in , , ,

Le Vatican publie des suggestions pour la préparation au mariage

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Vatican publie des suggestions pour la préparation au mariage

Affirmant que les programmes de préparation au mariage superficiels font courir à de nombreux couples le risque d’avoir un mariage invalide ou de ne pas être préparés à faire face aux luttes qui surviennent dans tout mariage, le pape François a approuvé les suggestions d’un « catéchuménat du mariage » d’une durée d’un an, élaborées par le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.

« Avec une préparation trop superficielle, les couples courent le risque réel d’avoir un mariage invalide ou avec des fondations si faibles qu’il s’écroule en peu de temps et ne peut pas résister même aux premières crises inévitables. Ces échecs entraînent de grandes souffrances et laissent des blessures profondes chez les personnes« , a déclaré le pape.

Le pape a écrit l’introduction des « Itinéraires catéchuménaux pour la vie conjugale » du dicastère, un document publié en italien et en espagnol par le Vatican le 15 juin.

François a dit qu’il espérait que ce document serait suivi d’un autre fournissant des orientations et des suggestions claires pour accompagner les couples « qui ont vécu l’échec de leur mariage et vivent une nouvelle relation ou se sont remariés civilement« .

Tout en fournissant des orientations, a précisé le pape, le document doit aussi être adapté aux situations locales et aux personnes concernées. « C’est une tenue qui doit être ‘faite sur mesure’ pour les personnes qui la porteront« .

Le document n’est pas un cours de préparation au mariage, a précisé le dicastère, mais fournit des indications pour lancer « un itinéraire catéchuménal pour la vie conjugale« , conçu pour aider les jeunes à comprendre le sacrement, préparer les fiancés à célébrer leur mariage et soutenir les jeunes mariés dans les premières années de leur vie conjugale.

En plus des présentations générales aux enfants et aux adolescents sur le mariage en tant que vocation, le « catéchuménat du mariage » proprement dit pour les couples devrait durer environ un an et commencer par une célébration ou un « rite de fiançailles« , a précisé le dicastère. La deuxième phase devrait comprendre quelques mois de préparation plus immédiate et une retraite pré-mariage juste avant le mariage. La troisième phase d’assistance aux jeunes mariés devrait durer deux ou trois ans.

L’équipe pastorale paroissiale devra faire preuve de sensibilité et de discernement dans les situations où les fiancés ou l’un d’entre eux refusent de participer au catéchuménat.

Le dicastère a suggéré aux diocèses et aux éparchies d’établir d’abord un « projet pilote » ou de considérer la conception de leur itinéraire de préparation au mariage comme « expérimentale« , avec une période fixe pour la révision et les ajustements nécessaires.

« La diminution du nombre de personnes qui se marient en général, mais aussi et surtout la courte durée des mariages, même sacramentels, ainsi que le problème de la validité des mariages célébrés, constituent un défi urgent, qui met en jeu l’épanouissement et le bonheur de tant de fidèles laïcs dans le monde« , a déclaré le dicastère, expliquant pourquoi ces lignes directrices étaient nécessaires.

Citant des appels lancés dans l’Église depuis les années 1950 en faveur d’une préparation plus sérieuse à la célébration du sacrement du mariage, le dicastère a déclaré que, comme pour la préparation des adultes au baptême, du temps et de l’énergie devraient être consacrés à aider les couples à se préparer à vivre la vocation chrétienne du mariage.

En parlant de « catéchuménat » du mariage, le dicastère a voulu préciser que l’objectif n’est pas simplement de transmettre l’enseignement de l’Église sur la sexualité, le mariage et la vie conjugale – bien que cela soit essentiel – mais d’aider les couples à reconnaître et à s’épanouir dans « le mystère de la grâce sacramentelle, qui leur appartient en vertu du sacrement : faire vivre la présence du Christ avec eux et parmi eux« .

Après tout, a-t-il dit, pour les catholiques, le mariage n’est pas une célébration d’un jour, mais « une vocation, un chemin de sainteté qui embrasse toute la vie« .

Tout comme les préparations pour vivre les vocations à la prêtrise ou à la vie religieuse s’étendent sur une longue période – des années, et non quelques semaines – les préparations à la vocation du mariage devraient également s’étendre, selon le document.

Sans présenter un programme complet, le dicastère précise que la préparation doit : durer suffisamment longtemps pour laisser aux couples le temps d’une réelle réflexion et maturation ; placer la foi et la rencontre avec le Christ au centre ; être  » articulée en étapes, marquées – là où c’est possible et approprié – par des rites de passage à célébrer au sein de la communauté  » ; et inclure  » formation, réflexion, discussion, dialogue, liturgie, communauté, prière et célébrations. « 

« Le catéchuménat du mariage n’est pas une préparation à la réussite d’un examen, mais à la vie« , précise le texte, ajoutant que le défi peut être plus grand dans les pays où de nombreux couples, voire la plupart, vivent ensemble avant le mariage.

La préparation devrait inclure l’encouragement des couples à observer la « chasteté prémaritale » afin que, plutôt que de « se fixer sur l’instrumentalisation physique de l’autre« , ils se concentrent sur le dialogue et apprennent à mieux se connaître. « Même dans le cas de couples cohabitants, il n’est jamais inutile de parler de la vertu de chasteté. Cette vertu enseigne à tout baptisé, dans toutes les conditions de vie, le bon usage de sa sexualité.« 

Dans la plupart des cas, précise le dicastère, la préparation au mariage « nécessitera une gradualité, un accueil et un soutien, mais aussi le témoignage d’autres époux chrétiens pour accueillir et être présents tout au long du chemin. Il est donc important de donner plus de place dans les communautés à la présence active des époux en tant que conjoints, en tant qu’agents de la pastorale du mariage, et pas seulement en tant que croyants individuels.« 

À lire aussi | Des catholiques américains veulent bâillonner les réformes de Vatican II

Les couples engagés dans le ministère ont toutefois besoin de formation et d’éducation, précise le document. « Certaines questions complexes relatives à la sexualité conjugale ou à l’ouverture à la vie – comme la parentalité responsable, l’insémination artificielle, le diagnostic prénatal et d’autres questions de bioéthique – ont de fortes répercussions éthiques, relationnelles et spirituelles pour les conjoints et nécessitent une formation et une clarté spécifiques.« 

Apprendre à connaître les couples et leurs convictions est crucial, précise le document.

« Dans le cas où ils rejettent explicitement et formellement ce que l’Église entend accomplir lors de la célébration du mariage, le couple ne peut être admis à la célébration sacramentelle », est-il précisé. Toutefois, s’il existe une « disposition imparfaite« , ils peuvent se marier, mais le prêtre et les couples chargés du ministère auprès des familles doivent assurer un suivi et les aider à grandir dans leur foi et leur compréhension de ce que l’Église enseigne.

À lire en anglais sur NCR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Des catholiques américains veulent bâillonner les réformes de Vatican II

Des catholiques américains veulent bâillonner les réformes de Vatican II

Voici ce que l'Église catholique dit de l'intelligence artificielle

Voici ce que l’Église catholique dit de l’intelligence artificielle