in , , ,

Étude : Les jeunes prêtres allemands rejettent les priorités synodales

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Étude : Les jeunes prêtres allemands rejettent les priorités synodales
Étude : Les jeunes prêtres allemands rejettent les priorités synodales

Une étude approfondie des jeunes prêtres allemands a révélé qu’ils ne s’intéressent guère aux changements de l’Église catholique préconisés par la « voie synodale » controversée du pays.

L’étude, publiée le 17 mai, demandait aux prêtres ordonnés entre 2010 et 2021 de dire comment ils pensaient que l’Église catholique devrait être réformée. La majorité d’entre eux n’ont pas choisi les réponses défendues par les participants à la voie synodale.

Le document de 308 pages intitulé « Qui devient prêtre ? – présenté conjointement par la conférence épiscopale allemande et le Centre de recherche pastorale appliquée de Bochum (zap:bochum) – a révélé que 25,7 % des prêtres pensaient que les femmes devraient être ordonnées prêtres. »

Par ailleurs, 29,6 % des prêtres sont favorables à l’abolition du célibat des prêtres, 30,3 % appellent à une plus grande démocratisation de l’Église et 36,8 % sont d’accord avec l’affirmation selon laquelle « la participation des laïcs devrait être accrue, les laïcs devraient se voir accorder plus de pouvoir ».

Ces quatre sujets ont occupé une place prépondérante dans la voie synodale, qui a rassemblé des évêques et des laïcs sélectionnés lors de cinq assemblées entre 2020 et 2023.

Les participants ont approuvé 150 pages de résolutions demandant des femmes diacres, un réexamen du célibat des prêtres, la prédication laïque lors des messes, un rôle plus important des laïcs dans la sélection des évêques et une révision du Catéchisme de l’Église catholique sur l’homosexualité.

Le rapport récent révèle que 75,7 % des prêtres croient que la réforme peut être accomplie en se concentrant plus sur la communication des enseignements de la foi catholique, tandis que 80,3 % suggèrent de proposer « plus d’activités dotées d’une profondeur spirituelle ». Seule une faible minorité de prêtres (4,6 %) considère qu’aucune réforme n’est requise.

Lors d’une conférence de presse en ligne, Matthias Sellmann, directeur de zap:bochum, a déclaré qu’il était clair que les jeunes prêtres n’approuvaient pas les priorités de la voie synodale.

« Dans tous les cas, la plupart semblent être étrangers aux structures et aux valeurs de la société moderne », a-t-il affirmé. « Ils ne sont pas davantage au courant des enjeux de la réforme de l’Église. Ainsi, ils ne joueront qu’un rôle mineur dans le dialogue créatif entre l’Église et la société actuelle. »

Les chercheurs ont contacté les 847 prêtres ordonnés en Allemagne entre 2010 et 2021, ainsi que les 1 668 candidats qui ont quitté le séminaire au cours de la même période. Ils ont reçu des réponses de 153 prêtres et de 18 anciens candidats.

L’âge moyen des prêtres était de 37 ans et plus de 97 % d’entre eux étaient nés et avaient grandi en Allemagne. Un peu plus de la moitié d’entre eux avaient au moins deux frères et sœurs.

Les chercheurs ont classé les prêtres en 12 « groupes de style de vie », en utilisant une typologie créée par les sociologues Marius Stelzer et Marko Heyse. Ils ont placé environ deux tiers des prêtres du côté « conservateur » du spectre et un tiers du côté « moderne ».

L’étude allemande intervient six mois après que des chercheurs ont suggéré que la proportion de nouveaux prêtres catholiques américains s’identifiant comme théologiquement « progressistes » était tombée si bas que le phénomène avait « pratiquement disparu ».

À lire aussi À quoi ressemble le Saint-Esprit ?

Au début du XXIe siècle, l’Allemagne, un pays de près de 24 millions de catholiques, comptait en moyenne plus de 100 ordinations sacerdotales par an, mais elle est passée sous le seuil en 2019, l’année où la voie synodale a été lancée.

Selon les chiffres les plus récents, il y a eu 45 ordinations sacerdotales dans les 27 diocèses allemands en 2022 (33 séculiers et 12 religieux). Il s’agit d’une baisse par rapport aux 67 ordinations de 2020 (56 séculiers et 11 religieux) et aux 62 ordinations de 2021 (48 séculiers et 14 religieux).

De nouveaux chiffres suggèrent que le déclin se poursuit en 2024. Le président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, a déclaré dans une interview publiée au début du mois que l’Allemagne était un « pays de mission », suite au départ officiel de millions de catholiques de l’Église.

« Nous vivons dans un pays missionnaire lorsque nous réalisons que moins de la moitié des citoyens allemands appartiennent encore à des confessions chrétiennes », a-t-il déclaré.

Cet article prend pour source Pillar Catholic (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

À quoi ressemble le Saint-Esprit ?

À quoi ressemble le Saint-Esprit ?

Il y a 150 ans, Giuseppe Verdi interprétait son Requiem pour la première fois

Il y a 150 ans, Giuseppe Verdi interprétait son Requiem pour la première fois