in , , , , ,

Partager la patience de Dieu

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’un des enseignements les plus difficiles de l’Église concerne peut-être sa propre personne : l’Église est sainte. Comment cela est-il possible ?

Nous connaissons suffisamment bien son histoire pour savoir que l’Église a connu toutes sortes d’impiétés. Plus important et plus immédiat, nous savons que nous-mêmes, membres de l’Église, sommes assaillis par le péché. Pourtant, dans nos croyances, nous confessons que l’Église est sainte. La parabole du blé et de l’ivraie de ce jour (Matthieu 13, 24-43) pourrait éclairer cette doctrine.

La parabole décrit un phénomène qui se produisait suffisamment souvent dans le monde antique pour que des lois spécifiques l’interdisent. Un homme semait de l’ivraie dans le champ de blé de son ennemi. Cette mauvaise herbe poussait en même temps que le blé et lui ressemblait exactement. Si elle n’était pas filtrée, elle était récoltée avec le blé, se retrouvait dans le pain et empoisonnait les consommateurs, parfois mortellement.

Comme le dit clairement notre Seigneur, l’Église, les enfants du royaume, est la bonne graine que le Père a semée dans le monde. L’Église est donc sainte. Elle n’est pas une simple création humaine, mais la fondation et la maison de Dieu, plantée par sa main, établie comme le corps du Christ. L’Église est un arbre qui pousse à l’envers, avec ses racines au ciel et ses branches sur la terre.

Mais l’Église existe dans un monde déchu, et l’ennemi est actif. Comme le montre clairement la parabole, il sème la mauvaise graine parmi les enfants du royaume. Il y a du poison, en effet, même au sein de l’Église. Le problème, c’est que la mauvaise graine ressemble beaucoup à la bonne. Le maître de maison demande donc à ses serviteurs d’attendre : Qu’ils poussent ensemble jusqu’à la récolte. À ce moment-là, il sera en mesure de discerner et de juger.

La première leçon de cette parabole est qu’il ne faut pas s’étonner de la méchanceté et du mensonge dans l’Église. Déçus, affligés et en colère, oui. Mais pas surpris. L’existence de l’ivraie parmi le blé est évidente depuis les premières années de l’Église jusqu’à aujourd’hui.

La parabole est aussi une leçon sur la patience de Dieu. L’Église fait son chemin de pèlerin à travers l’histoire, possédant une sainteté réelle et authentique, mais toujours semper purificanda, ayant toujours besoin d’être purifiée. Il n’y a pas d' »âge d’or » de l’Église parce qu’il y a toujours eu de l’ivraie parmi le blé. Le Père nous appelle à la norme la plus élevée, à la sainteté elle-même. Mais il est patient avec nous dans nos efforts pour y parvenir.

Plus important encore, la parabole est une invitation à participer à la patience de Dieu. Beaucoup de ceux qui semblent être de l’ivraie se révéleront être du blé – et vice versa. Il est patient avec vous, qui pouvez parfois apparaître comme de la mauvaise herbe. Il vous invite à être patient avec votre voisin ennuyeux, qui peut très bien être du blé.

Ainsi, alors que nous confessons que l’Église est sainte, nous attendons patiemment sa purification finale, alors que nous « grandissons à tous égards en celui qui est le chef, en Christ« . (Éphésiens 4:15) La vie de l’Église devrait être animée par une telle patience les uns envers les autres. Même l’excommunication, la sanction la plus sévère de l’Église, est un exercice de patience, car elle ne vise pas une séparation sans fin, mais le repentir et le retour de la personne.

Cela nous amène à la question de la discipline et de la punition dans l’Église. La parabole ne peut être lue isolément. Ailleurs, notre Seigneur donne des instructions claires sur la manière de corriger un frère et, s’il ne répond pas, de « le traiter comme un païen et un collecteur d’impôts » (Matthieu 18:17). Paul avait une forte recommandation pour traiter avec les égarés : « Par la puissance de notre Seigneur Jésus, vous livrerez cet homme à Satan pour la destruction de la chair, afin que son esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. » (1 Corinthiens 5:4-5)

Tout cela pour dire qu’il y a une place pour identifier et corriger ceux qui se sont égarés. Mais c’est aux bergers de le faire, pas aux brebis. La parabole d’aujourd’hui s’adresse aux foules, pas aux apôtres. Les évêques ont le droit de prendre des mesures disciplinaires parce qu’ils ont le devoir de le faire. Cette discipline vise le bien des âmes en clarifiant l’enseignement et en évitant les scandales. Mais lorsque les bergers ne prennent pas de mesures disciplinaires, les membres de l’Église perdent patience et prennent sur eux de déraciner la coque et d’arracher beaucoup de blé avec elle.

À lire aussi | 16ᵉ dimanche du temps ordinaire – homélie

De qui aimeriez-vous vous débarrasser ? Cette question permet de comprendre rapidement le sens de la parabole. Faites attention, car ceux que vous considérez comme de la mauvaise herbe peuvent faire partie du blé le plus fructueux du royaume. Es-tu du blé ou de l’ivraie ? Cette question nous mène encore plus vite au but. Nous devrions moins nous préoccuper de savoir si les autres sont de l’ivraie et plus nous préoccuper d’être nous-mêmes du blé fécond. Nous devons participer à la patience de Dieu, sans juger quelqu’un comme une mauvaise graine. … ni présumer que nous sommes bons. Sa grâce est à l’œuvre en chacun de nous, nous invitant à nous tourner vers lui et à devenir saints.

Laissez-les croître ensemble jusqu’à la moisson. Ces mots expriment la patience, mais pas l’indulgence. La patience de Dieu a une fin et est ordonnée à notre conversion. Ainsi, même si nous tirons consolation et espoir de sa patience, nous nous efforçons également d’être trouvés fructueux au jour de la comptabilité, la moisson.

Cet article a été publié originellement par The Catholic Thing (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

16ᵉ dimanche du temps ordinaire – homélie

16ᵉ dimanche du temps ordinaire – homélie

[Documentaire] Mère Yvonne Aimée - Les noces du ciel et de la terre

[Documentaire] Mère Yvonne Aimée – Les noces du ciel et de la terre