in , , , ,

Les 5 villes saintes dans le catholicisme

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Ces villes saintes sont bien plus que des emplacements géographiques ; ce sont des réservoirs de traditions spirituelles.

Chaque religion a au moins une ville sacrée, et le catholicisme en a cinq. Chacune d’elles bénéficie d’un Jubilé Perpétuel reconnu par l’Église, lui permettant de célébrer une année sainte tous les sept ans, tout en accordant des indulgences.

Jérusalem et Rome sont bien sûr deux des cinq villes sacrées du catholicisme. Les trois autres se trouvent en Espagne. Même si vous connaissez probablement Saint Jacques de Compostelle (principalement en raison du légendaire Chemin de Saint-Jacques), il est probable que vous n’ayez jamais entendu parler de Caravaca de la Cruz ou de Santo Toribio de Liébana.

Saint Jacques de Compostelle

Depuis le IXe siècle, lorsque la tombe de l’apôtre Jacques a été découverte, Saint Jacques de Compostelle est devenue l’une des principales puissances spirituelles de l’Europe et une destination de pèlerinage d’une importance particulière. Le Chemin de Saint-Jacques, ancien réseau de routes de pèlerinage, converge à la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle, où sont préservées et vénérées les reliques de Saint Jacques le Majeur, l’un des apôtres de Jésus-Christ. Les pèlerins y arrivent après avoir traversé les paysages du nord de l’Espagne, cherchant non seulement le triomphe physique d’atteindre la fin du voyage, mais aussi un renouvellement profond de leur foi.

Caravaca de la Cruz

Dans la région de Murcie, dans le sud-est de l’Espagne, la ville de Caravaca de la Cruz abrite un sanctuaire exceptionnel, riche en signification historique et spirituelle. La Basilique de la Vera Cruz, malgré sa présence relativement humble, conserve le fragment vénéré du Lignum Crucis, la Vraie Croix, connue sous le nom de Croix de Caravaca. La tradition affirme que le fragment a été transporté de Jérusalem directement vers cette basilique par des anges, bien qu’il existe différentes versions de cette histoire. Des pèlerins du monde entier convergent vers cette ville, attirés par la fascination de cette relique sacrée.

À lire aussi | Échapper à l’enfer grâce au Scapulaire ?

Santo Toribio de Liébana

Camaleño est une petite ville d’environ 1 000 habitants, au cœur de la Cordillère Cantabrique, dans le nord de l’Espagne. Là, le monastère de Saint Turibio d’Astorga abrite également un autre fragment de la Vraie Croix, mais c’est le plus grand de toute la chrétienté. Bien que la relique ait été conservée à Jérusalem, des fragments en étaient déjà arrivés en Europe au Ve siècle, comme c’est le cas du célèbre monastère de la Sainte-Croix à Poitiers, en France. Cependant, le plus grand fragment de la relique de la Sainte Croix a été apporté en Espagne depuis Jérusalem (ou Rome selon d’autres versions) par Saint Turibio d’Astorga.

Le site du monastère affirme que la relique fait partie du bras gauche de la Sainte Croix, préservant le trou où la main du Christ a été clouée. Au XVIe siècle, le bois a été soigneusement coupé en forme de croix et placé dans le reliquaire en argent où il est conservé aujourd’hui. Le bois est issu d’un cyprès méditerranéen (Cupressus sempervirens). Mesurant 60 centimètres de hauteur, 35 centimètres de largeur et près de 4,5 centimètres d’épaisseur, c’est la plus grande relique de la croix du Christ conservée (encore plus grande que celle conservée à la Basilique Saint-Pierre de Rome).

Cet article a été initialement publié par Aleteia puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire