noter que la réforme de 2012 faisait partie d’un projet plus vaste de Benoît XVI visant à accomplir pleinement les dispositions de Pastor Bonus.

Pastor Bonus était la constitution apostolique qui réglementait les fonctions et les tâches des bureaux de la Curie, et le Praedicate Evangelium la remplace désormais.

Cependant, la réforme est intervenue après une crise de gouvernance. En 2011, la Secrétairerie d’État n’a pas approuvé la renomination de l’ancienne secrétaire générale, Lesley-Anne Knight. (Son travail avait pourtant été salué par le président de Caritas Internationalis de l’époque, le cardinal Oscar Andrés Rodriguez Maradiaga). En conséquence, elle a été remplacée par Michel Roy, un Français qui travaillait avec le Secours Catholique – la Caritas en France.

La non-confirmation de Roy découlait également de la nouvelle approche donnée avec la réforme ultérieure de Caritas Internationalis.

Cette approche découlait de la formulation de l’encyclique Caritas in Veritate de Benoît XVI. Dans cette encyclique, Benoît XVI a souligné que le développement humain et l’aide étrangère ne pouvaient être séparés de l’exigence de vérité. L’encyclique soulignait également le fait que de nombreuses organisations internationales encourageaient l’avortement, la contraception, la stérilisation et l’euthanasie.

Il s’agit d’une approche que Mme Knight ne partageait pas entièrement, comme elle l’a expliqué publiquement aux médias à l’époque.

Si certains ont approuvé le départ de Mme Knight, d’autres ont été déçus. En dépit d’un solide changement de génération au sein de Caritas Internationalis ces dernières années, ces sentiments de division peuvent avoir persisté en arrière-plan et alimenté certaines plaintes concernant « la gestion et les procédures ».

À quoi ressemblera la nouvelle réforme ?

Le ton du communiqué de presse du dicastère suggère que la réforme sera davantage axée sur la gestion. Mais, surtout, il s’agit d’un changement substantiel de philosophie par rapport à la réforme de Benoît XVI.

En bref, il pourrait s’agir d’un autre changement de paradigme du pape François, comparable dans une certaine mesure à ses restrictions de la messe latine traditionnelle.

De ce point de vue, le pape François a identifié plusieurs personnes pour l’aider à mener à bien ses changements dans la structure de l’Église.

Pour mener à bien cette réforme, le pape n’hésite pas à rétrograder quelqu’un comme le cardinal Luis Antonio Tagle, actuel président de Caritas, qui se trouve désormais mandaté pour assurer la « liaison » avec Pinelli et son équipe en vue de la prochaine assemblée générale.

La rumeur veut que Tagle soit nommé le prochain préfet du Dicastère des évêques. Même si ces rumeurs devaient être confirmées, l’image publique de Tagle est désormais compromise par la décision de Caritas. Cela pèsera également dans un futur conclave.

À lire aussi | Le Rosaire mondial des femmes arrive aux Émirats arabes unis

Le pape François, cependant, est en train de mener à bien ses objectifs. Comme il l’a dit dans l’une de ses homélies dans les jours de la fermeture de COVID-19 en 2020 – et aussi lors d’une réunion avec la Fondation Candia en avril – il reste critique à l’égard des organisations humanitaires qui font du bon travail mais dépensent 60 % de leur budget en salaires. Le pape les a appelées à réduire les coûts au minimum, « afin que la plus grande partie de l’argent aille aux personnes.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic News Agency (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire