in , , , , , , ,

Les bras de la pieuvre luciférienne du pouvoir occulte

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le Pouvoir Occulte est une pieuvre aux multiples tentacules dont il est le cerveau directement inspiré par Lucifer.

Il dispose de très nombreux groupements ou organisations qu’il crée ou supprime suivant les besoins et qui se compénètrent et agissent parallèlement afin que toutes les religions, les gouvernements et les classes, en un mot toutes les puissances religieuses, économiques, politiques, financières et sociales, soient infiltrées et dirigées par personnes interposées, souvent sans qu’elles s’en doutent vers le but suprême : la destruction de l’Église Catholique et des peuples chrétiens d’Europe pour aboutir à l’instauration du Roi d’Israël et du Gouvernement Mondial, dirigé lui-même par Lucifer.

Faut-il ajouter qu’ayant été formé à l’étude des Sociétés Secrètes et du Pouvoir occulte par Monseigneur Jouin, j’ai, depuis ma jeunesse, toujours continué à me documenter sur ces questions afin de voir plus clair dans les événements religieux, nationaux et politiques. En 1947 se tint à Paris un Congrès spiritualiste mondial dont toute l’action ne pouvait être que luciférienne.

Au même moment, une campagne fut déclenchée dans la presse avec infiltrations très marquées jusque dans les revues et œuvres catholiques (ou se prétendant telles). Devant accomplir mon service de Camérier secret auprès de Pie XII à la fin de juillet 1947, j’avais préparé tout un dossier afin de le communiquer au Souverain Pontife.

Le 24 juillet, nous l’avons étudié à Rome avec un vénéré Ami, le Très Révérend Père Garrigou-Lagrange, éminent théologien très lié avec Pie XII, et nous avons arrêté ensemble la lettre suivante que j’ai remise le lendemain, en main propre, au Souverain Pontife :

Rome, le 25 Juillet 1947,

« Très Saint Père,

Je prie Votre Sainteté de m’excuser de Lui transmettre une documentation aussi abondante, mais aussi significative, dont les passages soulignés sont le reflet d’ouvrages occultistes prétendus très savants et qui mériteraient d’être examinés.

Il est surprenant, en effet, que des ouvrages comme ceux de GUENON et de son école, qui exposent un syncrétisme religieux prétendu supérieur au Christianisme, n’aient pas été mis à l’Index ou n’aient pas fait l’objet d’études théologiques pour prémunir les fidèles contre des doctrines si dangereuses, dont on retrouve toutes sortes d’influences et de ramifications dans les centaines d’ouvrages qui paraissent actuellement sur ces questions.

Depuis la mort de PAPUS (Docteur ENCAUSSE), d’autres auteurs continuent son œuvre en particulier GUENON, OSSENDOWSKY, LECOURT, et MAROUES-RIVIERE que plusieurs avaient cru converti et qui est devenu occultiste bouddhique.

Ces livres mériteraient d’être examinés par le Saint-Office, spécialement par des théologiens de profession et quelques-uns d’entre eux par des théologiens spéculatifs déjà au courant de ce qu’était la Kabbale juive, les interprétations rationalistes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il y a là tout un vocabulaire spécial qui n’est connu que par des initiés et sans la connaissance duquel on n’entend rien à ces ouvrages qui sont écrits par les doctrinaires des Puissances Occultes les plus secrètes mais les plus influentes.

Cet enseignement est ensuite monnayé dans une foule de publications à caractère ésotérique qui pervertissent les intelligences à propos de la dignité de la personne humaine, de la démocratie et de toute une idéologie entendue dans un sens qui n’a plus rien de chrétien et ne conserve plus de nos dogmes que le nom.

Daigne Votre Sainteté agréer l’hommage filial d’un de Ses fils humblement prosterné à Ses pieds et qui aime à se dire,

Très Saint Père, de Votre Sainteté,

le très humble, très fidèle et très dévoué serviteur et fils ».

Au cours de l’audience que nous eûmes, le Comte Affre de Saint Rome, Président des Camériers Français et moi, le Souverain Pontife me remercia et, en me précisant qu’il prendrait personnellement connaissance du dossier, me demanda de continuer à le documenter. Ayant réuni la documentation demandée par le Saint Père et établi la liste des ouvrages que je considérais comme utiles à examiner avec noms des auteurs, titres des livres, éditeurs et année de publication, je vins à Paris pour faire parvenir le tout à Pie XII, me demandant comment y parvenir d’une manière sûre.

La Providence allait tout arranger dans des conditions inespérées. Son Altesse Royale le Prince Xavier de Bourbon déjeunait chez ma mère à Versailles. Le Prince et moi travaillons beaucoup à la Cause de Canonisation de Madame Elisabeth de France et il était le parrain de mon fils Xavier. Tout naturellement je Lui exposai mon problème et Il me dit :

« Je pars demain matin à Rome où je dois voir Pie XII. Apportez- moi votre dossier à la gare de Lyon ».

J’ajoutai donc au dossier la lettre suivante pour le Souverain Pontife :

« Très Saint Père,

Au cours de mon service de Camérier Secret, Votre Sainteté a bien voulu m’accorder le 25 juillet dernier une audience avec le Comte AFFRE de SAINT ROME. J’ai eu l’honneur, à ce moment, de Lui remettre un commencement de documentation sur les plans de l’Occultisme relatifs au Tibet et à MAHA-CHOHAN et Votre Sainteté a bien voulu m’assurer qu’Elle étudierait Elle-même le dossier.

Je Lui ai demandé, sur le conseil du Révérend père GARRIGOU-LAGRANGE qu’une Commission de Théologiens au courant des questions occultistes fut désignée pour étudier ces questions, condamner les ouvrages de plus en plus nombreux qui pervertissent les âmes, les intelligences et les cœurs spécialement de la jeunesse, et pour mettre en garde les fidèles contre ces doctrines particulièrement séduisantes au premier abord et d’autant plus dangereuses qu’elles font appel à l’idéal et aux nobles sentiments afin de poursuivre ensuite leur œuvre séductrice et véritablement démoniaque avec plus de facilité.

Votre Sainteté m’avait demandé une liste des principaux ouvrages traitant ces questions. Je saisis donc une occasion sûre pour faire remettre à Votre Sainteté par Son Altesse Royale le Prince Xavier de Bourbon :

1° Une liste d’ouvrages sur ces questions, avec les références.

2° L’analyse de certains de ces ouvrages, dont quelques-uns sont introuvables pour des non-initiés.

L’analyse de ces ouvrages sera poursuivie au fur et à mesure des possibilités et envoyée à Votre Sainteté.

3° Quelques renseignements complémentaires ou publications sur le Congrès Spiritualiste Mondial de Paris, sur les réunions tenues à Paris par Maha-Chohan et sur le Réarmement Moral (Moral Re-Armement = M.R.A.), continuation du Mouvement d’Oxford. Daigne … … Le 4 Novembre 1947 ».

Étaient mentionnés les ouvrages de PAPUS, SAINT YVES D’ALVEYDRE, GUENON, Alexandra DAVID-NEEL, Frédéric BOUTET, Paul LECOUR, LANZA del VASTO, Jacques MARCIREAU, etc.

L’année suivante, lors de mon service auprès de Pie XII, quand j’ai demandé mon audience habituelle, après mon service de Camérier, le Maître de Chambre, Mgr. C ….. V ….. me dit sur un ton glacial et voulant m’intimider :

« C’est vous qui, l’an dernier, avez remis tout un dossier au Saint-Père ? »

Ce à quoi j’ai répliqué, aussi froidement et les yeux dans les yeux, pour bien lui marquer que personne ne m’empêcherait de continuer :

« Oui, Monseigneur, c’est moi ! »

Et c’est lui qui a baissé les yeux. Ce qu’il était possible de faire sous le Règne de Pie XII, ne le serait plus de nos jours, hélas ! À peu près tout l’entourage du Souverain Pontife étant occupé par des membres de la secte luciférienne… Citons entre-autres organisations lucifériennes ou très dangereuses.

L’Agartha ; la Rose-Croix ; les Templiers ; la Synarchie qui en Amérique est incarnée par The Américan Establishment ; la Table Ronde qui crée à son tour le Council on Foreign Relations ; le Bilderbergergroup ; et depuis peu, la Trilatérale ; etc.

Tout d’abord, il convient de citer les déclarations des principaux chefs du Pouvoir occulte à partir du siècle dernier :

« Notre but final est celui de Voltaire et celui de la Révolution Française, l’anéantissement à tout jamais du catholicisme et même de l’idée chrétienne … »

Il est un point sur lequel ils reviennent sans cesse :

« Ce que nous devons demander avant tout, ce que nous devons chercher et attendre, comme les Juifs attendent le Messie, c’est un Pape selon nos besoins… C’est qu’avec cela, pour briser le rocher sur lequel Dieu a bâti Son Église, nous avons le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot… Nous ne doutons pas d’arriver à ce terme suprême de nos efforts…

Rien ne doit nous écarter du plan tracé… tout doit y tendre …

Écrasez l’ennemi, quel qu’il soit ; écrasez le puissant à force de médisances et de calomnies ; mais surtout, écrasez-le dans l’œuf. C’est à la jeunesse qu’il faut aller, c’est elle qu’il faut séduire, elle que nous devons entraîner, sans qu’elle s’en doute, sous le drapeau des sociétés secrètes…

Que le clergé marche sous vos étendards en croyant toujours marcher sous la bannière des clefs apostoliques… Tendez vos filets… au fond des sacristies, des séminaires et des couvents… vous amènerez des amis autour de la Chaire Apostolique, vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape… une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde ! »

Dans une autre Instruction secrète :

« Flattons toutes les passions, les plus mauvaises comme les plus généreuses… Il faut faire l’éducation immorale de l’Église et arriver au triomphe de la révolution par un Pape… Donnez le branle à tout ce qui aspire à remuer. Glissez dans les esprits les germes de nos dogmes (sur ce point également, ils ne cessent de le répéter) que prêtres et laïcs se persuadent que le Christianisme est une doctrine essentiellement démocratique… »

La correspondance des chefs entre eux — tombée entre les mains du Saint-siège — est éloquente :

« N’individualisons pas le crime ; afin de le grandir jusqu’aux proportions du patriotisme et de la haine contre l’Église, nous devons le généraliser… Le catholicisme et la monarchie peuvent crouler sous la corruption ; ne nous lassons donc jamais de corrompre… popularisons le vice dans les multitudes… ; c’est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé, et du clergé par nous ; la corruption qui doit nous conduire à mettre l’Église au tombeau. »

Il y a un siècle, Saint Yves d’Alveydre, un occultiste notoire, annonçait :

« Est-ce que la chute du pouvoir clérical des Papes n’est pas un indice certain du triomphe possible de l’Universelle Église par la solennelle reconnaissance de l’égalité et de la fraternité de toutes les Églises nationales rendues à leur mission vivante ? »

Un autre haut dignitaire de la franc-maçonnerie déclarait à son tour :

« Nous, francs-maçons de tradition, nous nous permettons de paraphraser et de transposer ce mot d’un homme d’État célèbre en l’adaptant aux circonstances : catholiques, orthodoxes, protestants, israélites, musulmans, hindouistes, bouddhistes, penseurs libres, libres croyants ne sont chez nous que des prénoms : c’est francs-maçons le nom de famille. »

Stanislas de Guaita veut « révéler à la théologie chrétienne les magnificences ésotériques dont elle est grosse à son insu ».

Au nom d’un retour au christianisme primitif, le défroqué Roca annonce le prochain Concile Œcuménique (c’est de Vatican II dont il s’agit) et l’anarchie liturgique qu’il provoquera, car, dit-il, il mettra le culte divin en harmonie avec l’état de la conscience et de la civilisation moderne. À la théologie mystique va succéder la théologie scientifique …

Il annonce :

« Un Christianisme nouveau, sublime, large, profond, vraiment universaliste, absolument encyclopédique… un culte universel où tous les cuites seront englobés, où le Dieu sera l’humanité, qui, dit-il, se confond avec le Christ, qui est donc aussi l’Univers tout entier …

C’est en un mot à la Franc-Maçonnerie de former l’universelle Église »

Celle des croyants libres de tous dogmes, annoncée en 1946 par le Congrès Spiritualiste Mondial. Et Roca déclare avec assurance :

« Il y aura une religion nouvelle ; il y aura un dogme nouveau, un rituel nouveau, un sacerdoce nouveau dont le rapport avec l’Église qui tombe, sera exactement ce que fut le rapport de l’Église Catholique avec l’Église Mosaïque, sa défunte Mère.

La foi disparaît devant la science qui doit tout illuminer… La science est reine du monde, car elle est Dieu lui-même dans l’humanité. »

À lire aussi | Le culte des morts dans l’antiquité et chez les païens

Il prévoit, après le Concile Œcuménique qu’il annonce, la conversion d’un Pape qui consacrera la civilisation moderne, des institutions impersonnelles, l’abandon de la soutane, le prêtre marié et syndiqué que, dès ce moment (1889) il qualifie de progressiste. « Et cette nouvelle Église, dit-il, bien qu’elle ne doive peut-être rien conserver de la discipline scolastique et de la forme rudimentaire de l’ancienne Église, recevra néanmoins de Rome l’ordination et la juridiction canonique… La synarchie est de taille à opérer cette rénovation générale. »

D’avance, il décrit ce pontife qui sera, dit-il :

« Non pas un Pontife de la foi, mais un Pontife de la gnosis ou de la science ésotérique » … qui « grâce au privilège de son infaillibilité personnelle, déclarera canoniquement URBI ET ORBI que la civilisation présente est fille légitime du Saint Évangile de la rédemption sociale. »

Source : Lucifer et le pouvoir occulte – Marquis de la Franquerie – 2008

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire