in , , , , , ,

Seigneur et Berger – Homélie pour le 4ᵉ Dimanche de Pâques

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

En ce quatrième dimanche de Pâques, nous tournons une page de notre parcours. Jusqu’à présent, nous avons lu les récits des apparitions après la résurrection.

Aujourd’hui, nous commençons à voir comment le Seigneur ressuscité nous guide en tant que Bon Berger. En effet, le Seigneur nous donne quatre images fondamentales ou enseignements sur la manière dont, en tant que Roi de l’Amour, Il nous guide. Voici donc quatre portraits de Son amour :

Amour passionné – Jésus dit : « Je suis le Bon Berger, le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » L’amour purement gratuit est difficile à trouver dans les relations humaines. Dans un sens, nous sommes trop dépendants pour pouvoir le donner de manière pure. Dans un autre sens, nos motivations tendent à être un mélange d’amour-propre et d’amour pour l’autre. C’est notre condition humaine, et peu d’entre nous s’en élèvent de manière cohérente.

Mais Jésus nous aime purement, gratuitement et pour notre propre bien. Son amour est passionné dans le sens où il est sacrificiel. Il donne sa vie pour nous, le faisant alors que nous sommes encore pécheurs et souvent éloignés de Lui. Il meurt pour nous alors que nous l’avons maudit, moqué et ridiculisé. Il nous aime et donne sa vie pour nous alors qu’Il n’en retire rien.

Les bergers salariés, quant à eux, travaillent pour un salaire et recherchent avant tout leur propre intérêt. Face au danger, ils ne risquent pas leur vie pour sauver les brebis. Leur service est motivé par la rémunération et est conditionné par leurs besoins personnels et leur sécurité.

Un seul Berger est mort pour vous.

Dans ce monde, de nombreux politiciens, musiciens, célébrités du cinéma et organisations recherchent notre loyauté, nos votes, notre adhésion et nos contributions. Ils nous font aussi des promesses en échange, bien qu’ils cherchent à nous influencer et à exercer leur autorité sur nous. Tout cela n’est pas forcément négatif. Les gens établissent des relations et suivent des leaders pour diverses raisons. Cependant, il est important de noter cette différence cruciale : aucun de ces leaders ou « bergers » n’a jamais donné sa vie pour vous. Seul Jésus a fait cet ultime sacrifice.

Il reste ce problème : de nombreux chrétiens ont une plus grande loyauté envers les dirigeants politiques, les musiciens, les stars de cinéma, etc., qu’envers Jésus-Christ. Trop de gens dissimulent leur foi sous leur politique, accordant plus de crédit à ce que disent les figures populaires qu’à ce que Jésus dit dans Sa Parole et à travers Son Église.

Seul Jésus est mort pour vous. Les humains ont tendance à imposer leurs besoins et agendas personnels. Seul Jésus-Christ vous aime de manière inconditionnelle ; c’est pour vous qu’Il est mort. Il est le seul digne d’être le Berger principal de votre vie.

Amour personnel – Jésus dit : « Je connais mes brebis et elles me connaissent. » Personne ne vous connaît comme Jésus-Christ le fait, car Il vous connaissait avant même de vous former dans le ventre de votre mère (cf. Jérémie 1:4). Il a toujours pensé à vous ; Il vous a créé ; Il vous a tissé dans le ventre de votre mère et chacun de vos jours était écrit dans Son livre avant que l’un d’eux n’arrive jamais (cf. Psaume 139).

Jésus dit aussi que Ses brebis Le connaissent. Et c’est à la fois notre invitation et notre appel. Nous aimons souvent citer le Psaume 23 « Le Seigneur est mon Berger. » Mais ce n’est pas un slogan, ni simplement un psaume de consolation. C’est un psaume de confession : je suis l’une des brebis du Seigneur. Le Seigneur dit : « Mes brebis me connaissent. » Il ne dit pas que nous le connaissons seulement de réputation.

Le connaissez-vous ? Appartenir au troupeau du Seigneur signifie être engagé dans une relation transformatrice et profonde avec Lui. Connaître le Seigneur transforme notre vie à travers cette même relation. Cela implique de reconnaître la voix de Jésus et de la distinguer des autres. Comme Jésus l’exprime : [Le Berger] appelle ses brebis par leur nom et les mène dehors. Une fois toutes ses brebis rassemblées, il marche devant elles, et elles le suivent parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront jamais un inconnu ; elles s’en éloigneront plutôt car elles ne reconnaissent pas la voix des étrangers. (Jean 10:3-5). Êtes-vous plus avisé qu’une brebis ? Vous écartez-vous des voix qui s’opposent à celle de Jésus ?

Il est important d’être vigilant, car de nombreuses personnes ont tenté de redéfinir le Jésus historique des Écritures, altérant ainsi sa parole. Souvent, cela se manifeste par l’omission de ses enseignements les plus sévères, tels que ses avertissements sur le jugement et l’enfer, ou ses paroles de malédiction. Une autre méthode consiste à opposer les Évangiles aux Épîtres. Ainsi, certains prétendent que Jésus n’a jamais parlé de l’homosexualité, mais en réalité, il s’est exprimé à travers ses apôtres, leur confiant le soin de parler en son nom. Il leur a assuré : « Celui qui vous écoute m’écoute. » Par ailleurs, Jésus n’a jamais rédigé de livre ni écrit un seul mot; il a entièrement transmis son enseignement à ses apôtres pour qu’ils prêchent, enseignent et écrivent en son autorité.

Les Évangiles et les épîtres possèdent une autorité équivalente, étant tous inspirés et rédigés sous l’influence du même Saint-Esprit. Affirmer que seuls Paul, Jacques, Jean ou Pierre ont parlé, et non Jésus, crée une dichotomie erronée. Entendre un apôtre dans les Évangiles, rédigés par les apôtres et les évangélistes, ou dans les épîtres, revient à entendre Jésus qui a proclamé :

« Celui qui vous écoute m’écoute, celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé. » (Luc 10:16), ainsi que :

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Actes 1:8).

Méfiez-vous donc de ceux qui tentent de déformer la voix de Jésus en la limitant. Les Apôtres et les Évangélistes ont parlé pour lui dans son ensemble et Jésus continue de parler dans les enseignements doctrinaux de l’Église et dans la voix vivante de son magistère qui applique sa parole donnée par les apôtres.

Amour persévérant – Le Seigneur dit : « J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos, celles-là aussi, il faut que je les conduise ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. » Jésus ne se contente pas de guider quelques milliers de disciples juifs dans la Terre Sainte. Il veut que son amour se répande dans le monde entier. Il veut embrasser et garder près de Lui chaque personne qu’Il a jamais créée. Il veut appeler chaque être humain à une relation salvatrice.

Une partie de notre parcours en tant que disciples, en tant que brebis du Seigneur, est de vivre l’appel à évangéliser. Mais cet appel ne prendra son envol que lorsque l’amour du Christ pour tous les peuples remplira notre cœur.

Le Christ a un amour persévérant pour embrasser et garder près de Lui chacun. Ressentez-vous cet amour ? Il veut attirer les autres à Lui, à travers vous. Beaucoup de gens laissent le travail d’évangélisation et de croissance du troupeau au prêtre. Mais les bergers n’ont pas de brebis, ce sont les brebis qui en ont.

À lire aussi | Des prêtres catholiques indiens accusés d’incitations à l’hostilité

Amour puissant – Jésus dit : « Je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’enlève, mais je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre.« 

Nous voyons comment Jésus le fait pour Lui-même. Mais en tant que Seigneur et Berger de notre vie, Il le fait aussi pour nous. Notre ancien moi a été crucifié et est mort avec Lui. Nous sommes également ressuscités avec Lui pour une nouvelle vie. Et cette vie est la vie totalement nouvelle et transformée que le Christ est mort pour nous donner.

Il a le pouvoir de crucifier notre ancien moi pécheur ainsi que le pouvoir de le relever à nouveau. Et ce n’est pas seulement notre ancien moi qui se relève ; c’est une humanité nouvelle et transformée que le Seigneur prend en charge pour nous. Il a la capacité de le faire, car Son amour est puissant.

Je suis témoin de cela et je prie pour que vous le soyez aussi. Il a le pouvoir !

Ainsi, en tant que Roi de l’Amour, Jésus le Seigneur ressuscité nous guide avec un amour passionné, personnel, persévérant et puissant. Personne ne vous aime plus que Jésus, avec Son Père et le Saint-Esprit. Il est le Roi de l’Amour et Il est votre Berger.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Des prêtres catholiques indiens accusés d'incitations à l'hostilité

Des prêtres catholiques indiens accusés d’incitations à l’hostilité

La Confiance en Dieu à l'Épreuve de la Prière

La Confiance en Dieu à l’Épreuve de la Prière