La virginité perpétuelle de Marie et le langage biblique
in , , , , ,

La virginité perpétuelle de Marie et le langage biblique

Si la virginité perpétuelle de Marie était fausse et que Jésus avait eu des frères et sœurs, la Bible aurait probablement été écrite différemment à plusieurs endroits pour que cela soit clair.

Une ligne d’argumentation fascinante a trait à la notion d' »expérience de pensée » :

« Si en fait Jésus avait des frères et sœurs, alors la Bible aurait probablement été écrite différemment à plusieurs endroits pour que cela soit très clair. »

Cela est vrai dans un sens large :

Le Nouveau Testament n’indique nulle part que les « frères » (adelphoi) de Jésus sont les enfants de Marie, la mère de Jésus, même lorsqu’ils sont mentionnés ensemble (cf. Marc 3,31 et suivants ; 6,3 et suivants ; Jean 2,12 ; Actes 1,14).

Dans le Nouveau Testament, aucun de ces « frères » n’est jamais appelé enfant de Joseph non plus.
Une autre façon de dire les choses est de dire que si Jésus avait des frères et sœurs (des frères et sœurs à part entière), nous ne nous attendrions pas à ce que les deux facteurs ci-dessus, et d’autres que je présenterai plus loin, soient le cas. Ce sont des arguments de plausibilité et de probabilité.

Si Jésus avait des frères et sœurs et qu’il était l’aîné, il aurait certainement eu des frères et sœurs à l’âge de 12 ans, lorsque ses parents l’ont emmené à Jérusalem pour la Pâque (Luc 2:41-50) – d’autant plus qu’on estime que Marie avait environ 16 ans à sa naissance, ce qui fait qu’elle n’avait encore que 28 ans environ à cette époque. Nous devons croire qu’il est logique qu’elle ait eu son premier enfant à 16 ans et qu’elle n’en ait pas eu d’autres de 16 à 28 ans, puis plus de quatre après cela ? Ce n’est pas du tout plausible.

Aucun de ces prétendus frères et sœurs n’est en vue pendant cette Pâque (que toute la famille aurait été tenue d’observer à Jérusalem). Luc affirme (2:46) que la recherche de Jésus a duré trois jours avant qu’il ne soit trouvé dans le Temple. Marie dit :

« Ton père et moi, nous t’avons cherché avec impatience » (2,48).

Si d’autres enfants avaient été avec eux, ils auraient certainement cherché, eux aussi, – dans ce cas, Marie aurait probablement dit :

 » Ton père et moi, tes frères et tes sœurs, nous t’avons cherché avec inquiétude.  »

Mais elle n’a pas dit cela.

Marc et Matthieu (qui enregistrent les paroles prononcées) décrivent Jésus et ses frères par rapport à Marie de la manière suivante :

Marc 6:3 – « N’est-ce pas là le charpentier, fils de Marie et frère de Jacques, de Joses, de Judas et de Simon, et ses sœurs ne sont-elles pas ici avec nous ? » Et ils s’offensèrent de lui.

Matthieu 13:55 – « N’est-ce pas là le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie ? Et ses frères ne sont-ils pas Jacques, Joseph, Simon et Judas ?« 

Notez mon utilisation de l’italique, soulignant l’utilisation singulière du mot  » fils  » pour décrire Jésus.

Cela semble suggérer (à tout le moins, peut-être) « fils unique« . C’est dans le contexte de la mention de quatre de ses « frères » et aussi de ses « sœurs » dans Marc. Or, s’il est entendu qu’ils sont tous – et étaient en fait – ses frères et sœurs, pourquoi est-il appelé « le fils de Marie » et « le fils du charpentier » ? Notez également que dans les deux passages, il est le seul à être appelé « fils » de Marie et aussi de Joseph (dans Matthieu). Les autres ne le sont pas.

Il me semble, en tant qu’argument d’invraisemblance, que ce n’est pas le langage que nous nous attendrions à ce que Dieu inspire les évangélistes à utiliser – n’oubliez pas que nous parlons d’une révélation d’inspiration divine – si, en fait, Jésus avait des frères et sœurs. Il aurait été facile de lire ces passages de manière si claire, si manifestement évidente, qu’il n’y aurait jamais eu de contestation sur la nature des « frères » de Jésus. Il aurait suffi de quelques changements de mots. Je soutiens que les passages se seraient lus comme suit, si Jésus avait eu des frères et sœurs :

Marc 6:3 – « N’est-ce pas là le charpentier, l’un des fils de Marie, avec ses frères Jacques et Joses, Judas et Simon, et ses sœurs ne sont-elles pas ici avec nous ? » Et ils s’offusquèrent de lui.

Matthieu 13,55 – « N’est-ce pas là l’un des fils du charpentier ? Sa mère et la mère de ses frères Jacques, Joseph, Simon et Judas ne s’appellent-elles pas Marie ?« 

Il existe au moins trois autres passages similaires, provenant des deux autres auteurs de l’Évangile (Luc a écrit le livre des Actes). J’ajouterai entre parenthèses ce qui aurait dû être ajouté s’il y avait d’autres frères et sœurs :

Jean 1:45 – « Nous avons trouvé celui dont Moïse, dans la loi, et aussi les prophètes, ont parlé, Jésus de Nazareth, [l’un des] fils de Joseph.« 

Jean 6, 42 :  » N’est-ce pas là Jésus, [l’un des] fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère ? … « 

Actes 1,14 – « Tous ceux-là, d’un commun accord, s’adonnaient à la prière, avec les femmes et Marie, la mère de Jésus, et avec ses frères [ » … Marie, la mère de Jésus, et ses frères « ].« 

À lire aussi | Le Pape : protéger la vie avec des mesures juridiques

Voyez comment dans ce dernier, une distinction est faite entre Marie en tant que mère de Jésus et « ses frères« , qui ne sont pas appelés les fils de Marie ? Elle n’est pas non plus appelée leur mère.

Ces versets ne se lisent pas de manière  » fraternelle « . J’aimerais demander à ceux qui nient la virginité perpétuelle de Marie : Pourquoi ?

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire