in , , , , , , , , ,

Une guerre spirituelle est toujours en cours dans le monde

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Savez-vous que vous pouvez atteindre tous vos objectifs et être malgré tout malheureux ? Vous pouvez être reconnaissant pour vos bénédictions, croire en Dieu, suivre ses commandements, confesser vos péchés et même aller souvent à l’église, et pourtant finir par devenir un être humain frustré et confus.

Pourquoi ? Parce que pour vraiment comprendre les choses, il y a quelque chose d’autre que vous devez prendre en compte. C’est ce qu’on appelle le mal.

Les spécialistes de l’entraide n’aiment pas parler du mal parce qu’ils ne veulent pas être considérés comme des « fanatiques religieux« . Mais il y a un problème. Même si vous ignorez le mal, le mal ne vous ignorera pas ! Vous pouvez écouter régulièrement des podcasts de motivation et vous familiariser avec le pouvoir de la pensée positive – et puis un jour, alors que vous vous y attendez le moins, le mal frappe.

Peut-être qu’une personne que vous connaissez a vécu un viol. Peut-être qu’un enfant du voisinage est enlevé, maltraité et assassiné par un monstre déviant. Les crimes malveillants se produisent tout le temps. Et lorsqu’ils se produisent, il est assez difficile de croire qu’il suffit de manifester une sorte d' »attitude positive » pour « surmonter les difficultés« . Toutes ces phrases faciles semblent vides à la lumière de la malveillance froide et impitoyable.

Saint Paul a dit que notre lutte dans la vie n’est pas avec « la chair et le sang » mais plutôt avec « les puissances et les principautés » (voir Eph. 6:12). Savez-vous ce que sont les « puissances et les principautés » ? Il s’agit de certains types d’anges, en l’occurrence les anges déchus (mieux connus sous le nom de démons) et leur chef, le diable.

Que vous le vouliez ou non, que vous le croyiez ou non, une véritable guerre spirituelle est en cours. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder à l’intérieur de soi. Regardez vos propres batailles intérieures – toutes les tentations auxquelles vous êtes confronté chaque jour – tous vos sombres secrets, vos désirs, vos jalousies, vos rancunes. Ensuite, regardez tous les maux terribles qui font la une des journaux – les crimes, les drogues, les actes de terrorisme, la pornographie infantile, la violence sadique. Regardez les grands maux de la société – les taux de meurtre, les taux de suicide, les guerres, les génocides. Regardez le taux d’avortement : vingt millions de bébés sont tués chaque année dans le monde. Un véritable océan de sang !

Je ne qualifie personne de mauvais en particulier. Prenons l’exemple de l’avortement. Dieu sait que la plupart des femmes qui avortent le font parce qu’elles se sentent piégées et contraintes par les circonstances, par leur famille et par leur petit ami. Elles n’avortent pas pour des raisons de « liberté de choix« , mais plutôt parce qu’elles sentent qu’elles n’ont pas de liberté et pas de choix. Bien sûr, Dieu a pitié d’elles. Bien sûr que Dieu veut leur pardonner. Mais un péché ne peut être pardonné si vous ne pensez pas que c’est un péché.

Un mal ne peut être effacé si vous insistez sur le fait qu’il s’agit en réalité d’un bien. En théologie, c’est ce qu’on appelle une « inversion diabolique ». C’est lorsque la vérité devient un mensonge et que le mensonge devient la vérité. C’est ce que les « puissances et principautés » s’efforcent toujours d’accomplir. Elles veulent un monde où la morale est à l’envers, où le positif est négatif et le négatif est positif.

Mais laissez-moi vous poser une question : Que se passe-t-il dans la vie quand on fait cela ? Que se passe-t-il lorsque vous inversez les polarités d’un courant électrique, par exemple, lorsque vous inversez les charges et que vous rendez le négatif positif ? Que se passe-t-il si vous faites cela avec le câblage électrique de votre maison ? Le courant est coupé ! Les lumières s’éteignent !

Et n’est-ce pas exactement l’état de notre société aujourd’hui ? Tout le système moral n’a-t-il pas été bouleversé ? Les hommes prétendent être des femmes et les femmes prétendent être des hommes. La promiscuité est considérée comme une source d’épanouissement, tandis que la chasteté est considérée comme une folie. Les bébés à naître sont considérés comme des amas de tissus ayant moins de droits que les tortues de mer. Les personnes âgées et les infirmes ne sont pas traités comme les membres les plus sages et les plus précieux de la société, mais sont plutôt tués parce qu’ils gênent. Les enfants innocents reçoivent un endoctrinement transgenre à l’école primaire, mais ne sont pas autorisés à prier Dieu. Ils sont également autorisés à avorter et à changer de sexe, tandis que les adultes qui s’y opposent sont qualifiés d' »anti-choix » et d' »homophobes ».

Le noir n’est-il pas devenu blanc et le blanc n’est-il pas devenu noir ? Ne sommes-nous pas littéralement plongés dans une culture de tromperie athée, de désespoir et de mort ? Les ténèbres spirituelles ne règnent-elles pas partout ?

Les péchés qui frappent la société moderne et qui frappent chacun d’entre nous personnellement ne sont pas seulement de nature psychologique ou physique. Si c’était le cas, nous n’aurions besoin que d’armes psychologiques ou physiques pour les combattre. Mais il y a une grande part de spiritualité. Les tentations auxquelles nous sommes confrontés sont bien réelles et fortes. Et elles ne se relâchent jamais. Parfois, elles semblent se reposer, mais pas pour longtemps. Elles sont toujours là, essayant de nous faire tomber dans le caniveau gluant – lourdes, puissantes et implacables.

Si, malgré tous vos efforts, vous vous retrouvez entre les griffes du mal, ne faites pas l’erreur de penser que vous pouvez le combattre de la même manière que les autres problèmes de votre vie. Ne pensez pas que l’industrie de l’entraide peut vous sauver – parce qu’elle ne le peut pas. La raison en est que vous ne pouvez pas mener un combat spirituel avec des armes du monde. Lorsque vous essayez de le faire, les « puissances et les principautés » s’assoient et se moquent de vous ! Elles savent qu’il faut utiliser des armes spirituelles pour ce genre de combat – sinon, on n’arrive à rien.

Le Christ lui-même a dit que certains « démons » ne pouvaient être vaincus que par « la prière et le jeûne » (Marc 9:29). Et si le Christ l’a dit, vous pouvez être sûr que c’est vrai.

Permettez-moi donc de vous poser la question : Priez-vous et jeûnez-vous ? Si ce n’est pas le cas, vous ne devriez pas vous plaindre d’avoir des tentations auxquelles il est trop difficile de résister. Le fait est que vous ne profitez pas de deux des armes spirituelles les plus importantes que Dieu vous a données pour combattre le mal.

Bien sûr que tu as des problèmes avec le mensonge, la luxure, la rage ou la paresse. Bien sûr, vous êtes du mauvais côté de la question lorsqu’il s’agit d’avortement, d’euthanasie ou d’opérations de changement de sexe. Il est tout à fait logique que vous ne puissiez pas progresser en surmontant les péchés « difficiles » ou en clarifiant la différence entre le bien et le mal.

Si vous avez de sérieux problèmes, vous devez prier bien plus avant de vous coucher. Vous devez continuellement élever votre esprit vers Dieu tout au long de la journée. Pour l’amour du ciel, n’ayez pas peur d’être considéré comme un « fanatique religieux« . Vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour être en bons termes avec Dieu. Vous devez lire la Bible. Vous devez étudier le catéchisme. Vous devez prier des neuvaines. Vous devez demander l’aide des saints, des anges et de la Vierge. Vous devez prier le rosaire, le chapelet de la miséricorde divine, l’angélus et même la liturgie des heures.

Vous devez vous confesser fréquemment. Vous devez utiliser les sacramentaux, tels que le scapulaire, la médaille miraculeuse, le crucifix et l’eau bénite. Vous devriez aller à l’adoration eucharistique et passer du temps devant le Saint-Sacrement. Plus important encore, vous devriez assister à la messe – si possible tous les jours – et recevoir le corps, le sang, l’âme et la divinité du Christ. Toutes ces formes de prière sont extrêmement puissantes ; toutes peuvent vous aider à porter votre relation personnelle avec le Seigneur à un niveau supérieur, et toutes – ensemble – sont nécessaires en période de grande crise morale.

Et puis il y a le jeûne. Tout le monde oublie le jeûne, et pourtant il est absolument essentiel à votre vie spirituelle. Le jeûne consiste à s’abstenir volontairement de faire quelque chose qui est moralement permis parce que l’on veut faire un sacrifice pour Dieu. En général, les gens s’abstiennent de manger pendant un certain temps. Mais vous pouvez vous abstenir de tout : musique, médias sociaux, télévision, shopping – tout ce que vous aimez vraiment faire. L’essentiel, c’est que ce soit difficile. Vous ne pouvez pas renoncer à quelque chose qui est facile pour vous. L’essentiel est de se sentir « affamé » et de ne pas céder à cette faim. Pourtant, les gens jeûnent rarement de manière sérieuse. Ils se plaignent alors que la morale chrétienne est trop difficile à pratiquer.

Trop difficile à pratiquer ? Bien sûr qu’elle est trop difficile à pratiquer ! Comment pouvez-vous espérer suivre l’enseignement moral de Jésus-Christ à notre époque hédoniste et moralement inversée sans jamais recevoir de nourriture spirituelle de Jésus-Christ ? Et comment pouvez-vous même penser à rassembler assez de courage pour prendre part à la grande guerre culturelle spirituelle qui fait rage autour de nous si vous n’avez pas construit votre volonté en utilisant l’arme spirituelle la plus rudimentaire à votre disposition – le jeûne ? C’est comme essayer de vaincre un ennemi avec les deux mains attachées dans le dos.

Pour citer G.K. Chesterton, « L’idéal chrétien n’a pas été essayé et jugé insuffisant. Il a été jugé difficile et n’a pas été mis à l’épreuve« .

Ne commettez pas cette erreur ! Ne passez pas des décennies à amasser de l’argent, des amis, du pouvoir et des compétences en matière de développement personnel dans le but de vous assurer le bonheur, pour ensuite oublier que le mal peut tout anéantir en un clin d’œil. Ne soyez pas naïf au point de penser que vous êtes en sécurité, car vous ne l’êtes pas. Personne ne l’est. Au lieu de cela, soyez intelligent – spirituellement intelligent. Trouvez de bons livres sur le combat spirituel et étudiez-les. Priez et jeûnez régulièrement, surtout pendant les périodes de grande tentation. Lisez la Bible, pas seulement de temps en temps, mais tous les jours. Adorez et recevez les sacrements avec vos coreligionnaires ; ne soyez pas arrogant et n’essayez pas de le faire tout seul. Par-dessus tout, veillez à ce que Dieu soit au centre de votre vie.

Si vous utilisez ces armes et d’autres armes spirituelles, alors, lorsque le jour du mal viendra, vous serez en mesure de tenir bon sans vaciller. Tu pourras être heureux même au milieu des pires épreuves. Vous pourrez même surmonter les pires épreuves. Et si vous persévérez dans l’utilisation de ces armes, je vous garantis que, quelle que soit la profondeur des ténèbres qui vous entourent, votre lumière brillera toujours et servira de phare puissant à votre famille, à vos amis et à tous ceux qui vous connaissent.

À lire aussi | Dimanche du Corpus Christi – homélie du Père Warren

C’est bien plus que n’importe quelle forme de pensée positive ne pourra jamais faire pour vous.

Tiré du livre – 30 Days to Your New Life disponible en pré-commande chez Sophia Institute Press. Le livre sortira le 20 juin 2023. (Langue anglaise)

Cet article a été publié originellement par CatholicExchange (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Il y a 100 ans, les martyrs du génocide Arménien montaient droit aux Cieux.

Comment l'Église catholique étudie-t-elle les miracles eucharistiques ?

Comment l’Église catholique étudie-t-elle les miracles eucharistiques ?