Mgr Charles Fink : Pas de pitié pour les amateurs de messes latines ?

Laissez-moi être parfaitement clair, comme aiment le dire les politiciens : je n'ai aucun intérêt personnel à promouvoir la messe traditionnelle en latin. En fait, j'ai été élevé épiscopalien et donc, si parfois pris de nostalgie, je pourrais regretter la version King James de la Bible et la liturgie inspirée de l'élégance incomparable de l'ancien Livre de la prière commune.

De plus, j'ai rejoint l'Église catholique après la clôture du Concile Vatican II et je n'ai pas assisté à une messe tridentine avant d'avoir environ trente ans de prêtrise, en tant que directeur de la Formation spirituelle dans un séminaire.

Cette messe était célébrée une fois par semestre, de mémoire, afin que les séminaristes puissent s'y familiariser. Je ne saurais dire combien ont été touchés par cette expérience. Pour ma part, je ne l'ai pas été. Je plaisante parfois en disant que le Saint-Esprit a principalement permis l'abandon presque complet de la liturgie latine en faveur du vernaculaire pour rendre possible mon ordination, car j'ai de sérieux doutes que j'aurais pu jamais maîtriser le latin. Même maintenant, si les messes en latin étaient soudainement restaurées et rendues obligatoires, je devrais probablement me rendre invisible et demander la permission de célébrer des messes privées en anglais.

Je ne suis certainement pas un fervent défenseur ou promoteur de la messe traditionnelle en latin, et encore moins un critique de la validité ou de l'efficacité de la messe que je célèbre quotidiennement depuis près de cinquante ans. Cela dit, je peux affirmer sans hésitation que certains des prêtres les plus dévoués, pastoraux et fidèles que j'ai connus au fil de ces décennies, de tous âges, ont aimé la messe traditionnelle en latin et ont souhaité, et continuent de souhaiter, qu'elle soit accessible aux fidèles dont l'expérience diffère grandement de la mienne.

Beaucoup de ces fidèles sont jeunes, et parmi eux, un bon nombre ressentent l'appel d'une vocation religieuse. Certains d'entre eux peuvent être excessifs dans leur critique du Novus Ordo et dans leur désir, s'ils sont ordonnés, de servir uniquement ceux dont la vision liturgique coincide avec la leur. Mais ils sont l'exception, pas la règle.

Alors je me demande, dans une Église avec de multiples rites liturgiques approuvés et de nombreuses adaptations culturelles de la pratique liturgique, une Église prête à tendre la main sans réserve à la Chine communiste (qui persécute brutalement les minorités religieuses) et à la communauté LGBTQ, qui a récemment montré son mépris total pour tout ce qui est catholique en transformant une liturgie funéraire à la cathédrale Saint-Patrick à New York en cirque, pourquoi le Vatican ne trouve-t-il pas dans son cœur compatissant et accompagnateur la possibilité de permettre aux catholiques qui aiment la messe traditionnelle en latin, existante depuis des siècles, de l'adorer comme ils le souhaitent, avec la bénédiction de l'Église.

Cela pourrait même contribuer à soulager la tension de devoir célébrer des messes dans des dizaines de langues le même dimanche dans un même diocèse.

Il y a quelques années, une femme âgée dans une paroisse où j'étais pasteur est venue me voir les larmes aux yeux. Je ne l'avais pas vue depuis un moment, et elle voulait s'expliquer. Elle aimait notre paroisse, disait-elle, mais surtout après la mort de son mari, elle était émotionnellement épuisée, en deuil, et essayait de se sentir aussi à l'aise avec le Novus Ordo qu'elle l'était avec la messe tridentine. Ainsi, elle avait trouvé une paroisse où elle se sentait chez elle et réconfortée. Elle continuait à soutenir notre paroisse, mais le dimanche, elle se rendait dans une autre église, que je suis assez sûr n'était pas alors approuvée par Rome.

Qu'est-ce que le Vatican a à dire à une personne comme elle, "Qu'elle mange du gâteau" ? Certes, elle était âgée et émotionnellement attachée à quelque chose qu'elle avait réellement connu et aimé la majeure partie de sa vie. Certes, ce n'est pas le cas de la plupart de ceux qui sont actuellement épris de la messe traditionnelle en latin. Néanmoins, beaucoup de ces catholiques vivent une expérience de Dieu, de sa grâce et de son amour transcendant à cette messe d'une manière qu'ils ne vivent pas au Novus Ordo (comme je le répète, ce n'est pas mon cas). Pourquoi mettre en doute leurs motivations ? Pourquoi les moquer ? Pourquoi les ostraciser ?

À lire aussi | Le saint prophétique qui a prédit à quoi ressemblerait la fin du monde

Apparemment, le FBI considère les catholiques traditionnels comme une menace sérieuse pour ce qu'il reste de notre démocratie. Si c'est ainsi qu'ils nous protègent, je me sens vraiment très en insécurité. Le Vatican, dans un monde de chaos moral, de défections massives des catholiques pratiquants et de perte encore plus grande de la foi dans les vérités fondamentales catholiques, semble prêt à dépenser son capital moral limité et en diminution pour marginaliser les catholiques désirant la messe traditionnelle en latin, tendre la main à ceux qui méprisent ouvertement tout ce pour quoi nous nous tenons, et jacasser à propos du changement climatique et d'autres sujets à la mode. Si c'est cela la sagesse, alors inscrivez-moi comme fou.

Il n'y a pas longtemps, lors d'une interview avec Colm Flynn d'EWTN, le Dr Jordan Peterson s'est inquiété ouvertement du fait que l'Église catholique avait perdu foi en son message fondamental. J'aimerais croire que ce n'est pas vrai, mais il semble certainement que quelque chose ait été perdu. Pourrait-il s'agir de courage ? Après tout, il est beaucoup plus facile d'intimider un petit homme qui ne représente aucune menace pour personne que de tenir tête aux vrais brutes qui ont de leur côté la plupart des médias, y compris l'industrie du divertissement, et une grande partie de l'intelligentsia occidentale.

Quoi qu'il en soit, voici un ex-épiscopalien qui aime célébrer le Novus Ordo, mais qui souhaite tout le meilleur aux amateurs de la messe traditionnelle en latin. Au moins quand il s'agit de quelque chose comme ça, appelez-moi "pro-choix".

L’article original est disponible ici : No Mercy for Latin Mass Lovers? - The Catholic Thing

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
1
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *