in , , , , , ,

La datation au carbone révèle l’âge réel des tuniques des saints Pierre et Jean

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La datation au carbone révèle l'âge réel des tuniques de saints Pierre et Jean
La datation au carbone révèle l'âge réel des tuniques de saints Pierre et Jean

Les vêtements étaient conservés dans le Sancta Sanctorum (Saint des Saints), une chapelle située au sommet de la Scala Santa (l’escalier sacré) à l’intérieur du palais original du Latran.

Les Musées du Vatican ont annoncé jeudi la nouvelle exposition permanente de deux reliques censées avoir appartenu à saint Pierre et à saint Jean l’Évangéliste, mettant en lumière leur origine et leur ancienneté.

La conférence intitulée « Les tuniques de saint Pierre et de saint Jean, deux reliques extraordinaires du Sancta Sanctorum » a présenté un aperçu historique des deux reliques – une tunique de saint Pierre et une dalmatique appartenant à saint Jean l’Évangéliste – ainsi que des présentations sur le processus de restauration intensif mené à bien par le Laboratoire de restauration des tapisseries et des textiles des Musées du Vatican et l’analyse du rapport effectuée par le Cabinet de recherche scientifique des Musées.

« La tunique à manches étroites, en particulier, date du sixième/septième siècle, tandis que la dalmatique se situe entre la fin du premier et le début du troisième siècle« , a déclaré Alessandro Vella, expert de l’antiquité chrétienne aux Musées du Vatican, à propos de l’analyse de la datation au carbone effectuée par le musée.

« Si la tunique à manches étroites date des années suivantes du pontificat de Grégoire le Grand, poursuit-il, elle ne peut évidemment pas avoir appartenu à saint Jean l’Évangéliste, ni à saint Pierre, ni à aucun des apôtres. Il s’agirait donc d’une fausse relique« .

Cependant, M. Vella a fait remarquer que les vêtements pouvaient encore avoir une valeur dévotionnelle, en se référant à une lettre du pape Pélage datant du milieu du VIe siècle et décrivant une pratique « utilisée pour obtenir des reliques secondaires« .

« Tout vêtement d’usage courant pouvait être mis en contact avec le tombeau vénéré d’un saint. À ce moment-là, le vêtement, une tunique en particulier, laissé pendant trois jours sur la tombe de saint Pierre, aurait absorbé les vertus sanctifiantes ex contactu, par contact, et serait devenu à son tour une relique, si notre seule était vraiment identifiable à la relique de saint Jean.« 

Les vêtements ont été conservés dans le Sancta Sanctorum (Saint des Saints), une chapelle située au sommet de la Scala Santa (l’escalier sacré) à l’intérieur du palais original du Latran, qui est adjacent à l’archibasilique Saint-Jean du Latran, le siège officiel du pape en tant qu’évêque de Rome.

Le Sancta Sanctorum était utilisé pour conserver des objets d’une valeur artistique et dévotionnelle inestimable, remontant au moins au milieu du huitième siècle, et devint l’oratoire privé des papes. La collection comprenait des objets tels que la croix ornée de bijoux du pape Serge, des reliques appartenant à saint Praxède et à sainte Agnès, ainsi que l’icône d’Uronica, une image du Christ en tant que maître de l’univers, attribuée à saint Luc.

En 1903, le pape Léon XIII a autorisé des chercheurs à pénétrer sur le site afin d’ouvrir une enquête sur les reliques. Mais ce n’est qu’en 1905 qu’un forgeron a pu ouvrir les deux portes en bronze du XIIIe siècle qui fermaient la voûte en fer située sous l’autel.

« Les reliquaires, ainsi que les textiles, ont été transférés au Musée chrétien de la Bibliothèque vaticane en 1906, puis aux Musées du Vatican conformément au rescrit du pape Jean-Paul II en 1999« , expliquent les Patrons des arts des Musées du Vatican, un groupe qui se consacre à la préservation et à la restauration de la vaste collection d’œuvres d’art des musées.

M. Vella a fait la lumière sur l’origine des objets de la collection, notant qu’ils n’ont pas seulement une grande valeur dévotionnelle, mais qu’ils représentent également les échanges diplomatiques étendus qui ont traversé le monde méditerranéen.

A lire aussi | Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

« La composition analysée par les chercheurs révèle qu’il ne s’agit pas d’une collection aléatoire d’objets collectés par des pèlerins au cours de leurs voyages, mais plutôt de cadeaux diplomatiques échangés entre les chefs des hiérarchies ecclésiastiques et en particulier entre les papes et les patriarches de Jérusalem« .

« Ces mouvements, ces voyages de reliques, poursuit M. Vella, suivaient donc les voies diplomatiques officielles, ce qui est également attesté par de nombreux autres exemples.« 

La chronique de ce développement historique est importante, souligne M. Vella, car elle permet d’expliquer comment les tuniques sont arrivées dans la collection.

« Si notre tunique était vraiment identifiable à la relique de saint Jean – et il est clair que des doutes subsistent – ce serait l’origine que nous devrions lui attribuer« , a déclaré M. Vella.

« Il s’agirait d’un vêtement datant de la fin du VIe siècle, rituellement sanctifié au contact du tombeau de l’évangéliste Jean dans la basilique dédiée au saint dans la ville d’Éphèse, en Turquie, qui a ensuite atteint Rome et le Latran, en passant peut-être par Syracuse. »

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

La première nuit des influenceurs chrétiens

La première nuit des influenceurs chrétiens