in , , , , , , , , ,

Les conséquences du silence autour du diable dans l’Église

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La première conséquence du silence autour du diable, est qu’aujourd’hui des gens m’écrivent de nombreux pays pour déplorer l’absence totale d’exorcistes (Feu Père Amorth). Et je parle des nations du premier monde : l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, l’Espagne, le Portugal, pour n’en nommer que quelques-unes.

Dans ces pays, ils n’ont pas d’exorcistes. Et tant de chrétiens m’écrivent parce qu’ils veulent venir à Rome pour recevoir de moi des exorcismes. Et ce n’est pas possible, car je suis déjà surchargé de devoirs et d’affaires à suivre. Je dirige donc tout le monde vers les groupes du Renouveau, ou vers ces prêtres qui font des prières de libération qui, si elles sont accomplies avec foi, ont le même effet – comme je l’ai déjà dit – que de véritables exorcismes.

À ce stade, je voudrais noter que dans la vie de nombreux saints, vous trouverez de nombreux épisodes qui témoignent de la façon dont, sans être des exorcistes, ils ont chassé le diable. Je vais vous donner le nom d’un saint qui n’a jamais été nommé officiellement le patron des exorcistes, mais qui en est venu à être considéré comme le protecteur de l’industrie : Saint Benoît.

Eh bien, Saint Benoît n’était ni prêtre ni exorciste. Il était moine. Cependant, il était vraiment efficace dans ses prières de libération ! Je vais vous donner un autre nom : Sainte Catherine de Sienne. Lorsque les exorcistes n’ont pas réussi à libérer quelqu’un du diable, ils l’ont envoyé à Sainte Catherine, qui n’était ni prêtre ni exorciste, et elle a prié, et avec sa foi, elle a obtenu des libérations extraordinaires. Et tant d’autres hommes et femmes, avec leur foi et leur sainteté…

Et les témoignages ne manquent pas, racontant comment même le Père Pie, qui n’a jamais été officiellement exorciste, a libéré les gens de l’emprise et des agissements de l’Adversaire.

C’est pourquoi la vôtre est une bataille à double-face, menée sur deux fronts : contre l’Adversaire, comme toujours, et contre le silence ou l’incrédulité de l’Église elle-même

Certes, il s’agit de persuader les gens de l’Église. Jusqu’au XIIe siècle, les choses se sont bien déroulées, car il y avait un grand nombre d’exorcistes dans chaque diocèse. Et puis il y a eu ce que j’appellerai la période de folie, c’est-à-dire où certains membres de l’Église ont autorisé la torture des hérétiques, et puis une autre période où ils ont autorisé qu’ils soient relégués à la « branche séculière », c’est-à-dire le juge d’État et brûlé vif sur le bûcher. Et des barbaries similaires se sont poursuivies pendant plusieurs siècles.

Malheureusement, des actions exagérées ont été prises contre l’hérésie, au point que pendant longtemps, ils n’ont pas pratiqué d’exorcismes, mais ont envoyé les possédés directement au bûcher. Cependant, il reste des documents de ceux qui pratiquaient encore des exorcismes : il y a une histoire bien connue d’un évêque français qui, dans le cas d’une religieuse possédée par le diable – une vraie sorcière – l’a fait exorciser au lieu de l’envoyer au bûcher.

Il a fallu deux ans pour la libérer, mais ensuite, elle a vécu une vie sainte pour le reste de ses jours. Il s’agissait d’un cas de possession véritable, comme ceux qui constituent typiquement des cas assez rares eu égard aux diverses manifestations et actions démoniaques.

Toujours au sujet des hérétiques diaboliques, je me souviens qu’on m’a demandé un jour sur Radio Maria si même Saint Carlo Borromée avait envoyé des gens au bûcher ; oui, c’est vrai : il y a des témoignages indiquant que Borromeo l’avait fait. La sainteté n’empêche pas d’avoir la mentalité de l’époque, et même lui, quoique saint, condamnait les gens au bûcher. Quoi qu’il en soit, à cette époque, ils ne faisaient pas d’exorcismes, et maintenant, à la suite de tant d’absurdités et d’atrocités perpétrées depuis si longtemps, ils ne les font plus du tout.

Plus d’exorcismes. La conséquence étant que dans la plupart des séminaires, on ne parle même plus de l’Enfer, ni du diable ; et même maintenant, dans beaucoup d’institutions de ce genre, on ne parle plus d’exorcismes. Vous voyez pourquoi aujourd’hui, vous trouvez un grand nombre de prêtres qui n’y croient pas, et un grand nombre d’évêques… oui, même des évêques, parce que certains prêtres sont devenus évêques plus tard, mais continuent à ne pas y croire et sortent pour dire en public : l’Enfer n’existe pas, le diable n’existe pas…

Même Jésus dans l’Évangile en parle abondamment, ce qui laisse penser : soit ils n’ont pas lu l’Évangile, soit ils n’y croient pas vraiment ! Et face aux nombreuses guérisons opérées par Jésus sur les possédés, ils disent qu’il s’agit d’un terme dérivé de la langue et de la culture de l’époque, qui définissait les possédés comme ceux qui en réalité étaient simplement malades.

Mais l’Évangile distingue très clairement les deux cas, c’est-à-dire quand Jésus guérit les malades, et quand au contraire, il chasse le diable. Il distingue aussi très clairement le pouvoir de guérir et le pouvoir d’expulser les démons. Et le mandat final est : allez, prêchez ma parole, expulsez les démons et guérissez les malades.

Lors de la première réunion de l’Association des exorcistes, nous étions douze, alors que maintenant, nous sommes beaucoup plus nombreux. Cela signifie que certaines choses ont changé.

J’ai fait beaucoup d’interviews télévisées et je les ai acceptées de bon gré, pour divulguer, faire connaître, diffuser un maximum d’informations nouvelles sur le sujet… J’ai fait beaucoup de bruit sur le sujet ! Je crois que le Seigneur m’a effectivement utilisé pour répandre la parole sur ces choses, afin de ramener la pratique des exorcismes. Il y a beaucoup de gens qui souffrent. Et où finissent-ils ? Avec des mages, avec des sorciers…

Où d’autre peuvent-ils aller ? Ils finissent là, parce qu’ils se sentent maltraités par certains prêtres, et ils disent : au moins je peux aller vers quelqu’un qui va me recevoir avec gentillesse, qui va me faire asseoir, me montrer qu’il veut aider. Alors que certains prêtres entendent : « J’ai des problèmes » et répondent immédiatement : « Ce ne sont que des contes de fées, sortez d’ici ! » Et ils leur claquent la porte au nez. C’est une chose ridicule que Christ n’aurait jamais faite.

Il y a ce livre merveilleux du seul évêque italien qui fait des exorcismes, Monseigneur Gemma, qui parle clairement, et avec beaucoup de courage, de la réalité du diable. Bien sûr, il n’est pas le seul : beaucoup d’autres ont fait entendre leur voix sur ce sujet souvent négligé, voire carrément censuré, mais ils sont trop peu nombreux.

En tout cas, il y a quelqu’un qui, peut-être en serrant les dents, doit nommer des exorcistes. Mais pas avec beaucoup d’enthousiasme. Et je dirai aussi que les exorcistes en général sont méprisés par une bonne partie du clergé lui-même, qui les considère souvent comme des fanatiques. Ils ne sont pas bien acceptés, même s’ils ne sont pas seulement membres du clergé, mais peuvent par principe être considérés parmi les meilleurs. Je dis le meilleur parce que le droit canonique dit que l’évêque, en nommant l’exorciste, doit choisir un prêtre de prière, de culture et d’équilibre, qui a une bonne réputation. Toutes les qualités que chaque prêtre devraient avoir, mais tous ne le font pas.

Je dirais donc que les exorcistes sont choisis parmi la crème de la crème du clergé. Mais au contraire, les autres prêtres n’estiment pas toujours ce qu’ils font, car fréquemment, ils sont parmi les premiers à ne pas croire. Cependant, il se peut que certaines choses changent maintenant. Le premier à briser la glace et à dire la vérité fut Paul VI en 1972, lorsqu’il prononça le célèbre discours du 15 novembre, entièrement consacré au diable.

Celui qui ne croit pas que le diable existe – disait-il, pour paraphraser – est en dehors de la doctrine de l’Église. Il a finalement brisé la glace, et c’était le pape qui parlait ! Mais il n’a pas eu un très bon suivi. Au lieu de cela, c’est votre serviteur, qui n’est pas le Pape, et pratiquement personne, qui a été béni par le Seigneur.

Je suis élève de Padre Candido Amantini. Depuis une quarantaine d’années, cet homme ici a été exorciste à la Scala Sancta. Un passionné. J’ai été nommé assistant exorciste du père Candido, et je lui dois tout ce que je suis. J’ai écrit le premier livre pour relater et mettre sur papier les enseignements que Padre Candido m’avait donnés.

Et moi, comme tous les auteurs, j’aspirais à une deuxième édition. Un auteur aspire en général à au moins une seconde édition. Mais dire que la première année, ils ont dû imprimer six éditions… Ils sont partis comme une traînée de poudre ! Et même maintenant, après tant d’années, c’est mon livre le plus vendu. Les autres se vendent bien… et même en traduction, ils se sont bien vendus. Je l’ai vu à Madrid, où j’étais en visite, et en une journée, j’ai dû faire six interviews, organisées par l’éditeur. Ils l’ont même traduit en japonais…

J’aimerais présentement offrir au lecteur un témoignage qui met en lumière comment la possession démoniaque implique non seulement des démons, mais aussi des âmes damnées.

Il y a quelques années, un homme m’a demandé d’aller bénir sa maison car des événements extraordinaires s’étaient produits. Il entendait les pas des gens qui n’étaient pas là ; sous l’oreiller ou sur le rebord de la fenêtre, il trouvait trois pièces de monnaie, ou trois brindilles, ou trois cailloux ; souvent son peigne ou sa brosse à dents se retrouvaient dans le réfrigérateur.

Pendant les repas, le bouchon de l’eau minérale se positionnait près de sa femme ; et sa femme, elle seule pouvait voir par-dessus son épaule un beau jeune blond qui errait dans leur maison et ses jardins environnants. L’homme avait alerté la police, pensant que quelqu’un préparait quelque chose ; mais après plusieurs jours de vaines implantations, les militari ont renoncé, pensant que tout cela n’était qu’imaginaire ou les hallucinations d’un esprit malade.

J’y suis allé immédiatement. La femme est restée distante, me regardant avec des yeux menaçants. J’ai commencé à prier, prononçant la bénédiction avec de l’eau bénite. Quelques gouttes tombèrent sur la femme et provoquèrent une réaction impensable. Elle a immédiatement commencé à crier que l’eau bénite brûlait. J’étais pétrifiée et j’ai recommandé au mari : « C’est un cas grave : amenez votre femme chez l’exorciste du diocèse. »

Le lendemain, ils se rendirent chez l’exorciste responsable, qui dit tout de suite qu’il s’agissait d’un cas grave, une véritable possession démoniaque. C’était le sixième ou septième cas grave qu’il rencontrait depuis qu’il était devenu exorciste. La femme était exorcisée deux fois par semaine. Mais au bout d’un moment, le prêtre conseilla au mari d’aller voir l’évêque du diocèse pour demander l’aide d’un prêtre qui pourrait s’occuper d’elle tous les jours ; sinon, le temps jusqu’à la libération serait très long. Le couple est allé voir l’évêque, qui a décidé de me confier la charge.

Une fois que j’eus pris connaissance des faits, je devins leur curé.

J’ai donc commencé à visiter cette famille tous les jours, y restant de quarante-cinq minutes à une heure, selon le temps qu’il fallait au diable pour partir et libérer la femme, au moins temporairement. Chaque fois, avant l’exorcisme, la femme me demandait :

« Qu’est-ce que tu fais ici ? Vous n’avez rien de mieux à faire ? »

Une fois la prière commencée, elle est entrée en transe, retenue par son mari et moi, car elle devenait violente. Deux fois, avant que je commence, elle réussit à s’emparer d’un couteau, dont elle nous menaça ; une fois, elle a réussi à s’enfermer dans sa chambre et, entrée en transe profonde, elle s’est moquée de nous. Puis j’ai commencé l’exorcisme de l’autre côté de la porte et, petit à petit, elle s’est calmée et nous a laissé entrer.

Pendant l’exorcisme, elle parlait plusieurs langues avec des voix différentes : elle chantait la Marseillaise, ou récitait l’Enfer de Dante. Après quelques exorcismes, sous mes ordres, le diable révéla son nom : Zago. Il a dit qu’il était le chef et qu’il était adoré dans un pays lointain, à côté d’une église en ruine ; il a expliqué sa mission en disant qu’il avait gagné.

L’autre démon présent était Astaroth, qui a présidé à la destruction de l’amour du couple l’un pour l’autre et pour leurs enfants. Il y avait aussi un troisième démon, Snake, qui avait pour tâche de conduire la femme au suicide : il avait essayé avec des sacs en plastique attachés au cou de la femme et des cordes accrochées au lustre, et en effet, une fois, avait tenté de la faire se jeter au large d’un pont.

La femme faisait souvent ses valises et disait qu’elle devait se rendre à cet endroit, où se trouvait cette église en ruine, parce qu’il l’y attendait : il l’avait ordonnée et elle devait y aller. Selon Zago, une légion de démons mineurs était également présente.

A ma grande surprise, trois âmes damnées se sont également révélées : Michelle, une femme qui avait travaillé au Moulin Rouge et qui a été tuée par la drogue à l’âge de trente-neuf ans. Michelle prononçait souvent des phrases en français, celles répétées par le passé pour attirer les clients. Alors le visage de la femme devint doux et moelleux ; Michelle serait celle qui resterait avec la femme jusqu’à la fin de l’exorcisme, seulement pour la laisser ravagée et pleurer.

Puis Beelzebul était également présent, un Marocain qui avait décapité trois missionnaires en 1872. Quand j’ai demandé à quel ordre appartenaient ces hommes, il a répondu :

« Que sais-je de vos ordres religieux ? »

Plus tard, il s’était suicidé par remords.

Le troisième damné était Jordan, un Écossais qui avait tué sa femme.Il intervenait souvent et semblait affirmer :

« Le vrai dieu est Zago. Il est le plus puissant. »

Je pense que c’est ce qu’il a dit ; je ne connais pas beaucoup l’anglais. Lors de l’exorcisme, Zago s’est vanté d’être le capitaine du monde, affirmant que tout se déroulait comme il le souhaitait, qu’il avait lui-même provoqué la guerre civile au Rwanda, savourant et se contentant du sang versé des frères.

Puis il m’a provoqué en disant :

« Tout ce que vous prêchez, ce sont des contes de fées et personne n’écoute ! »

Il menaçait souvent de venir me voir la nuit et de m’arracher les intestins. Une fois, il m’a dit :

« Attention, je pourrais aussi entrer en toi. »

Et après réflexion, il a ajouté :

« Mais ce n’est pas drôle de vivre à l’intérieur d’un prêtre. »

Quand j’ai insisté avec mes questions, le coinçant, il m’a dit :

« Tu me casses les couilles. »

Et j’ai répondu :

« Je ne savais pas que les démons avaient des couilles. »

Et il a rétorqué :

«  Idiot ! C’est une figure de style.« 

Et il s’est moqué.

Sur mon ordre, ils m’ont dit quand ils étaient entrés chez la femme. Zago a expliqué :

« Je suis venu en 1972, avant que la femme n’entre dans l’église le jour de son mariage, à midi. »

Il était très exact. J’avais célébré ce mariage. Zago avait été convoqué à cette mission par un homme de Viterbe qui ne voulait pas que le mariage ait lieu. Puis, à minuit, avec une autre messe noire qui impliquait la mise à mort d’un animal, d’autres démons sont entrés en elle.

Après ces révélations, le mari se souvint qu’un prêtre avait été approché par un homme qui ne voulait pas que cette union conjugale se réalise la veille du mariage. Zago se vantait qu’à côté de l’église en ruine se trouvait son temple, avec la grande inscription, AU DIEU ZAGO.

Quand j’ai prononcé la phrase « A Dieu le royaume », il a rapidement corrigé : « A Zago le royaume ».

Plus les exorcismes duraient, plus on voyait son malaise, et ses plaintes. Quand je plaçais mes mains sur la tête de la femme, Zago hurlait. Il ne comprenait plus un mot et criait :

« Vous salissez ma maison, vous laissez entrer la lumière, vous détruisez ma maison ! »

J’ai répondu que la lumière est belle, c’est la vie, mais il a crié :

« Non ! Les ombres sont ma maison ! »

Il a affirmé qu’il était dans la tête de la femme. A la question « Pourquoi es-tu dans sa tête ? » il a répondu :

« C’est là que vous contrôlez tout le corps. »

L’imposition des mains l’a transformé en bête. Sur la tête, la femme avait une grosseur, et il a révélé qu’il y a longtemps, c’était lui qui l’avait causée. Le mari a confirmé qu’il était apparu soudainement, il y a de nombreuses années, alarmant tout le monde ; mais toutes les analyses n’ont rien révélé de troublant.

J’ai souvent soufflé sur la femme, comme un signe tangible du Saint-Esprit, et en s’agitant, elle criait :

« Vent brûlant ! »

De même, elle a pleuré quand je l’ai bénie avec de l’eau bénite ; bien que cette réaction furieuse ne se soit pas produite après son départ, à la fin de l’exorcisme. Au début, nous avons essayé en vain de mettre de l’eau bénite dans une bouteille, pour faire boire la femme, mais la bouteille restait toujours pleine.A force de séance, je sentais que la force et l’arrogance du démon diminuaient de plus en plus ;
en fait, il commença à invoquer Satan :

« Satan, ne m’abandonne pas ! Satan est présent ici, Satan est parmi nous ; aide-moi, Satan ! »

Depuis le mois de juillet, il avait promis de partir. Dans les premiers jours d’août, il a commencé à dire qu’il serait parti à la veille de l’Assomption, affirmant précisément :

« Quand tu porteras ta marionnette [la statue de la Madone], je m’en irai. »

À lire aussi | Patience et amour des croix, l’invitation Divine aux souffrances

En secret, j’ai conseillé à la communauté de prier et de jeûner, annonçant que la veille de la fête de l’Assomption, un grand miracle se produirait. J’ai fait placer la femme à un endroit approprié, avec son mari et un ami, où passerait le cortège. Au passage de la Madone, la femme poussa un grand cri et s’évanouit.

Après la cérémonie, elle a demandé ce qui s’était passé. Je lui ai dit que pendant que j’étais dans l’église après la procession, j’avais vu la femme à l’intérieur, parmi la foule, souriante ; ce qui était étrange, car la femme n’avait pas souri depuis longtemps. Puis j’ai interrompu le chant des litanies, j’ai annoncé que le miracle s’était produit, et nous avons remercié le Seigneur.

Source : Memoirs of an Exorcist My Life Fighting Satan – Marco Tosatti & Père Gabriele Amorth

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Patience et amour des croix, l'invitation divine aux souffrances

Patience et amour des croix, l’invitation Divine aux souffrances

Soulagement des âmes du Purgatoire considéré comme œuvre de justice

Soulagement des âmes du Purgatoire considéré comme œuvre de justice