in , , , , , , , , ,

Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité
Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

Il y a un vieux chant spirituel qui dit : « Mon Dieu est si haut que tu ne peux pas le surmonter. Il est si bas que tu ne peux pas le contourner. Il est si large que tu ne peux pas l’éviter. Tu dois entrer par l’Agneau. »

Ce n’est pas une mauvaise façon de dire que Dieu est « autre ». Il est au-delà de ce que les mots humains peuvent décrire, au-delà de ce que les pensées humaines peuvent imaginer. Lors de la fête de la Très Sainte Trinité, il est bon de se rappeler que nous contemplons un mystère qui ne peut tenir dans nos esprits.

Cependant, un mystère n’est pas quelque chose de totalement inconnu. Dans la tradition chrétienne, le mot « mystère » se réfère (entre autres choses) à quelque chose qui est partiellement révélé, dont une grande partie reste cachée. En réfléchissant à la Trinité, considérez que bien qu’il y ait certaines choses que nous pouvons connaître par révélation, beaucoup plus est au-delà de notre compréhension.

Réfléchissons à la Trinité en l’explorant, en voyant comment elle se manifeste dans les Écritures et en observant comment nous, qui sommes faits à l’image de Dieu, en faisons l’expérience.

I. L’enseignement sur la Trinité exploré –

Peut-être devrions-nous commencer par citer le Catéchisme, qui dit : « La Trinité est Une. Nous ne confessons pas trois dieux, mais un seul Dieu en trois personnes : [Père, Fils et Saint-Esprit] … Les personnes divines ne partagent pas entre elles l’unique divinité, mais chacune d’elles est Dieu tout entier » (Catéchisme, 253).

Il y a un seul Dieu et chacune des trois personnes de la Trinité possède pleinement l’unique nature divine. Le Père est Dieu ; Il n’est pas un tiers de Dieu. De même, le Fils, Jésus, est Dieu ; Il n’est pas un tiers de Dieu. Et le Saint-Esprit est Dieu, non pas simplement un tiers de Dieu.

Selon notre expérience humaine, s’il n’y a qu’une seule chose, et que quelqu’un la possède pleinement, alors il ne reste rien pour les autres. Pourtant, mystérieusement, chacune des trois personnes de la Trinité possède pleinement l’unique nature divine tout en restant une personne distincte.

L’un des grands chefs-d’œuvre de la liturgie latine est la préface pour le Dimanche de la Trinité. Elle présente de manière concise et claire l’enseignement chrétien sur la Trinité. La traduction suivante du latin est la mienne :

Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et notre salut, de te rendre grâce toujours et partout, Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu éternel : toi qui, avec ton Fils unique et le Saint-Esprit, es un seul Dieu, un seul Seigneur : non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance. Car ce que nous croyons de ta gloire, révélée, nous le croyons de ton Fils et du Saint-Esprit sans différence ni distinction. Ainsi, dans la confession du vrai et éternel Dieu, nous adorons une distinction de personnes, une unité d’essence, et une égalité de majesté, que les anges et les archanges, les chérubins aussi et les séraphins, ne cessent de proclamer chaque jour en criant d’une seule voix : Saint, Saint, Saint…

Wow ! C’est un chef-d’œuvre soigneux et clair, mais qui déroute l’esprit. Ce mystère est si profond que nous avons dû « inventer » un mot paradoxal pour le résumer : Trinitaire (ou Trinité). Trinitaire signifie littéralement « trois-un » (tri + unus), et « Trinité » est une conflation de « Tri-unité », signifiant « la trois-unicité » de Dieu.

Si tout cela vous déroute, tant mieux ! Si vous disiez que vous compreniez tout cela parfaitement, je devrais dire que vous étiez probablement un hérétique. L’enseignement sur la Trinité, bien qu’il ne soit pas contraire à la raison en soi, la transcende et est sûrement au-delà de la compréhension humaine.

Voici une image finale avant de quitter notre phase d’exploration. Nous avons pris trois projecteurs, chacun projetant un cercle : un rouge, un vert et un bleu (les trois couleurs primaires). À l’intersection des trois cercles, la couleur blanche apparaissait.

Bizarrement, les trois couleurs primaires sont présentes dans la couleur blanche, mais une seule apparaît. L’analogie n’est pas parfaite (aucune analogie ne l’est, sinon ce ne serait pas une analogie) car le Père, le Fils et l’Esprit ne « fusionnent » pas pour former Dieu, mais elle manifeste une mystérieuse « trois » -unicité » de la couleur blanche. D’une manière ou d’une autre, dans l’un, trois sont présents. (D’ailleurs, cette expérience ne fonctionne qu’avec la lumière ; ne l’essayez pas avec de la peinture !)

II. L’enseignement sur la Trinité manifesté – Les Écritures présentent également des images de la Trinité. Fait intéressant, la plupart de celles que je veux présenter ici proviennent de l’Ancien Testament.

En guise de mise en garde, je tiens à souligner que les spécialistes des Écritures débattent de la signification de ces textes ; c’est ce pour quoi ils sont bien payés. Je lis ces textes en tant que chrétien du Nouveau Testament et j’y vois une doctrine qui est devenue claire plus tard. Je ne cherche pas à me mettre dans une machine à remonter le temps pour comprendre ces textes comme un juif du 8e siècle avant Jésus-Christ pourrait le faire. Pourquoi le ferais-je ? Ce n’est pas ce que je suis. Je lis ces textes en tant que chrétien à la lumière du Nouveau Testament, comme j’en ai parfaitement le droit. Vous êtes bien sûr libre de décider si vous pensez que ces textes sont vraiment des images ou des indices de la Trinité. Voici les textes :

  1. Alors Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance … » (Gen 1,26)

Dieu parle de lui-même au pluriel : « Faisons … notre … » Certains affirment qu’il s’agit simplement d’un cas d’utilisation du « nous » de majesté. Peut-être, mais j’y vois une image de la Trinité. Il y a un (« Dieu dit ») mais il y a aussi un pluriel (faisons, notre). Dès le début de la Genèse, il y a déjà un indice que Dieu n’est pas tout seul, mais qu’il est plutôt dans une communion d’amour.

  1. Élohim

Dans le passage ci-dessus, le mot utilisé pour Dieu est אֱלֹהִ֔ים (Élohim). Il est intéressant de noter que ce mot est au pluriel. D’un point de vue grammatical, Élohim signifie en fait « Dieux », mais le peuple juif comprenait le sens du mot comme étant singulier. C’est un point très débattu, cependant. Vous pouvez en lire plus à ce sujet d’un point de vue juif ici : Élohim en tant que pluriel et singulier.

Mon but ici n’est pas de le comprendre comme un juif du 8e siècle avant Jésus-Christ ou même comme un juif actuel. Je note simplement avec intérêt que l’un des principaux mots pour Dieu dans l’Ancien Testament est pluriel mais singulier, singulier mais pluriel. Dieu est un mais trois. Je dis cela en tant que chrétien observant cela à propos de l’un des principaux titres de Dieu, et j’y vois une image de la Trinité.

  1. Et l’Éternel apparut à [Abraham] près des chênes de Mamré, alors qu’il était assis à l’entrée de sa tente à la chaleur du jour. Il leva les yeux et regarda, et voici, trois hommes se tenaient devant lui. Lorsqu’il les vit, il courut de l’entrée de la tente à leur rencontre, se prosterna jusqu’à terre et dit : « Mon Seigneur, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas, je te prie, loin de ton serviteur. Qu’on apporte un peu d’eau, et vous laverez vos pieds ; reposez-vous sous cet arbre, et j’irai prendre un morceau de pain pour que vous vous restauriez, et après cela vous continuerez votre chemin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur. » Ils dirent : « Fais comme tu l’as dit » (Gen 18,1-5).

D’un point de vue purement grammatical, c’est un passage très difficile car il alterne entre les références singulières et plurielles. L’Éternel (singulier) apparaît à Abraham, mais Abraham voit trois hommes (certains ont dit qu’il s’agit simplement de Dieu et de deux anges, mais je pense qu’il s’agit de la Trinité). Puis, lorsqu’Abraham s’adresse à « eux », il dit : « Mon Seigneur » (singulier). La grammaire torturée continue alors qu’Abraham suggère que l’Éternel (singulier) repose « vos » (pluriel) sous l’arbre. La même chose se produit dans la phrase suivante, dans laquelle Abraham veut apporter du pain afin que vous puissiez vous restaurer (pluriel). En fin de compte, l’Éternel (singulier) répond, mais cela est rendu par « Ils dirent ». Pluriel, singulier … lequel est-ce ? Les deux. Dieu est un et Dieu est trois. Pour moi, en tant que chrétien, c’est une image de la Trinité. Parce que la réalité de Dieu ne peut pas être réduite à de simples mots, c’est un passage grammaticalement difficile, mais je peux « voir » ce qui se passe : Dieu est un et Dieu est trois ; Il est singulier et Il est pluriel.

  1. L’Éternel descendit dans une nuée, se tint là avec Moïse et proclama le nom de l’Éternel. L’Éternel passa devant lui en criant : « L’Éternel, l’Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité » (Exode 34,5).

Quand Dieu annonce son nom, il le fait de manière triple : « L’Éternel, l’Éternel, l’Éternel. » Il y a implicitement une triple introduction ou annonce de Dieu. Est-ce une coïncidence ou est-ce significatif ? À vous de décider.

  1. L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé ; le bas de son vêtement remplissait le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ; chacun avait six ailes : avec deux ils se couvraient la face, avec deux ils se couvraient les pieds, et avec deux ils volaient. Ils criaient l’un à l’autre et disaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! Toute la terre est pleine de sa gloire » (Is 6,1-3).

Dieu est Saint, Saint, et encore Saint. Certains disent que c’est simplement une façon juive de dire « très Saint », mais en tant que chrétien, je vois plus. Je vois une référence à chacune des trois personnes de la Trinité. La louange parfaite ici nécessite trois « saints ». Pourquoi ? Omni Trinum Perfectum (tout est parfait en trinité). Mais pourquoi ? En tant que chrétien, je vois les anges louant chacune des trois personnes de la Trinité. Dieu est trois (Saint, saint, saint …) et pourtant Dieu est un (Saint est l’Éternel …). Il y a trois déclarations du mot « Saint ». Est-ce une coïncidence ou est-ce significatif ? À vous de décider.

  1. Voici trois (parmi beaucoup d’autres) références à la Trinité dans le Nouveau Testament :

Jésus dit : « Le Père et moi sommes un » (Jn 10,30). Jésus dit aussi : « Qui m’a vu a vu le Père » (Jn 14,9). Avez-vous déjà remarqué que dans la formule baptismale, Jésus utilise une « mauvaise » grammaire ? Il dit : « Baptisez-les au nom (et non aux noms (pluriel)) du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28,19). Dieu est un (nom) et Dieu est trois (Père, Fils et Saint-Esprit). Ainsi, les Écritures manifestent l’enseignement de la Trinité, remontant même au début.

III. L’enseignement de la Trinité expérimenté – Nous, qui sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu, devrions expérimenter quelque chose du mystère de la Trinité en nous, et bien sûr, nous le faisons.

Il est clair que nous sommes tous des individus distincts. Je ne suis pas vous ; vous n’êtes pas moi. Pourtant, il est également vrai que nous sommes faits pour la communion. Nous, les humains, ne pouvons pas exister les uns sans les autres. Évidemment, nous dépendons de nos parents, par qui Dieu nous a créés, mais même au-delà de cela, nous avons besoin les uns des autres pour nous compléter. Malgré ce que dit la chanson de Paul Simon, aucun homme n’est un rocher ou une île.

Il n’y a pas d’homme qui se soit fait tout seul. Même le propriétaire d’une entreprise privée a besoin de clients, de fournisseurs, de transporteurs et d’autres intermédiaires. Il utilise des routes qu’il n’a pas construites, a de l’électricité fournie par des lignes qu’il n’a pas installées et parle à ses clients dans une langue qu’il n’a pas créée. De plus, le produit qu’il fabrique est probablement le résultat de technologies et de procédés qu’il n’a pas inventés. La liste pourrait continuer encore et encore. Nous sommes des individus, mais nous sommes sociaux. Nous sommes un, mais nous sommes liés à beaucoup d’autres. Clairement, nous ne possédons pas le genre d’unité que Dieu possède, mais la « trois-unité » de Dieu résonne en nous.

Nous sommes un, mais nous sommes nombreux. Nous sommes entrés dans des temps périlleux où notre interdépendance et notre influence communautaire sont sous-évaluées. L’attitude qui prévaut aujourd’hui est un individualisme plutôt extrême :

« Je peux faire ce que je veux. »

Il y a un sens réduit de la manière dont nos choix individuels affectent la communauté, l’Église ou la nation. Que je sois un individu est vrai, mais il est également vrai que je vis en communion avec les autres et je dois respecter cette dimension de ce que je suis. J’existe non seulement pour moi, mais aussi pour les autres. Ce que je fais affecte les autres, pour le meilleur ou pour le pire. L’attitude que ce n’est pas mes affaires ce que font les autres mérite une certaine attention. La vie privée et la discrétion ont des places importantes dans notre vie, mais il en va de même pour la préoccupation de ce que pensent et font les autres, des choix qu’ils font et des effets que ces choses ont sur les autres. Cultiver une vision morale et religieuse commune est une chose importante.

A lire aussi | Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent

Il est finalement assez important de savoir ce que pensent et font les autres. Nous devrions nous soucier de choses fondamentales comme le respect de la vie, l’amour, le soin des pauvres, l’éducation, le mariage et la famille. En effet, le mariage et la famille sont fondamentaux pour la communauté, la nation et l’Église. Je suis un, mais je suis aussi en communion avec les autres et ils le sont avec moi. Enfin, il y a une conclusion assez remarquable que certains ont tirée : la meilleure image de Dieu en nous n’est pas un homme seul ou une femme seule, mais plutôt un homme et une femme ensemble dans la relation durable et fructueuse que nous appelons le mariage.

Quand Dieu a dit : « Faisons l’homme à notre image » (Genèse 1,26), le texte poursuit en disant : « Homme et femme, il les créa » (Genèse 1,27). Dieu leur dit ensuite : « Soyez féconds et multipliez » (Genèse 1,28). Ainsi, l’image de Dieu (telle qu’il la présente le plus parfaitement) est le couple marié et fécond. Nous devons veiller à comprendre que ce que les humains manifestent sexuellement, Dieu le manifeste spirituellement, car Dieu n’est ni homme ni femme dans son essence.

Nous pouvons dire que la Première Personne aime la Seconde Personne et que la Seconde Personne aime la Première Personne. L’amour est si réel qu’il porte du fruit dans la Troisième Personne. De cette manière, le couple marié est à l’image de Dieu, car le mari et la femme s’aiment et leur amour porte du fruit dans leurs enfants (Voir, USCCB, « Marriage: Love and Life in the Divine Plan »).

Alors aujourd’hui, en exaltant le grand mystère de la Trinité, nous ne regardons pas seulement vers l’extérieur et vers le haut pour comprendre, mais aussi vers l’intérieur pour découvrir ce mystère à l’œuvre en nous, qui sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles PopeADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent

Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent

La datation au carbone révèle l'âge réel des tuniques de saints Pierre et Jean

La datation au carbone révèle l’âge réel des tuniques des saints Pierre et Jean