Une mauvaise prédication n'est pas seulement due au prédicateur – 14e dimanche

L'évangile d'aujourd'hui présente le Seigneur Jésus comme prédicateur et prophète, mais même le plus grand prédicateur du monde, Jésus, peut voir Ses paroles puissantes et précieuses tomber sans vie sur la surface dure comme la roche de nombreuses âmes. Oui, même Ses paroles peuvent rencontrer résistance et hostilité, indifférence et ridicule.

I. Joie réelle – Le texte dit, "Jésus partit de là et se rendit dans son pays natal, accompagné de ses disciples. Le jour du sabbat venu, il se mit à enseigner dans la synagogue, et beaucoup de ceux qui l'entendirent étaient étonnés. Ils disaient, ‘D'où cet homme tient-il tout cela ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ? Quels miracles se réalisent par ses mains !’"

Ainsi, la réaction initiale de la foule du pays natal de Jésus est positive. Ils sont remplis d'étonnement et de joie. Le texte présente deux sources de leur joie :

Ses paroles sages – Beaucoup de ceux qui l'entendirent étaient étonnés. Ils disaient, "D'où cet homme tient-il tout cela ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ?" Oui, quelle bénédiction cela a dû être d'entendre Jésus prêcher. Et oh, Jésus pouvait prêcher ! L'Écriture dit de Sa prédication,

"Lorsque Jésus eut fini ces discours, les foules étaient étonnées de son enseignement, car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes" (Mat 7:28). Envoyés pour l'arrêter, les gardes du temple revinrent les mains vides en disant : "Jamais un homme n'a parlé comme cet homme" (Jn 7:46). Et tous lui rendaient témoignage, et s'étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche (Luc 4:22). Et le peuple l'écoutait avec plaisir (Marc 12:37). Ses œuvres merveilleuses – Ils disent aussi, "Quels miracles se réalisent par ses mains !"

Oui, Jésus avait accompli de nombreux miracles jusqu'à ce point. Il avait expulsé des démons, changé l'eau en vin, ressuscité des paralytiques, guéri l'homme à la main desséchée, guéri la cécité, soigné la surdité, multiplié les pains et les poissons, calmé les tempêtes, et ressuscité la fille de Jaïre d'entre les morts. Et ainsi nous voyons que la réaction initiale à la prédication de Jésus est bonne. Leurs remarques et leur joie sont un signe que l'Esprit travaille et les pousse à croire.

Les choses vont cependant tourner au vinaigre. La Parole de Dieu peut tomber sur le sol rocheux des cœurs, où elle germe mais se flétrit rapidement car le sol est si peu profond. Ou Sa Parole peut être semée sur les chemins des cœurs où les oiseaux du ciel viennent l'emporter. Ou la Parole du Seigneur peut tomber sur des cœurs divisés, où les épines de la mondanité et les soucis du monde l'étouffent. Et parfois, elle tombe sur une bonne terre, où elle donne trente, soixante, ou cent fois plus (cf Matt 13:1-9).

II. Rejet grossier – Le texte dit, [Mais certains commencèrent à dire] 'N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ?' Et ils étaient scandalisés à cause de lui.

Remarquez à quel point leur changement est soudain. Il y a un vieux spiritual qui dit, "Certains vont à l'église pour chanter et crier, avant six mois, ils sont tous retournés."

Ils endurcissent leurs cœurs. Oui, la marée tourne mystérieusement et soudainement contre Jésus. Le péché s'est installé et les cœurs se sont endurcis ; la joie a été abandonnée. Bien que le Saint-Esprit les pousse à la foi et à appeler Jésus, "Seigneur", ils endurcissent leurs cœurs. C'est un péché sombre et tragique.

Ils montrent aussi une sorte de préjugé ou de discrimination injuste, rejetant Jésus comme un simple charpentier et un "garçon du pays". Il est étrange que les pauvres et les opprimés prennent parfois la voix de l'oppresseur. Ainsi, ces gens simples d'une petite ville de seulement 300 habitants prennent la voix des Jérusalémites, qui considéraient les Galiléens comme "de pauvres clowns campagnards" et des gens sans éducation. Oui, les propres concitoyens de Jésus prennent la voix de l'oppresseur et lui disent, en effet, "Reste à ta place. Tu n'as pas le droit d'être intelligent, talentueux, sage ou grand. Tu es juste l'un des nôtres et tu ne devrais rien valoir." C'est le même genre de réprimande tragique qui a parfois lieu parmi les étudiants minoritaires qui excellent à l'école, quand certains de leurs camarades minoritaires les accusent de "faire le blanc". C'est tragique.

Ils montrent aussi le péché de l'envie. L'envie est la tristesse ou la colère face à la bonté ou à l'excellence d'une autre personne parce que nous pensons que cela diminue notre propre valeur. Le texte dit, "Et ils étaient scandalisés à cause de lui." Saint Augustin appelait l'envie le péché diabolique. Cela est dû au fait qu'elle cherche non pas à posséder le bien de l'autre (comme la jalousie), mais plutôt à détruire ce qui est bon chez les autres pour que le destructeur puisse sembler meilleur.

Le résultat de ces péchés fut que Nazareth n'était pas un endroit où l'excellence était connue, même parmi les siens ! En effet, Jean 1:46 rapporte Nathanaël disant de Nazareth, "Nazareth ! Peut-il venir quelque chose de bon de là ?" Il semblerait que même les habitants de Nazareth seraient d'accord ! (Mais Philippe, qui a renoncé à ses préjugés, a dit à Nathanaël, "Viens et vois.")

Mais un résultat encore plus terrible de ces péchés s'ensuit.

III. Résultat désastreux – Le texte dit, "Jésus leur dit : 'Un prophète n'est méprisé que dans son pays, parmi ses parents et dans sa maison.' Et il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est guérir quelques malades en leur imposant les mains. Et il s'étonnait de leur manque de foi."

Parce qu'ils le jugent comme étant rien, ils n'obtiennent rien. Ils ont bloqué leurs bénédictions.

Jésus dit, "Celui qui reçoit un prophète parce qu'il est prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un homme juste parce qu'il est juste recevra une récompense de juste" (Mat 10:41). Lorsque nous bannissons ou discréditons Dieu, cependant, nous ne devons pas nous attendre à voir beaucoup de Ses œuvres. Ces choses viennent seulement de la foi.

Les miracles sont le résultat de la foi, non la cause de celle-ci. Ainsi, le texte dit, "Alors [Jésus] ne put faire là aucun miracle ... Il s'étonnait de leur manque de foi."

Il y a certaines choses que même Dieu ne peut pas faire, non pas parce qu'Il manque de pouvoir, mais parce qu'Il respecte nos choix. Faites attention. Le Seigneur nous offre le salut et le Royaume des Cieux. Soit nous tendons la main pour le prendre, soit nous ne le faisons pas, mais le choix nous appartient. Si nous le prenons, Il se mettra au travail, mais si nous refusons, Il respecte notre liberté et "ne pourra" accomplir aucun miracle.

Quel résultat désastreux pour Nazareth et pour tous ceux qui rejettent les prophéties de notre Seigneur et Son aide salvatrice. L'Écriture dit,

"Je suis l'Éternel ton Dieu, qui t'ai fait monter du pays d'Égypte. Ouvre grand ta bouche, et je la remplirai. Mais mon peuple n'a pas écouté ma voix ; Israël ne m'a pas obéi. Alors je les ai livrés à la dureté de leur cœur, pour suivre leurs propres conseils. Oh, si mon peuple m'écoutait, si Israël marchait dans mes voies ! Je soumettrais bientôt leurs ennemis, et tournerais ma main contre leurs adversaires. Ceux qui haïssent l'Éternel lui feraient leur soumission, et leur temps de malheur serait pour toujours. Je te nourrirais du meilleur froment, et je te rassasierais du miel du rocher" (Psaume 81:10-16).

Soit nous acceptons la parole de Dieu et nous nous rendons à son pouvoir de guérison et de salut, soit nous ne pouvons attendre que peu ou rien d'autre que la ruine ultime. C'est comme si nous étions dans un ruisseau déchaîné nous dirigeant vers les chutes et une mort presque certaine, mais alors une main est tendue pour nous sauver—la main de Jésus. Mystérieusement, nous rejetons cette main et ridiculisons son pouvoir. Le résultat désastreux de notre hideux et stupide rejet est notre mort. Le texte dit, "Il s'étonnait de leur manque de foi."

À lire aussi | Israël envisage de taxer les propriétés de l’Église

Faites attention ! Dieu vous prêche la Parole chaque dimanche—en fait, chaque jour. Allez-vous écouter et être guéris ? Allez-vous recevoir et être sauvés ? Ou allez-vous rejeter et être ruinés ? Le Seigneur pourra-t-Il accomplir de grands miracles pour vous ? Ou s'étonnera-t-Il de votre manque de foi ? Le choix est le vôtre ; il est entièrement vôtre.

Qu'en est-il de notre nation, autrefois imprégnée de la Parole de Dieu ? Les Pères fondateurs intégraient librement les Écritures dans leurs discours, mais ces dernières décennies, un sécularisme hostile a insisté pour marginaliser toutes les références à Dieu et se moquer de la morale biblique. Ils parlent de "tolérance" tout en intentant des procès contre ceux qui oseraient parler de Dieu, exposer une crèche ou appeler quelque chose un péché. Il n'y a pas de place dans ce post pour présenter des statistiques montrant la diminution de nos bénédictions, mais il est clair que, alors que nos familles se désintègrent, une nation autrefois à la tête du monde dans presque tous les domaines est maintenant bien en arrière et décline rapidement. Abandonner la prédication du Christ par Ses Écritures et Son Église, c'est renoncer aux bénédictions. Il ne peut accomplir aucun miracle ici à cause de notre manque de foi.

Même Jésus peut avoir un mauvais jour en chaire, mais ce n'est pas vraiment Son mauvais jour—c'est le nôtre. Si nous rejetons pécheressement la Parole de Dieu, c'est nous qui perdrons des bénédictions et des miracles à cause de notre manque de foi.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
1
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *