in , , , ,

Mgr Strickland enjoint de refuser toute idée s’éloignant de l’Église catholique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Joseph Strickland, évêque de Tyler, continue à déballer sa lettre d’août dernier pour défendre les vérités qui ne peuvent être changées par ce Synode.

Au milieu de tant de chaos et de confusion, cet évêque américain reste un rayon de lumière au milieu de tant de ténèbres. Mgr Strickland est bien conscient que son impact ne se limite pas aux États-Unis mais que, grâce aux réseaux sociaux et aux médias, il touche des milliers de catholiques dans le monde entier.

Voici la nouvelle lettre publiée par le prélat texan :

Mes chers fils et filles dans le Christ,

C’est un honneur et une joie de continuer à partager avec vous les vérités fondamentales de notre foi catholique, en approfondissant la sixième vérité que j’ai décrite dans ma lettre pastorale du 22 août 2023 :

« La croyance que tous les hommes et toutes les femmes seront sauvés indépendamment de la façon dont ils vivent leur vie (un concept communément appelé universalisme) est fausse et dangereuse, car elle contredit ce que Jésus nous dit à maintes reprises dans l’Évangile.« 

Jésus dit que nous devons « renoncer à nous-mêmes, nous charger de notre croix et le suivre » (Matthieu 16:24). Il nous a donné le chemin, par sa grâce, de la victoire sur le péché et la mort par le repentir et la confession sacramentelle. Il est essentiel que nous accueillions la joie et l’espoir, ainsi que la liberté, qui découlent du repentir et de l’humble confession de nos péchés. Grâce au repentir et à la confession sacramentelle, chaque bataille contre la tentation et le péché peut être une petite victoire qui nous conduit à embrasser la grande victoire que le Christ a remportée pour nous.

Nous sommes tous pécheurs et nous avons tous besoin d’un Sauveur parce que nous sommes tous nés dans le péché originel et donc sujets à ses conséquences (cf. Rm 5,12-21). Le péché originel est le premier péché commis par nos premiers parents, Adam et Ève, en désobéissant à Dieu. Ce péché originel est maintenant une tache héréditaire avec laquelle nous naissons tous à cause de notre descendance d’Adam et Ève. Par conséquent, le péché originel est une privation continue de la grâce de Dieu et, en raison de ses effets sur nos vies, nous, en tant qu’êtres humains, sommes nés dans un état de séparation d’avec Dieu.

Si nous restions dans cet état de péché originel, nous serions éternellement séparés de Dieu, car rien d’impur ne peut entrer au Ciel (cf. Ap 21, 27). Cependant, par le baptême, Dieu a ouvert une voie pour que nous soyons justifiés en Lui, par Jésus-Christ seul, et pour enlever non seulement la tache du péché originel de nos premiers parents que nous portons, mais aussi la tache de tous les péchés actuels que nous portons nous-mêmes. Et pour nos péchés après le baptême, Dieu nous a donné le sacrement de la réconciliation (également appelé confession ou pénitence) pour nous permettre de nous repentir et d’être purifiés de la tache de nos péchés.

Le Catéchisme de l’Église catholique nous apprend que « le péché est une offense à Dieu : « C’est contre toi, contre toi seul que j’ai péché et que j’ai fait ce qui est mal à tes yeux« . Le péché s’oppose à l’amour de Dieu pour nous et détourne notre cœur de lui. Comme le premier péché, il s’agit d’une désobéissance, d’une rébellion contre Dieu par la volonté de devenir « comme un dieu », de connaître et de déterminer le bien et le mal. Le péché est donc « l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu ». Dans cette exaltation orgueilleuse de soi, le péché est diamétralement opposé à l’obéissance à Jésus, qui réalise notre salut« . (CEC 1850).

Cette première phrase est pleine d’une profonde intuition théologique :

« Le péché est une offense à Dieu« .

Considérons que Dieu est infiniment bon et saint, et qu’il est un amour infini. Ainsi, selon saint Thomas d’Aquin dans sa Somme théologique, lorsque nous péchons, nous péchons contre l’infini et, par conséquent, nos péchés sont infiniment offensants pour Lui. « Or, le péché commis contre Dieu est infini, car la gravité du péché augmente en fonction de la grandeur de la personne lésée (c’est donc un plus grand péché de léser le souverain que de léser une personne privée), et la grandeur de Dieu est infinie. Par conséquent, une punition infinie est due pour un péché commis contre Dieu« . (Summa Theologica ; I-II, q.87, a. 4, obj. 2).

Dans notre société actuelle, si affligée par les erreurs du relativisme moral, la tentation est trop forte de considérer le fardeau du péché d’un point de vue humain plutôt que d’un point de vue divin. Nous trouvons des excuses à nos péchés, expliquant que les choses que nous faisons ne sont « pas si mauvaises« . En outre, nous sommes tentés de présumer de la miséricorde de Dieu, en supposant qu’un Dieu aimant et miséricordieux ne tiendra pas compte de notre désobéissance et de nos échecs, même si nous ne demandons pas le pardon, parce qu’il est infiniment miséricordieux.

Cette ligne de pensée va parfois jusqu’à supposer qu’en fin de compte, le salut sera offert à tous les hommes simplement parce que Dieu est infiniment miséricordieux et que, par conséquent, tous les hommes seront sauvés. C’est l’erreur de l’universalisme. Cette erreur peut conduire à se demander :

« Quel est donc l’intérêt d’une conversion du cœur à Jésus-Christ ? Pourquoi se donner la peine de suivre le Christ ? »

Cette question est extrêmement dangereuse, car elle nous empêche de voir la nécessité d’une véritable et authentique repentance.

C’est une indifférence mortelle qui met en danger nos âmes immortelles et nous fait courir le risque éternel d’être séparés de Dieu. « Car le salaire du péché, c’est la mort, mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Romains 6:23). (Romains 6:23). Bien que Dieu s’accommode de notre nature humaine faible et déchue, cet accommodement se fait par les sacrements du baptême et de la réconciliation (confession sacramentelle), qui nous permettent d’entrer dans une relation juste avec notre Sauveur Jésus-Christ, par qui seul vient notre salut.

Le péché nuit à notre relation avec Dieu et nous empêche de participer à sa vie de grâce. Nous ne pouvons pas restaurer cette vie de grâce par nous-mêmes, car nous sommes des êtres finis avec des capacités limitées, et Celui que nous avons offensé par le péché est infini. Nous ne sommes pas capables de réparations infinies. Ainsi, nous ne pouvons restaurer une vie de grâce que par l’intermédiaire de Celui qui est infini. Lui seul est capable de restaurer la vie. Lorsque les disciples entendirent cela, ils furent très étonnés et dirent :

« Qui donc peut être sauvé ? Jésus les regarda et dit : Aux hommes, cela est impossible ; mais à Dieu, tout est possible » (Matthieu 19:25-26).

Le salut ne vient que par Jésus (cf. Actes 4:12). La grâce salvatrice que Jésus-Christ a gagnée pour nous sur la croix est un don gratuit de Dieu que l’homme reçoit par la repentance, la foi et le baptême.

Un mot clé sur lequel j’aimerais que nous réfléchissions dans cette discussion est « metanoia« . Ce mot grec signifie « changement de mode de vie résultant de la pénitence ou de la conversion spirituelle« . Ce changement est au cœur de ce que signifie être un disciple de Jésus-Christ, et bien qu’il implique un choix initial de faire demi-tour et de suivre le Christ, la métanoïa désigne en fait un mode de vie qui recherche un changement constant pour suivre Jésus-Christ plus pleinement et plus profondément.

De nombreux récits des plus grands saints impliquent une profonde métanoïa : saint Augustin, saint Ignace de Loyola, saint François d’Assise, sainte Marie-Madeleine et sainte Thérèse-Bénédicte, pour n’en citer que quelques-uns. Leurs histoires impliquent un détournement spectaculaire du péché et un choix clair de changer pour toujours et de suivre Jésus-Christ.

Maintenant que nous avons examiné le grand danger de l’universalisme (et de la négation du fait que le prix du péché est la séparation éternelle d’avec Dieu, à moins que nous n’acceptions l’appel à nous repentir du péché et à vivre à la manière de Jésus-Christ), comment pouvons-nous aller de l’avant vers la joie et le bonheur – l’espoir, ainsi que la liberté, qui viennent du vrai repentir et du fait de se tourner vers le Christ ?

En termes simples, la réponse à cette question est de vivre notre foi catholique dans la Parole et le Sacrement. La Parole de Dieu contenue dans les Saintes Écritures nous nourrit tout au long de ce chemin et nous indique toujours la vérité ; et les sacrements – institués par le Christ lui-même – nous offrent des rencontres avec la grâce de Dieu qui nous fortifient tout au long du chemin, nous transformant de pécheurs en sauvés.

En approfondissant notre compréhension des sacrements, et en particulier des sacrements du baptême, de la confirmation et de la réconciliation (également appelée confession ou pénitence), nous entrons plus profondément dans la métanoïa que nous sommes tous appelés à embrasser. Ces trois sacrements en particulier se complètent mutuellement au fur et à mesure que notre relation avec Jésus-Christ grandit.

Bien que l’Église reconnaisse que Dieu est souverain et qu’il n’est donc pas obligé de dispenser sa grâce uniquement à travers les sacrements, nous reconnaissons que les sacrements sont essentiels à la vie chrétienne et qu’ils sont les moyens ordinaires que Dieu nous a donnés pour que nous puissions recevoir la grâce sanctifiante et le salut qu’il a gagnés pour nous sur la croix.

Bien sûr, le baptême est le sacrement nécessaire de notre repentir initial, de notre conversion et de notre incorporation à la vie chrétienne. Il nous libère du péché originel et nous donne la grâce sanctifiante, nous permettant de partager sa vie et son amour. Un élément magnifique et essentiel de l’enseignement de l’Église est le caractère indélébile (permanent) que le baptême confère à une personne ; on ne peut jamais être débaptisé. Dans le Credo de Nicée que nous récitons à la messe, nous confessons « un seul baptême pour le pardon des péchés« .

La grande consolation ici est qu’une fois configurés au Christ, nous pouvons toujours revenir à lui, quelle que soit la distance parcourue dans notre péché, si seulement nous nous repentons et confessons nos péchés. Ainsi, le baptême nous configure de façon permanente au Christ et nous donne la grâce de vivre cette nouvelle relation.

La confirmation est plus profondément un renforcement du don originel de l’inhabitation de l’Esprit Saint que nous recevons au baptême. La Pentecôte, telle qu’elle est décrite dans les Actes des Apôtres, peut être considérée comme la confirmation des Apôtres dans l’Esprit Saint, et nous pouvons clairement voir la force spirituelle qu’ils ont reçue lorsqu’ils ont formé l’Église à ses débuts. Nous recevons les mêmes dons de l’Esprit Saint lorsque nous sommes confirmés, et ce sacrement nous donne la force de nous détourner constamment du péché et de nous rapprocher du Sacré-Cœur du Christ.

Enfin, le sacrement de la réconciliation (ou de la confession ou de la pénitence) peut être décrit comme le sacrement de la métanoïa continuelle. Nous trébuchons tous dans le péché et sommes appelés à confesser humblement nos péchés et à nous efforcer d’atteindre une plus grande sainteté. Dans notre cheminement de foi, le sacrement de la réconciliation est d’une importance capitale, et nous devons tous comprendre qu’il s’agit d’une rencontre d’amour avec le même Jésus-Christ que nous recevons dans l’Eucharistie.

La beauté de ce sacrement est qu’il exprime l’abondante miséricorde de Dieu et souligne qu’il ne prend jamais « plaisir à la mort des méchants« , mais qu’il leur donne constamment l’occasion de « se détourner de leurs voies et de vivre » (Ezéchiel 33:11). (Ezéchiel 33:11). Comme le dit le Catéchisme :

« Ceux qui s’approchent du sacrement de Pénitence obtiennent de la miséricorde de Dieu le pardon de l’offense commise contre Lui, et sont en même temps réconciliés avec l’Église qu’ils ont blessée par leurs péchés et qui, par la charité, l’exemple et la prière, travaille à leur conversion« . (CEC 1422).

Face aux défis du monde et de l’Église d’aujourd’hui – et en particulier face à la confusion du Synode sur la synodalité au moment où j’écris ces lignes – rappelons-nous qu’il n’y a qu’un seul chemin vers la vie éternelle :

« Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie’. Personne ne vient au Père si ce n’est par moi » (Jn 14,6).

Notre Seigneur nous dit aussi clairement que tous ne seront pas sauvés :

« Tous ceux qui me disent : « Seigneur, Seigneur » n’entreront pas dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux« . (Matthieu 7:21).

Il est donc impératif que nous restions fermement ancrés dans le dépôt sacré de la foi et que nous rejetions toutes les idées qui s’écartent des enseignements permanents de l’Église catholique.

Cela inclut toute personne qui, au nom de l’œcuménisme ou du dialogue, promeut l’erreur de l’universalisme ou tente d’offrir une voie de salut autre que celle de Jésus-Christ et de son Église. La tentation tragique d’éviscérer le sens de sa vie par un soi-disant universalisme qui la vide de son sens est une grande manifestation du mal auquel nous sommes confrontés aujourd’hui.

Rejetons l’idée que nous sommes tous sauvés sans avoir besoin de métanoïa et embrassons plutôt la merveilleuse métanoïa que Dieu nous offre par l’intermédiaire de son Fils seul. Nous avons reçu le don le plus grand et le plus précieux que l’on puisse imaginer ; reconnaissons ce don et partageons-le avec un monde qui a désespérément besoin de Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur ! En conclusion, réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, car Dieu nous aime et nous appelle à Lui.

Il a construit un pont sous la forme d’une croix pour que notre péché ne nous sépare pas de lui, et il nous a donné les sacrements du baptême, de la confirmation et de la réconciliation pour que nous puissions traverser ce pont et être adoptés dans la famille de Dieu. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, a été conçu dans le sein de la Vierge Marie, est né à Bethléem, a vécu et enseigné parmi nous, a souffert et est mort pour nous, et est ressuscité des morts.

A lire aussi | Le Haut-Karabakh et l’éradication de la culture arménienne chrétienne

Il a fait tout cela pour nous libérer du péché et de la mort, et pour nous offrir la possibilité d’obtenir la vie éternelle avec Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est la Bonne Nouvelle et nous devons la partager joyeusement avec le monde ! Il a été conçu dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie, est né à Bethléem, a vécu et enseigné parmi nous, a souffert et est mort pour nous, et est ressuscité d’entre les morts. Il a fait tout cela pour nous libérer du péché et de la mort, et pour nous offrir la possibilité d’obtenir la vie éternelle avec Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

C’est la Bonne Nouvelle et nous devons la partager joyeusement avec le monde ! Il a été conçu dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie, est né à Bethléem, a vécu et enseigné parmi nous, a souffert et est mort pour nous, et est ressuscité d’entre les morts. Il a fait tout cela pour nous libérer du péché et de la mort, et pour nous offrir la possibilité d’obtenir la vie éternelle avec Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est la Bonne Nouvelle et nous devons la partager avec joie avec le monde !

Que le Dieu tout-puissant vous bénisse, mes frères, et que nous continuions à nous fortifier dans la foi et à tourner nos cœurs vers Jésus-Christ, qui est notre salut. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

Je reste votre humble père et serviteur,
Très Révérend Joseph E. Strickland
Évêque de Tyler

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Haut-Karabakh et l'éradication de la culture arménienne chrétienne

Le Haut-Karabakh et l’éradication de la culture arménienne chrétienne

L'Abbé Pierre - Une vie de combats - 8 novembre 2023

L’Abbé Pierre – Une vie de combats – 8 novembre 2023