in , , , ,

Mgr Sample clarifie l’enseignement catholique contre la théorie du genre

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Mgr Sample clarifie l'enseignement catholique contre la théorie du genre
Mgr Sample clarifie l'enseignement catholique contre la théorie du genre

L’Archevêque Alexander Sample de l’archidiocèse de Portland, dans l’Oregon, a publié une réponse catholique à la théorie de l’identité de genre : catéchèse et directives pastorales le 25 janvier.

Dans une lettre d’introduction, il explique que l’objectif de ce document est de « clarifier l’enseignement de l’Église catholique sur la théorie de l’identité de genre« . Il a ajouté que les directives sont proposées comme « une ressource d’enseignement et de formation et aussi comme un encouragement et un espoir pour tous ceux qui travaillent avec ceux qui sont confrontés aux questions d’identité de genre.« 

« Ce document, a-t-il poursuivi, vise à fournir des orientations préliminaires pour les écoles catholiques, les programmes d’éducation religieuse, les programmes de préparation aux sacrements et les activités de la pastorale des jeunes pour nos jeunes jusqu’à 18 ans dans l’archidiocèse de Portland, afin de soutenir et d’accompagner les étudiants qui s’interrogent sur le genre et leurs familles d’une manière qui garantit que nos institutions catholiques remplissent leur mission catholique.« 

L’archevêque Sample a noté :

« À la lumière de la foi catholique, le corps humain est un don, bon et voulu par Dieu. Nos corps font partie de l’harmonie de l’ordre créé, et notre différence sexuelle fait partie de l’autorévélation de Dieu, ainsi qu’un signe de notre vocation ultime : donner et recevoir l’amour.« 

Il décrit la théorie de l’identité sexuelle comme la croyance selon laquelle « l’identité d’une personne en tant qu’homme, femme, ou les deux/aucun est basée uniquement sur une perception subjective de soi. (…) [La théorie de l’identité de genre] sépare le ‘genre’ (l’identité masculine et féminine et les principes masculins et féminins que l’on trouve dans la nature elle-même) du sexe biologique, enracinant l’identité sexuée dans une perception de soi dissociée plutôt que dans le corps « .

Ses directives pastorales indiquent que, dans les institutions catholiques, on doit utiliser les éléments suivants conformément à son sexe biologique : les pronoms, les toilettes et les vestiaires, et les vêtements. La participation à des activités ségréguées par sexe, telles que les compétitions sportives, doit être conforme au sexe biologique de l’individu. En outre, les institutions catholiques ne peuvent pas avoir sur place ou distribuer des médicaments dans le but d’une transition de genre et ne peuvent pas afficher des signes qui soutiennent la théorie de l’identité de genre.

L’Archevêque Sample, 62 ans, dirige l’archidiocèse de Portland depuis 2013. L’archidiocèse compte 125 paroisses et 23 missions, et 400 000 fidèles baptisés.

CWR : Pourquoi avez-vous décidé d’écrire et de distribuer ce document ?

Archevêque Alexander Sample : Cela a commencé comme une initiative de mon conseil presbytéral (prêtres) archidiocésain. Le sujet est apparu il y a environ un an et demi. Nos pasteurs qui supervisaient les écoles commençaient à être confrontés au phénomène du transgendérisme. Il n’y avait pas un grand nombre de ces personnes, mais suffisamment pour en faire un sujet de préoccupation. Les pasteurs étaient à la recherche de conseils et de cohérence.

Après une longue discussion, nous avons convenu d’élaborer un document d’enseignement qui exprimerait notre anthropologie catholique de la personne humaine, soulignerait les erreurs de la théorie de l’identité de genre, et offrirait une approche pour répondre pastoralement à ceux qui luttent avec cette question afin que nous puissions affirmer la personne dans sa totalité.

CWR : De quelle aide avez-vous bénéficié pour préparer ce document ?

Archevêque Sample : Nous avons formé un groupe de travail pour développer ce document qui comprenait des prêtres, un psychiatre catholique, un théologien et des personnes de nos écoles catholiques. Travaillant en petit groupe, ils l’ont élaboré, m’ont tenu au courant de ses progrès et m’ont soumis des ébauches pour examen. Ainsi, bien que je n’aie pas élaboré ce document, je le considère maintenant comme le mien et j’assume pleinement son contenu.

CWR : Quelle réaction avez-vous reçue ?

Archevêque Sample : Elle a été largement positive. De nombreuses personnes, en particulier des parents, m’ont remercié d’avoir publié un document d’enseignement clair.

L’Eglise est forte ici et nous avons de nombreux catholiques fidèles, mais nous vivons dans le Nord-Ouest Pacifique, qui a une culture très séculaire, qui a adopté la théorie de l’idéologie du genre. J’ai donc reçu quelques réactions de rejet ou de désaccord, mais rien qui ne me cause de graves inquiétudes.

Ce document offre une orientation préliminaire, et nous introduisons les directives lentement et soigneusement. Nous accueillons volontiers les commentaires et cherchons des moyens de renforcer ce document. Nous sommes patients et prudents, et n’essayons pas d’imposer une politique stricte et rapide depuis le sommet. Nous espérons que cela aidera les gens à recevoir le document avec un esprit ouvert.

CWR : Combien d’autres diocèses américains ont adopté des directives similaires ?

Archevêque Sample : Je crois que 30 ou plus ont publié des documents sur ce sujet. Lorsque nous en avons parlé pour la première fois au conseil presbytéral, nous avons pensé que nous n’aurions pas à réinventer la roue, mais que nous pourrions prendre un document existant ailleurs et le modifier pour nos propres besoins.

Mais nous avons examiné les politiques de nombreux autres diocèses et avons fini par créer un document en grande partie de notre propre composition. C’est notre contribution à la conversation. J’en suis fier. Je pense que c’est l’un des meilleurs qui existent.

CWR : Dans le document, vous indiquez que le nombre de personnes  » trans-identifiées  » aux États-Unis a doublé depuis 2017. Pourquoi pensez-vous qu’il en est ainsi ?

Archevêque Sample : Ce phénomène a vraiment été ressenti un peu comme un tsunami qui nous arrive dessus. Je suis bien en peine d’expliquer comment il a pris un tel ancrage dans notre culture. Le changement culturel qui s’est produit a été assez stupéfiant. Quarante-trois pour cent des personnes qui s’identifient comme transgenres ont moins de 25 ans, et je pense qu’il est indéniable que les médias sociaux ont eu une grande influence sur eux plutôt que des personnes plus âgées ou la sagesse de l’Église. Dans un moment de confusion, les jeunes sont exposés à ces idées qui disent que vous pouvez être autre chose que ce que vous avez été créé pour être et que vous pouvez définir ce que vous êtes.

Je soupçonne également qu’il s’agit de faire de l’argent, dans le domaine du traitement des transitions.

CWR : Vous notez que la théorie de l’identité de genre sépare le sexe biologique du genre, « enracinant l’identité sexuée dans une perception dissociée de soi plutôt que dans le corps ». Donc, peu importe ce que je choisis d’être dans mon cerveau, c’est ce que je suis, et tout le monde devrait se plier à mon choix. Est-ce un résumé juste ?

Archevêque Sample : Il n’y a pas vraiment de nouvelles hérésies ; c’est un recyclage du dualisme, l’idée que mon esprit et mon âme peuvent être séparés de mon expérience corporelle. Je peux avoir une perception de moi-même qui me définit indépendamment de ce que mon existence corporelle me dit que je suis.

L’anthropologie catholique nous apprend que nous sommes l’unité du corps, de l’âme et de l’esprit, une seule réalité que nous ne pouvons séparer en plusieurs parties. Nous sommes enracinés dans notre « corporéité ». Le pape Jean-Paul II nous enseigne dans la Théologie du corps que nous ne pouvons dissocier notre esprit et notre âme de notre réalité corporelle, il s’agit d’une seule unité, mais c’est ce que l’idéologie de la théorie du genre cherche à faire.

L’anorexie mentale fournit une analogie utile. Nous pouvons regarder une personne atteinte de cette maladie et voir un corps qui ressemble à celui d’un survivant de camp de concentration. Mais ces personnes se regardent dans le miroir, voient un peu de peau autour de leur section médiane, et elles se considèrent comme grosses. Elles pensent qu’elles doivent perdre du poids. Il y a un divorce entre ce que leur esprit et leur corps leur disent.

Nous n’encouragerions pas une personne souffrant d’anorexie mentale à perdre du poids. Nous lui offrons notre amour et notre soutien, mais nous ne l’encourageons pas à croire qu’elle doit manger moins.

Les personnes atteintes de dysphorie de genre souffrent réellement et nous devons avoir une grande compassion pour elles. Il y a un décalage entre ce que leur esprit leur dit et ce que leur corps leur dit. Il s’agit d’un véritable état psychologique, et nous devons aimer les personnes dans cette situation. Cependant, nous ne pouvons pas céder à l’idéologie de l’identité de genre, qui a envahi notre culture. Le pape François l’a qualifiée de colonisation idéologique de la culture et a déclaré qu’il fallait y résister.

CWR : Votre lettre peut-elle être décrite comme un appel à un retour à la réalité ? Qu’il existe une vérité objective sur ce que nous sommes, et que le choix sage et sain consiste à l’accepter ?

Archevêque Sample : Oui. Ce que nous faisons, c’est essayer de faire preuve de compassion avec ce document, d’être clair mais fidèle à la vérité. Nous devons dire la vérité, et ne pas conduire quiconque sur le chemin du mensonge.

CWR : Vous mentionnez les  » soins d’affirmation du genre  » (GAC) qui comprennent des pratiques médicales telles que les bloqueurs de puberté, l’hormonothérapie et les chirurgies ; vous mentionnez également des études qui montrent les effets psychologiques négatifs parmi ceux qui reçoivent des GAC, tels qu’un taux de suicide 19 fois plus élevé chez ceux qui ont subi une transition médicale que dans la population générale.

Mgr Sample : Les preuves ne sont pas vraiment solides, mais nous pouvons conclure que la transition médicale, au mieux, ne résout pas, et au pire exacerbe les problèmes des personnes souffrant de dysphorie de genre. Changer le corps n’aborde pas le problème de fond plus profond à l’intérieur de la personne ; ajuster le corps ne répare pas ce qui ne va pas. Nous disons que le corps est mauvais, plutôt qu’il s’agit d’une condition psychologique. Nous devons plutôt évaluer si la perception de cette personne a besoin d’être traitée.

Il y a quelques années, un endocrinologue pédiatrique de l’archidiocèse nous a fait une présentation. Il a fait remarquer que lorsqu’un jeune fait l’expérience de la dysphorie de genre, si nous ne faisons rien, si nous n’intervenons pas du tout, jusqu’à 80 % du temps, la personne se réaligne naturellement avec son sexe biologique. Cependant, si nous l’engageons sur la voie du GAC, en commençant par les changements sociaux, il suivra naturellement cette voie, jusqu’à l’intervention médicale et la chirurgie.

Nous devons intervenir avec un soutien positif et de l’amour. Nous devons traiter la personne dans son ensemble, l’affirmer en tant que telle, lui rappeler qu’elle est bonne et aimée. C’est le genre d’affirmation dont ils ont besoin.

CWR : Un grand nombre des membres de la communauté « transgenre » d’aujourd’hui sont des adolescentes. Mais pour effectuer une transition, ces filles ont besoin de l’approbation et de l’aide de leurs parents ou tuteurs, de thérapeutes, de personnel médical et de personnes travaillant pour des sociétés pharmaceutiques. Bien qu’il soit compréhensible qu’une adolescente en difficulté (à un âge connu pour son immaturité et son impulsivité) puisse être la proie de la théorie de l’identité sexuelle, pourquoi pensez-vous que tant d’adultes qui devraient être mieux informés s’y rallient ?

Archevêque Sample : J’ai du mal à comprendre cette réalité. Je suis sûr que les parents qui ont un enfant qui se bat véritablement avec ces questions veulent tout faire pour aimer et soutenir leur enfant, mais je ne peux pas imaginer pourquoi les adultes se laissent aller à cela. Je pense qu’ils sont motivés par la peur. Ils pensent que s’ils n’affirment pas l’identité choisie par leur enfant, ils le mettent en danger de suicide, de dépression et d’autres types de maladies mentales. Mais je ne peux pas imaginer que des parents soient à ce point motivés par l’idéologie.

C’est pourquoi, dans notre document, nous parlons de l’affirmation de la personne dans sa globalité. Avec des soins et des conseils, une personne qui lutte contre la dysphorie de genre peut surmonter ses problèmes.

CWR : Est-il important que les parents comprennent que la GAC médicale est irréversible … vous ne pouvez pas rattacher les parties du corps retirées ou annuler les effets de ces médicaments.

Archevêque Sample : Oui. C’est ce qui est déchirant pour moi. Cela commence par une transition sociale – noms, pronoms, vêtements, utilisation des installations – et mène à des interventions médicales – bloqueurs de puberté, hormonothérapie et interventions chirurgicales. Je suis de tout cœur avec ceux qui sont passés par là et qui regrettent amèrement ce qui leur est arrivé. Les parents doivent entendre les histoires de ces personnes.

Un parent peut penser que la transition sociale ne fait aucun mal ; les nouveaux noms, pronoms et vêtements n’ont rien de permanent et nous pouvons vivre avec ces choses. Cependant, le danger est qu’une fois que l’on s’engage sur cette voie, cela mène à plus.

CWR : Êtes-vous au courant de la communauté grandissante de ceux qui ont  » dé-transitionné  » et qui s’expriment maintenant contre cette pratique, comme Chloe Cole, 18 ans ? Est-il important que nous entendions leurs témoignages ?

Archevêque Sample : Oui, nous devrions écouter ces bonnes gens et apprendre de leurs expériences.

Nous devons également écouter la sagesse de l’Église, qui a été guidée par le Saint-Esprit à travers les siècles et qui est profondément enracinée dans les réalités bibliques à travers toute l’histoire de la création. C’est la première fois dans toute l’histoire de l’humanité que nous sommes confrontés à la question du sexe biologique par rapport au genre. L’Église offre une sagesse biblique et spirituelle que nous devons écouter.

Nous devons également écouter le pape François, qui a fermement condamné la théorie de l’identité sexuelle. Il estime qu’elle a fait beaucoup de mal et qu’elle constitue le déni ultime du Créateur lorsque nous nous définissons nous-mêmes.

CWR : Vous concluez votre document par une section intitulée :  » Affirmation de la personne entière : Une réponse catholique« . Supposons qu’une personne qui vous est chère ait adopté la théorie de l’identité sexuelle, peut-être même au point d’envisager une « transition« . Parlez de l’accompagnement et de ce que pourrait être une réponse catholique appropriée.

Archevêque Sample : Comme nous le soulignons dans le document, ces jeunes ont besoin d’être réaffirmés dans leur amour. Lorsque nous les accompagnons, ils doivent savoir d’emblée et sans équivoque qu’ils sont aimés, que nous les aimons et que nous serons là pour eux. Nous ne les abandonnerons pas, nous ne les jugerons pas et nous ne les condamnerons pas. Nous marcherons avec eux et les conduirons vers la vérité et vers Jésus.

Nous devons affirmer le caractère sacramentel de leur corps, et que le corps est bon. Nous devons déclarer qu’il n’y a pas de manière dure et rapide d’être un garçon ou une fille. Nous l’avons perdu de vue ; nous n’avons pas à vivre avec des stéréotypes de genre, il y a une grande diversité dans la façon de vivre la masculinité et la féminité.

Nous devons marcher avec eux, leur parler, nous engager avec eux, les écouter et les aimer profondément. Il est particulièrement important que les parents le fassent avec leurs enfants.

CWR : Une dernière réflexion ?

Archevêque Sample : En réponse à certaines des résistances que le document a reçues, je me demande combien de personnes l’ont lu. Nous sommes fortement influencés par la culture qui nous entoure, et beaucoup de nos propres catholiques peuvent avoir adopté la théorie de l’identité de genre. Je veux qu’ils lisent ce document – pas seulement les directives, mais qu’ils creusent profondément dans l’enseignement. Lisez-le attentivement, lentement et dans la prière. Relisez-le. Laissez le Saint-Esprit vous parler à travers la sagesse de l’Église et la sagesse du Créateur.

À lire aussi | Les bras de la pieuvre luciférienne du pouvoir occulte

Un commentaire de la « dé-transitionnée » Chloe Cole qui m’a frappé est qu’elle a dit que les adultes doivent prendre position. C’est la complaisance qui a permis que cela lui arrive en premier lieu. Pour le bien de nos enfants, nous devons être les adultes dans cette pièce. Nous devons aider ces jeunes, les guider, et les conduire dans la miséricorde et l’amour.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les bras de la pieuvre luciférienne du pouvoir Occulte

Les bras de la pieuvre luciférienne du pouvoir occulte

La guerre contre le christianisme dans le monde anglophone

La guerre contre le christianisme dans le monde anglophone