Mon âme se retourne – Homélie pour le 12ème Dimanche de l'Année

L'évangile d'aujourd'hui est une sorte de journal de tempête, une sorte de tableau de la vie chrétienne alors que nous traversons un monde tumultueux contre des vents contraires à l'Évangile. Il y a des étapes distinctes, commençant par l'appel de Jésus à passer de l'autre côté.

Mais en traversant, il y a certainement des tempêtes et des difficultés qui nous assaillent. Peu importe, l'ordre de continuer à traverser reste le même. Regardons plus en détail les étapes de cet évangile et voyons comment les disciples atteignent l'autre rive avec Jésus.

I. Cela commence avec l’APPEL de Jésus : « Passons de l’autre côté. »

Cet appel n'est pas simplement un appel à traverser un ancien lac il y a 2000 ans. Cet appel résonne pour nous individuellement aujourd'hui, comme l'appel à voyager vers l'autre rive, vers le Ciel.

De telles traversées ne sont pas rares dans les Écritures. La nation juive a traversé la mer Rouge, que Dieu a ouverte pour eux. Ils sont partis comme des esclaves poursuivis, ont traversé et atteint l'autre rive pour jouir de la liberté glorieuse des enfants de Dieu. Ensuite, ils ont traversé le Jourdain pour entrer dans la terre promise, symbole de l'entrée au Ciel. Ayant fait cette traversée, ils ont reçu leur héritage.

Beaucoup de vieux chants spirituels contiennent des références à la traversée vers l'autre rive comme symbolique du voyage vers le Ciel :

Michael, rame la barque Hallelujah !
Puis tu entendras la trompette sonner Hallelujah !

Le fleuve du Jourdain est profond et large,
Rencontre ma mère de l'autre côté.

Le fleuve du Jourdain est froid et glacé.
Refroidit le corps, mais pas l'âme.

Permettons à cet appel de Jésus, « Passons de l'autre côté », d'être notre invitation à le suivre vers le Ciel. Les disciples sont montés à bord d'un bateau en bois pour atteindre l'autre côté. Nous traversons vers le Ciel par le bois de la croix.

Écoutez l'appel de Jésus et mettez-vous en route ! Le Ciel se trouve devant, juste de l'autre côté !

II. Ensuite vient le COMMENCEMENT : En laissant la foule, ils prirent Jésus avec eux dans le bateau, tel qu’il était.

Il est une chose d'être appelé par Jésus à traverser vers l'autre rive. Il en est une autre de répondre et de se mettre en route avec Lui. Ainsi, la deuxième étape de cet évangile décrit la réponse requise : que l'on se mette en route, ou commence le voyage.

Notez trois choses dites ici à propos du commencement du voyage : ils renoncent, ils reçoivent et ils respectent.

A. Ils Renoncent – Le texte dit qu'ils « quittent la foule ». Nous sommes appelés à renoncer au monde, à la chair et au diable. Lors de notre baptême, nous avons renoncé au diable et par extension au monde, dont il est prince.

L'Écriture dit : « Gens adultères ! Ne savez-vous pas que l'amitié du monde est inimitié contre Dieu ? Quiconque donc veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu » (Jacques 4:4).

Jésus dit : « Nul ne peut servir deux maîtres ; car ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent » (Mat 6:24).

Et encore : « Je vous ai choisis du milieu du monde, c'est pourquoi le monde vous hait » (Jn 15:19).

Ainsi, le texte dit qu'ils « quittent la foule ». Ils abandonnent la large route populaire qui mène à la destruction et empruntent le chemin étroit de la croix qui mène à l'autre rive. Vous ne pouvez pas avoir à la fois Jésus et le monde ; vous devez choisir. Vous ne pouvez pas avoir la foule et ses valeurs. Jésus avertit : « Malheur à vous quand tous les hommes diront du bien de vous » (Lc 6:26). Nous devons être prêts à quitter la foule, à renoncer aux idées populaires et à embrasser la « folie » de la croix.

B. Ils Reçoivent – Le texte dit qu'ils « prirent Jésus avec eux dans le bateau ». C'est-à-dire qu'ils reçoivent Jésus dans le « bateau » de leur vie. Ils acceptent de voyager avec Lui, pas avec le monde. Ils le laissent piloter leur navire. Dans la liturgie baptismale, non seulement nous renonçons à Satan et aux pompes du monde, mais nous acceptons également le Christ et professons notre foi en Dieu – Père, Fils et Esprit – et dans l'Église, qui est le Corps du Christ. Maintenant Jésus entre dans le « bateau » de notre vie et nous conduit à travers la traversée vers l'autre rive. Le commandement de Jésus est simple : « Suivez-moi » (Jn 12:26 ; Lc 9:59 ; Mc 2:14 ; Mat 9:9 ; et ailleurs).

C. Ils Respectent – Le texte dit qu'ils « prirent Jésus avec eux dans le bateau, tel qu'il était ». Même en grec, ce texte est un peu complexe. Que signifie qu'ils ont pris Jésus dans le bateau « tel qu'il était » ? Beaucoup pensent que le texte essaie d'indiquer que Jésus était en fait déjà dans le bateau. Ainsi, une compréhension possible est qu'ils ont pris Jésus avec eux dans le bateau parce qu'en fait il était déjà à bord.

Peut-être, mais pour nos fins ici, prenons le texte moins littéralement : accepter Jésus dans notre vie tel qu'il est signifie ne poser aucune condition à son admission. C'est accepter le vrai Jésus, pas un faux ou un Jésus refait. Le vrai Jésus est complexe. Il fixe des exigences impossibles mais pardonne ensuite les pires pécheurs, il est aimable et compréhensif un moment, mais strict et refusant toute excuse l'instant d'après. Il console et défie, affirme et trouble.

Beaucoup aujourd'hui ont tenté de refaire Jésus en une sorte de « hippie inoffensif » qui racontait des histoires agréables et bénissait tout le monde. Et bien qu'il soit vrai qu'il bénissait beaucoup, il était une pierre d'achoppement pour d'autres. Jésus était un maître prédicateur et conteur mais il avertissait aussi dans ces histoires que certains étaient des brebis et d'autres des boucs, certains étaient sages et d'autres insensés, certains étaient à la fête et d'autres étaient jetés dehors dans les ténèbres, certains entendaient « Venez, les bénis de mon Père » et d'autres entendaient « Je ne vous connais pas, éloignez-vous de moi, vous qui faites le mal ».

Et ailleurs Jésus avertissait : « Si vous ne croyez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés » (Jn 8:24). Donc Jésus est complexe et nous devons apprendre à l'accepter dans nos vies « tel qu'il est ». Saint Paul se lamentait : « Si quelqu'un vient prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché… vous le supportez bien assez » (2 Cor 11:4). Apprenez à connaître le vrai Jésus et acceptez-le tel qu'il est.

Ainsi, ayant pris Jésus dans le bateau, ils commencent le voyage vers l'autre rive. Mais le voyage n'est pas toujours calme, car les eaux de ce monde sont agitées et les vents contraires.

III. Car ensuite vient l’INQUIÉTUDE : Une grande tempête de vent se leva, et les vagues se jetaient dans le bateau, si bien que le bateau se remplissait déjà.

Voici les tempêtes inévitables de la vie qui testeront et purifieront notre foi. De tels aspects de la vie nous troublent souvent énormément.

Pourquoi Dieu permet-il de telles choses ? Pourquoi durent-elles si longtemps ? Pourquoi Dieu, qui pourrait résoudre instantanément toutes choses, permet-il que les problèmes persistent ?

Il a ses raisons, la plupart mystérieuses. Cependant, nous pouvons sûrement comprendre certaines des façons dont les problèmes aident à nous purifier et nous renforcer. Quand nous sommes en difficulté, nous découvrons des dons que nous ne savions pas posséder ; nous acquérons de la sagesse ; nous apprenons le détachement et l'humilité. En vivant nos questions, nous approfondissons notre recherche et apprenons à apprécier davantage les réponses et la vérité. Les problèmes apportent souvent la maturité et nous aident à affiner nos compétences. Pas de tension, pas de changement. Les problèmes sont également liés à la liberté que Dieu accorde à ses enfants. Certains abusent de leur liberté et causent des torts.

Ainsi, nous pouvons avoir un petit aperçu des raisons pour lesquelles Dieu permet les problèmes. Cependant, beaucoup reste mystérieux.

Certaines personnes remarquent même que les tempêtes dans leur vie augmentent plutôt que diminuent après avoir commencé à suivre le Christ ! Eh bien, prenez cela comme un compliment. Peut-être qu'il y avait une époque de votre vie où vous voyageiez dans une direction similaire à Satan et donc le remarquiez à peine en périphérie. Puis vous avez fait demi-tour et l'avez rencontré de plein fouet. Ne désespérez pas ; vous allez toujours dans la bonne direction et Satan n'aime pas ça.

En effet, une autre raison pour laquelle ceux qui se lancent dans une traversée en mer rencontrent souvent plus de tempêtes que les « terriens » qui restent dans la médiocrité est que, franchement, il y a plus de tempêtes en mer. La « mer » ici est un symbole du chemin de la croix par opposition à la large route qui mène à la destruction (cf. Mat 7:13). Le chemin de la croix est forcément semé de troubles particuliers, mais la croix, bien que non confortable, est nécessaire.

Jésus dit : « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais parce que vous n'êtes pas du monde, car je vous ai choisis du milieu du monde, c'est pourquoi le monde vous hait » (Jn 15:19).

Encore une fois, prenez ces tempêtes comme un compliment, un signe que vous avez entrepris de traverser les eaux profondes avec le Christ.

Et ainsi cette tempête en mer est une image de notre vie dans ce monde tourmenté. Un vieux cantique dit :

Quand les tempêtes de la vie font rage, sois à mes côtés.
Quand le monde me secoue comme un navire sur la mer,
Toi qui commandes le vent et l'eau, sois à mes côtés.

IV. Mais notez le CALME de Jésus qui apporte la paix aux autres : Mais lui était à la poupe, dormant sur un coussin ; et ils l’éveillèrent et lui dirent : « Maître, cela ne te fait rien que nous périssions ? » Et il se réveilla, réprimanda le vent et dit à la mer : « Silence ! Tais-toi ! » Et le vent cessa, et il se fit un grand calme.

Dans la vie, il ne sert à rien de paniquer. Si vous voulez apporter la paix, vous devez être en paix. Jésus n'ignore pas la tempête, mais il n'est pas alarmé par elle. Il est capable de dormir paisiblement en plein milieu. Dans la vie, deux personnes peuvent être impliquées dans le même incident et pourtant vivre des expériences très différentes.

Il y a quelques années, je me promenais avec un ami lorsqu'un grand chien, un Labrador doré, s'approcha de nous en trottinant. Ayant grandi avec des chiens, je pouvais faire la différence entre un chien se déplaçant de manière agressive et un autre approchant de manière bénigne pour établir un contact. Mais mon ami n'avait pas grandi avec des chiens et avait même été mordu par un chien dans son enfance. Chacun de nous voyait le chien s'approcher. Nous avons vu la même scène mais avons réagi très différemment. Mon ami avait peur, tandis que j'étais ravi. Il a réagi avec colère et défensivement. J'ai tendu la main et salué le chien, le caressant sur la tête et le laissant sentir ma main. Grâce à mon expérience, j'ai pu apporter la paix à la situation. Une réaction agitée aurait bien pu provoquer une agression du chien.

Ainsi, nous voyons quelque chose de similaire ici dans le bateau. Jésus est capable de dormir paisiblement dans la tempête, mais les disciples sont paniqués. Jésus connaît son Père ; il connaît aussi la fin de l'histoire. Et vous ? N'avez-vous pas lu que pour ceux qui aiment et font confiance au Seigneur, toutes choses concourent au bien ? (cf. Rom 8:28) Pourquoi avons-nous si peur ? Les tempêtes viendront et partiront, mais si nous aimons Dieu, nous serons sauvés, même si nous mourons à ce monde.

Si vous avez cette paix, vous calmerez aussi les tempêtes. Les personnes paisibles ont un effet sur ceux qui les entourent. Nous ne pouvons pas donner ce que nous n'avons pas. Demandez au Seigneur un cœur en paix, non seulement pour votre propre bien, mais aussi pour celui des autres. Parce qu'il est en paix, Jésus peut réprimander la tempête. Et vous ?

V. Enfin, notez la CHARGE : « Pourquoi avez-vous peur ? N’avez-vous pas encore de foi ? » Et ils furent remplis d’une grande crainte, et ils se dirent les uns aux autres : « Qui est donc celui-ci, à qui même le vent et la mer obéissent ? »

Ainsi, le Seigneur les charge de grandir dans la foi afin d'être en paix et d'apporter la paix aux autres. Comment nous approprions-nous cette paix ? En grandissant dans notre expérience, notre émerveillement et notre crainte de ce que le Seigneur peut faire, et en apprenant à faire confiance que Dieu est plus grand que nos tempêtes et nos préoccupations. Nous apprenons aussi que certaines tempêtes sont en fait à notre avantage ; elles nous aident à nous renforcer, accélérant même notre voyage.

À lire aussi | Y a-t-il un élément satanique dans la musique rock ? Une experte explique

La foi est une manière de connaître. Et ainsi nous qui grandissons en elle sommes moins terrifiés par les tempêtes. Nous avons appris par expérience comment Dieu nous délivre et nous renforce, souvent de manière paradoxale, et que rien de ce monde ne peut nous détruire si nous avons la foi.

Dans ma propre vie, j'ai fait ce chemin vers une foi plus grande. J'étais autrefois très anxieux à propos de nombreuses choses. Aujourd'hui, je suis rarement anxieux car j'ai appris par la foi et l'expérience que Dieu accomplit ses desseins. La plupart des choses dont j'étais anxieux dans le passé se sont bien passées, ou du moins correctes. Et même les coups durs contenaient des dons secrets, cachés à l'époque, mais révélés plus tard. C'est la connaissance de la foi, qui apporte le calme dans les tempêtes de la vie.

Notre charge est donc d'avoir la foi.

Voici donc un croquis rapide de notre vie de disciples. Nous entendons l'APPEL du Seigneur à nous mettre en route. Nous COMMENÇONS notre voyage avec Lui. Quels que soient les INQUIÉTUDES ou les tempêtes, nous apprenons le CALME de Jésus et laissons ce calme nous atteindre par la CHARGE de la foi.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *