in , , , , ,

Le Saint Padre Pio et le franc-maçon

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un avocat bien connu de Gênes, Comm. Cesare Festa, cousin germain du Dr. G. Festa de Rome, ancien maire d’Arenzano et l’un des francs-maçons les plus en vue de Gênes, fut l’une des premières conquêtes de la bonté et du zèle de Padre Pio.

Le docteur G. Festa avait souvent exhorté son cousin à abandonner la franc-maçonnerie et à revenir à l’Église, mais en vain. Lorsqu’il fit la connaissance de Padre Pio, il en parla à son cousin Cesare. Un jour, par curiosité, Cesare quitta Gênes et se rendit jusqu’à San Giovanni Rotondo, au sud.

« Quoi, tu es ici ? Toi qui es franc-maçon ? » s’exclame Padre Pio dès qu’il aperçoit le nouveau venu.

« Oui, mon père« , dit Cesare.

« Et quelle est votre intention en tant que franc-maçon ?« 

« Lutter contre l’Église d’un point de vue politique.« 

Padre Pio sourit, prit la main de son visiteur et, avec une extrême gentillesse, commença à lui raconter l’histoire du fils prodigue. Ce même jour, Cesare se mit à genoux devant Padre Pio et se confessa, pour la première fois depuis vingt-cinq ans. Le lendemain matin, il reçut la Sainte Communion.

Pendant quelques jours, il resta avec le Padre pour fortifier son âme face à l’épreuve qui l’attendait. Padre Pio lui conseilla d’attendre avant d’annoncer sa rupture officielle avec les francs-maçons. Quelques mois plus tard, il retourna voir le Padre et, cette fois, s’arrêta à Rome pour annoncer à son cousin, le Dr Festa, sa conversion et son changement d’avis.

Lorsqu’un pèlerinage italien à Lourdes fut organisé sous la direction de l’archevêque de Milan Achille Ratti (futur pape Pie XI), Cesare décida d’offrir ses services aux pèlerins invalides, aussi bien dans le train que plus tard à l’hôtel. Ce fait est rapidement connu et le journal socialiste Avanti et d’autres feuilles similaires lancent une violente attaque sous un grand titre :

« Un franc-maçon à Lourdes !« .

Cesare est immédiatement prié de s’expliquer. La réponse de Cesare est brève et précise. A Lourdes, dit-il, il a admiré non pas tant la restauration de la santé corporelle que les miracles de la foi. Une nouvelle tempête s’ensuit car, officiellement, il est toujours membre de la confrérie. Alors qu’il s’apprête à se rendre à la dernière réunion de la Loge pour rompre tout lien avec la franc-maçonnerie, il reçoit une lettre très encourageante de Padre Pio.

« N’ayez jamais honte du Christ ou de sa doctrine. Il est temps de combattre à visage découvert. Que le Donateur de toutes les bénédictions t’accorde la force nécessaire !« .

Ces mots, prononcés à un moment si critique, donnent à Cesare le courage nécessaire. Il se rendit à la Loge et là, avec une grande ferveur d’esprit, il parla ouvertement du Christ, Sauveur du monde, de sa doctrine, de son Église et du bonheur suprême qu’il éprouvait à leur revenir. Puis il présenta officiellement sa démission et rompit tout lien avec la secte.

Tout cela se passe en novembre 1921. Le Noël suivant, Cesare se rendit à Rome avec son cousin, le docteur Festa. L’ancien franc-maçon y fut vu en tenue de tertiaire franciscain, marchant dans la procession du Bambino dans l’église de l’Ara Coeli, un cierge allumé à la main. Trois jours plus tard, il fut reçu en audience par le pape Benoît XV, à qui il raconta sa conversion grâce aux bons offices de Padre Pio.

« Oui, dit le Pape, Padre Pio est vraiment un homme de Dieu ; certains ont des doutes à son sujet, mais vous contribuerez à le faire connaître.« 

À une demi-lieue du monastère des Capucins de San Giovanni Rotondo se trouve une librairie tenue par un photographe de renom, le signor Federico Abresch. Allemand de naissance et ancien protestant, il s’est depuis longtemps converti à la foi catholique. Cependant, la conversation qu’il a eue lors de son mariage avec une catholique n’a été qu’une formalité plutôt qu’un changement d’avis sincère de sa part.

En 1928, le signor Abresch est venu de Bologne, où il avait un studio de photographie, pour rendre visite à Padre Pio. Agenouillé pour se confesser, il exprima simplement son incrédulité, disant qu’il considérait la confession comme une bonne institution sociale et rien de plus, et non comme un moyen divin de grâce.

Padre Pio le regarda avec une expression de douleur extrême.

« Hérésie ! Toutes tes communions ont été sacrilèges« , s’exclama-t-il.

« Tu as besoin d’une confession générale. Examinez votre conscience. Jésus a été plus miséricordieux envers toi qu’envers Judas« .

Et sur ces mots, il le congédia.

Le pauvre homme se sentait terriblement confus, car il ne se souvenait pas de la dernière fois où il avait fait une bonne confession depuis qu’il était entré dans l’Église. Lorsqu’il revint voir Padre Pio, il expliqua sa situation du mieux qu’il put. Alors, très gentiment, Padre Pio lui dit ce dont il ne se souvenait pas. Il avait fait sa dernière bonne confession au retour de son voyage de noces, ce que le frère n’aurait jamais pu savoir par des moyens naturels.

C’est exactement ce qui s’est passé, car le Signor Abresch se souvient maintenant des circonstances de cette confession. A partir de là, Padre Pio commença à énumérer les autres péchés de commission et d’omission du pénitent qu’il avait devant lui, concluant par ces mots :

« Vous avez glorifié Satan, et Jésus, dans son amour infini, s’est brisé le cou pour vous !« 

Le signor Abresch reçut alors sa pénitence et son absolution, et avec elles une telle joie et un tel bonheur qu’il se sentit comme une nouvelle personne. À partir de ce moment-là, il a assisté à la messe et à la communion quotidiennes, et est finalement devenu tertiaire franciscain.

« Je crois maintenant, écrit-il, non seulement à tous les dogmes de l’Église catholique, mais aussi à ses plus petites cérémonies. Et je sens que si quelqu’un essayait de m’enlever cette foi, il ne pourrait que me prendre la vie !« 

Le signor Abresch et sa famille, comme tant d’autres convertis à Padre Pio, souhaitaient une chose de plus : pouvoir vivre près du Padre. Ceux qui n’ont pas les moyens de s’installer à San Giovanni Rotondo se contentent de visites fréquentes ; ceux qui le peuvent s’installent à l’ombre du monastère de Notre-Dame de Grâce – ce qui explique la présence du signor Abresch à San Giovanni Rotondo aujourd’hui. La plupart des photographies publiées dans ce livre lui appartiennent et il nous a aimablement autorisés à les utiliser. Il doit faire preuve d’une grande habileté pour sécuriser ces photos, en particulier celles prises pendant la messe, car Padre Pio ne pose jamais et n’autorisera jamais sciemment quelqu’un à le prendre en photo.

À lire aussi | Jim Caviezel a participé au rassemblement « Rallye du Rosaire »

Le Dr Angelo M. Merla fut l’un des médecins qui assistèrent le Dr Festa lors de l’opération de Padre Pio que nous avons déjà décrite. Il avait été incroyant et s’était éloigné de l’Église pendant trente ans. Padre Pio le ramena aux sacrements et aux pratiques religieuses régulières. Il a fait sa première communion en même temps que sa petite fille. Aujourd’hui, dans son cabinet, le Dr Merla montre souvent aux gens un thermomètre qui s’est cassé lorsqu’il a essayé de prendre les températures extraordinaires de Padre Pio. (Celles-ci atteignent parfois 120 degrés Fahrenheit.)

En ce qui concerne d’autres conversions provoquées par Padre Pio, le Dr G. Festa raconte qu’il a vu, de ses propres yeux, un jeune juif s’agenouiller un jour devant Padre Pio et lui dire :

« Padre, je ne partirai pas d’ici tant que tu ne m’auras pas baptisé !« .

Il était venu à San Giovanni Rotondo par curiosité ; il est reparti chrétien.

Cet article a été publié originellement par Reject Modernism (Lien de l’article) d’après le livre de Père Pascal P. Parente.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire