L'Évêque et la communiste Bella, histoire d'une conversion
in , , , , , ,

L’Évêque et la communiste Bella, histoire d’une conversion

Bella, une communiste, se convertie au catholicisme par l’intermédiaire du grand Évêque Fulton Sheen et par la grâce de Dieu.

Si Mgr Fulton Sheen avait vécu aujourd’hui, à l’ère des médias sociaux, il aurait sûrement été surnommé « l’Évêque influenceur« . À son époque, on disait qu’il était le prototype du téléprédicateur. La vérité est qu’il était avant tout un grand pasteur et un homme de Dieu qui, comme tant d’autres (il suffit de penser au bienheureux Jacques Alberione, récemment rappelé dans le calendrier liturgique), avait pensé à utiliser les moyens modernes de communication pour évangéliser. Et ce, avec une efficacité extraordinaire.

Nous parlons du vénérable – et bientôt bienheureux – Fulton Sheen, l’Évêque américain, qui était très populaire à la télévision au tournant des années 1950 et 1960 (mais déjà dans les années 1930, il avait une émission de radio très populaire le soir sur NBC). De 1951 à 1957, Sheen a réussi – ce qui est difficile à imaginer aujourd’hui – à attirer des millions d’Américains vers le petit écran pour regarder son émission Life Is Worth Living, qui était la deuxième en termes d’audience après celle du comédien Milton Berle.

« Je suis né à l’ère de l’électronique, où les ondes lumineuses sont utilisées pour communiquer la parole« , écrit-il dans son autobiographie Treasure in Clay. « La radio est comme l’Ancien Testament, parce que c’est comme entendre la Parole sans la vision« , a-t-il ajouté, tandis que « la télévision est comme le Nouveau Testament, parce que la Parole est vue comme prenant chair et habitant parmi nous.« 

Grâce à YouTube, plusieurs de ses vidéos circulent encore, nous donnant l’occasion d’apprécier, outre sa parfaite maîtrise du timing télévisuel, sa personnalité magnétique et son exquis sens de l’humour, naturellement apparenté à celui du britannique G. K. Chesterton, qu’il connaissait personnellement et souvent cité par Sheen (également auteur de la préface de son Dieu et l’intelligence). Ce n’est pas un hasard si Mgr Fulton Sheen a été rapidement surnommé le « Chesterton américain« .

Sans négliger pour autant de mentionner son exceptionnelle préparation intellectuelle, transfusée dans de nombreux ouvrages. Le ton mélodieux et la voix chantante de Sheen ont fait de lui un porte-parole fascinant du catholicisme américain au milieu du siècle dernier. Cela a également fait de lui un adversaire insidieux de toute idéologie athée, noire ou rouge, qui cherche à détruire la religion.

« Le régime anti-Dieu« , a-t-il dit un jour à la radio, « est toujours le régime anti-humain« . « Qu’est-ce qui le prouve plus clairement que le fascisme rouge du communisme et le fascisme brun du nazisme, qui, en niant l’esprit de Dieu et la source des droits de l’homme, font de l’État la source ? Mais si l’État est le dispensateur des droits, alors l’État peut les retirer. Il est toujours vrai que la perte de Dieu est le début de la tyrannie« .

Des mots comme ceux-là, combinés au témoignage personnel de Sheen, ont converti de nombreuses personnes. Parmi eux, comme le rapporte Sean Salai dans le National Catholic Register, se trouvait Bella

Son nom était Bella Dodd. L’histoire de sa conversion – et plus encore – est racontée dans la récente biographie intitulée The Devil and Bella Dodd. Les auteurs du livre, Mary Nicholas et Paul Kengor, racontent l’histoire de sa vie et de sa conversion surprenante.

Bella Dodd (1904-1969) était Maria Assunta Isabella Visono. Elle a pris le nom de famille Dodd de son mari John Dodd, qu’elle a rencontré lors d’un voyage en Europe en 1930. Mais Bella venait d’Italie. Elle était en fait originaire de Picerno, en Basilicate.

De là, elle a émigré, enfant, avec son père, aux États-Unis. Devenue agnostique, après avoir obtenu son diplôme de droit à New York en 1932, elle a également milité au sein du parti communiste, se distinguant comme l’un de ses dirigeants les plus actifs. À tel point qu’elle a rejoint le conseil national du parti communiste américain.

En 1949, cependant, le parti l’expulse sous ce prétexte : Bella est accusée d’avoir défendu un propriétaire dans un conflit juridique avec un locataire dans le cadre de son travail d’avocate, contrevenant ainsi aux règles du parti en matière de propriété privée.

Il s’agit en fait d’une « purge » interne classique des partis communistes, au milieu de l’ère stalinienne. Mais la nouvelle de son expulsion, compte tenu de la notoriété de Bella, fait grand bruit dans la presse.

À son grand regret, elle a vu de nombreux camarades adopter les slogans du parti l’accusant d’être « fasciste » et « raciste » envers les Noirs et « antisémite« . C’est dans ce contexte que mûrit la rencontre avec Mgr Fulton Sheen, qui arrivera à New York en 1951 comme Évêque auxiliaire.

Dans un livre publié en 1954 (School of darkness), Bella raconte l’accueil qu’elle a reçu de Sheen :

« Sa voix et ses yeux m’ont réservé un accueil auquel je ne m’attendais pas et qui m’a prise au dépourvu. J’ai commencé à le remercier de m’avoir laissé venir, mais je me suis rendu compte que les mots que je recevais n’avaient aucun sens. J’ai commencé à pleurer.« 

Bella, la voix brisée par les larmes, a exprimé sa douleur face aux accusations qu’elle a reçues de ses anciens camarades de parti. Sheen pose une main sur son épaule pour la réconforter. « Ne t’inquiète pas« , lui dit-il. « Ça va passer.« 

« Il m’a laissé pleurer, raconte Bella, puis, sans m’en rendre compte, j’ai réalisé que nous étions tous deux agenouillés devant la Sainte Mère dans la petite chapelle. Devant la statue de la Vierge, tout s’est accompli : Je ne me souviens pas d’avoir prié, mais je me rappelle très bien que la bataille intérieure a cessé, que mes larmes ont séché, que j’étais consciemment en paix et tranquille« .

« Lorsque j’ai quitté Monseigneur Sheen, j’étais remplie d’un sentiment de paix et aussi d’une excitation intime qui m’a accompagnée pendant de nombreux jours« , écrit Bella. Le 7 avril 1952, le lundi de la Semaine Sainte et l’anniversaire de la mère de Bella, c’est Mgr Fulton Sheen qui la baptise dans la cathédrale St Patrick de New York.

Toujours grâce à Sheen, après avoir fait l’expérience directe de la fausseté du communisme en tant qu’appareil de pouvoir, Bella avait mûri dans son rejet du matérialisme dialectique également sur le plan philosophique, et avait fini par adhérer à l’Église à tous égards.

Bella, qui, même après sa conversion, sera accusée d’être « raciste » et « fasciste« , dénonce l’école des ténèbres, les potentats économiques qui, aux États-Unis et dans d’autres pays, financent les partis communistes afin de tenir en échec les gens ordinaires et de détruire le christianisme.

Dans l’introduction de The Devil and Bella Dodd, les auteurs du livre écrivent : « Ce nouveau livre parle de conversion, d’espoir et de rédemption. Il s’agit de vaincre le mal, de chercher une lueur de foi au-delà des murs froids de l’obscurité« .

La sociologue Anne Hendershott, professeur à l’université franciscaine de Steubenville (Ohio), se souvient que Bella Dodd elle-même avait « reconnu que l’objectif démoniaque le plus important était de détruire la foi du peuple catholique en promouvant une pseudo-religion de « justice sociale » qui ressemblait au catholicisme mais n’en était clairement pas une« .

À lire aussi | Scientifique et Saint : Le bienheureux Nicolas Sténon (1638-1686)

Et si Bella peut effectivement sembler une « âme perdue« , le travail de Nicholas et Kengor a le mérite de montrer que « même les méchants peuvent être sauvés, comme Dodd l’a été grâce à l’intervention divine et au soutien du Vénérable Archevêque Fulton J. Sheen« .

Cet article a été publié originellement et en italien par le Aleteia (Lien de l’article).

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire