in , , , , , ,

Saint Albert le Grand : les démons ne sont pas éthérés et voient l’avenir

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Pour Saint Albert le Grand, maître de Saint Thomas d’Aquin, les démons possèdent encore le libre arbitre et ont aussi une science naturelle et acquise.

Le grand théologien dominicain Saint Albert le Grand parle des démons dans deux œuvres principales, dans le Commentaire des Sentences et dans la Somme théologique, en exposant certains concepts empruntés à Saint Anselme, Augustin et Grégoire le Grand. Il affirme que les anges ont été créés dans un état de grâce et que Dieu ne pouvait pas les créer mauvais. Ils ont péché peu après leur création et ne pouvaient pas prévoir leur culpabilité.

Le premier péché du diable, selon Albert le Grand, était l’orgueil, car il avait un désir excessif de sa propre dignité. Le mal ne réside pas dans le fait d’avoir aspiré à la perfection ou à la félicité, mais d’avoir cru pouvoir y parvenir par ses propres forces, sans la grâce de Dieu.

Le diable a choisi de faire passer sa propre volonté avant celle de Dieu, son propre pouvoir avant celui de Dieu ; il a prétendu posséder un pouvoir total sur lui-même comme Dieu le possède.

Lucifer, selon Saint Albert le Grand, appartenait sans doute aux anges supérieurs ou était simplement supérieur à tous. Beaucoup le suivaient, le jugeaient digne d’être l’égal de Dieu et de posséder le pouvoir de se gouverner et de gouverner les autres.

C’est pourquoi ils sont précipités du ciel par leur propre volonté, destinés à l’enfer, bien qu’ils résident actuellement dans l’air sombre, avec des hommes pour les tenter en raison de leur fonction, jusqu’au jour du jugement.

Saint Albert le Grand soutient que les démons possèdent encore le libre arbitre et qu’ils ont aussi une science naturelle et acquise, grâce à laquelle ils peuvent en quelque sorte connaître les choses futures. Lucifer persiste dans son erreur et s’en réjouit, même s’il est horrifié par le châtiment qu’il subit. En vertu de cette obstination, il ne veut et ne fait que le mal, n’ayant aucune vertu en lui-même.

Albertus Magnus a également enseigné que les démons ont des pouvoirs limités et ne peuvent agir que dans la mesure permise par Dieu. Il a décrit la possession démoniaque comme une condition où un démon prend possession de l’esprit et du corps d’une personne, mais a souligné que la possession n’était pas courante et pouvait être guérie par des moyens spirituels tels que la prière et les sacrements.

Sans en douter, en fin de compte, Saint Albert le Grand a insisté sur l’importance de la prière, de la vie spirituelle et de la foi en Dieu pour se protéger des influences démoniaques. Il a encouragé les croyants à se tourner vers Dieu dans la prière et à chercher à vivre une vie de vertu et de sainteté, afin de résister aux tentations des démons et de se rapprocher de Dieu.

En ce qui concerne la corporéité des démons, saint Albert le Grand affirme qu’ils ne sont pas des substances spirituelles, ni des corps unis à des âmes. Enfin, il déclare que Dieu seul connaît le nombre d’anges déchus et le nombre d’élus destinés à les remplacer.

Cet article a été publié originellement par Aleteia et enrichi par Lecatho (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire