Michela : Le diable m'a possédée après des séances de spiritisme
in , , , , , ,

Michela : Le diable m’a possédée après des séances de spiritisme

C’est l’histoire de Michela, mère et médecin qui, après avoir commencé à faire des séances de spiritisme presque par plaisanterie, s’est retrouvée victime de véritables attaques du diable.

Nous vous présentons aujourd’hui l’histoire de Michela, épouse, mère et médecin, qui, en faisant des séances de spiritisme, a vécu un cauchemar pendant deux ans : le diable a pris possession d’elle, ruinant sa vie et lui faisant perdre le contrôle d’elle-même. Avec l’aide d’un prêtre puis d’un exorciste, Michela retrouve peu à peu sa liberté et découvre l’amour de Dieu.

La première séance

Michela rencontre le monde du spiritisme à la maison et l’aborde avec curiosité et crainte. Avec quelques camarades de classe, sa fille revient de l’école avec un étrange « jeu« . Au début, elle ne participe pas elle-même…

(…) à cette époque, je ne savais pas ce qu’était le spiritisme. Un jour, j’ai vu ma fille arriver – elle avait 14 ans à l’époque et était au collège – entre amis avec d’autres amis avec une étrange affiche sur laquelle étaient écrites les lettres de l’alphabet avec une croix dessinée au milieu.

Ils l’ont posée sur la table et ont dit que cette croix les protégerait toujours de la présence d’entités maléfiques. Et ils avaient aussi un petit verre. J’ai demandé à ma fille et à ses amis ce que c’était et ils m’ont dit que c’était un jeu et que j’aimerais aussi.

Ils ont mis leur doigt sur le verre et ont posé des questions au défunt et le verre a bougé. Bien que j’étais très inquiète, je n’ai pas eu l’instinct de dire :

« Laissez tomber ».

J’étais moi-même et à la fois un peu intriguée et très fascinée. (…) et comme les choses n’allaient pas bien à cette époque, j’étais aussi tenté de poser des questions à ce que les filles disaient être les âmes des morts. Les filles ont vu mon hésitation et m’ont ensuite rassurée en me disant que tout passerait sur la croix et que je ne devais donc pas avoir peur.

« Le verre a bougé avec une force impressionnante« 

« Puis j’ai pris mon courage à deux mains et, à travers eux, j’ai commencé à poser les questions moi aussi. Au début, je regardais, mais je posais les questions par leur intermédiaire. Le verre allait sur les lettres et composait des phrases me décrivant toutes les choses vraies que les filles ne pouvaient pas savoir.

Après plusieurs fois, ils m’ont demandé si je voulais essayer aussi, lentement, surmontant ma peur du danger, j’ai accepté et j’ai posé mon doigt. Le verre bougeait avec une force impressionnante, les entités me disaient toutes de bonnes choses.

Les premiers à se manifester ont dit qu’ils étaient les âmes de mes grands-parents et qu’ils m’aimaient. Puis vint une autre âme qui me dit qu’il était le bébé que j’avais perdu pendant la grossesse au huitième mois et me reprocha même de ne pas être allée le voir au cimetière (…) suite à cela, je m’y rendis en apportant des fleurs et en priant pour lui.« 

La femme s’était éloignée de la foi durant des années, elle allait rarement à l’église et se sentait presque mal à l’aise. Après la première fois avec sa fille et ses amis, Michela a commencé à faire les séances seule. Cette expérience lui apporte du réconfort, l’éloigne du monde et des problèmes. Mais bientôt, elle se retrouve comme emprisonnée.

« À l’époque, je n’étais pas une croyante pratiquante. Enfant, je l’étais, mais après le mariage, je n’allais plus autant à l’église, j’y allais rarement (…) après cette première expérience, j’ai commencé à faire les séances moi-même.

Un jour, ce que je croyais être des âmes des morts m’a dit que si je voulais des réponses plus rapides, je devais prendre un stylo. Alors, j’ai pris le stylo et j’ai créé des écritures automatiques déroutantes. Je plaçais simplement le stylo sur le papier et j’écrivais avec une écriture différente à chaque fois.

Cela a commencé à me fasciner de plus en plus parce que cela me détendait, c’était comme s’ils me donnaient un effet calmant, c’étaient des moments où j’étais coupé du monde et j’avais l’impression de ne plus avoir de problèmes. C’était comme une annulation. Cela m’a poussé à vouloir le faire de plus en plus, car lorsque je le faisais, j’étais bien et lorsque je ne le faisais pas, j’étais malade. Et c’est devenu comme une drogue.« 

« Je n’étais plus maître de moi-même« .

Les premières perturbations ont commencé : difficultés à dormir, pensées obsessionnelles et récurrentes, peur, manque de contrôle.

« (…) Petit à petit, je ne me contrôlais plus, je ne pouvais plus dormir la nuit, je ne vivais que pour ça, et aussi, j’ai commencé à avoir peur. Parce que lorsqu’un jour, j’ai demandé à cette entité de me dessiner quelque chose qui lui plaisait, ma main a commencé sans le vouloir à dessiner des visages et des formes horribles (…) la fois suivante où elle a dessiné des visages mi-humains, mi-animaux, c’est le moment où j’ai finalement décidé de ne plus m’abandonner à cette entité et d’imposer ma volonté pour m’en libérer. (…)« 

Le choix d’arrêter les séances et le combat avec le diable

Le choix d’interrompre les séances a déclenché de terribles conséquences. La nuit, elle a vécu un combat épuisant avec le malin qui a essayé de l’étrangler. Elle vivait dans un malaise perpétuel, ne pouvant plus ressentir de bons sentiments.

« (…) après cette décision que j’ai prise, des choses étranges ont commencé à m’arriver, je me suis rendu compte que j’étais maintenant saisi par quelque chose qui m’agrippait et ne voulait pas me lâcher. (…) J’ai soudain senti une présence sombre et oppressante qui, un instant plus tard, s’est abattue sur moi, m’enveloppant et m’écrasant (…) j’ai été malade toute la journée (…) Je ne ressentais plus d’amour, je ne pouvais plus pleurer et je ressentais une colère grandissante (…) »

La prière, les sacrements et ensuite l’exorciste.

Michela vit deux années horribles, la famille se sépare. Mais un jour, grâce à une amitié, elle est accompagnée par un prêtre qui l’envoie ensuite chez un exorciste. Là, la femme est enfin libérée petit à petit.

« (…) Tout cela a duré quelques années pendant lesquelles mon mari m’a quittée et mes filles se sont égarées. Finalement, un ami m’a indiqué un prêtre qui m’a guidé sur le chemin de la prière assidue, des sacrements et de l’adoration du Saint Sacrement.

Ce même prêtre, convaincu à un certain moment de la nécessité des exorcismes (…) m’a envoyé chez l’exorciste et pendant l’exorcisme, cette présence s’est manifestée pour la première fois clairement et avec toute sa cruauté et son arrogance.« 

« Je voudrais avertir tout le monde« 

Ce qui lui tient à cœur aujourd’hui, c’est de mettre en garde les gens contre le spiritisme qui n’est pas un passe-temps innocent, mais un moyen de laisser le diable entrer dans sa vie.

À lire aussi | Pourquoi les Polonaises ne veulent plus d’enfants ?

« Maintenant, grâce à l’aide de l’exorciste et au voyage spirituel que je suis en train de faire, j’ai vraiment appris à connaître le Seigneur, je lui ai consacré toute ma vie et il m’enlève une épine à la fois et je me sens comme si j’avais arrêté de prendre de la drogue (…)

Avec ce témoignage, je voudrais avertir tout le monde : le spiritisme n’est pas un jeu, c’est une chose très sérieuse à travers laquelle le diable peut d’abord prendre votre âme et ensuite votre corps.« 

Cet article a été publié originellement par le Aleteia (Lien de l’article).

Pour rappel, l’Église Catholique et les lois de Dieu interdisent toute pratique de l’ésotérisme, c’est-à-dire le spiritisme, la voyance, le oui-ja, etc. La divination, la magie (blanche, noir, rouge…) sont contraires à la doctrine catholique.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire