in , , , , , ,

Sarcasmes, moqueries et condamnations chez les sédévacantistes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Puisque les sédévacantistes ont déjà condamné les papes conciliaires comme hérétiques, il ne faut pas s’étonner qu’ils ridiculisent et condamnent tous ceux qui font obstacle à leur position.

C’est un autre fruit très amer du sédévacantisme. En mettant de côté les nombreuses condamnations que les sédévacantistes ont publiquement lancées contre les auteurs de ce livre et d’autres écrivains catholiques traditionnels, nous avons vu comment les sédévacantistes dénigrent également les théologiens les plus réputés de l’Église et les accusent d’erreur, voire d’hérésie, lorsque leurs écrits ne soutiennent pas la thèse sédévacantiste.

Par exemple, nous avons vu comment le Père Cekada a dénigré Suarez en disant qu’il « perdait la plupart des débats » et qu’il était le seul théologien à soutenir qu’un concile doit superviser la déposition d’un pape hérétique (deux faussetés complètes). Nous avons vu comment John Lane a prétendu que l’axiome « le Premier Siège n’est jugé par personne » a été émis pour la première fois par Vatican I dans une tentative infructueuse de discréditer le Pape, tentative infructueuse de discréditer Suarez, alors que l’axiome remonte à l’Église primitive et qu’il a été cité par Suarez lui-même.

M. Lane est même allé jusqu’à accuser Suarez d’hérésie, puisqu’il croyait que l’opinion de Suarez nécessiterait un « jugement » d’un Pape hérétique ; pourtant, comme nous l’avons vu, le théologien préféré de Lane, Bellarmin, a explicitement enseigné qu' »un Pape hérétique peut être jugé… »

Bien entendu, les sédévacantistes condamnent également des théologiens plus modernes. Par exemple, les frères Dimond condamnent publiquement Ronald Knox et Mgr Van Noort comme hérétiques. Sur leur site web, ils déclarent :

« Des hérétiques tels que Knox, Van Noort et les éditeurs de son ouvrage étaient tout simplement dépourvus de la foi catholique et apostolique « .

Ils déclarent également que la Lettre du Saint-Office de 1949, Suprema Haec Sacra, approuvée par Pie XII et condamnant les erreurs des Feeneyites, est hérétique. Ils ont écrit :

« Suprema haec sacra ne fait pas autorité et n’est pas infaillible, mais hérétique et fausse« .

Pourquoi la rejettent-ils ? Parce que Mike et Pete Dimond ont embrassé l’hérésie même que le Saint-Office a condamnée dans sa lettre. Cela montre qu’ils ne sont pas seulement séparés de l’Église post-Vatican II, mais qu’ils sont aussi séparés doctrinalement de l’Église d’avant Vatican II. Et sur quoi se fondent-ils pour rejeter cet enseignement du Magistère ? Un jugement privé, bien sûr.

Ils déclarent également que Mgr Fenton, l’un des auteurs américains les plus antimodernistes d’avant Vatican II, qui a édité l’American Ecclesiastical Review pendant près de 20 ans, est un « négateur du dogme« , c’est-à-dire un hérétique.

Pete Dimond déclare :

« Ainsi, Mgr Joseph Clifford Fenton n’était pas un ‘merveilleux théologien’ ; il était un négateur du dogme et un corrupteur du dogme. En fait, il est d’autant plus dangereux que l’on donne à ses idées hérétiques l’apparence de la fidélité doctrinale« .

Ils se réfèrent même au Cardinal Ottaviani, qui était en charge du Saint-Office sous Pie XII, comme « le Cardinal hérétique Ottaviani« . Richard Ibranyi, cependant, prend le dessus. Le témoin autoproclamé de l’Apocalypse ne condamne pas seulement tous les théologiens modernes comme hérétiques et apostats, mais aussi tous les Papes depuis Innocent II en 1130, et tous les théologiens de l’Église et les juristes canoniques depuis 1250.

La condamnation d’Ibranyi inclut donc le Docteur universel de l’Eglise, Saint Thomas d’Aquin, et le reste des docteurs qui répondent aux critères d’Ibranyi, dont les célèbres saints Bonaventure, Albert le Grand, Jean de la Croix, Robert Bellarmin, François de Sales et Alphonse Liguori, entre autres. Ce qui est peut-être le plus révélateur, c’est l’argumentation puérile et ad hominem que les sédévacantistes les plus publiés utilisent constamment pour saper leurs adversaires et ternir leur réputation et leur crédibilité.

Le père Cekada est passé maître dans l’art de ces tactiques rhétoriques et son comportement est d’autant plus regrettable qu’il est prêtre. Par exemple, en répondant à un article écrit par John Salza, nous avons vu que le Père Cekada s’est abaissé à se moquer du nom de famille italien de Salza en intitulant son article sur Internet « Salza on Sedevacantism : Same Old Fare« , en affichant une image du condiment salsa sur la page web, et en se référant aux arguments de l’auteur comme « une pincée de Salza« .

Cekada adopte de telles tactiques pour divertir ses lecteurs tout en camouflant la faiblesse de son propre dossier (ici, son incapacité à réfuter l’argument de Salza selon lequel le crime d’hérésie, et non le péché d’hérésie, entraîne la perte de la fonction ecclésiastique). Au minimum, on ne peut qu’espérer que le père Cekada prenne conscience de la dignité de la prêtrise qu’il représente publiquement et qu’il commence à agir d’une manière plus digne d’un appel aussi élevé.

Aussi, après que M. Salza ait donné une interview sur l’infaillibilité papale pour la Voice of Catholic Radio le 30 mars 2014, les sédévacantistes de NovusOrdoWatch (qui, comme nous l’avons vu, se masquent derrière des noms de plume bidons) ont révélé leur propre juvénilité en publiant un article feignant une réfutation de la présentation de Salza qu’ils ont appelé « Comedy Hour with John Salza« , et ont affiché un graphique du visage de Salza avec un nez de clown sur la page web.

L’écrivain catholique Paul Folbrecht, offensé par ces agressions puériles à l’encontre d’un confrère catholique (sans parler de leur érudition amateur), a écrit une réfutation détaillée de l’article de NovusOrdoWatch, révélant les nombreuses erreurs, omissions et fausses déclarations qu’il contient (et, comme la réfutation détaillée de « Gregorius » par Salza sur NovusOrdoWatch, reste pour l’instant sans réponse.

Le Père Cekada a également publié une vidéo juvénile sur le sédévacantisme intitulée « Stuck in a Rut » (Coincé dans une ornière) qu’il habille de caricatures humoristiques et de satires comiques pour aborder le sujet le plus sérieux et le plus lourd, à savoir quand et comment le Vicaire du Christ perd sa charge pour hérésie.

Dans une scène, Cekada a superposé les têtes de Christopher Ferrara, Brian McCall, John Salza et Robert Siscoe sur les corps des auditeurs (juges) du Tribunal apostolique de la Rote romaine, qui sont assis à côté du pape François, et a appelé cette représentation le « Rêve juridique du Vatican Team (ces quatre hommes – dont trois sont des juristes – ont écrit des articles démontrant que les plus grands théologiens de l’Église exigent un processus juridique pour déposer un pape hérétique).

De toute évidence, puisque Cekada ne peut pas réfuter les arguments de ces quatre écrivains (qui reflètent l’enseignement unanime des théologiens de l’Église, il a décidé de se moquer d’eux à la place (ce qui témoigne également du faible niveau intellectuel de l’audience de Cekada).

De telles attaques ad hominem sont communément reconnues comme la réponse efféminée de ceux qui sont incapables d’offrir une réfutation intellectuelle convaincante à un argument. Les frères Dimond ont également l’habitude de condamner publiquement les catholiques qui viennent de quitter cette vie.

Par exemple, juste après que Michael Davies ait rejoint sa récompense éternelle, les frères Dimond ont publié un article intitulé :

« Michael Davies, défenseur de la foi ou hérétique sans foi ? » après lequel, inutile de le dire, ils ont conclu que « Michael Davies n’était pas un défenseur de la foi, mais un hérétique sans foi« .Après la mort récente et choquante du prêtre de Fatima, le père Nicholas Gruner, les frères Dimond ont publié un article intitulé « Le père Nicholas Gruner meurt d’une crise cardiaque – ce que les catholiques devraient penser de lui« .

Leur article prétend donner « la vérité sur le ‘père’ que vous ne trouverez jamais nulle part ailleurs » (même si ni Pete ni Mike Dimond n’ont jamais parlé personnellement au père Gruner ou ne l’ont jamais rencontré). Ils l’ont néanmoins déclaré « un hérétique obstiné et un faux prophète majeur « 

Ils l’ont également accusé d’être « un faux enseignant majeur que le Diable a utilisé pour tromper les personnes à l’esprit conservateur » et « un instrument de Satan qui a conduit de nombreuses personnes en Enfer« . Ils concluent en disant :

« Puisqu’il est mort comme un hérétique et un homme mauvais, aucun vrai catholique ne peut prier pour Gruner ou dire ‘Repose en paix’ à son égard.« 

De tels coups bas impensables (sans parler des mensonges graves) portés aux fidèles défunts, en particulier à une âme sacerdotale douce comme le Père Nicholas Gruner, font sursauter la conscience catholique et ne font que révéler l’état morbide de l’âme des Dimonds eux-mêmes. Leur comportement fait apparaître celui des païens modernes comme exemplaire.

Nous pensons qu’il était important de compléter notre étude en exposant certains des mauvais fruits du sédévacantisme, puisque c’est le critère par lequel Notre Seigneur a dit que nous « connaîtrons » les faux prophètes et les faux docteurs de notre époque. Notre couverture de ce matériel n’avait cependant pas pour but de caractériser tous les sédévacantistes comme des faux prophètes et des âmes amères.

Il est certain que certains sédévacantistes sont de bonne foi, mais qu’ils ont été pris dans la toile de la tromperie sédévacantiste. En raison de la crise de l’Église et des techniques cultuelles et dominatrices de la secte sédévacantiste, il est compréhensible que cela se produise. De nombreux sédévacantistes s’empresseront de répondre en soulignant les mauvais fruits de l’Église postconciliaire.

Ces auteurs, bien sûr, reconnaissent que la révolution de Vatican II au sein de l’Église a effectivement produit quelques mauvais fruits. Il faut s’y attendre pendant que l’Église souffre de sa Passion mystique. Comme nous l’avons expliqué, de même que le Christ a souffert dans son corps aux mains des chefs de l’ancienne alliance, de même le corps mystique du Christ a été défiguré aux mains des papes conciliaires.

Et de même que beaucoup ont perdu la foi dans le Christ pendant sa Passion (incapables de voir sa divinité cachée sous ses blessures), de même les sédévacantistes ont perdu la foi dans l’Église, dont la nature divine est actuellement obscurcie par les blessures de sa propre Passion. Plutôt que de souffrir avec le Christ et son Église, et de travailler à la restauration de la Tradition, les sédévacantistes se sont éloignés de l’Église, devenant même l’un de ses ennemis les plus déclarés.

Pour eux, c’est la solution de facilité, car ils n’ont plus la difficulté d’expliquer les erreurs et les ambiguïtés du Concile, ou les abus de la nouvelle messe, ou le dernier acte de culte sacrilège au Vatican. Leur solution simple est de dire que le Pape n’est pas le Pape et que l’Église n’est pas l’Église. Mais, comme nous l’avons expliqué dans la Préface, leur difficulté apparente provient de leur fausse prémisse majeure, à savoir que tout ce qui vient d’un vrai pape doit être vrai et bon, parce que « le pape est infaillible« .

Comme nous l’avons vu, la prémisse majeure est erronée et incomplète, puisque le pape n’est infaillible que lorsqu’il remplit certaines conditions très spécifiques. Lorsqu’il ne remplit pas ces conditions, le Pape peut permettre à l’erreur et au mal d’affliger le Corps Mystique – tout comme Dieu a permis la Passion du Christ, et tout comme Il a permis à l’erreur et au mal d’affliger l’Église pendant d’autres périodes de crise (comme dans les cas des Papes Libérius, Honorius, Jean XXII – et, maintenant, des Papes conciliaires).

Il est également clair pour nous que les fruits pourris sont qualitativement pires au sein du sédévacantisme que parmi les catholiques traditionnels qui sont restés au sein de l’Église, depuis que le sédévacantisme est devenu une réalité, puisque les sédévacantistes souffrent de sombres désordres spirituels (qu’ils admettent eux-mêmes) qui sont directement attribuables à leur affiliation à la secte (sans parler de leur condition objectivement pire d’être séparés de l’Église et des moyens ordinaires de la grâce).

Et ces fruits pourris ne peuvent pas être attribués simplement au fait que la secte attire des âmes déséquilibrées. Les auteurs de ce livre, ainsi que beaucoup d’autres, ont été personnellement témoins d’individus (prêtres et laïcs) qui, après avoir embrassé la secte, subissent ce qui semble être une transformation de leur personnalité pour le pire.

De gentils et humbles, ils deviennent amers, odieux et orgueilleux. C’est un phénomène étrange, mais qui semble correspondre à ce dont Martin Luther se plaignait chez ses disciples. Ces troubles, combinés à une perte de foi dans l’Église, conduisent finalement à une perte d’espoir et au désespoir, qui, selon saint Thomas, est « l’origine d’autres péchés » et « un péché très grave » en soi.

Saint Thomas dit aussi que « le désespoir naît de la paresse« , ce qui explique pourquoi ceux qui cherchent des réponses faciles et une solution simple pour expliquer la crise actuelle tombent souvent dans l’erreur du sédévacantisme. En effet, en cherchant un moyen simple de rationaliser la crise actuelle, de nombreux sédévacantistes ont en fait désespéré dans le processus, ce qui est la conséquence du rejet de l’Église de Jésus-Christ.

Ils tombent dans le désespoir en croyant que la société visible de l’Église a fait défection, et en ne voyant aucun moyen pour l’Église d’obtenir un nouveau pape, sauf par une intervention divine du Ciel. Malheureusement, l’écrasante majorité de ceux qui s’engagent sur la voie du sédévacantisme ne reviennent pas à l’Église.

Alors que les conversions protestantes à l’Église se produisent quotidiennement (puisque la plupart de ces personnes n’ont pas quitté l’Église, mais ont grandi dans une secte non catholique), quand avez-vous entendu parler pour la dernière fois d’un sédévacantiste renonçant à son erreur et retournant à « l’Église de Vatican II » ? C’est beaucoup plus rare.

À lire aussi | Des moyens de parvenir à la vraie et solide vertu

Comme pour d’autres sectes religieuses, les membres restent « coincés dans l’ornière » (pour reprendre la terminologie du Père Cekada) du sédévacantisme, en raison des relations familiales, de la pression des pairs, de la peur, de l’orgueil intellectuel, de la manipulation mentale, des menaces, des pasteurs dominateurs et d’autres raisons de ce genre qui sont inhérentes à toutes les sectes.

Ceux qui sont particulièrement endurcis dans leur position sont les apologistes sédévacantistes, qui se sont publiquement vendus pour cette position, et qui « perdraient la face » devant leurs disciples et leurs bienfaiteurs s’ils se convertissaient.

C’est notamment le cas de ceux qui vivent de la promotion du sédévacantisme, tels que les frères Dimond, ainsi que le père G. K. K., qui a été le premier à se convertir au sédévacantisme.

Source : True or False Pope: Refuting Sedevacantism and other Modern Errors – John Salza & Robert Siscoe – 2015

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire