in , , , , ,

Les origines de « prendre la soupe » utilisée lors de la famine irlandaise

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Comment les pauvres catholiques irlandais ont dû choisir entre se convertir au protestantisme ou mourir de faim pendant la grande famine irlandaise et comment l’expression « prendre la soupe » s’est gravée dans la psyché irlandaise.

Alors que nous entamons une nouvelle année importante de commémorations autour de la guerre civile irlandaise, il est important de rappeler que 2024 marque également le 179e anniversaire du début de la famine irlandaise (1845-1852).

Pour beaucoup, l’expression « prendre la soupe » est synonyme de l’histoire de la famine.

Les sociétés bibliques protestantes ont créé des écoles dans lesquelles les enfants affamés étaient nourris, à condition de recevoir en même temps une instruction religieuse protestante.

Alors que la crise alimentaire s’aggravait, certaines familles catholiques pauvres durent choisir entre le protestantisme et la famine. Ceux qui se convertissaient pour obtenir de la nourriture étaient appelés « soupeurs » ou « jumpers« .

En réalité, le souperisme était un phénomène rare, mais il a eu un effet durable sur la mémoire populaire de la famine. Il a également terni la mémoire des actions de secours menées par de nombreux protestants qui ont apporté leur aide sans faire de prosélytisme (tentative de conversion).

Par exemple, l’un de ces protestants évangéliques accusés de s’être livrés à cette pratique controversée était le révérend Edward Nangle.

Originaire du comté de Meath, il établit en 1834 une mission protestante sur l’île d’Achill, dans le comté de Mayo, et y travaille pendant 18 ans pour apporter le christianisme aux habitants de l’île.

Lorsqu’Edward Nangle est arrivé sur l’île d’Achill avec sa jeune famille, il s’agissait de l’un des endroits les plus déshérités d’Irlande, qui s’avançait dans l’Atlantique au large de la côte de Mayo.

Le projet de Nangle était audacieux. Il veut transformer l’île et sortir ses habitants de la misère, qu’il impute à la papauté et à l’Église catholique. Il apportera la Bible aux insulaires, dans leur langue maternelle.

Il créera des écoles, récupérera des terres, apportera des services médicaux et encouragera le bien-vivre. Il voulait civiliser l’île et l’éducation scripturale était son principal outil.

À cette époque, l’île d’Achill était peuplée d’environ 6 000 catholiques irlandais, principalement pauvres.

Nangle lui-même était perçu comme un homme difficile et intolérant, vouant une haine profonde au catholicisme. Au début des années 1840, la colonie de la mission d’Achill comprenait des maisons en ardoise à deux étages, une imprimerie, un orphelinat, un hôpital, un bureau de poste, un dispensaire, un moulin à maïs et des bâtiments agricoles, entourés de champs gagnés sur les pentes humides de la montagne.

En 1842, la colonie accueillait 56 familles, soit 365 personnes. Seules 11 de ces familles étaient d’origine protestante, les 45 autres étant d’origine catholique. Au fur et à mesure que la mission se développait, elle attirait de plus en plus l’attention du public. Samuel et Anna Hall ont visité la mission d’Achill dans le cadre d’un voyage en Irlande que le couple avait entrepris dans le but de produire un guide de l’Irlande pour les touristes.

Arrivés à la colonie, ils ont procédé à un bref tour d’horizon de la mission, en tenant compte des moyens financiers engagés et des résultats concrets. Cependant, ils ne sont pas « enchantés » par l’approche stricte de Nangle à l’égard des élèves de l’école, de la mission et de l’orphelinat.

Les Halls qualifient la mission d' »échec complet » et s’en prennent à Nangle, qu’ils décrivent comme un homme dépourvu d’un véritable sens de la douceur, de l’amour de la paix et du zèle chrétien.

Une visite similaire effectuée par Asenath Nicholson, une auteure américaine, a attiré une attention malvenue sur les dépenses et les revenus de l’Achill Mission Colony et a soulevé des questions sur les avantages de l’organisation.

La santé physique et mentale de Nangle est précaire depuis sa jeunesse. Avec l’arrivée de la Grande Famine, sa santé s’est effondrée. Malgré cela, il réussit à rassembler d’énormes ressources en collectant des fonds, principalement en Angleterre, pour la mission d’Achill.

Au printemps 1847, au plus fort de la famine, Nangle et la colonie emploient 2 192 travailleurs et nourrissent 600 enfants par jour. En juillet 1847, il a été suggéré que 5 000 des 6 000 habitants d’Achill recevaient une aide concrète de la mission, qui avait planté 21 tonnes de pommes de terre étrangères exemptes de mildiou.

Ce qui semblait être un geste humain s’est rapidement retrouvé au cœur d’une controverse. Il est accusé de « souperisme« , c’est-à-dire d’obtenir des conversions par des avantages matériels tels que de la nourriture. « Edward Nangle déclara à son tour qu’aucun enfant n’était admis dans les écoles de la colonie s’il n’était pas prêt à recevoir une instruction religieuse protestante, mais que ses écoles avaient sauvé de nombreuses personnes de la famine.

À lire aussi | Rdv des cathos, Frantz Toussaint des AFC nous parle de la famille catholique

La mission d’Achill a très certainement sauvé de nombreuses personnes de la famine – un lieu de refuge en ces temps difficiles. Lorsque les conditions se sont améliorées, beaucoup de ceux qui avaient quitté la foi catholique sont rapidement revenus au bercail.

En 1852, Nangle quitta Achill après 18 ans de travail sur l’île et s’installa dans le comté de Sligo, où il devint recteur de Skreen.

Aujourd’hui, la dépouille d’Edward Nangle repose au cimetière de Deansgrange, dans le comté de Dublin.

Enfin, Les pratiques souperistes, signalées à l’époque, consistaient notamment à servir des soupes à la viande le vendredi – que les catholiques n’avaient pas le droit de consommer selon leur foi.

Les soupers étaient fréquemment ostracisés par leur propre communauté et fortement dénoncés en chaire par le sacerdoce catholique. Parfois, les soupers devaient être protégés par des soldats britanniques contre d’autres catholiques.

Cet article a été initialement publié par Irish Central puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire