Pourquoi il est obligatoire d'aller à la Messe pour un catholique
in , ,

Assister à la Sainte Messe est une obligation pour un catholique

Dans l’enseignement catholique, la Messe est considérée comme obligatoire pour les fidèles, car elle célèbre le renouvellement du sacrifice de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur la Croix.

Selon la doctrine catholique, la Messe est le moyen par lequel les fidèles peuvent participer à l’Eucharistie, le repas sacré où le corps et le sang du Christ sont présents.

La messe est une célébration liturgique qui remonte à l’époque des premiers chrétiens. Selon la tradition, la messe a été instituée par Jésus lors de la dernière Cène, lorsqu’il a demandé à ses disciples:

« faites ceci en mémoire de moi » (Luc 22:19).

Depuis lors, la messe a été célébrée comme un moyen pour les fidèles de se rassembler et de célébrer l’Eucharistie.

Au fil des siècles, la célébration de la messe a évolué et a pris des formes différentes dans les différentes communautés chrétiennes. Dans l’Église Catholique, la messe est célébrée selon un rituel précis, qui inclut des éléments tels que la lecture de la Bible, la prière, la bénédiction et la communion.

La participation à la messe est considérée comme obligatoire pour les catholiques, car elle est considérée comme un devoir de foi. Selon la doctrine catholique, les fidèles sont tenus de participer à la messe chaque dimanche et chaque jour de fête, sauf dans des circonstances exceptionnelles.

La messe est considérée comme un moyen pour les fidèles de se rassembler et de célébrer leur foi en Jésus-Christ. En ne participant pas à la messe, les fidèles manquent cette occasion de s’approcher de Dieu et de se rapprocher les uns des autres, sans oublier que c’est un péché mortel qui détruit la charité dans le cœur de l’homme par une infraction grave à la loi de Dieu.

Les circonstances exceptionnelles

Bien que la participation à la messe soit considérée comme obligatoire, l’Église catholique reconnaît que des circonstances exceptionnelles peuvent empêcher les fidèles de participer.

Par exemple, si une personne est malade ou si elle est loin d’une église, elle peut être dispensée de l’obligation de participer à la messe. Dans de tels cas, l’Église enseigne que les fidèles peuvent accomplir des actes de piété pour remplacer la messe.

Dans l’enseignement catholique, il existe plusieurs actes de piété qui peuvent remplacer la participation à la messe dans des circonstances exceptionnelles. Voici quelques exemples d’actes de piété qui peuvent remplacer la messe :

  • La lecture de la Bible : Lire les Écritures est un moyen pour les fidèles de s’approcher de Dieu et de mieux comprendre sa volonté.
  • La prière personnelle : La prière est un moyen pour les fidèles de communiquer avec Dieu et de lui exprimer leur amour et leur confiance.
  • L’adoration du Saint-Sacrement : L’adoration du Saint-Sacrement consiste à se recueillir devant le corps du Christ présent dans l’Eucharistie.
  • Le jeûne et l’abstinence : Le jeûne et l’abstinence sont des actes de pénitence qui permettent aux fidèles de se consacrer à Dieu et de s’unir à la souffrance du Christ.
  • Les œuvres de charité : Les œuvres de charité sont des actes concrets d’amour envers les autres, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables.

Ce que la messe vous apporte

Dans l’enseignement catholique, la messe apporte plusieurs bienfaits aux fidèles qui y participent. Voici quelques exemples de bienfaits que la messe peut apporter aux catholiques :

  • La participation à l’Eucharistie : La messe est le moyen par lequel les fidèles peuvent participer à l’Eucharistie, le repas sacré où le corps et le sang du Christ sont présents. La célébration de l’Eucharistie permet aux fidèles de se rapprocher de Jésus et de recevoir sa grâce.
  • La communion avec les autres fidèles : La messe est une occasion pour les catholiques de se rassembler en communauté et de se soutenir mutuellement dans la foi. La participation à la messe permet aux fidèles de se sentir partie d’une communauté chrétienne unie et aimante.
  • L’écoute de la parole de Dieu : La messe inclut la lecture et l’explication des Écritures, qui permettent aux fidèles de mieux comprendre la volonté de Dieu

La communion en état de péché ?

Le fidèle doit être en état de grâce pour recevoir la communion. L’état de grâce est un état d’union avec Dieu, dans lequel les fidèles sont purifiés de leurs péchés mortels et sont remplis de la grâce de Dieu.

Seule la confession permet d’obtenir de Notre-Seigneur, par le biais de son Saint Prêtre, le pardon de tous vos péchés (véniels et mortels) ce qui va vous permettent de recevoir le corps de Notre-Seigneur.

Les fidèles doivent également avoir la volonté de suivre les enseignements de l’Église et d’essayer de vivre selon les commandements de Dieu. Si un fidèle n’est pas en état de grâce, il peut tout de même demander la bénédiction au Prêtre, mais il ne recevra pas la Sainte Eucharistie.

Si vous ne savez pas si vous êtes en état de grâce, le mieux à faire, c’est d’aller à la confession avant de communier.

Les deux formes de messes aujourd’hui

La forme ordinaire

La messe en forme ordinaire, ou « Novus ordo » d’après-concile, a été introduite par le Pape Saint Paul VI en 1970, pour mettre en œuvre les décisions du concile Vatican II concernant la liturgie avec un certain zèle, dépassant les décisions du concile.

La messe de Saint Paul VI est caractérisée par une plus grande participation des fidèles et une plus grande utilisation de la langue locale. La messe de saint Paul VI est célébrée selon un rituel plus flexible et moins formel que la messe tridentine, avec des gestes et des positions moins codifiés pour le prêtre et les fidèles.

Dans l’Église catholique, la messe de saint Paul VI est la forme la plus courante de célébration de la messe. La plupart des églises catholiques célèbrent la messe de saint Paul VI, et les fidèles y participent de façon active et libre.

La forme extraordinaire

La messe tridentine, également appelée messe de Saint Pie V ou messe traditionnelle, est une forme de la célébration de la messe dans l’Église catholique. La messe tridentine est basée sur le rite romain tel qu’il a été codifié au concile de Trente (1545-1563) et utilise une édition latine du missel.

La messe tridentine est caractérisée par sa solennité et sa dignité, elle est célébrée en latin et comporte normalement des chants grégoriens dans la langue de l’Église (pas seulement latin = Kyrie en grec, Amen en hébreu). Les chants (cantiques) sont parfois en langue du peuple (français).

La messe tridentine est célébrée selon un rituel précis, avec des gestes et des positions codifiés pour le prêtre et les fidèles.

Dans l’Église catholique, la messe tridentine est célébrée par des communautés traditionnelles et par des Prêtres qui optent pour cette forme de célébration. La messe tridentine est également célébrée dans certains Monastères et Abbayes, ainsi que dans des églises latines et des chapelles.

Il est possible aussi que vous entendiez parler de « una cum » « non una cum« , « en union avec ou pas. »

Les messes « non una cum » sont pratiqués par les « sédévacantistes » donc, la messe qui l’est n’est pas en communion avec le Pape et ils sont coupés de l’Église Catholique romaine et apostolique.

Donner de l’argent, durant la quête, est-ce obligatoire ?

Le cinquième précepte (« Vous contribuerez à subvenir aux besoins de l’Église ») signifie que les fidèles sont tenus de subvenir aux besoins matériels de l’Église, chacun selon ses capacités.
(CEC 2043)

Dans l’enseignement catholique, il n’est pas obligatoire de donner de l’argent à la messe. La participation à la messe est considérée comme un acte de foi et d’adoration, et les fidèles sont encouragés à y participer de façon active et libre.

Il est vrai que, lors de la messe, il y a une collecte pour les besoins de l’Église, comme pour entretenir les églises et soutenir les œuvres de charité. Cependant, il n’est pas obligatoire de donner de l’argent lors de cette collecte, et chaque fidèle est libre de choisir de donner ou non.

L’Église catholique enseigne que les dons faits à l’Église doivent être offerts librement et de bon cœur. Les fidèles sont incités à donner selon leurs moyens et selon ce que Dieu leur inspire.

Les dons peuvent être faits en espèces, en nature (en offrant votre temps bénévolement), mais aussi matériellement, pour les besoins liturgiques et de la piété, par exemple :

  • Nappes
  • Fleurs
  • Calices
  • Ornements
  • Une chemise avec un col romain à votre curé (ce qui l’obligera à la porter !)

À lire aussi | Des catholiques d’Afrique se joignent à la campagne anti Disney

Pour résumer, rien ne vous oblige de donner à chaque messe, vous pouvez très bien aussi faire un don en ligne à une autre paroisse, surtout si vous constatez des abus de la part de vos Prêtres ou Évêques, par exemple :

  • Des œuvres toujours orientés pour les migrants
  • Des missions en faveur des associations LGBT
  • Des actions de votre diocèse que vous jugez à la limite du catholicisme
  • Quand votre Prêtre autorise de faire jouer des concerts profane dans votre Église
  • Le financement d’édifices religieux musulmans.
  • Des homélies politiques d’extrême gauche/centriste/ (socialisme, communisme, nazisme sont interdits dans le catholicisme)

(Merci au Père Jean-Joseph (@pereJeanJoseph) de la Fraternité des Missionnaires Apôtres et Disciples de Jésus pour son aide et ses précisions afin de rendre l’article le plus compréhensible possible.)

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire