in , , , ,

Martin Luther : contre les révoltes paysannes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Martin Luther : Contre les meurtriers et les hordes de paysans voleurs ( Wider die Mordischen und Reubischen Rotten der Bawren ).

Dans le livre précédent, je n’ai pas osé juger les paysans, car ils s’étaient offerts à être corrigés et instruits, et les commandements de Christ, dans Matthieu 7:1, disent que nous ne devons pas juger.

Mais avant que je ne puisse jeter un coup d’œil, ils continuent, oubliant leur offre, et se livrent à la violence, volent et se comportent comme des chiens enragés. Il est facile de voir ce qu’ils avaient en tête, à savoir que les prétentions qu’ils faisaient dans leurs douze articles, au nom de l’Évangile, n’étaient que des mensonges.

C’est l’œuvre du diable à laquelle ils se livrent, et en particulier, c’est l’œuvre de l’archidiable qui règne à Muhlhausen et ne fait rien d’autre que d’exciter le vol, le meurtre et l’effusion de sang, comme le dit Christ de lui dans Jean 8:44,

« Il a été meurtrier dès le commencement. »

Puisque donc ces paysans et ces misérables se sont laissés égarer et agissent autrement que ce qu’ils avaient promis, je dois aussi écrire sur eux d’une autre manière que ce que j’ai écrit auparavant, et commencer par exposer leur péché devant eux, comme Dieu le commande à Ésaïe et à Ézéchiel, dans l’espoir que certains d’entre eux puissent apprendre à se connaître. Ensuite, je dois instruire les dirigeants sur la manière dont ils doivent se comporter dans ces circonstances.

Les paysans se sont chargés de trois péchés terribles contre Dieu et les hommes, par lesquels ils ont amplement mérité la mort du corps et de l’âme. En premier lieu, ils ont juré d’être fidèles, soumis et obéissants envers leurs dirigeants, comme le commande Christ, lorsqu’Il dit :

« Rendez à César ce qui est à César« , et dans Romains 13:2 : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures. »

Parce qu’ils rompent cette obéissance et s’opposent volontairement et violemment aux autorités supérieures, ils ont perdu corps et âme, devenant des traîtres, des parjures, des menteurs, des mécréants désobéissants, des coquins et des scélérats. Saint Paul les a jugés ainsi dans les Romains 13, lorsqu’il a dit que ceux qui résistent au pouvoir se condamnent eux-mêmes. Cette parole frappera tôt ou tard les paysans, car c’est la volonté de Dieu que la foi soit respectée et que le devoir, soit accompli.

En deuxième lieu, ils déclenchent une rébellion, volent violemment et pillent des monastères et des châteaux qui ne leur appartiennent pas, méritant ainsi une seconde fois la mort du corps et de l’âme, comme des brigands et des meurtriers. De plus, tout homme contre lequel il peut être prouvé qu’il est un fauteur de sédition est hors de la loi de Dieu et de l’Empire, de sorte que le premier qui peut le tuer fait ce qui est juste et bien.

Car si un homme est un rebelle avéré, tout homme est son juge et son bourreau, tout comme lorsque le feu commence, le premier à l’éteindre est le meilleur homme. Car la rébellion n’est pas un simple meurtre, mais c’est comme un grand feu qui attaque et dévaste tout un pays. Ainsi, la rébellion entraîne un pays entier dans le meurtre et l’effusion de sang, crée des veuves et des orphelins, et bouleverse tout, comme la plus grande catastrophe.

Par conséquent, que chacun qui le peut frappe, tue et poignarde, secrètement ou ouvertement, se rappelant que rien n’est plus empoisonné, nuisible ou diabolique qu’un rebelle. C’est comme lorsqu’il faut tuer un chien enragé : si vous ne le frappez pas, il vous frappera, ainsi que tout un pays avec vous.

En troisième lieu, ils cachent ce péché terrible et horrible avec l’Évangile, se faisant appeler « frères chrétiens« , recevant des serments et des hommages, et forçant les gens à adhérer à ces abominations. Ainsi, ils deviennent les plus grands blasphémateurs de Dieu et calomniateurs de Son saint Nom, servant le diable sous l’apparence extérieure de l’Évangile, méritant ainsi la mort du corps et de l’âme dix fois de suite.

Je n’ai jamais entendu parler d’un péché plus hideux. Je soupçonne que le diable sent venir le Dernier Jour et entreprend donc un acte aussi inouï, comme s’il se disait à lui-même :

« C’est le dernier, donc ce sera le pire ; je vais remuer les fonds et enlever le bas. »

Que Dieu nous protège ! Voyez quel puissant prince est le diable, comment il a le monde entre ses mains et peut tout plonger dans la confusion, lorsqu’il peut si rapidement attraper tant de milliers de paysans, les tromper, les aveugler, les endurcir, les pousser à la révolte et faire avec eux ce que sa fureur enragée entreprend.

Cela n’aide pas les paysans lorsqu’ils prétendent que, selon la Genèse 1 et 2, toutes les choses ont été créées libres et communes, et que nous avons tous été baptisés de la même manière. Car sous le Nouveau Testament, Moïse n’a pas son mot à dire ; car là se tient notre Maître, le Christ, et nous soumet, avec nos corps et nos biens, à l’empereur et à la loi de ce monde, lorsqu’Il dit :

« Rendez à César ce qui est à César. »

Paul, lui aussi, dit, dans Romains 13:1, à tous les chrétiens baptisés :

« Que chaque homme soit soumis au pouvoir« ,

et Pierre dit :

« Soyez soumis à toute institution humaine. »

Par cette doctrine de Christ, nous sommes tenus de vivre, comme le commande le Père du ciel, en disant :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; écoutez-le. »

Car le baptême ne libère pas les hommes dans le corps et la propriété, mais dans l’âme ; et l’Évangile ne rend les biens communs que dans le cas de ceux qui font de leur plein gré ce que les apôtres et les disciples ont fait dans Actes 4:32. Ils n’ont pas exigé, comme le font nos paysans insensés dans leur rage, que les biens d’autrui, ceux de Pilate et d’Hérode, soient communs, mais seulement leurs propres biens.

Nos paysans, cependant, voudraient que les biens d’autres hommes soient communs, tout en gardant leurs propres biens pour eux-mêmes. De beaux chrétiens, ceux-là ! Je pense qu’il ne reste plus de diable en enfer ; ils sont tous allés chez les paysans. Leur délire a dépassé toutes les mesures.

Puisque les paysans ont attiré sur eux la colère de Dieu et des hommes à maintes reprises et qu’ils sont déjà si souvent coupables de mort corporelle et spirituelle, puisqu’ils ne se soumettent à aucun tribunal et n’attendent aucun verdict, mais ne font que déchaîner leur fureur, je dois instruire les gouverneurs du monde sur la manière dont ils doivent agir en toute conscience.

Tout d’abord, je ne m’opposerai pas à un dirigeant qui, même s’il ne tolère pas l’Évangile, frappera et punira ces paysans sans proposer de soumettre le cas à un jugement. Car il est dans son droit, puisque les paysans ne luttent plus pour l’Évangile, mais sont devenus des traîtres, des parjures, des désobéissants, des rebelles, des meurtriers, des voleurs et des blasphémateurs, que même les dirigeants païens ont le droit et le pouvoir de punir ; en fait, ils ont le devoir de le faire, car c’est précisément dans ce but qu’ils portent l’épée et sont « les ministres de Dieu pour châtier celui qui fait le mal« .

Mais si le dirigeant est chrétien et tolère l’Évangile, de sorte que les paysans n’ont aucun motif de plainte contre lui, il doit agir avec crainte. Tout d’abord, il doit porter la question devant Dieu, confessant que nous avons mérité ces choses, et se rappelant que Dieu a peut-être ainsi réveillé le diable comme châtiment pour toute l’Allemagne. Ensuite, il devrait prier humblement pour obtenir de l’aide contre le diable, car « nous luttons non seulement contre la chair et le sang, mais contre les puissances spirituelles dans les cieux« , et cela doit être attaqué par la prière.

À lire aussi | Neuvaine mondiale pour Saint Michel Archange

Ensuite, lorsque nos cœurs se tournent vers Dieu de telle manière que nous sommes prêts à laisser Sa volonté divine s’accomplir, que ce soit ou non Son désir que nous soyons princes et seigneurs, nous devons aller au-delà de notre devoir et offrir aux paysans furieux la possibilité de parvenir à un accord, même s’ils n’en sont pas dignes. Enfin, si cela ne suffit pas, alors saisissez rapidement l’épée.

Car un prince et un seigneur doivent se rappeler dans ce cas qu’ils sont les ministres de Dieu et les serviteurs de Sa colère (Romains 13:4), à qui l’épée est confiée pour être utilisée contre de tels individus, et qu’ils pèchent aussi gravement contre Dieu s’ils ne punissent pas et ne protègent pas, et n’accomplissent pas les devoirs de leur charge, qu’un homme à qui l’épée n’a pas été confiée lorsqu’il commet un meurtre.

S’il peut punir et ne le fait pas, même si la punition consiste en la prise de vie et en l’effusion de sang, alors il est coupable de tous les meurtres et de tout le mal que ces individus commettent, car par négligence volontaire du commandement divin, il leur permet de pratiquer leur méchanceté, bien qu’il puisse l’empêcher, et est tenu par devoir de le faire. Ici, donc, il n’y a pas de temps pour dormir ; pas de place pour la patience ou la miséricorde. C’est le temps de l’épée, pas le jour de grâce.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Neuvaine mondiale pour Saint Michel Archange

Neuvaine mondiale pour Saint Michel Archange

Malleus Maleficarum : Les degrés de souffrance des démons de l'enfer

Malleus Maleficarum : Les degrés de souffrance des démons de l’enfer