in , , , , , , , , , ,

Les Anges gardiens des nations et des églises

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Selon saint Thomas, ni l’homme ni aucune autre chose ne peut rester entièrement en dehors du gouvernement de la Divine Providence.

Ce principe fondamental a été appliqué, par certains des premiers écrivains et pères chrétiens, d’une manière plutôt exagérée, au point d’exiger un Ange particulier pour tout ce qui se trouve dans ce monde : tous les éléments, les étoiles du Ciel, chaque être vivant, y compris les insectes. Origène nie, en effet, l’influence des démons sur tout ce que nous, chrétiens, utilisons, mais il admet une influence et une protection correspondantes des gardiens invisibles, qu’il appellera plus tard les Anges divins.

« En ce qui concerne non seulement les fruits de la terre, mais aussi tous les cours d’eau et tous les souffles d’air, nous affirmons que le sol produit les choses que l’on dit pousser naturellement, que l’eau jaillit dans les fontaines et rafraîchit la terre avec des cours d’eau, que l’air reste pur et soutient la vie de ceux qui le respirent, uniquement grâce à l’action et au contrôle de certains êtres que nous pouvons appeler des cultivateurs et des gardiens invisibles, mais nous nions que ces agents invisibles soient des démons « .

Saint Thomas et les Écoliers rejettent cette opinion comme exagérée, mais ils admettent ordinairement comme probable qu’un Ange est chargé de chaque espèce entière d’êtres vivants, en dehors de l’homme, parce que, selon la même Providence, c’est l’espèce qui est destinée à survivre et à se perpétuer indéfiniment ; pour laquelle, pensaient-ils, une protection spéciale était nécessaire.

« Tous les Anges qui sont chargés des choses purement corporelles semblent appartenir au chœur des Vertus ; même les miracles se produisent quelquefois par le ministère de ces mêmes Anges.« 

Puisque les Anges sont les ministres de la Providence divine dans ce monde, il semblerait que non seulement la vie et l’existence des êtres humains individuels devraient être placées sous leur protection, mais aussi celles des nations, des villes, des Églises et des communautés.

La version Septante du Deutéronome, chapitre 32, 8, qui dit :

« Lorsque le Très-Haut sépara les nations, comme il avait séparé les fils d’Adam, il fixa les limites des nations en fonction des anges de Dieu » (la Vulgate dit : « Il fixa les limites des peuples en fonction du nombre des enfants d’Israël« ), a dû fournir aux auteurs grecs chrétiens une base solide pour croire que les nations et les villes, en plus des individus, sont sous la protection d’anges gardiens.

C’est ce qu’affirme, entre autres, Clément d’Alexandrie :

« Des régiments d’anges sont répartis sur les nations et les villes, et certains sont peut-être assignés à des individus« .

Cependant, c’est dans la vision du prophète Daniel que nous trouvons une base plus solide pour cette vérité. Dans cette vision, le prophète révèle que trois nations, les Israélites, les Perses et les Grecs, avaient chacune un Ange tutélaire ou gardien national qu’il appelle prince. Ce nom implique probablement que l’Ange gardien national appartient au chœur le plus élevé de la hiérarchie la plus basse (Principautés, Archanges, Anges), le chœur des Principautés, ou plus probablement qu’il s’agit d’Archanges ; cependant, en qualité de Gardien des nations, ils sont appelés Princes.

C’est certainement le cas de l’archange Michel que Daniel appelle Prince de la nation juive :

« Tu sais pourquoi je suis venu vers toi, demande l’Archange qui vient d’apparaître au prophète Daniel, et je vais retourner combattre le prince des Perses. Quand je suis sorti, le prince des Grecs est apparu. Mais je vais te dire ce qui est écrit dans l’Écriture de vérité, et je n’ai d’autre aide dans toutes ces choses que Michel, ton prince« .

Cet ange qui parlait à Daniel était en fait l’archange Gabriel. Il dit qu’il va combattre le prince des Perses, c’est-à-dire qu’il va combattre l’Ange gardien national des Perses.

En s’avançant, il vit venir l’Ange gardien national des Grecs, mais il semble qu’il n’ait pas réussi à obtenir son aide. Le seul qui l’avait aidé et assisté dans son saint combat était Saint Michel l’Archange, l’Ange gardien de la nation juive de l’époque. Cette charmante révélation faite par l’un des grands esprits célestes, l’Archange Gabriel, peut nous déconcerter quelque peu.

En effet, comment concilier l’immuable charité, l’harmonie et la paix qui règnent entre les esprits célestes avec les combats et les guerres, qui sont généralement synonymes d’inimitié et de discorde ? Pourtant, il ne fait aucun doute que ce discours sur la guerre et les combats renvoie à l’amour et au zèle pour le salut des peuples confiés à leurs soins.

Chaque ange protecteur national recherchait l’avantage spirituel et le salut du peuple de son territoire, comme l’exigeait son devoir. L’archange Gabriel (à qui Daniel avait demandé la libération du peuple juif de la captivité dans laquelle il était encore maintenu par les Perses) s’était assuré l’aide de l’archange Michel, ange gardien national de la nation juive, pour promouvoir la libération des Juifs de la captivité, mais il avait trouvé un puissant opposant à ses efforts dans l’ange gardien national, ou prince, des Perses, qui résistait à toutes les tentatives de Gabriel et de Michel dans le but de maintenir les Juifs en captivité encore plus longtemps.

Ce grand Ange du peuple perse, qui était une nation païenne ne croyant pas au vrai Dieu, avait remarqué les nombreuses bénédictions que la présence de ces fidèles Juifs captifs avait apportées aux Perses, et par lesquelles beaucoup d’entre eux avaient trouvé la voie du salut. Il voulait donc que ces bénédictions se poursuivent pour le bien de ses pupilles et il s’opposa de tout son amour et de toute sa force aux efforts des autres anges, qui étaient préoccupés par les intérêts de leurs nations. C’était un combat d’amour parfaitement compatible avec la paix et la charité.

Chaque Ange sait ce que Dieu veut qu’il fasse pour le peuple de son territoire, mais sans révélation spéciale, il ne sait pas exactement ce que Dieu attend de l’Ange d’une autre nation, d’où leurs différences. Pourtant, toutes leurs missions sont accomplies avec une grande fermeté et un amour réciproque, pour le bien de tous. Cependant, toutes leurs missions sont accomplies avec beaucoup de fermeté et d’amour mutuel, pour la gloire de Dieu et la paix des hommes. Le prophète Daniel utilise ici un langage de guerres et de disputes pour exprimer le zèle ardent et l’intérêt que manifestent ces Anges dans l’accomplissement de leur devoir d’esprits protecteurs nationaux.

Si les nations païennes d’autrefois, telles que la Perse et la Grèce, étaient sous la protection d’un ange, à combien plus forte raison devrions-nous nous attendre à une telle protection sur les nations chrétiennes ? C’est pourquoi saint Jean Damascène, résumant l’opinion des pères, ses prédécesseurs, écrit :

« Les anges gardent aussi des parties de cette terre, ils président les nations et les régions, selon qu’ils ont été nommés par le créateur suprême. Une protection similaire, pour la simple raison que ce sont des parties intégrantes et des unités du Royaume de Dieu ici sur Terre.

En écrivant aux sept Églises d’Asie Mineure, au début de son Apocalypse, Saint Jean l’Évangéliste est commandé d’adresser ses messages aux sept Anges des sept Églises :

« Les sept étoiles sont les anges des sept Églises. Et les sept chandeliers sont les sept églises. »

Il est vrai que l’interprétation courante veut que c’est à l’évêque local que le message doit être adressé, en tant qu’Ange de chacune des sept églises. Bien qu’il s’agisse de l’évêque, c’est en réalité à l’ange gardien local, témoin de la conduite de l’évêque et protecteur de cette église, que le message est adressé. En effet, si les « sept étoiles sont les anges des sept églises », comment pourrions-nous appeler une étoile l’évêque de l’église de Sardes dont il est dit :

« Je connais tes œuvres, que tu as le nom d’être vivant, et tu es mort » ; ou quelle étoile brillante était l’évêque de l’église de Laodicée, que le Seigneur était sur le point de « vomir », parce qu’il était misérable, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu. Les sept étoiles étaient donc les sept anges gardiens de ces sept églises, par qui et au nom de qui l’avis était signifié à l’évêque respectif de ce que le Seigneur pensait de lui et attendait de lui.

Nous croyons donc que ces textes des trois premiers chapitres de l’Apocalypse sont un exemple classique de cette vérité et un argument solide en faveur de la doctrine que nous présentons. L’Ange de l’Église est un véritable Ange, le gardien céleste et le protecteur de cette communauté que le ministre humain, évêque ou prêtre, doit imiter et qu’il doit prier avec son troupeau.

Une autre référence à cette catégorie d’anges gardiens peut être trouvée dans la prophétie du prophète Zacharie où il écrit :

9. Je dis :  » Que sont ceux-ci, mon seigneur?  » Et l’ange qui parlait avec moi me dit :  » Je te ferai voir ce que sont ceux-ci. « 

10. Et l’homme qui se tenait entre les myrtes prit la parole et dit : «  Ce sont ceux que Yahweh a envoyés pour parcourir la terre.« 

11. Et ils répondirent à l’ange de Yahweh qui se tenait entre les myrtes, et ils dirent :  » Nous avons parcouru la terre, et voici que toute la terre est habitée et tranquille. « 

12. L’ange de Yahweh prit la parole et dit :  » Yahweh des armées, jusques à quand n’auras-tu pas pitié de Jérusalem et des villes de Juda contre lesquelles tu es irrité voilà soixante-dix ans?« 

L’homme qui se tenait parmi les myrtes, et que l’on appellera plus tard Ange, était l’Ange Gardien national des Juifs, l’Archange Michel. C’est lui qui prie le Seigneur des armées d’être miséricordieux envers Jérusalem et les villes de Juda qui étaient dans un état de désolation depuis 70 ans.

Comme ce prince des armées célestes a bien rempli sa mission de protecteur national et d’intercesseur pour le peuple confié à ses soins ! À la même catégorie appartiennent les autres anges mentionnés dans cette prophétie :

« Ceux que le Seigneur a envoyés parcourir la terre« .

Ceux-là aussi étaient les gardiens des territoires, des nations et des peuples, d’où leur intérêt pour le fait que la terre était habitée et au repos. La vision que saint Paul eut d’un homme mystérieux de Macédoine « se tenant debout et le suppliant » de passer en Macédoine et de les aider est communément interprétée comme étant la vision de l’Ange Gardien du pays et du peuple de Macédoine.

À lire aussi | Mgr Pope : Je n’en veux pas, de cette  » Église synodale « 

La promptitude avec laquelle Paul a répondu à cet appel montre qu’il devait être convaincu que le Macédonien qui lui était apparu était en fait un messager de Dieu, un ange :

« Et aussitôt qu’il eut eu la vision, aussitôt nous cherchâmes à entrer dans Macédoine, étant assurés que Dieu nous avait appelés à leur annoncer l’évangile.

Source : The Angels in catholic teaching and tradition – Rev Fr Pascal Prosper Parente

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Mgr Pope : Je n'en veux pas, de cette " Église synodale "

Mgr Pope : Je n’en veux pas, de cette  » Église synodale « 

L'eucharistie et le corps du prêtre

L’eucharistie et le corps du prêtre