La guerre contre le christianisme dans le monde anglophone

Cela fait maintenant environ 350 ans que la guerre contre le christianisme a commencé dans le monde anglophone. Elle a commencé avec le déisme sous les règnes du roi Charles II (le "joyeux monarque") et de son frère Jacques II.

Newton et Locke étaient encore en vie en Angleterre. Cotton Mather vivait à Boston. Benjamin Franklin n'était pas encore né. William et Mary attendaient dans les coulisses.

Le déisme était une forme légère d'anti-christianisme. Il vous permettait de conserver un grand nombre de vos croyances chrétiennes (par exemple, l'existence de Dieu, la rationalité de la nature, les dix commandements, la vie après la mort) tout en abandonnant tous ses éléments miraculeux (par exemple, la divinité du Christ, la naissance virginale, la résurrection).

La prochaine grande attaque a commencé en Angleterre au milieu de l'ère victorienne. Elle a atteint l'Amérique peu après la guerre civile. Elle se composait de trois parties.

L'agnosticisme, une théorie de la connaissance selon laquelle il est impossible pour les humains de savoir si Dieu existe ou non.

La "critique supérieure" de la Bible, selon laquelle il a été démontré que de nombreuses questions traditionnelles sur la paternité de la Bible, ainsi qu'une grande partie de son contenu, étaient historiquement erronées.

Le darwinisme, qui, selon ses partisans anti-chrétiens, réfutait l'idée que le monde vaste et complexe de la nature organique avait été créé par une Intelligence immensément grande.

La grande attaque la plus récente a été celle de l'athéisme. Au cours des années 1800, l'athéisme avait prospéré en Europe continentale parmi un nombre limité d'intellectuels, principalement en Allemagne (par exemple, Schopenhauer, Marx, Nietzsche, Haeckel), et au début du 20e siècle, il était populaire en Europe parmi les socialistes et les communistes, surtout en Russie.

Mais pendant la première moitié du 20e siècle, dans l'Anglosphère, l'athéisme est resté une chose très limitée, principalement confinée à un petit nombre d'intellectuels (par exemple, Bertrand Russell en Grande-Bretagne et John Dewey aux États-Unis). La grande percée de l'athéisme dans le monde anglophone s'est produite dans la seconde moitié du 20e siècle, principalement grâce à ce qu'on appelle la révolution sexuelle, une chose de provenance athée et aux conséquences athées.

Si l'athéisme est une chose courante dans l'Amérique d'aujourd'hui (ce qui est le cas, même si de nombreux athées de facto se désignent eux-mêmes par le nom plus doux d'"agnostiques"), et si l'athéisme compte aujourd'hui un grand nombre de compagnons de route semi-athées parmi les personnes qui se considèrent comme des libéraux ou des progressistes religieux, cela est dû en grande partie aux pionniers de la sexualité des années 1960 et 1970 qui, en enseignant par la parole et par l'exemple, ont convaincu les jeunes générations qu'il n'y a rien de moralement répréhensible dans la liberté sexuelle.

Le principal argument déployé à l'appui de la liberté sexuelle a été le suivant :

"Un comportement entre adultes consentants n'est mauvais que s'il cause du tort à un tiers ; mais les rapports sexuels entre adultes consentants ne causent aucun tort à des tiers ; ils sont donc moralement irréprochables".

Jusqu'à aujourd'hui, cet argument "ne fait pas de mal" reste populaire parmi les partisans d'une liberté sexuelle toujours plus grande - malgré le fait évident que la révolution sexuelle a fait une quantité incommensurable de mal à des tiers - à commencer par les enfants à naître tués par l'avortement.

Les athées et les révolutionnaires sexuels d'aujourd'hui ont réduit toutes les règles de la moralité à une seule règle fondamentale : Ne pas faire de mal.

Cela explique, à mon avis, la férocité dont font preuve les progressistes moraux pour défendre, non seulement, un phénomène contre-nature comme les rapports homosexuels, mais aussi un phénomène carrément bizarre comme le transgenderisme.

Si vous (un catholique orthodoxe) exprimez votre désapprobation morale ou métaphysique de l'homosexualité ou du transgenderisme, les progressistes répondent par une indignation si grande qu'elle peut vous rappeler l'indignation qu'un juif de l'Antiquité aurait exprimée devant une tentative romaine d'installer une statue de l'empereur Caligula dans le Saint des Saints.

Le problème est que votre désapprobation a blessé les sentiments - des sentiments très délicats - des gays, des lesbiennes et des transgenres. Vous avez violé le seul grand commandement.

Dans son célèbre ouvrage intitulé On Liberty (publié pour la première fois en 1859), John Stuart Mill a également énoncé la règle du "ne pas nuire". Mais il a limité les catégories de dommages potentiels à trois :

Les dommages corporels ;

Les dommages matériels ;

Les dommages à la réputation.

Mill ne mentionne pas le préjudice moral. La découverte de cette quatrième catégorie de préjudice interdit pourrait bien s'avérer être la plus importante contribution à la civilisation apportée par le mouvement LGBTQ+.

Il y a ici un contraste frappant entre les deux principales sections de la révolution sexuelle - la section pro-avortement et la section pro-LGBTQ+.

Les pro-avortement n'exigent pas que vous (un catholique à l'ancienne) approuviez l'avortement. Vous êtes libre, en ce qui les concerne, de le désapprouver comme bon vous semble. Mais n'interférez pas avec ceux qui souhaitent recevoir ou pratiquer des avortements.

N'adoptez pas de lois anti-avortement et ne rendez pas de décisions judiciaires anti-avortement. Contentez-vous de vous écarter du chemin - et "s'écarter du chemin" implique, entre autres, de permettre à vos impôts de payer les avortements.

À lire aussi | Mgr Sample clarifie l'enseignement catholique contre la théorie du genre

En revanche, les personnes LGBTQ+ exigent que vous approuviez les comportements qui sont les caractéristiques définitives des personnes LGBTQ+. La tolérance ne suffit pas ; ils ordonnent que vous vous leviez et applaudissiez. Ils imposent que votre approbation ne soit pas qu'un vœu pieux ; vous devez la ressentir au plus profond de votre cœur. Car si vous ne le faites pas, vous les avez blessés.

J'ai récemment lu une biographie instructive de Staline par Robert Conquest. Comme chacun sait, si vous cessiez d'applaudir Staline un instant trop tôt, vous risquiez d'être abattu.

Le LGBTQ+-isme a un potentiel totalitaire démontrable.

Cet article a été publié originellement par The Catholic Thing (Lien de l’article).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *