in , , , , , , , ,

Malleus Maleficarum : Les degrés de souffrance des démons de l’enfer

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Est-il catholique d’affirmer que les fonctions des incubes et des succubes appartiennent de manière indifférente à tous les esprits impurs ? Il semble que oui, car affirmer le contraire reviendrait à prétendre qu’il existe un bon ordre parmi eux.

Cet article est tiré du livre « Malleus Maleficarum, » également connu sous le nom de « Marteau des Sorcières, » est un traité écrit par les dominicains Henri Institoris (Heinrich Kramer Institoris) et Jacques Sprenger (Jacob Sprenger), qui ont collaboré à sa rédaction. Il a été publié pour la première fois à Strasbourg en 1486 ou 1487 et a connu de nombreuses rééditions. Ce texte revêt une grande importance dans le contexte de la chasse aux sorcières qui a débuté au XVe siècle en Europe.

Le 5 décembre 1484, le pape Innocent VIII a publié la bulle papale « Summis desiderantes affectibus, » mettant en garde contre la sorcellerie. Ce document a donné une légitimité aux deux inquisiteurs, Jacques Sprenger et Henri Institoris, qui ont entrepris de lutter contre ce phénomène. Auparavant, Henri Institoris avait tenté de mener des procès pour sorcellerie, y compris celui d’Helena Scheuberin à Innsbruck, mais sans succès. Il a ensuite cherché à défendre ses idées en les publiant et en sollicitant le soutien de l’Église catholique, qui était jusque-là réticente à aborder cette question.

Les deux auteurs ont publié le livre « Malleus Maleficarum » (Le Marteau des Sorcières). Bien qu’il ait rapidement été condamné par l’Église catholique et mis à l’Index, cet ouvrage a rencontré un vif succès dans la lutte contre la sorcellerie, tant parmi les catholiques que parmi les protestants à l’époque moderne.

On argumente que tout comme dans les calculs des bons anges, il existe des degrés et des ordres (voir Saint Augustin dans son livre sur la nature des bons anges), de même le calcul du Mal repose sur la confusion. Mais alors que parmi les anges bons, rien ne peut manquer d’ordre, parmi les mauvais tout est désordre, et donc ils suivent ces pratiques de manière indistincte. On peut se référer à Job, x : « Terre d’obscurité, sombre comme l’ombre de la mort, sans ordre et qui apparaît comme la propre obscurité elle-même« .

De plus, si ce n’est pas tous qui suivent indifféremment ces pratiques, cette qualité provient-elle de leur nature, du péché ou de la punition ? Cela ne provient pas de leur nature, car tous, sans distinction, sont inclus dans le péché, comme cela a été expliqué dans la question précédente. En effet, par nature, ce sont des esprits impurs, mais pas au point de nuire à leurs bonnes parties, subtiles dans la malice, avides de faire du mal, emplis d’orgueil, etc.

Par conséquent, chez eux, ces pratiques sont dues soit au péché, soit à la punition. En outre, lorsque le péché est plus grand, la punition est plus grande ; et les anges supérieurs ont beaucoup plus péché, donc, pour leur punition, ils doivent suivre ces pratiques impures. Si ce n’est pas le cas, il y aura une autre raison pour laquelle ils ne peuvent pas pratiquer ces choses de manière indistincte.

Encore une fois, on affirme que lorsque la discipline et l’obéissance n’existent pas, tous travaillent sans distinction, et on assure qu’il n’y a ni discipline ni obéissance parmi les démons, ni accords. Proverbes, xiii : « Parmi les orgueilleux, il y a toujours des disputes« .

De plus, tout comme en raison de la punition, tous seront jetés de manière égale en enfer après le Jour du Jugement, de même avant ce moment, ils sont retenus dans les abîmes inférieurs en raison des obligations qui leur ont été assignées. Et nous ne lisons pas qu’il y ait une égalité en raison de l’émancipation, donc il n’y en a pas non plus en ce qui concerne l’obligation et la tentation.

Cependant, la première glose de 1 Corinthiens, xv, s’oppose à cela : « Tant que le monde durera, les anges seront sur les anges, les hommes sur les hommes, et les démons sur d’autres démons« . De plus, dans Job, xi, il est question des balances de Léviathan, qui représentent les membres du démon, et comment l’un s’accroche à l’autre. Par conséquent, il existe entre eux une diversité d’ordre aussi bien que d’action.

Un autre interrogatoire surgit, celui de savoir si les démons peuvent être contenus par les anges bons et empêchés de commettre ces pratiques impures. Il faut noter que les anges auxquels sont soumises les Influences adverses sont appelés Pouvoirs, comme le disent Saint Grégoire et Saint Augustin (de Trinitate, xxx, 3). Un esprit de vie rebelle et pécheur est soumis à un esprit de vie obéissant, pieux et juste. Les créatures les plus parfaites et les plus proches de Dieu ont autorité sur les autres, car tout l’ordre de préférence se trouve au commencement et en premier lieu en Dieu, et il est partagé par Ses créatures selon leur proximité avec Lui. Par conséquent, les anges bons, qui sont plus proches de Dieu en raison de leur jouissance de Lui, que les démons n’ont pas, ont la préférence sur eux et les gouvernent.

Et lorsque l’on affirme que les démons causent beaucoup de mal sans aucun obstacle, ou que s’ils sont soumis aux anges bons, le mal commis par le sujet est dû à la négligence de l’ange déchu, et qu’il semble y avoir des négligences parmi les anges bons, la réponse est que les anges sont les serviteurs de la Sagesse Divine. Il en résulte que, comme la Sagesse Divine permet que certains maux soient causés par les anges déchus ou les hommes, en vue du bien qu’Elle en tire, de même les anges bons n’empêchent pas complètement les hommes méchants ou les démons de faire du mal.

Réponse. Il est catholique d’affirmer qu’il existe un certain ordre d’actions intérieures et extérieures, ainsi qu’un degré de préférence entre les démons, lorsque l’on constate que certaines abominations sont commises par les ordres inférieurs, dont les ordres supérieurs sont exclus en raison de la noblesse de leur nature. En général, on dit que cela découle d’une triple congruence, en ce sens que de telles choses sont en harmonie avec leur nature, avec la Sagesse Divine et avec leur propre malice.

Mais plus spécifiquement, en ce qui concerne leur nature, il convient de reconnaître qu’au début de la Création, certains ont toujours été supérieurs par nature, car ils diffèrent les uns des autres par leur forme ; et il n’y a pas deux anges identiques en forme. Cela correspond à l’opinion la plus répandue, qui coïncide également avec les paroles des Philosophes. Dionysius l’établit également dans son dixième chapitre sur la hiérarchie céleste, où il affirme qu’il y a trois degrés distincts dans le même ordre, et nous devons être d’accord avec cela, car ils sont à la fois immatériels et incorporels. Voir aussi Saint Thomas (n, 2). Le péché ne leur enlève pas leur nature, et après la Chute, les démons n’ont pas perdu leurs dons naturels, comme cela a déjà été mentionné ; et les opérations des choses suivent leurs conditions naturelles. Par conséquent, tant en nature qu’en action, ils sont variés et multiples.

Cela est également en accord avec la Sagesse Divine, car ce qui a été ordonné a été ordonné par Dieu (Romains, xiii). Et comme les démons ont été délégués par Dieu pour tenter les hommes et punir les condamnés, ils agissent sur les hommes de l’extérieur, par de nombreux moyens variés.

Cela s’accorde également avec leur propre malice. Puisqu’ils sont en guerre avec la race humaine, ils combattent de manière organisée, car ils pensent ainsi causer davantage de mal aux hommes, et ils y parviennent. Il s’ensuit donc qu’ils ne partagent pas également leurs abominations les plus inexprimables.

Et cela se démontre de manière plus spécifique comme suit : puisque, comme il a été dit, l’action suit la nature de la chose, on comprend également que ceux dont la nature est subordonnée doivent également se subordonner dans l’opération, comme c’est le cas pour les choses corporelles. En effet, comme les corps inférieurs sont, par ordre naturel, inférieurs aux corps célestes, et que leurs actions et mouvements sont soumis à ceux des corps célestes ; de même, comme les démons, comme il a été dit, diffèrent entre eux dans l’ordre naturel, ils diffèrent donc aussi dans leurs actions naturelles, tant extérieures qu’intérieures ; et en particulier dans l’exécution des abominations en question.

De tout cela, on peut conclure que la pratique de ces abominations est en grande partie étrangère à la noblesse de la nature angélique, de même que dans les actions humaines, les actes les plus impurs et bestiaux doivent être considérés en eux-mêmes, et non par rapport à l’obligation de la nature et à la procréation humaine.

Enfin, étant donné que l’on croit que certains sont tombés de tous les ordres, il n’est pas inapproprié d’affirmer que les démons qui tombent du chœur inférieur, voire du chœur le plus bas, sont délégués pour l’exécution de ces abominations et d’autres. De plus, il convient de noter que bien que les Écritures parlent des incubes et des succubes qui convoitent les femmes, nulle part nous ne lisons que les incubes et les succubes soient tombés dans des vices contraires à la nature. Nous ne parlons pas seulement de la sodomie, mais de tout autre péché par lequel l’acte est perverti en dehors de la voie correcte.

Et la grande énormité de ceux qui pèchent de cette manière est montrée par le fait que tous les démons, quel que soit leur ordre, abhorrent et pensent effrontément commettre de tels actes. La glose d’Ézéchiel, xix, semble signifier la même chose lorsque elle dit : « Je te livrerai entre les mains des habitants de la Palestine« , c’est-à-dire les démons, qui auront honte de tes iniquités, c’est-à-dire des vices contre la nature. L’érudit comprendra ce qu’il faut entendre autoritairement à propos des démons. En effet, Dieu n’a pas puni si fréquemment aucun péché par la mort honteuse de multitudes.

En fait, beaucoup disent, et cela est vraiment croyance, que personne ne peut persévérer sans danger dans la pratique de ces vices au-delà de la période de la vie mortelle du Christ, qui a duré trente-trois ans, à moins d’être sauvé par une grâce spéciale du Rédempteur. Cela est démontré par le fait que certains octogénaires et centenaires, qui avaient jusqu’alors dirigé leur vie selon la discipline du Christ, ont souvent été pris au piège de ce vice, et une fois qu’ils l’ont abandonné, il leur a été très difficile d’obtenir leur libération et de se soumettre à de tels vices.

De plus, les noms des démons indiquent quel ordre existe parmi eux et quel rôle est assigné à chacun. Car bien que le même nom, celui de démon, soit utilisé en général dans les Écritures en raison de leurs différentes qualités, elles enseignent cependant qu’un est au-dessus de ces actions répugnantes, tout comme certains autres vices sont soumis à un autre. Il est courant dans les Écritures et dans le langage d’appeler chacun des esprits impurs Diabolus, de Día, c’est-à-dire Deux, et Bolus, c’est-à-dire Bouchée ; car il tue deux choses, le corps et l’âme.

Cela concorde avec l’étymologie, bien qu’en grec Diabolus signifie enfermé dans la prison, ce qui correspond également, car il ne lui est pas permis de causer autant de mal qu’il le souhaite. Ou Diabolus peut signifier Flux Descendant, car il a coulé vers le bas, c’est-à-dire qu’il est tombé, à la fois spécifiquement et localement. Il est également appelé Démon, c’est-à-dire Ruse sur le Sang, car il convoite et cherche le péché avec une triple connaissance, car il est puissant dans la subtilité de sa nature, dans son expérience ancestrale et dans la révélation des esprits bons.

Il est également appelé Belial, ce qui signifie Sans Joug ou Maître, car il peut lutter contre celui auquel il devrait être soumis. On l’appelle Belzébuth, c’est-à-dire Seigneur des Mouches, c’est-à-dire des âmes des pécheurs qui ont abandonné la vraie foi en Christ. Il est également appelé Satan, c’est-à-dire l’Adversaire ; voir 1 Pierre, v, 8 : « Car votre adversaire, le diable, rôde autour« , etc. Il est également appelé Béhémoth, c’est-à-dire la Bête, car il rend les hommes bestiaux.

Mais le démon de la Fornication lui-même, le chef de cette abomination, s’appelle Asmodée, ce qui signifie Créature du Jugement, car en raison de ce genre de péché, un terrible jugement a été exécuté sur Sodome et les quatre autres villes. De même, le démon de l’Orgueil s’appelle Léviathan, ce qui signifie son Addition, car lorsque Lucifer a tenté nos premiers parents, il leur a promis, par orgueil, l’addition de la Divinité. À son sujet, le Seigneur a dit, par l’intermédiaire d’Isaïe : « Je t’enverrai Léviathan, ce vieux serpent tortueux. » Et le démon de l’Avarice et des Richesses s’appelle Mammon, que le Christ mentionne également dans l’Évangile (Matthieu VI) : « Vous ne pouvez servir Dieu« , etc.

En ce qui concerne les arguments, premièrement, on peut dire que le bien peut être trouvé sans le mal, mais que le mal ne peut pas être trouvé sans le bien, car il est versé sur une créature qui est en soi bonne. Par conséquent, les démons, dans la mesure où ils possèdent une nature bonne, ont été ordonnés selon la nature, et en ce qui concerne leurs actions, voir Job X.

Deuxièmement, on peut dire que les démons délégués pour agir ne sont pas en enfer, mais dans les brumes inférieures, et là ils ont un ordre entre eux, qu’ils n’auraient pas en enfer. On peut dire que tout ordre a cessé entre eux en ce qui concerne l’atteinte à la béatitude, à l’époque où ils sont tombés irrémédiablement de ces hauteurs. On peut également dire que même en enfer, il y aura une gradation de pouvoir entre eux, ainsi que dans l’attribution de châtiments, dans la mesure où certains, et pas d’autres, seront destinés à tourmenter les âmes. Mais cette gradation viendra de Dieu, plutôt que d’eux-mêmes, de même que leurs tourments.

A lire aussi | Martin Luther : contre les révoltes paysannes

Troisièmement, lorsque l’on dit que les démons supérieurs, parce qu’ils ont péché davantage, sont plus sévèrement punis et doivent donc être plus enclins à commettre ces actes impurs, on répond que le péché est lié à la punition, et non à l’acte ou à la fonction de la nature ; par conséquent, en raison de leur noblesse naturelle, ils ne sont pas enclins à de telles iniquités, et cela n’a rien à voir avec leur péché ou leur punition. Bien que tous soient des esprits impurs et désireux de faire le mal, l’un est plus enclin que l’autre, dans la mesure où sa nature est plus plongée dans les ténèbres.

Quatrièmement, on dit qu’il existe un accord entre les démons, mais un accord de méchanceté plutôt qu’une amitié, dans le sens où ils haïssent l’humanité et s’efforcent au maximum contre la justice. Car parmi les méchants, il existe un tel accord qu’ils s’unissent et délèguent ceux dont les talents semblent adaptés à l’exécution de certaines iniquités.

Cinquièmement, bien que l’emprisonnement soit décrété de manière égale pour tous, que ce soit dans l’atmosphère inférieure ou dans l’enfer, cela ne signifie pas que des pénalités et des obligations égales leur soient imposées. En effet, plus ils sont nobles par nature et puissants dans leur fonction, plus grand est le tourment auquel ils sont soumis. Voir Sagesse V : « Les puissants subiront de puissants tourments« .

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Martin Luther : contre les révoltes paysannes

Martin Luther : contre les révoltes paysannes

La conversion de saint Henry Newman au catholicisme

La conversion de saint Henry Newman au catholicisme