Le nationalisme participe à la destruction de la France
in , , , ,

Le nationalisme participe à la destruction de la France

Aujourd’hui, le nationalisme cause beaucoup de dégât en France, non pas à cause d’une prétendue violence d’extrême droite comme aiment le dire mensongèrement tous ses opposants, mais à cause de son reniement à la foi catholique.

Le camp nationaliste est divisé en plusieurs courants, il y a les athées, les néo-païens et les chrétiens de papiers.

L’athée se fout complètement des racines chrétiennes du pays et croit que son ancêtre est un singe, il ne recherche pas plus loin que son nez et base toute sa profession de foi sur ce que l’éducation nationale républicaine lui a enseigné.

Le néo-païen, lui, base son histoire sur les films et séries américaines, il vit dans une histoire romancée et se revendique de ce courant seulement par esprit de virilité et de puissance, en voulant se faire passer pour un guerrier des temps modernes, car dans la série Viking le berserkir solote 50 soldats grâce à sa fureur obtenu via Odin, alors qu’enfaite, c’est un mélange d’herbe qui le drogue et le fait vriller.

Aujourd’hui, nous avons le captagon qui reproduit le même résultat, rien de ça ne provient d’une quelconque divinité en tout cas. Pour la majorité de ces nationalistes-là, ils n’ont aucune connaissances spirituelles ou religieuses concernant le néo-paganisme et pensent que tout se limite à la Scandinavie. Ils pensent aussi que le Christianisme par faute d’éducation est une religion de faible, car Jésus-Christ est mort crucifié.

C’est surtout et avant tout, un moyen de se retrouver en communauté, de ne pas se sentir seul, c’est en faite une étiquette qu’ils se collent pour se sentir exister au milieu de cette anarchie républicaine.

Le Chrétien de papier est une espèce de gnostique qui reconnait une puissance au-dessus de lui sans avoir la connaissance, l’envie ou le courage de la nommer en toute Vérité et de reconnaitre que c’est le Dieu Catholique. Du coup, ce nationaliste peut adopter la posture païenne comme chrétienne par rapport à celui qu’il a en face de lui. Il peut mélanger son adoration pour Odin, Thor, Freya, comme pour Jésus-Christ qu’il connait que de nom.

Ce qui est par contre vrai et que nous pouvons faire remarquer, c’est que ces trois courants de pensées, quand il est question de débattre sur la religion et la foi face à l’islam et aux musulmans, n’hésiterons pas à se revendiquer chrétien durant les échanges afin d’apporter un poids à leur argumentation inexistante sans cet apport historique. Il y a dans le camp des néo-païens, des gens un peu plus cultivé, mais qui sont plutôt dans le paganisme romain, avec les faux dieux Athena, .

Pourquoi le font-ils ? C’est simple, ils savent que la république ne leurs offres aucune arme théologique, morale ou aucun bouclier intellectuel pour combattre cette religion politique actuellement. De facto, ils se replient derrière la véritable identité de la France qui n’est d’autre que le catholicisme.

« La nation des Francs illustre, ayant Dieu pour fondateur, forte sous les armes, ferme dans les traités de paix, hardie, agile et rude au combat, depuis peu convertie à la foi catholique, libre d’hérésie. » (Pierre Virion, Le Christ qui est roi de France, Tequi, Saint-Cénéré 1995, p. 173.)

Ce nationalisme porte pourtant fièrement sa racine française dans son discours et dans son cœur, les nationalistes parlent avec passion de la France, de la patrie et du nombre de victoires qui hisse la France en première place dans le monde.

Pourtant, ce nationalisme d’aujourd’hui n’a plus rien de nationaliste ni de patriotique en acceptant et adoptant l’idéologie révolutionnaire des socialistes, (avortements, euthanasie, mariage homosexuel, acceptation du lobby LGBT etc…)

Le terme de nation est dévoyé par les révolutionnaires, pour nous, c’était le pays de nos pères et le peuple Franc la nation, donc une France Catholique et Royaliste.

Je laisserais François Athanase, vous expliquez ce que veut dire pour moi être Français et aimer sa patrie, sa nation.

« Notre Patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous. Notre Patrie, c’est notre Foi, notre terre, notre Roi… Mais leur Patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ?

Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition. Alors, qu’est-ce que cette Patrie narguante du passé, sans fidélité, sans amour ? Cette Patrie de billebaude et d’irréligion ? Beau discours, n’est-ce pas ? Pour eux, la Patrie semble n’être qu’une idée ; pour nous elle est une terre. Ils l’ont dans le cerveau ; nous l’avons sous les pieds…

Il est vieux comme le diable, le monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions ; faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de la fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur… »

François Athanase Charette de La Contriehéros de la Vendée (1763 – 1796)

La France a été un pays puissant grâce à une morale et une tradition militaire qui prend ses sources dans l’Ancien régime et plus précisément dans le code de la chevalerie prenant lui-même sa source et naturellement dans le catholicisme, l’honneur de combattre ceux qui sont contre la paix, nous font la guerre et souhaitent la destruction de notre nation catholique.

Ces Nationalistes placent donc un point d’honneur à la tradition, à ce que leurs ancêtres ont fait dans l’histoire, pourtant, pour beaucoup d’entre eux, nous avons l’impression que cette tradition commence au même titre que celle des gauchistes, à la révolution.

D’après leur discours, la France n’existait pas avant ça, ils oublient de parler des 1200 autres années qui permettent le fondement, la stabilisation et la montée en puissance de notre nation catholique.

Clovis, qui était païen, se converti au catholicisme suite à la preuve éclatante qu’il reçut sur le champ de bataille, il comprit ce jour-là, que les faux Dieux païens n’existaient pas, mais seul le Dieu de son épouse Clotilde était réel et avait le pouvoir de le lui montrer immédiatement.

Après ça, il se fait baptiser, à cette occasion Saint Rémi, se fait prophète de la France en ces mots :

« Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Eglise Romaine qui est la seule véritable Église du Christ. »

Et il ajoute après ça :

« Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes et il embrassera toutes les limites de l’empire Romain ! Et il soumettra tous les peuples à son sceptre ! Il durera jusqu’à la fin des temps ! Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la Foi Romaine, mais il sera rudement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation. »

Nous reviendrons un peu plus tard sur la seconde affirmation de Saint Rémi concernant la vocation de la France.

Après ça, la majorité des hommes de Clovis poseront le genou au sol et suivront le Christ, ainsi marque le début de notre héritage et du choix de défendre l’Église de Dieu et la vérité contre tous ses ennemis.

Nous entendons souvent cette opposition à revenir au catholicisme, « Le christianisme, c’est un truc de faible de toute façon, aimer ses ennemis, c’est être un fragile, nous, on est viril blabla..« 

Que se passe-t-il sous Clovis ? Clovis s’efforce d’agrandir le territoire Franc, il conquiert ainsi toute la moitié septentrionale de la France actuelle, le fait-il avec des bougies et des fleurs ? Non, il le fait au prix de la guerre et de la lutte contre les ennemis de Dieu.

Ceci nous amène à Charlemagne, il devait avant tout, pourvoir à ce que l’anarchie s’arrête dans le domaine religieux à cause des débris des cultes païens romains, celtes et scandinaves, car ces morales païennes nuisaient au développement du royaume, et à ceux de la civilisation chrétienne qu’il portait avec lui.

Le capitulaire De partibus Saxoniœ prononça la peine de mort contre les Saxons qui refusaient le baptême, et faisaient des sacrifices ou des actes de sorcellerie ; et même contre ceux qui, selon leur coutume nationale, brûlaient les morts au lieu de les enterrer.

Charlemagne fit exécuter cette loi avec une barbare rigidité ; et l’on sait que dans une seule circonstance, en 782, quatre mille cinq cents ou plutôt cinq mille quatre cents adorateurs d’Odin furent par ses ordres passés au fil de l’épée.

Après ce massacre, les Saxons païens, lancent un appel à Odin et rédigèrent une formule d’invocation dont voici la teneur :

« Grand et saint Odin!, délivre-nous, ainsi que notre seigneur Witekind, ainsi que nos héros, de ce barbare Karel. Malheur à ce bourreau ! Je te donnerai un buffle, deux agneaux et les dépouilles ; je t’immolerai les prisonniers sur ta sainte montagne d’Artisberka. » Magnusen, p. 330

Bien entendu, rien ne s’est passé, car Odin n’existe pas et n’est pas Dieu.

Charlemagne devait donc d’abord faire la guerre pour assurer la sécurité de ses peuples contre les incursions des Saxons, des Slaves et des Avars à l’Est, contre les Arabes en Espagne. Il avait organisé contre eux des « « » États militaires « » » et parvient par les armes à convertir enfin les Saxons.

Après ça, L’Empereur gouverne avec une grande sagesse tous ses États, envoyant partout ses « missi dominici » pour contrôler les actes et les jugements des gouverneurs. La prospérité renaît, la population se multiplie, les villes et les villages se développent et pour assurer les communications, l’Empereur établit un réseau de routes, construit des ponts, etc….

En plus de sa sagesse, il souhaite l’instruction et la foi de son peuple, il fait alors appel aux éminents enseignants et établit des écoles. Il réalise pleinement le programme que son conseiller Alcuin lui soumet :

« Il vous appartient d’exalter et de conserver la Sainte Église de Dieu parmi le peuple chrétien et d’ouvrir à tous la voie du salut
éternel !
»

La raison d’être de l’Empire, c’est l’unité de la foi et de la charité entre tous ses membres : que le but des conquêtes de l’Empereur, c’est l’extension de la foi catholique : car l’Empereur est le propagateur et le défenseur de la religion chrétienne.

Voilà entre guillemet quelques siècles seulement du début de l’histoire de nos ancêtres et aujourd’hui, nous voyons des nationalistes complètement perdus dans des fausses racines païennes, se faisant passer pour des guerriers vikings tout en sachant que ces mêmes peuples se sont convertis au catholicisme et ont participé aux croisades.

Il va sans dire que sans le catholicisme, la France serait musulmane et prierait Allah. Le Catholicisme a évité ça, il y a eu de sanglants combats entre la Croix et le Croissant, depuis la déchristianisation, le pays accentue la balance vers la mosquée, car il n’y a plus aucun rempart pour y faire face, ou du moins, une extrême minorité de catholique.

Pour défendre la France, il faut être catholique, le catholicisme autorise légalement la légitime défense, la protection du plus faible, le combat armé dans le but toujours de défense dans ses lois.

Le problème que nous voyons aujourd’hui, c’est que les nationalistes sont matrixés, ils ont adoptés des idéologies gauchistes qui ont triomphé sur la France catholique à la révolution. Cette révolution a causé le génocide de nos ancêtres et de notre peuple au profit d’une élite bourgeoise, de sectes et de loges franc-maçonne, ce sont eux qui ont détruit votre pays, personnes d’autres.

C’est depuis la révolution que le statut de citoyen voit le jour et avec lui le décret crémieux qui fera venir des étrangers et leur donnera les pleins pouvoir via la nationalité française. C’est à partir de là que commence l’immigration en France, avant ça, la France était dépourvue d’étrangers, du moins, en extrême minorité seulement, car sous l’Ancien régime, seul le Roi peut délivrer des « lettres de naturalité » conférant aux « aubains » (étrangers vivant sur le territoire) la qualité de « régnicoles » (sujets du roi).

Bref, une immigration ultra-sélective, limité à l’appréciation du Roi catholique qui est là pour servir son peuple et non le combattre comme ça sera le cas depuis la révolution et la république.

Il est incompréhensible alors pour un nationaliste de se sentir républicain et encore pire, de voter pour un parti politique, que ce soit celui de Zemmour, Marine Lepen etc.. A la rigueur, il y a Civitas, qui lui, ne renie pas les lois de Dieu.

Un vrai français est contre l’avortement, le mariage homosexuel,la GPA, la PMA, l’euthanasie et contre toute atteinte à la souveraineté et aux lois de Notre-Seigneur, qui est le seul Roi de France.

Amis païens, comme vous pouvez le voir, aucun de vos faux dieux n’a fait le moindre miracle ou ne s’est montré publiquement ou encore a agi dans votre intérêt, depuis toujours, même sous Charlemagne, les Saxons ont imploré Odin et il ne s’est absolument rien passé.

Ce qui est normal, car ils n’existent pas et ne sont qu’une invention antique de Satan, leur demandant des sacrifices d’innocents et des actes de sorcellerie pour les posséder. Nous y revenons d’ailleurs avec les termes modernes cités ci-dessus (avortement, euthanasie…).

Nous par contre, nous pouvons prétendre et montrer les actes de notre Dieu, par ses actions éclatantes, par exemple les miracles de Lourdes, Fatima, Zeïtoun, Guadalupe, Rwanda, la Salette, la venue de Jeanne d’Arc, Charles Martel, etc…

Si vous voulez combattre l’islam politique et agressif, vous devez vous ranger sous la bannière du Seigneur, car c’est un combat qui dure depuis l’arrivée de Mahomet, ce combat n’est pas terminé pour le Français.

C’est par contre autre chose pour le républicain, lui, il a adopté la soumission, la compromission, le clientélisme, en un mot, la dhimmitude et il a décidé d’imposer ce choix-là à tous les niveaux de la société en se servant de tous les moyens qu’il a en sa possession.

En revenant plier le genou face à votre Seigneur, celui-ci vous offrira ses grâces surnaturelles, son courage, sa vérité, sa sagesse par le Saint-Esprit, vous combattrez pour la vérité qui a animé vos ancêtres en Gaule et en France et non pas pour protéger une invention révolutionnaire qui se nomme « Laïcité« .

Savez-vous aussi que les révolutionnaires et républicains avaient instauré le culte à l’être suprême, personnage fantasmé des loges maçonniques, et en vous plaçant sous leur drapeau, c’est aussi sous celles des maçons que vous le faites.

Le but de tout ceci était de détruire le vrai culte à Dieu, déraciner l’homme, détruire sa culture afin qu’il devienne un golem contrôlable à souhait, ce qui ne se passe pas quand vous êtes un catholique pieux et dans la prière, car notre tradition vous apporte un savoir qui vous rend libre et Dieu nous vient en aide et détruit vos ennemis.

À lire aussi | Le Pape Jean XXIII reçoit le Général De Gaulle au Vatican en 1959

Nous revenons donc à la prophétie de Saint-Rémi, « mais il sera rudement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation. » c’est ainsi que nous le sommes actuellement, nous avons échoué dans notre mission de protection de l’Église et de la religion de Dieu en France. C’est pour cela que nous subissons le joug de nos ennemis en France. Revenez à votre mission, français !

Pour conclure, je dirais que si vous voulez revenir à l’esprit de communauté, sortir de l’égoïsme et de la solitude, alors revenez dans nos Églises, renouez avec la religion de vos ancêtres, leurs morales, leurs traditions et leurs cultures.

C’est avec Dieu que nous triompherons et jamais de notre propre chef, sans Dieu, nous n’avons qu’une intelligence et une force ridicule, défaillante !

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire