in , ,

Des catholiques américains veulent bâillonner les réformes de Vatican II

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Des catholiques américains veulent bâillonner les réformes de Vatican II
C CNS photo/Paul Haring

Les catholiques américains contiennent un nombre « significatif » de groupes qui cherchent à « bâillonner » les réformes de l’Église catholique initiées par le Concile Vatican II, a déclaré le pape François dans une nouvelle interview.

« Dans l’Église européenne, je vois plus de renouveau dans les choses spontanées qui émergent : des mouvements, des groupes, de nouveaux évêques qui se souviennent qu’il y a un Concile derrière eux« , a déclaré François dans une conversation avec les éditeurs des revues jésuites d’Europe.

« Le restaurationnisme est venu bâillonner le Concile« , a-t-il poursuivi. « Le nombre de groupes de ‘restaurateurs’ – par exemple, aux États-Unis, il y en a beaucoup – c’est très significatif« 

La conversation entre le pape et les éditeurs a eu lieu le 19 mai et une transcription de la rencontre a été publiée dans la revue jésuite La Civiltà Cattolica le 14 juin.

Au cours de l’année écoulée, le pape François a institué un certain nombre de réformes destinées à servir de correction aux catholiques qui ont rejeté les enseignements du concile Vatican II.

Parmi les réformes de Vatican II, qui s’est déroulé de 1962 à 1965, figurait l’approbation de la traduction de la liturgie du latin vers les langues vernaculaires, dans le but de rendre la messe plus accessible et d’impliquer une plus grande participation des laïcs.

Certains des critiques les plus virulents de ces réformes sont venus de l’Église catholique des États-Unis.

Pourtant, malgré les reproches adressés par le pape à ceux qui cherchent à revenir sur les changements intervenus au sein de l’Église, il a également fait preuve de prudence en évoquant le chemin synodal allemand, dans lequel un certain nombre de responsables ecclésiastiques et de laïcs ont soutenu les appels à la restauration des femmes diacres et à la bénédiction par l’Église des unions homosexuelles.

« Le problème se pose lorsque la voie synodale émane des élites intellectuelles et théologiques et qu’elle est fortement influencée par des pressions extérieures« , a-t-il déclaré. « Il y a certains diocèses où la voie synodale se développe avec les fidèles, avec le peuple, lentement« .

François a également évoqué les troubles actuels dans le diocèse de Cologne, où le cardinal Rainer Maria Woelki est récemment revenu d’un congé sabbatique forcé de six mois à la suite d’une enquête sur sa gestion des cas d’abus du clergé.

Depuis lors, son avenir dans le diocèse est incertain, et François a indiqué qu’il n’avait pas encore pris de décision définitive quant au maintien du cardinal à son poste.

« J’ai demandé à l’archevêque de s’absenter pendant six mois, afin que les choses se calment et que je puisse voir clair. Parce que lorsque les eaux sont agitées, vous ne pouvez pas voir clairement« , a rappelé François. « Quand il est revenu, je lui ai demandé d’écrire une lettre de démission. Il l’a fait et me l’a donnée. Et il a écrit une lettre d’excuses au diocèse« .

« Je l’ai laissé à sa place pour voir ce qui allait se passer, mais j’ai sa démission en main« , a-t-il poursuivi.

Sur la question toujours pressante de la guerre en Ukraine, François a dit qu’il refusait de réduire le conflit à une situation de « bons et de méchants, dans un sens abstrait.« 

Le pape a de nouveau affirmé son point de vue selon lequel l’expansion de l’OTAN a peut-être motivé l’agression de la Russie contre l’Ukraine, et que la guerre a « peut-être été en quelque sorte provoquée ou non empêchée.« 

Pourtant, François a également rejeté catégoriquement les accusations selon lesquelles il serait « pro-Poutine« , marquant une rare occasion pour le pontife de prononcer le nom du président russe Vladimir Poutine.

« Je ne le suis pas« , a-t-il déclaré. « Il serait simpliste et erroné de dire une telle chose« .

« Je suis simplement contre la réduction de la complexité à la distinction entre les bons et les méchants sans raisonner sur les racines et les intérêts, qui sont très complexes« , a-t-il ajouté. « Alors que nous voyons la férocité, la cruauté des troupes russes, nous ne devons pas oublier les vrais problèmes si nous voulons qu’ils soient résolus.« 

François a également observé que les Russes avaient « fait un mauvais calcul » dans leur décision d’envahir l’Ukraine, pensant « que tout serait terminé en une semaine.« 

« Ils ont rencontré un peuple courageux, un peuple qui se bat pour survivre et qui a une histoire de lutte« , a déclaré le pape.

Le pape a également réitéré son désir de rencontrer le patriarche orthodoxe russe Kirill au Kazakhstan, où le chef de l’Église catholique et le chef de l’Église orthodoxe russe devraient tous deux participer au « Congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles » en septembre.

À lire aussi | Christophe Rébéccaï est un pizzaïolo devenu prêtre

Les deux hommes avaient initialement envisagé de se rencontrer à Jérusalem ce mois-ci, bien que le Vatican ait reconnu que le moment choisi pourrait prêter à confusion, Kirill étant l’un des principaux soutiens de la guerre de Poutine contre l’Ukraine.

« J’espère pouvoir le saluer et parler un peu avec lui en tant que pasteur« , a déclaré François.

À lire en anglais sur NCR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire