in , , , , ,

Conversion dans le couloir de la mort grâce à la Vierge Marie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Condamné à mort pour un meurtre cruel, il a vécu dans sa cellule une apparition de Marie et une conversion imminente avant l’exécution de sa peine.

Claude Newman est né en 1923 dans une petite ville du Mississippi, aux États-Unis. À l’âge de cinq ans, son frère et lui s’enfuient de chez leur mère pour se réfugier chez leur grand-mère Ellen. À 19 ans, il a vu son beau-grand-père, Sid Cook, battre et abuser sexuellement de sa grand-mère bien-aimée. Cette dernière n’a pas pu contrôler la colère de Claude qui a tué le vieil homme. Quelques semaines plus tard, il est arrêté et envoyé à la prison de Vicksburg. Il a été condamné à mort sur la chaise électrique.

Les apparitions de Marie dans le couloir de la mort

Un soir, alors qu’il était assis dans sa cellule, il vit qu’un des prisonniers avait une boîte de conserve de forme ovale suspendue à une courroie. Il lui demande ce que c’est. Le prisonnier, bouleversé et incapable de s’expliquer, arrache le médaillon et, en jurant, le jette par terre. Claude le ramasse et l’accroche à son cou. Pendant la nuit, il sentit que quelqu’un le touchait. Il se réveille. Une belle femme était à ses côtés.

« Si tu veux être mon fils et m’avoir pour mère, appelle un prêtre catholique« , entendit-il dire la mystérieuse femme.

Le matin, Newman a raconté cette rencontre inhabituelle à ses codétenus. Ceux-ci décident d’appeler un prêtre. Le même jour, ils rencontrent le père Robert O’Leary. L’ecclésiastique doute de la véracité de l’histoire. Lorsque les quatre autres prisonniers demandent des leçons de catéchisme, le missionnaire accepte de les donner. La première leçon porte sur la confession. Le sujet de la seconde est le Saint-Sacrement. Newman explique qu’il a déjà entendu cet enseignement de la part de la Mère de Jésus.

L’enseignement de la Vierge

« La Sainte Vierge m’a dit qu’à nos yeux, la Sainte Communion ressemble à un morceau de pain, mais que cette hostie blanche est en réalité le corps le plus vrai de son Fils. Elle m’a expliqué que Jésus – qui vient dans la Sainte Communion – est en moi« , explique Claude.

Les réunions de catéchisation se poursuivent jusqu’au 16 janvier 1944, date à laquelle Newman et quatre prisonniers de sa cellule sont baptisés. Le jour de l’exécution est imminent.

Claude dit à l’huissier qu’il rêve d’organiser une fête commune pour les prisonniers et les gardiens. Cette célébration inhabituelle s’est terminée par un chemin de croix et une prière commune. Après l’office, le père O’Leary a apporté le Saint-Sacrement et a donné la Sainte Communion à Claude.
Quinze minutes avant l’heure prévue de l’exécution, un événement inattendu s’est produit. Le shérif Williamson est arrivé dans la cellule pour annoncer que l’exécution avait été reportée de quinze jours. Claude fond en larmes. Mais ce ne sont pas des larmes de joie.

« Tu ne comprends rien, tu as déjà vu son visage et regardé ses yeux ? Si c’était le cas, tu ne voudrais plus vivre un jour de plus. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ces derniers jours pour que Dieu refuse de me laisser rentrer chez moi ? Pourquoi dois-je rester sur terre deux semaines de plus ? – demande le missionnaire. »

Le prêtre ne sait pas quoi répondre à Newman. Au bout d’un moment, il ajoute qu’il y a peut-être un dessein divin dans cette situation.

« Peut-être la Vierge Marie vous demande-t-elle d’offrir ce temps supplémentaire à Dieu pour la conversion de Hughs et pour sauver son âme« , suggéra l’ecclésiastique.

Le garçon a accepté et a demandé au prêtre de lui montrer une prière qu’il pourrait offrir pour le salut de James Hughs, un homme qui se trouvait également dans le couloir de la mort. Par cette prière, Claude pardonne à son collègue tout mécontentement qu’il a subi de sa part. Il a également prié pour sa conversion jusqu’au moment de son exécution.

Newman fut exécuté le 3 février 1944. Le père O’Leary a déclaré à l’époque :

« Je n’ai jamais vu quelqu’un aller aussi joyeusement à la rencontre de la mort. Juste avant sa mort, le garçon a dit à son père :

« Je suis prêt à partir« . »

La grâce au dernier moment

Trois mois plus tard, le 19 mai 1944, James Hughs est exécuté. Le médecin de la salle lui propose de s’agenouiller et de réciter au moins le « Notre Père« . L’homme refuse, se met à jurer et crache au visage du médecin. Les fonctionnaires sont choqués par sa haine de Dieu et sa dureté de cœur.

Avant que James ne soit attaché à la chaise électrique, le shérif lui a demandé une dernière fois :

« Si vous avez quelque chose à dire, faites-le maintenant !« 

À lire aussi | L’amour durable du Père – Homélie pour le quatrième dimanche de Carême

Hughs jure à nouveau, mais se tait soudain. C’est comme si quelque chose l’avait effrayé. Son regard était fixé sur le coin de la cellule. Au bout d’un moment, il cria au shérif :

« Appelez le prêtre, s’il vous plaît ! »

Le père O’Leary était présent dans la chambre mortuaire. Appelé, il s’approche de Hughs.

J’étais catholique, mais à cause de la vie que je menais, je me suis éloigné de l’Église. Maintenant, je voudrais me confesser.

Sauvé de l’enfer

Lorsque tout le monde revient dans la salle, le shérif curieux demande à James ce qui a tant agité sa conscience.

« Tu te souviens de ce nègre, Claude Newman, que tu détestais tant ? Je l’ai vu debout dans ce coin et la Sainte Vierge avait la main sur son épaule. Il m’a dit :

‘J’ai sacrifié ma mort, en union avec le Christ sur la croix, pour te sauver. Et la Sainte Vierge m’a donné la grâce de voir l’endroit de l’enfer où j’irais si je ne me repentais pas ».

C’est à ce moment-là que j’ai demandé un prêtre« , a déclaré Hughs, ému.

Cet article a été initialement publié par Aleteia Espagnol puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire