in , ,

French Days : Les vrais écologistes catholiques devraient les refuser

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Outre cet anglicisme nauséabond, les French Days encouragent la consommation excessive grâce à leurs soldes massifs sur une grande variété de produits.

Le Pape s’est récemment exprimé sur cette question en soulignant la nécessité de nous repentir de nos « ‘péchés écologiques‘ ».

Xeet : « Repentons-nous de nos « péchés écologiques », comme nous en avertit mon frère, le patriarche œcuménique Bartholomée. Avec l’aide de la grâce de Dieu, adoptons des styles de vie avec moins de gaspillage et moins de consommation inutile. #TempsDeCréation« 

Selon cet enseignement, le ‘ »péché écologique » consiste à adopter un style de vie favorisant le gaspillage et la consommation inutile. Alors, quelle est la finalité des French Days si ce n’est pas de pousser les Français à une consommation inutile grâce à des promotions ? Donc, cela tombe-t-il sous le coup du péché écologique ? Les catholiques qui ne refusent pas de s’opposer à ces pratiques ne sont pas de vrais écologistes.

Le Pape aurait également pu profiter de cette tribune au stade de Marseille pour évoquer les French Days et mettre en garde les fidèles contre le danger pour leurs âmes, car cela les conduit à commettre le péché écologique, pour lequel ils doivent se repentir.

La publicité entourant les French Days peut également exercer une pression sur les consommateurs pour qu’ils achètent des produits dont ils n’ont pas réellement besoin, ce qui peut les pousser à faire des achats impulsifs et à accumuler des biens inutiles. Dans un monde cohérent, il serait logique d’envisager l’interdiction de toute publicité à la radio et à la télévision.

De nombreux sites français n’hésitent donc pas à faire de la publicité grâce à la sponsorisation ou aux liens d’affiliation pour inciter au maximum les consommateurs français à effectuer des achats ici et là, en publiant des articles attrayants avec des listes des meilleurs produits à ne pas manquer !

Par exemple, sur le site Frandroïd, on peut trouver une actualité en temps réel sur les meilleurs produits high-tech, semblable à un site de commentaires sportifs, sauf que l’objectif est de ne rater aucune offre intéressante. »

Cela engendre également un problème écologique majeur, car ces achats en ligne à grande échelle entraînent également une augmentation considérable des livraisons de produits à travers la France, ce qui aggrave l’empreinte carbone. Si l’État ou le clergé se préoccupaient réellement de l’écologie, ils appelleraient à boycotter les French Days de 2023, seulement, le clergé en France est plus occupée à Xeeter des trucs bateau sur l’écologie plutôt que d’appeler à des mesures concrètes et en cohérence avec leurs discours.

À lire aussi | AED : « Les prêtres deviennent une espèce en voie de disparition »

Les marques participant à cet événement devraient être par ailleurs passibles de sanctions sévères de la part de l’État, sans oublier le boycott des consommateurs. Il est facile de nous sensibiliser à l’écologie par des discours, mais les actions semblent absentes lorsque cela concerne des entreprises plutôt que les citoyens français.

Lorsqu’il s’agit de donner des leçons de morale ou de taxer le citoyen moyen, qui a du mal à joindre les deux bouts, en augmentant le coût de sa nourriture, de ses cigarettes, de son essence ou encore de son électricité au nom de l’écologie, il y a beaucoup de monde pour applaudir. En revanche, lorsque tous ces défenseurs de l’écologie du dimanche doivent dénoncer de véritables problèmes, on ne les entend nulle part.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

AED : "Les prêtres deviennent une espèce en voie de disparition"

AED : « Les prêtres deviennent une espèce en voie de disparition »

Les évêques allemands se livrent une lutte acharnée à cause d'une minorité

Les évêques allemands se livrent une lutte acharnée à cause d’une minorité