Filioque, le Saint-Esprit procède également du Fils
in , , , , , ,

Filioque, le Saint-Esprit procède également du Fils

La séparation entre l’Église catholique latine et d’orient en 1054 avait, entre autres, pour origine la question du « Filioque », une particule grecque qui signifie : Et du Fils.

L’Église de Rome prétend que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils. Cela a été nié par l’Église catholique orientale, les orthodoxes. Pour eux, le Saint-Esprit ne procède que du Père. En réalité, il ne s’agissait que d’un énorme malentendu, car les orthodoxes croyaient que pour l’Église latine, la source ou l’origine du Saint-Esprit était le Père et le Fils.

En réalité, les deux Églises croient que la source éternelle de toute la divinité est le Père. Cela ne signifie pas qu’il y a eu d’abord le Père, puis le Fils, puis le Saint-Esprit. Il n’y a jamais eu le Père sans le Fils et sans le Saint-Esprit. Sans le Fils, le Père ne serait pas Père. La Sainte Trinité est éternelle, sans temps linéaire, donc un mystère.

Lorsque l’Église catholique affirme que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, elle ne fait pas référence à son origine, car étant Dieu, le Saint-Esprit n’a pas d’origine dans le temps. L’expression « procède du Père et du Fils » se réfère à la mission temporelle de l’Esprit Saint envers l’homme, le Père et le Fils ont envoyé l’Esprit Saint aux Prophètes, aux Apôtres et aujourd’hui à l’Église, c’est pourquoi il procède du Père et du Fils.

Les arguments bibliques

En ce qui concerne le Filioque et les anciennes batailles bibliques, les orthodoxes ont fondé leur position sur un et un seul texte :

Jean 15:26
Quand viendra le Paraclet, que je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi.

Le fait que le texte ci-dessus ne mentionne pas que le Saint-Esprit procède du Fils ne signifie pas que cela n’est pas vrai. Cela constitue, comme on peut le voir, un argument du silence et un argument du silence n’est valable sous aucune forme.

Toutes les autres considérations présentées par les orthodoxes sont d’ordre théologique, c’est-à-dire de simples arguments ou opinions personnelles, de véritables poupées de paille.

D’autre part, la position catholique selon laquelle le Saint-Esprit procède également du Fils est fondée sur un grand nombre de textes bibliques qui, bien qu’ils n’utilisent pas le mot « procède« , indiquent clairement que le Saint-Esprit procède du Fils aussi bien que du Père. Le mot « Trinité » n’apparaît même pas dans les Écritures, mais aucun orthodoxe n’oserait nier le dogme de la Sainte Trinité sur cette base.

Nous présentons ci-dessous plusieurs textes dont l’exégèse ne laisse aucun doute sur le fait que l’expression du Filioque a été correctement utilisée par l’Église catholique et que si certains des orthodoxes refusent encore aujourd’hui de l’accepter, c’est davantage par motivation politique et orgueil que par amour et attachement à la vérité.

Le Saint-Esprit procède du Père et aussi du Fils, preuve scripturale

Jean 20:22-23
Après avoir dit cela, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez le Saint-Esprit.
Ceux à qui vous pardonnez les péchés, ils leur sont pardonnés ; ceux à qui vous les retenez, ils sont retenus.« 

Romains 8:9
Mais vous n’êtes pas dans la chair, mais dans l’Esprit, car l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.

Galates 4:6
La preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : « Abba, Père ! « 

Philippiens 1:19
Car je sais qu’ainsi s’accomplira mon salut par vos prières et par le secours de l’Esprit de Jésus-Christ.

I Pierre 1:10-11
C’est sur ce salut qu’ont enquêté les prophètes, qui ont prophétisé sur la grâce qui vous est destinée, cherchant à découvrir à quel moment et à quelles circonstances l’Esprit du Christ, qui était en eux, se référait lorsqu’il annonçait les souffrances destinées au Christ et les gloires qui suivraient.

Tite 3:5-6
Il nous a sauvés, non par des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le bain de régénération et de renouvellement du Saint-Esprit, qu’il a répandu sur nous en abondance par Jésus-Christ notre Sauveur.

Jean 7:38-39
celui qui croit en moi », comme le dit l’Écriture : « De son sein couleront des fleuves d’eau vive. Il a dit cela en faisant référence à l’Esprit que ceux qui croient en lui recevront. Car il n’y avait pas encore d’Esprit, puisque Jésus n’avait pas encore été glorifié.

Les fleuves d’eau vive sont le Saint-Esprit, c’est-à-dire que l’Esprit-Saint procède du Trône (singulier, un seul trône pour les deux, du Père et du Fils)

Comparé avec

Apocalypse 22:1
Puis il m’a montré le fleuve d’eau de la vie, brillant comme du cristal, qui sort du trône de Dieu et de l’Agneau.

Le fleuve d’eau de la vie coule du trône de Dieu et de l’Agneau. En d’autres termes, le Saint-Esprit procède du Père et du Fils. On ne peut pas être plus clair.

Le filioque n’est plus un motif de division aujourd’hui

Ces dernières années, l’Église catholique et l’église orthodoxe se sont rapprochées d’une compréhension commune sur ce point. L’Esprit Saint a son essence et son être à la fois du Père et du Fils et procède éternellement de l’Un et de l’Autre comme d’un seul Principe et par une seule spiration.

Ainsi, le filioque aujourd’hui ne serait pas une raison de rester séparé. Malheureusement, au cours de ces presque 1000 ans de séparation, d’autres différences sont apparues qui ont rendu l’unité difficile, mais pas impossible. Des mesures sont déjà prises et que Dieu fasse que très bientôt l’unité avec les orthodoxes ne soit plus un rêve, mais une réalité.

Pour ceux qui voudraient aller plus loin, voici ce que nous dit le Catéchisme de l’Église catholique sur le sujet déjà considéré.

Le Père et le Fils révélés par l’Esprit.

243 Avant sa Pâque, Jésus annonce l’envoi d’un « autre Paraclet » (Avocat), l’Esprit Saint. L’Esprit Saint, qui était déjà à l’œuvre à la Création (cf. Gn 1, 2) et  » par les prophètes  » (Symbole de Nicée-Constantinople : DS 150), sera maintenant avec et dans les disciples (cf. Jn 14, 17), pour les enseigner (cf. Jn 14, 16) et les conduire  » dans la vérité tout entière  » (Jn 16, 13). L’Esprit Saint est ainsi révélé comme une autre personne divine en relation avec Jésus et le Père.

244 L’origine éternelle de l’Esprit se révèle dans sa mission temporelle. L’Esprit Saint est envoyé aux Apôtres et à l’Église à la fois par le Père au nom du Fils et par le Fils en personne, une fois retourné auprès du Père (cf. Jn 14,26 ; 15,26 ; 16,14). L’envoi de la personne de l’Esprit après la glorification de Jésus (cf. Jn 7, 39) révèle en plénitude le mystère de la Sainte Trinité.

245 La foi apostolique concernant l’Esprit a été proclamée par le deuxième concile œcuménique en 381 à Constantinople :  » Nous croyons en l’Esprit Saint, Seigneur et dispensateur de vie, qui procède du Père  » (DS 150). L’Église reconnaît ainsi le Père comme  » la source et l’origine de toute divinité  » (Concile de Tolède VI, 638 : DS 490).

Cependant, l’origine éternelle du Saint-Esprit est liée à celle du Fils : «  Le Saint-Esprit, qui est la troisième personne de la Trinité, est Dieu, un et égal au Père et au Fils, de la même substance et aussi de la même nature […] par conséquent, on ne dit pas qu’il est seulement l’Esprit du Père, mais en même temps l’esprit du Père et du Fils  » (Concile de Tolède XI, 675 : DS 527).

Le Credo du Concile de Constantinople (381) confesse : «  Avec le Père et le Fils, il reçoit la même adoration et la même gloire  » (DS 150).

246 La tradition latine du Credo confesse que l’Esprit « procède du Père et du Fils (Filioque)« . Le Concile de Florence, en 1438, l’explicite :  » L’Esprit Saint […] a son essence et son être à la fois du Père et du Fils et procède éternellement à la fois de l’Un et de l’Autre comme d’un seul Principe et par une seule spiration […]. Et parce que tout ce qui appartient au Père, le Père l’a donné à son Fils unique en l’engendrant, sauf son être de Père, cette procession même de l’Esprit Saint à partir du Fils, celui-ci la tient éternellement de son Père qui l’a engendré éternellement » (DS 1300-1301).

247 L’affirmation du Filioque ne figure pas dans le symbole confessé en 381 à Constantinople. Mais sur la base d’une ancienne tradition latine et alexandrine, le pape saint Léon l’avait déjà confessé dogmatiquement en 447 (cf. Quam laudabilitier : DS 284) avant même que Rome ait connu et reçu le symbole de 381 au concile de Chalcédoine en 451. L’introduction du Filioque dans le Credo de Nicée-Constantinople par la liturgie latine est encore aujourd’hui un motif de non-conformité avec les Églises orthodoxes.

248 La tradition orientale exprime en premier lieu l’origine première du Père par rapport à l’Esprit Saint. En confessant l’Esprit comme  » procédant du Père  » (Jn 15,26), cette tradition affirme que l’Esprit procède du Père par le Fils (cf. AG 2). La tradition occidentale exprime d’abord la communion consubstantielle entre le Père et le Fils en disant que l’Esprit procède du Père et du Fils (Filioque).

Il le dit « légitimement et raisonnablement » (Concile de Florence, 1439 : DS 1302), parce que l’ordre éternel des personnes divines dans leur communion consubstantielle implique que le Père soit la première origine de l’Esprit comme « commencement sans commencement » (Concile de Florence 1442 : DS 1331), mais aussi que, en tant que Père du Fils unique, il soit avec lui « le principe unique dont procède l’Esprit Saint » (Concile de Lyon II, 1274 : DS 850). Cette complémentarité légitime, si elle n’est pas dénaturée, n’affecte pas l’identité de la foi dans la réalité du mystère confessé lui-même.

Les mentalités des orthodoxes changent

Dans une enquête de 2018 qui demandait aux membres de l’église orthodoxe russe s’ils croyaient que le Filioque du Credo de Nicée était correct, plus des deux tiers des répondants ont convenu que « et le Fils » était correct.

Le Sreda Research Service ( ne fonctionne plus), basé en Russie, montre que la controverse n’est peut-être pas aussi répandue qu’auparavant. Vous trouverez ci-dessous un extrait traduit du rapport de l’organisation :

Laquelle de ces affirmations vous semble la plus juste : « Le Saint-Esprit vient-il du Père et du Fils » ou « le Saint-Esprit vient-il seulement du Père » ?

Du Père et du Fils [69%].
Seulement du Père [10 %].
Aucune de ces affirmations [3 %].
Difficile de répondre [18%]

Les personnes interrogées n’ont pas « trouvé difficile » de répondre à la question sur le Filioque.

69% des Russes orthodoxes étaient d’accord avec l’affirmation selon laquelle « le Saint-Esprit procède du Père et du Fils« .

À lire aussi | Anges ! Qui êtes-vous ? Le livre gratuit pour connaitre les Anges

Ce n’est pas la première fois que de tels signes d’unité et d’œcuménisme se manifestent. En 2003, un accord a été conclu sur la question de la Trinité par les dirigeants catholiques et orthodoxes américains dans une déclaration commune.

Une partie de cet article a été publié originellement et en espagnol par le Católico defiende tu fe (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire