in , , , ,

11ᵉ dimanche du temps ordinaire – homélie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert en ce premier 11ᵉ dimanche de temps ordinaire ; Mes amis, le Christ a tout fait de travers, selon les normes du monde. Il suffit de regarder qui il a choisi pour répandre son royaume.

Non pas les meilleurs et les plus brillants, mais de pauvres pêcheurs ignorants et un pécheur public. Aucun d’entre eux ne figurait sur la liste des meilleurs.

Il leur a donné un pouvoir extraordinaire. Le pouvoir de ressusciter les morts, de guérir les lépreux, de chasser les démons et de faire des miracles. À un moment ou à un autre de notre vie, nous sommes nombreux à prier pour un miracle. Un être cher est en train de mourir et souffre d’une maladie grave. Nous prions et prions, mais rien ne se passe.

Notre foi est mise à l’épreuve et nous nous demandons pourquoi Dieu ne répond pas à nos prières.

Il y a de nombreuses années, un prêtre de mes amis a connu une crise de foi. En l’espace d’un an, il avait perdu trois membres de sa famille. Il avait prié et prié, dit messe après messe, passé des heures à quatre pattes, mais rien ne se passait. Désespéré, sa foi s’est affaiblie et il a commencé à douter.

Mais il continua à remplir ses fonctions : enseigner, prêcher et dire la messe. L’une de ses tâches consistait à dire la messe dans une petite église missionnaire au milieu d’une forêt, au Canada. Par un sombre jour d’hiver, alors qu’il rentrait chez lui en empruntant une route déserte, il a été témoin d’un terrible accident. Un homme agonisait, coincé dans une voiture renversée.

Mon ami a réussi à forcer la portière froissée de la voiture et à sortir l’homme gravement blessé. Ce faisant, il a vu un chapelet accroché au rétroviseur. Il a allongé le vieil homme sur le sol et a couru chercher les huiles saintes dans sa voiture. Il a oint le mourant.

Il l’a pris dans ses bras et l’a absous de ses péchés. Mais rien ne s’est passé. Il n’y a pas eu de changement dans le monde, pas de changement dans la situation désastreuse. Aucun mot du Ciel. Aucun sauveteur humain n’est venu. Il n’y avait que le monde silencieux et froid.

À travers la respiration rude et étouffée du mourant, le prêtre s’est à nouveau senti abandonné par Dieu. Mais il se mit à prier. Il récita des prières pour Marie, des prières pour le Père céleste. Il se sentait stupide, mais que pouvait-il faire ou dire d’autre ? Il voulait un miracle.

Il a été surpris par la fureur de sa voix lorsqu’il a dit :

« Dieu, fais quelque chose« .

Mais une fois de plus, le silence régnait dans le ciel. Que pouvait-il dire à cet homme écrasé et mourant ? Mais l’homme s’est soudain retourné. Il lève les yeux et voit qu’un prêtre le tient dans ses bras. Il dit :

« Dieu m’a envoyé un prêtre. Merci, Seigneur. Merci, Seigneur. Ici, il m’a envoyé un prêtre.« 

C’est à ce moment-là que le prêtre est contraint d’abandonner sa conception immature de Dieu, qui vient avec un miracle à la main quand nous sifflons pour tout arranger. En faveur d’un Dieu qui convoque les fidèles pour qu’ils soient présents lorsqu’un besoin se fait sentir.

Le prêtre a prié pour un miracle, et il s’est rendu compte qu’il était le miracle. Dieu était là et tenait ce mourant dans les bras d’un prêtre.

Dans notre Évangile, Jésus a envoyé les personnes les plus improbables pour faire son travail. Pour être d’autres Christs. Nous ne pourrons peut-être jamais ressusciter les morts, ni guérir un lépreux, une personne atteinte d’un cancer ou du sida. Mais nous pouvons être présents.

Le prêtre n’a pas fait de miracle. Il n’a pas pu ramener l’homme à la vie, ni soulever la voiture. Sa simple présence était un miracle.

À lire aussi | Les sacrements sont des réservoirs inépuisables de grâces et de sainteté

Sainte Thérèse d’Avila a dit un jour :

« Souvent, nous pouvons faire des miracles en étant simplement nous-mêmes. En étant simplement concernés, aimants et compatissants« .

Mes amis, comprenez que le mot « compassion » n’est qu’un autre mot pour « chrétien« .

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les sacrements sont des réservoirs inépuisables de grâces et de sainteté

Les sacrements sont des réservoirs inépuisables de grâces et de sainteté

L'archevêque de Louisville publie une déclaration à l'occasion de la fête des pères

L’archevêque de Louisville publie une déclaration à l’occasion de la fête des pères