in , , , , , ,

L’amour m’a soulevé – Homélie pour l’Ascension du Seigneur

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Dans la plupart des diocèses, la Fête de l’Ascension est célébrée ce dimanche. Le liturgiste en moi regrette ce changement du jeudi, mais nous y voilà quand même. Ascendons avec le Seigneur, avec trois jours de retard !

Cette merveilleuse fête ne concerne pas seulement un événement qui a eu lieu il y a deux mille ans, car bien que le Christ notre tête soit monté, nous, les membres de son corps, montons avec lui. Parce qu’il est monté, nous aussi sommes montés. Dans ma propre vie de chrétien, je suis élevé chaque année par le Seigneur, qui me tire vers le haut avec Lui. Ce n’est pas simplement un slogan, mais quelque chose que je vis réellement. Une vieille chanson dit :

« J’étais en train de sombrer profondément dans le péché, loin du rivage paisible. Très profondément souillé par le péché, coulant pour ne plus jamais me relever. Mais le maître de la mer, a entendu mon cri désespéré. Et des eaux m’a soulevé. Maintenant je suis en sécurité. L’Amour m’a soulevé quand rien d’autre ne pouvait aider. L’Amour m’a soulevé ! »

Si nous sommes fidèles, la fête de l’Ascension du Seigneur est aussi notre fête. Examinons-la sous trois perspectives.

I. Le Fait de l’Ascension
Les lectures d’aujourd’hui décrivent un événement merveilleux observé par les Apôtres. Par sa propre puissance, le Seigneur est emmené au Ciel. En le faisant, il nous ouvre également un chemin. Les portes du paradis s’ouvrent à nouveau. Portes, élevez vos linteaux ! Levez-vous, portes éternelles, et que le Roi de gloire fasse son entrée ! (Psaume 24:7) En Christ, l’homme retourne à Dieu. Considérons trois choses à propos de l’Ascension :

A. La Réalité
Imaginez la gloire de ce moment ! L’Écriture dit : « Comme ils le regardaient monter, une nuée le cacha à leurs yeux… ils fixaient encore le ciel pendant qu’il s’élevait » (Actes 1:9). La vue était si impressionnante que les anges ont dû les exhorter à partir pour Jérusalem comme le Seigneur l’avait dit : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel » (Actes 1:11).

Oui, c’était glorieux. Jésus avait déjà dit comme un appel à la foi :

« Et si vous voyiez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ? » (Jean 6:62).

Il les avait également encouragés en disant :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme » (Jean 1:51).

Voici donc une réalité glorieuse et l’accomplissement de ce que Jésus avait dit.

B. Le Sauvetage
Dans l’Ascension, il ne semble pas que le Seigneur soit entré au Ciel seul. Comme nous l’avons remarqué, dans son corps mystique, nous montons également avec Lui. Considérez ce texte remarquable qui l’affirme :

« C’est pourquoi il est dit : Étant monté en haut, il a emmené des captifs, et il a donné des dons aux hommes » (Éphésiens 4:8).

En disant : « Il est monté », qu’est-ce que cela signifie sinon qu’il est aussi descendu dans les parties inférieures de la terre ? Celui qui est descendu est le même qui est aussi monté bien au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses (Éphésiens 4:8-10). Oui, le Seigneur était déjà descendu (juste après sa mort) au séjour des morts, avait réveillé les morts et leur avait prêché l’Évangile (cf. 1 Pierre 4:6).

Maintenant, pour ceux qu’il avait justifiés, vient le moment de monter, avec Jésus comme une « troupe », comme une armée d’anciens captifs désormais libérés. Voici la grande procession qui entre derrière le Christ à travers les portes désormais ouvertes du Ciel : Adam et Ève, Noé, Abraham, Sarah, Isaac, Jacob, Rachel, Judith, Déborah, David, Samuel, Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, Malachie, Jean le Baptiste, … et, un jour, vous ! Oui, c’est un grand sauvetage. Adam et sa descendance n’ont pas simplement été restaurés dans un jardin paradisiaque, ils sont entrés au Ciel.

C. La Joie
Considérez comment ce cortège autrefois captif chante avec exultation en suivant le Christ vers le haut du Ciel. La liturgie d’aujourd’hui nous propose une chanson probable qu’ils chantaient :

« Dieu monte à son trône sous des cris de joie ! L’Éternel, au son de la trompette, s’élève. Tous les peuples, battez des mains, criez à Dieu avec des cris de joie, car l’Éternel, le Très-Haut, inspire la terreur, il est un grand roi sur toute la terre. Dieu règne sur les nations, Dieu siège sur son saint trône » (Psaume 47:6-7).

II. La Communauté de l’Ascension
Nous avons déjà remarqué que lorsque le Christ monte, nous montons. Pourquoi et comment ? L’Écriture dit :

« Or, vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part » (1 Corinthiens 12:27).

Elle dit également :

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie » (Romains 6:3-4).

Lorsque le Christ est mort, nous sommes morts. Lorsque le Christ est ressuscité, nous sommes ressuscités. Lorsqu’il monte, nous montons.

Mais, vous pourriez dire, il est dans la gloire alors que je suis encore ici. Comment se fait-il que je sois monté ? Considérez un exemple humoristique utilisant nos corps physiques. Lorsque je monte dans un ascenseur et que j’appuie sur le bouton pour le dernier étage, le sommet de ma tête y arrive avant la plante de mes pieds, mais tout le corps y arrivera à moins qu’il y ait une étrange perte d’intégrité ou un tragique démembrement.

De manière analogue, il en est de même avec le corps mystique de Jésus. En Christ, notre Tête, nous sommes déjà dans la gloire. Certains membres de son Corps y sont déjà arrivés. Nous qui venons après y arriverons aussi, à condition de rester membres de son Corps. Oui, nous sommes déjà montés en Christ, notre Tête. Nous sommes déjà enthronisés dans la gloire avec lui, si nous restons fermes et restons membres de son Corps. C’est la communauté de l’Ascension.

III. La Fécondité de l’Ascension
Jésus ne retourne pas au Ciel pour nous abandonner. Il est plus présent à nous que nous ne le sommes à nous-mêmes. Il est avec nous toujours jusqu’à la fin du monde (cf. Matthieu 28:20). En montant au ciel, sans nous abandonner, il va chercher des choses très importantes. Considérons-en quatre :

A. La Puissance du Saint-Esprit
Jésus enseigne très clairement qu’il monte pour nous envoyer le Saint-Esprit. « Mais je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai » (Jean 16:7).

Il dit aussi :

« Je vous ai dit ces choses pendant que je suis encore avec vous. Mais le Consolateur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14:25-26).

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:13-14).

Ainsi, le Seigneur s’en va pour que, avec le Père, il puisse nous envoyer le Saint-Esprit pour habiter en nous comme dans un temple. De cette manière, et à travers l’Eucharistie, il habitera avec nous encore plus intimement que lorsqu’il marchait sur cette terre.

B. La Moisson
Jésus dit :

« Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi » (Jean 12:32).

Bien que le contexte immédiat de ce verset soit la crucifixion, la merveille de l’Évangile de Jean est qu’il entend souvent des sens doubles. Clairement, la glorification du Christ est sa crucifixion, mais elle inclut également sa résurrection et son ascension. Ainsi, de sa place dans la gloire, le Christ attire tous les hommes à lui. Il nous accorde également la grâce de travailler avec lui depuis la droite de son Père dans la moisson :

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit venant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1:8).

Oui, de sa place dans la gloire, le Christ amène une grande moisson. Comme il l’a dit dans l’Écriture :

« Ne dites-vous pas : Encore quatre mois, et ce sera la moisson ? Voici, je vous dis : Levez les yeux, et regardez les champs qui sont déjà blancs pour la moisson. Celui qui moissonne reçoit déjà son salaire, et amasse du fruit pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Car en ceci le proverbe est vrai : L’un sème, et l’autre moissonne. Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n’avez pas travaillé ; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail » (Jean 4:35-38).

Moisson ! C’est l’œuvre du Seigneur du Ciel à laquelle nous participons.

C. L’Aide
À la droite du Père, Jésus intercède pour nous. L’Écriture dit :

« C’est pourquoi il peut aussi sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur » (Hébreux 7:25).

Le Seigneur relie son ascension à un déclenchement d’un pouvoir spécial :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père. Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils » (Jean 14:12).

À lire aussi | Témoignage : Ma conversion au catholicisme

Nous ne devons pas comprendre la demande au nom de Jésus comme une simple incantation, car demander en son nom signifie demander selon sa volonté. Pourtant, nous devons venir à expérimenter la puissance de Jésus pour nous élever vers des choses grandes et merveilleuses à sa vue. Malgré le mystère de l’iniquité tout autour de nous, nous croyons que le Christ est vainqueur, même dans les victoires perplexes et apparentes de la rébellion de ce monde.

En mettant tout sous lui, Dieu n’a rien laissé qui ne soit pas soumis à lui. Bien que nous ne voyions pas encore tout soumis à lui, nous voyons Jésus, qui a été fait un peu inférieur aux anges, maintenant couronné de gloire et d’honneur… pour que, par sa mort, il détruisît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude (Hébreux 2:8-9 ; 14-15).

Ainsi, du Ciel, nous avons l’aide de la grâce du Seigneur qui, si nous l’acceptons, est une aide toujours présente pour notre salut.

D. L’Habitation
Jésus indique qu’en allant au Ciel, il nous prépare une place :

« Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; sinon, je vous l’aurais dit ; je vais vous préparer une place. Et, si je m’en vais, et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi » (Jean 14:2-3).

Oui, Jésus a sorti les plans et enfilé le casque de chantier. Il supervise la construction d’une demeure pour chacun de nous afin que nous puissions demeurer avec lui, le Père et l’Esprit pour toujours.

Voilà donc les moyens par lesquels le Christ, par son amour, nous élève plus haut que nous n’avons jamais été élevés auparavant. Oui, l’amour m’a soulevé quand rien d’autre ne pouvait aider ; l’amour m’a soulevé.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Témoignage : Ma conversion au catholicisme

Témoignage : Ma conversion au catholicisme

Espagne : Procès contre des Clarisses schismatiques

Espagne : Procès contre des Clarisses schismatiques