Scientifique et Saint : Le bienheureux Nicolas Sténon (1638-1686)

Nicolas Sténon a fait plusieurs découvertes notables dans le domaine de l'anatomie avant l'âge de trente ans, il est entré dans l'Église Catholique, a été ordonné Prêtre et fait Évêque, puis a passé le reste de sa courte vie à servir le territoire de mission de la région située au nord de l'Allemagne.

Pour beaucoup de gens aujourd'hui, la controverse sur le traitement de Galilée par l'Église Catholique n'a qu'un seul enseignement : la foi et la science sont incompatibles. Après tout, selon cet argument, voyez comment l'Église a traité un brillant scientifique aux idées novatrices au XVIIe siècle. Comment la foi en Jésus-Christ peut-elle coexister avec la quête de la vérité scientifique ?

Si l'on met de côté la discussion sur l'affaire Galilée elle-même, un autre brillant scientifique du XVIIe siècle peut nous aider à mettre en perspective la relation entre foi et science. Et ce scientifique, contrairement à Galilée, était reconnu par ses amis et ses ennemis pour sa Sainteté.

Nicolas Sténon est né dans une famille luthérienne en 1638 à Copenhague, au Danemark. Il a étudié à l'université de Copenhague à l'âge de dix-neuf ans, mais il s'est ensuite rendu aux Pays-Bas pour approfondir son sujet de prédilection : l'anatomie. Pendant cette période, Sténon a appris et étudié avec certains des meilleurs scientifiques de l'époque.

Les observations minutieuses de l'anatomie effectuées par Sténon au cours des années suivantes l'ont amené à faire tant de découvertes qu'il n'est pas surprenant que diverses parties du corps aient été nommées d'après lui.

On apprend aujourd'hui aux étudiants en anatomie à identifier les veines de Sténon, le foramen de Sténon et (l'une de ses premières découvertes) le canal de Sténon. À la suite de ses études, il a proposé de multiples conclusions qui allaient à l'encontre des hypothèses courantes de l'époque.

Il a découvert la circulation du sang dans le corps humain. Il n'était pas d'accord avec la théorie selon laquelle les larmes étaient produites par le cerveau. Il a affirmé que le cœur était simplement un muscle. Et il avait raison.

Sa curiosité insatiable l'a conduit dans les domaines connus aujourd'hui sous le nom de paléontologie, cristallographie, géologie et stratigraphie. Après avoir étudié la tête d'un grand requin, il a reconnu le lien entre les dents qu'il avait trouvées dans la tête du requin et les "pierres de langue" trouvées dans les formations rocheuses.

Comment les dents d'un poisson pouvaient-elles se retrouver dans une roche solide ? Bien que Sténon n'ait pas été la première personne à reconnaître que les fossiles trouvés dans les roches provenaient d'organismes vivants, on lui attribue la découverte de certains des principes fondamentaux de la science de la stratigraphie.

Les conclusions de Sténon sur les couches, ou strates, présentes dans les roches ont ouvert la voie à des théories ultérieures sur le dépôt, l'érosion et d'autres concepts que l'on retrouve aujourd'hui même dans les manuels scientifiques pour enfants.

Sténon a occupé de nombreux postes importants, comme celui de professeur d'anatomie et de médecin d'un duc, tout en voyageant et en travaillant dans toute l'Europe. Mais tout a changé lorsqu'il a décidé de changer de foi.

Sténon avait eu des doutes sur la foi luthérienne lorsqu'il vivait encore aux Pays-Bas. Au fil des ans, il a fait part de ses doutes et de ses questions à un Prêtre jésuite, entre autres. Pendant son séjour en Italie, il a également assisté à une procession eucharistique dans les rues de Livourne, ce qui a suscité encore plus de questions dans son esprit sur la foi catholique. Bien que le processus ait pris des années, ses doutes ont finalement abouti à une certitude : en 1667, il est entré dans l'Église Catholique.

À l'époque, il n'avait que vingt-neuf ans et était largement connu pour ses réalisations scientifiques. Mais le fait de devenir catholique l'a privé de nombreuses possibilités de carrière. Par exemple, bien que son Danemark natal ait voulu le récupérer, il n'a pas été autorisé à être officiellement nommé professeur dans ce pays parce qu'il était catholique ; il a dû recevoir un autre titre à la place. Il a aussi apparemment fait l'expérience de la persécution subtile et non subtile des catholiques vivant dans des pays protestants, une persécution particulièrement courante à l'époque.

Mais cela ne semble pas le déranger. Sténon a simplement transféré l'énergie qu'il avait déversée dans les sciences physiques vers sa nouvelle passion : Dieu et la théologie. En 1675, il devient Prêtre catholique. Deux ans plus tard, il est proposé pour devenir Évêque.

Sténon a exercé les fonctions d'Évêque auxiliaire et de Vicaire Apostolique jusqu'à la fin de sa vie dans une région considérée à l'époque comme un territoire de mission pour les catholiques : la région située au nord de l'Allemagne.

Sténon n'a pas considéré son ordination à la prêtrise ou à l'épiscopat comme un simple passe-temps intellectuel. Au contraire, il a pris son rôle de berger très au sérieux. Il menait une vie personnelle simple et autodisciplinée. Il a écrit plusieurs livres sur l'ascétisme et la théologie. Il a généreusement servi les pauvres, donnant littéralement les vêtements de son dos à ceux qui étaient dans le besoin.

Beaucoup de riches et de puissants dans le monde, ceux qui s'étaient extasiés devant sa brillance scientifique dans le passé, se moquaient maintenant de lui pour ses vêtements de pacotille et son mode de vie pénitent.

Pour eux, il était inexplicable que quelqu'un choisisse l'Église Catholique et la pauvreté auto-imposée plutôt qu'une allégeance religieuse plus profitable et les honneurs scientifiques. Pourquoi choisir le travail acharné et la clandestinité plutôt que la gloire et la fortune ? Mais ce choix, après tout, n'est que le même vieux choix de Dieu contre Mammon, un choix contre lequel notre Seigneur lui-même nous a mis en garde.Sténon est mort à l'âge de quarante-huit ans, épuisé par des années à tout donner aux autres.

Mais c'est précisément pour cette raison que le Pape Jean-Paul II l'a béatifié en 1988 et que l'Église appelle désormais cet homme le bienheureux Nicolas Sténon. Le bienheureux Nicolas Sténon savait que ses années de recherche de la vérité, tant scientifique que théologique, faisaient partie de la mission à laquelle Dieu l'avait appelé. Nombre de ses théories, initialement controversées et vivement débattues, sont depuis devenues des connaissances courantes.

À lire aussi | Assister à la Sainte Messe est une obligation pour un catholique

La science et la foi ne sont pas incompatibles. L'étude du monde naturel et l'étude de Dieu sont tout aussi compatibles dans le monde d'aujourd'hui qu'elles l'étaient au XVIIe siècle. Des hommes comme le bienheureux Niels nous montrent qu'il sera toujours controversé de chercher Dieu et de suivre sa vérité où qu'elle mène, mais c'est aussi exactement ce que nous sommes tous appelés à faire.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *