in , , , , ,

Les catholiques japonais forcés de piétiner le Christ

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un homme attend nerveusement en ligne pour être appelé. Lorsqu’il entend son nom, il avance, observé de près par des responsables locaux et gouvernementaux de la capitale, qui ont été spécialement envoyés pour l’occasion.

Devant l’homme se trouve une petite image en bronze fixée avec l’image de Jésus-Christ sur la croix. On demande à l’homme de marcher dessus.

S’il le fait, c’est une déclaration publique qu’il a renoncé à sa foi – et il vivra pour voir un autre jour. S’il ne le fait pas, il pourrait faire face à l’exécution, la crucifixion ou la torture – être plongé dans des sources d’eau bouillante ou suspendu tête en bas dans un puits d’excréments.

Le moindre signe d’hésitation pourrait lui coûter la vie.

Cette pratique de marcher sur des images chrétiennes – connue sous le nom de fumi-e – était répandue dans la ville de Nagasaki au XVIIe siècle.

« La Rome du Japon » Nagasaki, une ville portuaire importante, a été introduite au christianisme vers 1560 lorsque des missionnaires jésuites du Portugal ont commencé à arriver au Japon. L’empire portugais était alors l’un des grands empires maritimes du monde, avec des bases partout, de l’Afrique à l’Asie.

Les missionnaires jésuites ont travaillé pour convertir les seigneurs féodaux de la région, certains d’entre eux reconnaissant que la conversion à cette religion étrangère pourrait les aider à obtenir un soutien commercial du Portugal. De nombreux paysans sous ces seigneurs féodaux seraient également incités à se convertir à la religion et au début du XVIIe siècle, la ville était devenue la « Rome du Japon« .

« Nagasaki a été fondamentalement établie comme une ville chrétienne [avec] des paroisses« , a déclaré le professeur Kiri Paramore, professeur d’études asiatiques à l’Université nationale d’Irlande, à la BBC. « Nulle part ailleurs [au Japon] n’était aussi chrétien que Nagasaki.« 

À son apogée, jusqu’à 500 000 personnes à Nagasaki s’identifiaient comme chrétiennes.

Mais avec le temps, les autorités politiques du Japon ont décidé que la croissance rapide de la religion constituait une menace pour le gouvernement central. Ils ont décidé de réprimer.

« Ils cherchaient à se débarrasser du christianisme, mais ils cherchaient aussi à éliminer les étrangers en tant que menace politique pour la sécurité de l’État… donc les deux choses étaient liées« , a déclaré M. Paramore.

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, 26 missionnaires à Nagasaki furent exécutés par crucifixion – signalant le début d’une longue période de persécution contre les chrétiens.

En 1614, une interdiction stricte du christianisme à l’échelle nationale a été émise. Les missionnaires étrangers ont rapidement été expulsés du pays, ceux qui refusaient de partir étaient arrêtés, tués ou forcés de renoncer à la religion. Le Japon dans son ensemble est entré dans une période d’isolement, coupant presque tout contact avec d’autres nations sous le gouvernement de l’époque, le shogunat Tokugawa.

Torturés encore et encore

Vers les années 1620, les autorités ont décidé qu’il ne suffisait pas de se débarrasser des leaders religieux. Ils devaient trouver un moyen public de déraciner la religion du cœur des gens.

La solution ? Les e-fumie. Il s’agissait d’images en laiton, parfois fixées sur des planches en bois, représentant soit le Christ, soit Marie. Chaque personne vivant à Nagasaki était ordonnée de passer par la pratique de marcher sur le fumie. Bientôt, cela est devenu une pratique annuelle effectuée au début de chaque année.

« C’était une obligation, les gens ordinaires, les samouraïs, les moines bouddhistes, même les malades ne pouvaient pas le manquer – ils apportaient la planche en bois à leur maison. Chaque personne devait faire cela« , a déclaré Martin Ramos, professeur d’études japonaises à l’École française d’Extrême-Orient.

« C’était assez bien pensé car à l’époque, les chrétiens comptaient beaucoup sur les images. Les gens priaient devant une image – Marie, Jésus – beaucoup pensaient que Dieu était en partie à l’intérieur de l’image. C’était un lien avec le divin… pour eux marcher dessus, c’était quelque chose de très redoutable. » Mais beaucoup finissaient par céder et piétinaient le fumie.

« Si vous examinez de près un fumie d’origine, un détail poignant est que le visage du Christ a complètement disparu, [rappelant] le nombre incalculable de pieds qui l’auraient piétiné« , a déclaré le professeur Simon Hull, expert en catholicisme japonais à l’Université catholique Junshin de Nagasaki.

Les chrétiens qui refusaient de marcher sur le fumie étaient tués, ou plus couramment, torturés.

« Ils les torturaient parfois en les suspendant au-dessus d’un puits rempli d’excréments. Ils leur coupaient des fentes autour des tempes pour libérer [la pression] afin qu’ils ne meurent pas« , a déclaré M. Paramore. L’objectif principal de cette torture n’était pas tant de tuer ceux qui refusaient, mais de « briser leur détermination« .

« Il y avait parfois même un médecin présent, de sorte que lorsque qu’un chrétien torturé semblait susceptible de mourir, il serait soigné avant d’être torturé à nouveau« , a déclaré M. Hull.

Environ 2 000 personnes seraient finalement mortes en martyrs, refusant de renoncer à leur foi. D’autres faisaient semblant de renoncer à la foi mais continuaient quand même à être chrétiens en secret.

« Ils rentraient chez eux, demandant à Dieu de leur pardonner« , a déclaré M. Hull. « Dans une communauté, ils brûlaient même les sandales qu’ils avaient portées, mélangeant les cendres avec de l’eau avant de les boire comme expression de leur profonde pénitence.« 

Ils finirent par être connus sous le nom de Kakure Kirishitan, ou chrétiens cachés.

« Ces gens pratiquaient toujours secrètement des choses comme le baptême, ils donnaient à leurs enfants des noms chrétiens portugais secrets comme Paulo, Mario et Isabella. Ils célébraient la nativité, Pâques« , a déclaré M. Ramos. Ils incorporaient également des éléments japonais dans leur pratique pour échapper à l’identification en tant que chrétiens.

« Par exemple, si vous pensez à la communion, au pain et au vin, ils pourraient utiliser du riz à la place du pain« , a déclaré Mark Mullins, professeur d’études japonaises à l’Université d’Auckland.

Des dieux japonais comme la divinité Kannon étaient également utilisés pour représenter secrètement la Vierge Marie.

« Pendant plus de 200 ans, ils n’ont eu aucun contact avec les missionnaires étrangers. C’est devenu une religion très locale, quelque chose transmis à la génération suivante« , a déclaré M. Ramos.

À lire aussi | L’antiracisme est un péché par l’abbé Olivier Rioult

Sortir de l’ombre À la fin du XIXe siècle, le Japon décida de rouvrir ses frontières. En 1858, la pratique du fumie fut abolie à Nagasaki. En 1873, l’interdiction prolongée du christianisme au Japon fut enfin levée – plus de deux siècles après sa mise en place.

« Quand le Japon a rouvert ses frontières, environ 20 000 chrétiens sont réapparus et sont sortis de la clandestinité« , a déclaré M. Mullins. « Dans ce sens, les politiques du fumie étaient efficaces. Vous étiez passé d’environ 500 000 à 20 000 chrétiens.« 

Le pape, lors de sa visite à Nagasaki, fera une halte à un mémorial dédié aux 26 martyrs morts au début de la persécution. Aujourd’hui, seulement environ 1% de la population japonaise de 126 millions d’habitants est chrétienne. La communauté chrétienne de Nagasaki reste l’une des plus importantes du pays.

« L’un des paradoxes de l’histoire chrétienne japonaise est que si tous les catholiques japonais avaient refusé de piétiner le fumie et avaient plutôt choisi de mourir en martyrs, le christianisme au Japon aurait également disparu« , a déclaré M. Hull.

« C’est seulement parce que certains ont pris la décision existentielle de piétiner le fumie, malgré leur croyance que cette action était gravement pécheresse, que le christianisme au Japon a pu survivre.« 

Cet article a été initialement publié par BBC puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire