in , , ,

La surdité : Parle, Seigneur, car ton serviteur t’écoute

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La surdité : Parle, Seigneur, car ton serviteur t'écoute
La surdité : Parle, Seigneur, car ton serviteur t'écoute

Il existe deux formes de surdité : la surdité spirituelle et la surdité physique. Sans aucun doute, la surdité physique ou le fait d’être malentendant peut causer d’énormes souffrances à la personne qui en est atteinte, ainsi qu’à ceux qui vivent avec elle.

Le fait de ne pas comprendre ce qui est dit et de demander à plusieurs reprises de le répéter provoque une grande frustration et peut-être même une dépression chez la personne atteinte. Les personnes qui vivent avec la personne sourde ou partiellement sourde souffrent également du fait que la communication avec cette personne, qui était autrefois fluide, s’est arrêtée net et est désormais extrêmement difficile.

Si la surdité physique ou partielle provoque une grande frustration et une grande douleur, combien plus grave est la réalité de la surdité spirituelle, ou de la surdité partielle spirituelle ?

Trop souvent, nous devenons volontairement partiellement sourds – ce qui signifie que nous n’entendons que ce que nous voulons entendre ! Combien de fois des parents ont-ils lutté contre ce phénomène avec leurs enfants qui n’entendent que ce qu’ils veulent entendre !

Les exemples abondent ! Maman dit au petit Célestin de faire son lit, de sortir la poubelle et de nettoyer la salle de bain. Elle demande cinq fois au petit Célestin de s’occuper de ces tâches domestiques, mais il semble que le petit gars ne soit pas seulement partiellement sourd, mais totalement sourd.

Changeant le scénario, maman fait sa demande de la manière suivante : « Au fait, Célestin, nous allons à Disneyland pour la journée, puis manger une glace dès que tu auras fait ton lit, sorti la poubelle et nettoyé la salle de bains. »

Et voilà que maman assiste à un miracle chez son petit Célestin de neuf ans. Toutes ces corvées que Célestin ne semblait pas entendre les cinq premières fois, il les entend soudain avec la plus grande clarté la sixième fois lorsqu’elles sont précédées de la réalité des manèges de Disneyland et des délices glacés multi-saveurs !

Cette histoire peut être résumée par un concept clé qui s’applique à nous tous : nous entendons et répondons à ce qui nous réjouit à un niveau physique, émotionnel ou même spirituel.

Abordons ce défi au niveau de notre vie spirituelle. Le jeune Samuel, après n’avoir pas interprété la voix de Dieu à trois reprises, a finalement compris, sous la direction d’Eli, son directeur spirituel, que Dieu lui parlait effectivement. La fois suivante où le jeune Samuel a entendu son nom être appelé, il a été appelé à crier : « Parle, Seigneur, car ton serviteur écoute. » (1 Sam 3:10) C’est ce qu’il fit, et il devint l’un des plus grands prophètes d’Israël.

Le psalmiste nous interpelle avec ces mots d’exhortation courts, mais pénétrants :

« Si aujourd’hui, vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs comme au temps de Meribah et de Massah. » (Psaume 95, 7-8)

Pour le peuple juif, le péché pouvait être défini simplement comme le fait de ne pas écouter la voix de Dieu – devenir sourd, partiellement sourd ou temporairement sourd à la voix de Dieu.

Jésus avait une grande compassion pour les malades, les paralytiques, les aveugles, les lépreux, ainsi que pour les sourds-muets. L’un des rites courts, mais importants du sacrement du baptême, est précisément celui-ci : l’Ephatha-rite. Jésus a eu pitié du sourd-muet et l’a guéri en touchant ses oreilles et sa bouche et en prononçant le mot Ephatha, qui signifie « ouvre-toi« . Immédiatement, cet homme sourd-muet a retrouvé son ouïe, ainsi que sa capacité à parler. D’ailleurs, la surdité et les troubles de la parole sont intimement liés.

Il existe un célèbre dicton en espagnol lié au sujet de la surdité :

« No hay peor ciego que aquel que no quiere ver ; no hay peor sordo que aquel qhe no quiere oir.« 

Traduction :

« Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ; il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre« .

En d’autres termes, dans la vie spirituelle, il est trop facile de vouloir être à la fois sourd, aveugle et parfois muet aux choses pertinentes liées à Dieu.

Efforçons-nous maintenant d’ouvrir nos oreilles, nos yeux et nos lèvres afin d’être conscients des différentes manières dont Dieu peut nous parler et d’éviter toute forme de surdité temporaire, spirituelle.

En toute vérité, prions avec ferveur et sincérité la demande du jeune Samuel au Temple :

« Parle, Seigneur, car ton serviteur écoute. »

Voici les nombreuses façons dont Dieu peut nous parler ; espérons que nous aurons les oreilles ouvertes.

La Parole de Dieu.

L’un des moyens les plus évidents par lesquels Dieu essaie de communiquer avec nous est la Bible elle-même. C’est pourquoi l’une des meilleures définitions de la Bible est tout simplement celle-ci : La Parole de Dieu !

La Sainte Messe.

Ensuite, dans le Saint Sacrifice de la Messe, Dieu nous parle de nombreuses façons, notamment par les lectures de la Messe, la Consécration, et plus particulièrement dans la Sainte Eucharistie – qui est la présence réelle de Jésus. La Sainte Hostie est véritablement Jésus Lui-même.

Le prêtre.

Le prêtre ordonné agit en la personne du Christ et plus le prêtre vit pleinement les ordres sacrés, plus Dieu lui-même nous parlera avec puissance. Prions pour qu’il y ait plus de prêtres et plus de saints prêtres !

Les commandements.

Jésus l’a exprimé avec une grande clarté :

« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. » (Jn. 14, 15)

Combien de fois, en enseignant le catéchisme aux enfants de la première communion, leur ai-je dit que Dieu nous parle vraiment. L’une des façons les plus claires dont Dieu parle aux enfants est par la voix de leurs parents. « Ainsi, quand vous, les enfants, obéissez à vos parents, vous obéissez vraiment à Dieu. » Au fait, c’est le 4e commandement.

L’homélie.

Lorsque nous assistons à la Sainte Messe le dimanche, non seulement nous devons participer pleinement, activement et consciemment à la Sainte Messe, mais nous devons également prêter une attention particulière au prêtre et à son homélie au cours de la Messe. Cela devrait être le message de Dieu pour nous chaque semaine et nous devrions essayer de l’observer et de le mettre en pratique !

Le hasard ?

Rien n’arrive « par hasard« . Nous ne croyons pas au hasard, ni à la chance, ni au destin, ni aux diseurs de bonne aventure, ni aux boules de cristal. Nous croyons plutôt en la Providence divine. Tout ce qui arrive dans la vie est voulu ou du moins permis par Dieu. Ceci étant dit, Dieu peut permettre que de mauvaises choses se produisent afin de faire sortir le bien de ce mal.

Même dans les circonstances les plus difficiles et les plus douloureuses de notre vie, Dieu est présent et y travaille pour notre bien-être spirituel. Parfois, ce n’est que plus tard dans la vie que nous pouvons voir comment la main de Dieu a travaillé dans notre angoisse, notre souffrance et nos échecs apparents afin d’apporter un plus grand bien.

Lorsque nous sommes trop près de la tapisserie, notre vue est limitée ; mais lorsque nous prenons du recul, nous pouvons voir la totalité du chef-d’œuvre artistique. Un aigle voit la totalité de la montagne mieux que la fourmi au pied de la montagne.

De même, Dieu voit une plus grande image et est présent dans les nombreuses circonstances complexes et même compliquées de nos vies. Faites-lui confiance !

Quelle belle prière : JÉSUS, J’AI CONFIANCE EN TOI !

Une conscience bien formée.

Il incombe aux parents de former la conscience de leurs enfants. En tant qu’adultes, nous devons aussi continuer à travailler à la formation de notre propre conscience. Si nous ne le faisons pas, nous péchons et nous blessons Dieu, nous-mêmes et les autres. C’est alors que notre conscience éprouve des remords ; Dieu intervient et pique notre conscience lorsque nous péchons. C’est en effet une autre façon de faire entendre la voix de Dieu.

Inspirations célestes.

Un autre mode par lequel Dieu peut nous parler est le moyen des inspirations célestes. Le Saint-Esprit éclaire notre esprit avec la Vérité et lorsque nous la suivons, nous éprouvons de la consolation.

Les Locutions intérieures.

Les locutions intérieures sont liées au sujet des inspirations célestes. C’est lorsque le Saint-Esprit, par une Parole intérieure douce, mais insistante, parle au plus profond de notre cœur. Cependant, si nous n’avons pas le recueillement et le silence intérieur, il nous sera difficile de capter la voix douce, mais insistante du doux hôte de l’âme, l’Esprit Saint.

La présence priante de la Vierge.

Combien de fois dans l’histoire de l’Église, ainsi que dans la vie des saints, la Vierge est intervenue de manière très puissante dans ses visites. De même, ses statues, ses peintures, ses portraits, ses icônes, ses églises, ses cathédrales, ses basiliques, ses poèmes, ses chants, ses médailles, ses chapelets, ses scapulaires, tout cela nous fait prendre conscience de l’amour de Dieu qui nous comble de la présence perpétuelle de NOTRE DAME DU SECOURS PERPETUEL !

En conclusion, amis en Jésus et Marie, comme le petit Célestin qui ne pouvait pas entendre la voix de sa mère jusqu’à ce qu’elle introduise dans la conversation Disneyland et la glace, nous aussi pouvons parfois être partiellement sourds spirituellement.

À lire aussi | Les Prêtres américains sont de plus en plus conservateurs

Prions pour qu’à partir de maintenant nous priions avec une grande sincérité et docilité, en pensant vraiment aux paroles du jeune Samuel :

« Parle, Seigneur, car ton serviteur écoute. »

Car

« Mon plaisir est dans ta parole que je médite jour et nuit ! » (Psaume 1, 2).

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic Exchange (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les Prêtres américains sont de plus en plus conservateurs

Les Prêtres américains sont de plus en plus conservateurs

Le bonheur commence quand l'ego meurt

Le bonheur commence quand l’ego meurt