in , , , , , ,

La contraception sera toujours intrinsèquement mauvaise

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La contraception sera toujours intrinsèquement mauvaise

Il y a déjà 54 ans, le 25 juillet 1968, le Pape Saint Paul VI confirmé l’enseignement sur la contraception dans son encyclique Humanae Vitae, que ce soit par la stérilisation de l’homme ou de la femme dans tout acte avant, pendant ou après l’acte conjugal pour empêcher la procréation, est moralement mauvaise et viole les biens « unitifs et procréatifs » « inhérents à l’acte du mariage »

À l’occasion de la semaine nationale de la PFN, l’Académie pontificale de la vie a émis des idées déroutantes qui semblent impliquer que l’enseignement de l’Église sur la contraception peut  » évoluer  » pour permettre l’utilisation de la contraception artificielle.

En outre, Saint Paul VI a permis aux couples qui ont des raisons raisonnables d’éviter d’avoir un autre enfant d’utiliser exclusivement les périodes infertiles du cycle de la femme, ce qui est maintenant communément appelée planification familiale naturelle ou PFN. Cet enseignement a été reçu de diverses manières, de nombreux laïcs et prêtres choisissant de l’ignorer au profit de l’acceptation par le monde de la régulation des naissances. Ceux qui ont obéi à la vérité ont travaillé dur pour la défendre, comme le philosophe Dietrich von Hildebrand, qui a expliqué :

« Tout vrai catholique doit se réjouir aussi lorsqu’il lui est permis de voir clairement que l’Église ne se conforme pas à « l’opinion de la majorité » mais à la Parole de Dieu, et que le Saint-Père [Paul VI] doit proclamer la vérité même si elle va à l’encontre du courant des temps. […] L’encyclique Humanae Vitae, dans laquelle le Saint-Père nous enseigne clairement la véritable nature morale de la régulation artificielle des naissances, permet à l’individu de savoir exactement ce que Dieu attend de lui et fait appel à notre conscience pour ne pas offenser Dieu » (L’encyclique Humanae Vitae : un signe de contradiction).

À l’occasion de la Semaine nationale de la PFN, l’Académie pontificale de la vie a émis des idées déroutantes qui semblent impliquer que l’enseignement de l’Église sur la contraception peut « évoluer » pour permettre l’utilisation de la contraception artificielle. Cette idée va à l’encontre des principes les plus fondamentaux de ce qu’est un développement légitime de la doctrine – car jamais dans l’Écriture ou dans l’histoire de l’Église il n’a été moral pour les couples mariés d’interférer avec la finalité procréatrice de l’acte marital. Les vérités morales mêmes sur lesquelles le mariage est fondé exigent que tout acte sexuel soit accompli dans le cadre du mariage et soit un acte consensuel de don de soi et d’union du couple, ouvert à la procréation d’une nouvelle vie humaine.

Continuité des principes et loi naturelle

Dans son Essai sur le développement de la doctrine chrétienne, saint John Henry Newman énonce six critères permettant de mesurer le développement de la doctrine. L’enseignement de l’Église sur les deux finalités du mariage et de l’acte sexuel, à savoir la procréation et l’union, ainsi que l’enseignement contre l’utilisation de la contraception artificielle, s’inscrivent dans ces six lignes directrices. Ici, je veux montrer comment l’enseignement de l’Église ne peut légitimement se développer pour dire qu’il est moral d’interférer avec la fin procréatrice du mariage, car cela viole ce que Newman appelle la nécessaire  » continuité des principes  » requise pour le développement de la doctrine.

L’Église a toujours soutenu le principe selon lequel il est mauvais d’interférer avec la création d’une nouvelle vie humaine dans l’acte sexuel. De plus, le principe des deux fins du mariage, bien qu’il ait été énoncé et compris par l’Église pour la première fois aux XXe et XXIe siècles, est enraciné dans la loi naturelle et dans toute l’histoire de la compréhension du mariage par l’Église. C’est pourquoi la condamnation des actes contraceptifs comme « intrinsèquement mauvais » (voir Catéchisme de l’Église catholique, 2370) fait véritablement partie de la Tradition.

Tout d’abord, ce principe des deux fins du mariage peut être vu dans la loi naturelle, qui est la loi implantée en nous par Dieu qui dit que nous devons utiliser nos capacités naturelles pour poursuivre les biens pour lesquels nos capacités existent naturellement et que nous ne devons pas accomplir des actes dans lesquels nous utilisons une capacité naturelle tout en empêchant activement son but naturel de se réaliser.

Nos capacités sexuelles existent naturellement dans le but de faire naître de nouvelles personnes et dans le but d’un don complet de soi entre les personnes. Utiliser cette capacité tout en empêchant simultanément l’un ou l’autre de ces objectifs de se réaliser, comme on le fait en utilisant la contraception, viole l’orientation naturelle vers le but de cette capacité, et viole donc la loi naturelle, et ne devrait donc pas être fait.

Le Pape Jean-Paul II expliquait dans Familiaris Consortio, en 1981, que « lorsque les couples, par le recours à la contraception, séparent ces deux significations que Dieu Créateur a inscrites dans l’être de l’homme et de la femme et dans le dynamisme de leur communion sexuelle« , ils interfèrent avec le plan divin et « manipulent et dégradent la sexualité humaine… en altérant sa valeur de don « total »« . Le mal ne réside pas seulement dans le fait que la contraception sépare la procréation de la finalité unitive, mais aussi dans le fait que le couple refuse le don de la fertilité à l’autre. Un couple qui utilise la contraception dans l’acte conjugal se rend incapable d’un don total de soi et d’une union complète.

Il viole en outre le don de coopérer à l’acte créateur de Dieu, qui donne l’existence à l’âme de chaque personne. Hildebrand a expliqué deux niveaux de péché dans l’utilisation de la contraception artificielle :

« Nous voyons donc que la contraception artificielle est un péché non seulement parce qu’elle rompt le lien mystérieux entre l’union amoureuse la plus intime et la naissance d’un nouvel être humain, mais aussi parce que, d’une certaine façon, elle coupe artificiellement l’intervention créatrice de Dieu, ou mieux encore, elle sépare artificiellement de son destin un acte qui est ordonné à la coopération avec l’acte créateur de Dieu » (L’encyclique Humanae Vitae : un signe de contradiction).

Dans l’Écriture et la Tradition

Deuxièmement, nous pouvons voir ces principes dans l’Écriture et la Tradition. L’Écriture nous montre que la procréation et l’union sont intrinsèques au mariage, en commençant par la Genèse 1-2, lorsque l’homme et la femme ont été créés par Dieu, l’Auteur de la vie, et qu’ils étaient destinés à devenir « une seule chair » et à être « féconds et multipliés« . Dans le Nouveau Testament, l’aspect unitif est souligné dans la comparaison que fait saint Paul de l’homme au Christ et de la femme à l’Église dans Éphésiens 5. Dans la liturgie, le Christ et l’Église entrent en union par la consommation du peuple de l’Église qui reçoit le Corps du Christ dans son corps, et cet amour du Christ pour l’Église est profond et personnel. Si l’on compare le mariage à cette analogie, on peut voir que l’union physique du mari et de la femme est censée être profonde et personnelle et un signe de leur unité de cœur.

La tradition ancienne de l’Église a mis l’accent sur l’aspect procréatif du mariage et de l’acte conjugal. Saint Augustin d’Hippone a écrit contre les manichéens, qui considéraient la procréation comme un mal et le sexe comme un plaisir. Il a expliqué que « l’union … du mâle et de la femelle dans un but de procréation » était « le bien naturel du mariage » et qu’il considérait tout autre usage de l’acte sexuel comme un péché (Sur le mariage et la concupiscence).

Au Moyen-Âge, saint Thomas d’Aquin expliquait l’acte conjugal en termes de nature, par exemple à quoi sert le sperme, et condamnait les utilisations contre nature des organes sexuels. Il a également constaté que, dans la nature, tous les actes conjugaux ne se terminaient pas par une procréation. C’est un exemple de la continuité du principe fondé sur la nécessité de suivre l’ordre naturel créé par Dieu. De plus, il y a un début de développement de la pensée qui considère la fin de l’acte conjugal comme étant plus que la simple procréation, puisque l’Aquinate explique qu’il n’y a pas de péché pour les couples naturellement stériles d’avoir des rapports sexuels (Summa Contra Gentiles, 3.122.4-5). Ce point de vue est une anticipation de la reconnaissance claire par l’Église de la fin unitive du mariage et du recours par un couple à l’utilisation des périodes infertiles du cycle de la femme pour des raisons sérieuses afin d’éviter la conception.

En 1880, le pape Léon XIII a poursuivi ce développement en expliquant que « le mariage a été institué pour la propagation de la race humaine » et « aussi pour que la vie des maris et des femmes soit rendue meilleure et plus heureuse » (Arcanum, 26). Le Pape Pie XI a développé ce point de vue dans Casti Connubii, écrit en 1930, décrivant la procréation comme la fin première du mariage et « l’aide mutuelle, la culture de l’amour mutuel et l’apaisement de la concupiscence » comme secondaires et subordonnés à cette fin naturelle. Le vénérable pape Pie XII a développé davantage l’idée de deux fins du mariage dans son « Allocution aux sages-femmes » en 1951, soulignant que la procréation n’est pas la seule fin du mariage :

« Réduire la vie commune du mari et de la femme et l’acte conjugal à une simple fonction organique de transmission de la semence ne serait que convertir le foyer domestique, le sanctuaire familial, en un laboratoire biologique. […] L’acte conjugal, dans sa structure naturelle, est une action personnelle, une coopération simultanée et immédiate du mari et de la femme, qui, par la nature même des agents et la justesse de l’acte, est l’expression du don réciproque qui, selon l’Écriture Sainte, réalise l’union « en une seule chair ». »

Poursuivre dans la vérité

Au cours de son pontificat, le pape Jean-Paul II a soutenu l’enseignement d’Humanae Vitae dans son encyclique Evangelium Vitae, expliquant que, dans la culture de la mort, « la signification originelle de la sexualité humaine est déformée et falsifiée, et les deux sens, unitif et procréatif, inhérents à la nature même de l’acte conjugal, sont artificiellement séparés« . Il dit encore que, avec cette attitude :

« L’union conjugale est trahie et sa fécondité est soumise au caprice du couple. La procréation devient alors l’ennemi à éviter dans l’activité sexuelle : Si elle est accueillie, c’est uniquement parce qu’elle exprime le désir, voire l’intention, d’avoir un enfant ‘à tout prix’, et non parce qu’elle signifie l’acceptation totale de l’autre et donc l’ouverture à la richesse de vie que représente l’enfant.« 

D’une certaine manière, cette vision renvoie à la vision manichéenne selon laquelle le sexe était destiné au plaisir et la procréation était un mal – sauf qu’elle n’est pas cohérente, car les gens veulent avoir des enfants à leur convenance. Ils suivent « une règle« , qui est ce que Dietrich von Hildebrand appellerait le désir de satisfaire ce qui est « subjectivement satisfaisant« . On fait l’amour quand on veut, sans conséquences. On a un enfant sur demande, réduisant l’enfant à une marchandise.

L’Église ne doit pas céder à la pression du monde qui prétend que l' »union » dans l’acte sexuel peut être moralement séparée de la procréation par des moyens artificiels. Au XXe siècle, la crise de l’acceptation généralisée de la contraception dans le monde a amené l’Église à examiner les biens du mariage dans la mesure où elle a vu la nécessité de mettre l’accent sur la procréation par rapport au bien de l’union dans le mariage.

La contraception sépare la procréation, fruit physique de l’union, de l’union ; et parce qu’elle viole le don total de soi d’une personne à une autre, en limitant l’union physique, elle viole l’union elle-même. Au XXIe siècle, l’Église ne doit pas perdre de vue ces fins. Mettre l’accent sur la finalité unitive qui rend facultative la finalité procréative est une fausse compréhension de la nature de l’acte sexuel.

À lire aussi | Les martyrs du communisme durant la guerre civile espagnole

La première lecture de jeudi dernier (de la 16ème semaine du temps ordinaire de l’année II) est un rappel clair de l’importance de ne pas s’éloigner des vérités préservées par la Tradition et de celles qui nous sont données par Dieu dans la loi naturelle :

Soyez consternés, ô cieux, par ceci,
soyez choqués, soyez complètement désolés,
dit le Seigneur,
car mon peuple a commis deux maux :
Il m’a abandonné,
la source d’eau vive,
et ils se sont creusé des citernes,
des citernes brisées,
qui ne peuvent contenir d’eau. (Jérémie 2:12-13)

Prétendre que l’Église peut « développer » son enseignement pour qu’il soit moral d’utiliser la contraception ne serait rien d’autre que « se creuser des citernes brisées qui ne peuvent contenir d’eau« . L’Église délaisserait la source d’eau vive. Prions pour nos bergers, afin qu’ils n’abandonnent pas la vérité préservée par la Tradition. Et prions pour les couples mariés, afin qu’ils puissent voir la beauté de l’enseignement de l’Église sur la sexualité et le mariage et qu’ils soient toujours ouverts au don de la vie.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les martyrs du communisme durant la guerre civile espagnole

Les martyrs du communisme durant la guerre civile espagnole

Des feux de forêt obligent les moines à quitter leur monastère

Des feux de forêt obligent les moines à quitter leur monastère