in , , , , ,

Voir ce que sera la fin – Homélie pour le dimanche des Rameaux

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La Passion, que nous lisons dans la liturgie du dimanche des Rameaux, est trop longue pour être commentée en détail, et nous n’en examinerons donc qu’une partie ici.

Il peut être utile d’examiner les problèmes associés à la gamme plus modérée des personnalités impliquées. Les méchants habituels (les chefs du Temple, Judas et la foule recrutée qui crie « Crucifie-le !« ) sont sans ambiguïté et affichent ouvertement leur péché. Mais il y a d’autres personnes impliquées dont les luttes et la négligence sont plus subtiles, mais non moins réelles. C’est en examinant ces personnages que nous pouvons en apprendre beaucoup sur nous-mêmes, qui, même si nous ne crions pas ouvertement « Crucifie-le« , ne sommes souvent pas aussi clairement saints et héroïques que les persécuteurs de Jésus sont méchants et audacieux.

En lisant la Passion, nous devons comprendre qu’il ne s’agit pas simplement d’un compte rendu du comportement de personnes disparues depuis longtemps, il s’agit de portraits de vous et de moi ; nous faisons ces choses.

I. La perception partielle – Vers le début du récit de la Passion d’aujourd’hui, les apôtres, qui sont à la dernière Cène avec Jésus, se voient rappeler ce que seront les prochains jours. Jésus dit :

« Cette nuit, vous verrez tous votre foi en moi ébranlée, car il est écrit : « Je frapperai le berger et les brebis du troupeau seront dispersées ». Mais après avoir été ressuscité, j’irai devant vous en Galilée.« 

Notez que ce n’est pas la première fois que les apôtres entendent ces paroles ; Jésus les a déjà prononcées à plusieurs reprises :

Dès lors, Jésus commença à expliquer à ses disciples qu’il devait aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des maîtres de la loi, être mis à mort et ressusciter le troisième jour (Mt 16.21).

Lorsqu’ils furent réunis en Galilée, il leur dit :

« Le Fils de l’homme va être livré entre les mains des hommes. Ils le tueront, et le troisième jour il ressuscitera. Et les disciples étaient remplis de tristesse (Mt 17 :22-23).

Nous montons à Jérusalem , et le Fils de l’homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux docteurs de la loi. Ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour qu’ils soient moqués, fouettés et crucifiés. Le troisième jour, il ressuscitera » (Mt 20 : 18-19).

Nous voyons donc que le Seigneur a constamment essayé de les enseigner et de les préparer aux difficultés à venir. Il leur a dit exactement ce qui allait se passer et comment cela se terminerait : non pas par la mort, mais par la résurrection à une vie nouvelle. Mais bien qu’il le leur ait répété maintes et maintes fois, ils ne comprennent toujours pas. C’est pourquoi il prédit que leur foi en lui sera ébranlée.

Leur perception est partielle. Ils ne verront que le négatif, oubliant que Jésus a promis de ressusciter. Parce qu’ils ne peuvent pas voir au-delà de la défaite apparente du moment, ils se retrancheront dans la peur au lieu de l’accompagner avec audace et confiance dans sa passion et sa glorification (car sa passion est une élévation ; c’est sa glorification). Au lieu de cela, ils fuiront. Il leur a montré « quelle sera la fin« , mais ils ne peuvent ni la voir ni l’accepter. Ainsi, la peur les submerge et ils se retirent dans une peur pécheresse, se dissociant de Jésus. Seuls quelques-uns (Marie, sa mère, Jean, Marie de Magdala et quelques autres femmes) le verront jusqu’au bout.

Quant aux autres, ils ne voient que ce qui est sanglant et horrible, sans voir ce qui est glorieux et impressionnant. Leur perception est très partielle. Paradoxalement, leur aveuglement vient du fait qu’ils n’entendent pas ou n’écoutent pas ce que Jésus leur dit depuis le début.

Nous aussi, nous pouvons facilement souffrir d’un aveuglement causé par une mauvaise écoute. Le Seigneur nous a souvent dit que si nous lui faisons confiance, nos luttes se termineront dans la gloire et la vie nouvelle. Mais, aveugles et oublieux, nous cédons à nos peurs et ne marchons pas hardiment sur le chemin de la passion du Christ. Nous nous retirons et nous nous dissocions de Jésus, montrant certaines des tendances que nous observerons chez les gens de ce jour.

Examinons ensuite quelques-uns des problèmes qui découlent de cette perception partielle et de cette peur oublieuse.

II. Les problèmes présentés – Il y a au moins cinq problèmes qui émergent. Il s’agit de schémas malsains et pécheurs qui découlent de la peur générée par le manque de confiance dans la vision de Jésus. Veuillez comprendre que le mot « nous » utilisé ici est une abréviation et ne signifie pas que chaque personne agit de la sorte. Il signifie plutôt que nous avons collectivement ces tendances. Il n’y a pas lieu de prendre tout ce qui est dit ici personnellement.

  1. Ils deviennent somnolents – Une technique humaine courante pour faire face au stress et aux difficultés de la vie consiste à s’engourdir et à devenir somnolent ; nous pouvons simplement sombrer dans une sorte de sommeil moral. La vigilance à l’égard de la menace que le péché fait peser sur notre âme ou du mal causé par l’injustice (que ce soit envers nous-mêmes ou envers les autres) est tout simplement trop stressante, alors nous nous « déconnectons« . Nous cessons de remarquer ou même de nous intéresser à des questions d’une importance cruciale. Nous nous anesthésions avec de l’alcool, des drogues, du confort et des distractions insignifiantes. La prière et la spiritualité posent trop de questions embarrassantes, alors nous nous contentons de rêvasser sur des choses insignifiantes comme ce que fait une certaine star d’Hollywood ou comment se déroule le dernier événement sportif.

Dans les récits de la Passion, le Seigneur demande à Pierre, Jacques et Jean de prier avec lui. Mais ils s’assoupissent. C’est peut-être à cause du vin. C’est certainement la chair (car le Seigneur en parle). Ne voulant pas ou ne pouvant pas gérer le stress de la situation, ils s’assoupissent et s’endorment. Le malheur est à la porte, mais ils dorment. Le Seigneur les avertit de rester éveillés, de peur qu’ils ne cèdent à la tentation, mais ils dorment quand même. Quelqu’un qu’ils connaissent et qu’ils aiment est en grand danger, mais c’est trop pour eux. Ils font la sourde oreille, un peu comme nous le faisons face à la souffrance écrasante du Christ, visible dans les pauvres et les nécessiteux. Nous cessons de nous en apercevoir ; c’est trop douloureux, alors nous faisons la sourde oreille.

Le Seigneur les avait souvent avertis d’être vigilants, sobres et attentifs (Mc 13,34 ; Mt 25,13 ; Mc 13,37 ; Mt 24,42 ; Lc 21,36, etc.). D’autres textes bibliques reprendront plus tard ce thème (Romains 13:11 ; 1 Pierre 5:8 ; 1 Thess 5:6, etc.). Oui, la somnolence est un problème spirituel grave.

Malheureusement, Dieu nous a bien décrits lorsqu’il a dit à Isaïe :

« Les sentinelles d’Israël sont aveugles, elles manquent toutes de connaissance ; elles sont toutes des chiens muets, elles ne peuvent pas aboyer ; elles se couchent et rêvent, elles aiment à dormir » (Is 56:10).

Nous agissons ainsi non seulement par paresse, mais aussi par peur. Une stratégie consiste à essayer de l’ignorer, de s’engourdir, de se déconnecter. Mais malgré la somnolence des disciples, les méchants sont toujours éveillés ; la menace ne disparaît pas par une inattention somnolente. C’est pourquoi nous devons être confiants et sobres. Les défis de la vie ne sont pas à craindre. Le Seigneur nous a dit que nous avons déjà gagné si nous lui faisons confiance. Les disciples ont oublié la promesse de Jésus de ressusciter après trois jours ; nous faisons souvent de même. Alors, ils cèdent au stress, et nous aussi, nous nous déconnectons.

  1. Ils cherchent à détruire – Lorsque Pierre se réveille enfin, il brandit une épée et blesse Malchus, le serviteur du souverain sacrificateur. Le Seigneur réprimande Pierre et lui rappelle sa vision : Range ton épée ! Ne boirai-je pas la coupe que le Père m’a donnée ? (Jean 18:11). Jésus guérit ensuite Malchus, dont la tradition dit qu’il devint par la suite un disciple.

Dans notre peur, nous pouvons nous aussi nous déchaîner et même chercher à détruire nos adversaires. Mais si nous sommes déjà certains de notre victoire, comme le Seigneur l’a promis, pourquoi avons-nous peur ? Pourquoi avons-nous besoin de réprimer impitoyablement nos adversaires et nos ennemis ? C’est une chose de dire la vérité dans l’amour, avec audace et confiance. Mais c’en est une autre que de se déchaîner agressivement et de chercher à gagner un débat. Ce faisant, nous risquons de perdre une âme. Le Seigneur a guéri Malchus, voyant en lui un futur disciple. Le Seigneur a vu quelle serait la fin. Pierre ne l’a pas vu. Dans sa peur, il s’est emporté avec une agressivité qui ne témoignait pas d’une confiance en la victoire finale.

Il est vrai qu’il nous est demandé d’affronter le mal, de résister à l’injustice et de parler avec clarté à un monde confus. Mais avant tout, nous sommes appelés à aimer ceux à qui nous nous adressons. La peur n’a pas sa place dans nos conversations avec le monde. La vérité sortira, elle prévaudra. Nous ne gagnerons peut-être pas à chaque rencontre, mais nous ne sommes pas obligés de le faire ; tout ce que nous devons faire, c’est planter des graines. Dieu les arrosera et d’autres les récolteront peut-être. En Christ, nous avons déjà gagné. Cette confiance doit nous rendre sereins.

Pierre a oublié la promesse de Jésus de ressusciter après trois jours ; nous faisons souvent de même. Alors Pierre, et nous aussi, cédons à la peur et nous nous déchaînons, poussés par le désir de gagner alors qu’en fait nous avons déjà gagné.

  1. Ils renient – Confronté à la perspective effrayante d’être condamné en même temps que Jésus, Pierre nie être l’un de ses disciples ou même le connaître. Il se dissocie du Christ. Et nous, confrontés à la possibilité de choses bien plus douces telles que le ridicule, nous nions souvent tout lien avec le Seigneur ou l’Église.

En ce qui concerne l’un des enseignements les plus controversés de l’Écriture (par exemple, le commandement de payer la dîme, l’interdiction du divorce, de la fornication et de l’activité homosexuelle), certains pourraient demander :

« Vous n’y croyez pas vraiment, n’est-ce pas ?« 

Il est très facile de céder à la peur et de répondre « Non » ou de nuancer notre croyance. Pourquoi subir le ridicule, endurer d’autres questions ou se laisser entraîner dans un débat désagréable ? Alors nous nous dissocions, nous faisons des compromis ou nous nuançons notre foi pour éviter le stress. Nous nous félicitons même d’être tolérants lorsque nous le faisons !

Jésus dit :

« Si quelqu’un a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges » (Mc 8:38).

Mais nous avons trop facilement honte. Alors, comme Pierre, nous nous engageons dans une forme de reniement. Pierre a peur parce qu’il a oublié de « voir quelle sera la fin« . Il a oublié la promesse de Jésus de ressusciter après trois jours ; nous faisons souvent de même. Nous manquons de confiance et cédons à la peur ; nous renions pour éviter de souffrir avec Jésus.

  1. Ils s’esquivent – Lorsque Jésus est arrêté, tous les disciples, à l’exception de Jean, « se séparent« . Ils « s’en vont« . Ils sont introuvables. Après l’arrestation de Jésus, il est dit que Pierre (avant ses reniements) suivait le Seigneur à distance (Mc 14:54). Mais dès que les problèmes sont apparus, il s’est « enfui« .

Nous aussi, nous pouvons fuir. Parfois, c’est à cause de la persécution du monde. Mais parfois, c’est parce que nous craignons que suivre le Seigneur soit trop difficile et implique des sacrifices que nous ne sommes pas prêts à faire. Peut-être que cela mettrait en péril notre argent (le Seigneur insiste pour que nous donnions la dîme et que nous soyons généreux envers les pauvres). Peut-être que cela mettra en péril notre style de vie de play-boy (le Seigneur insiste sur la chasteté et le respect). Peut-être ne voulons-nous pas cesser de faire quelque chose que nous n’avons pas le droit de faire, quelque chose d’injuste, d’excessif ou de pécheur. Mais plutôt que d’affronter nos peurs, qu’elles viennent de l’intérieur ou de l’extérieur, nous nous sauvons.

Les disciples ont oublié que Jésus leur a montré « quelle sera la fin« . Dans trois jours, il remportera la victoire. Mais, cet oubli oublié, leurs peurs émergent et ils s’enfuient. Nous aussi, nous devons voir « quelle sera la fin » afin d’affronter et de résister à nos nombreuses peurs.

  1. Ils se défilent – Dans ce cas, notre exemple est Ponce Pilate, et non l’un des disciples. Pilate fut appelé à la foi comme tout le monde. « Es-tu un roi? » demande-t-il à Jésus. Jésus répond en mettant Pilate en jugement :

« Est-ce que tu dis cela tout seul ou est-ce que d’autres t’ont parlé de moi ?« 

Pilate a un choix à faire : accepter que ce que Jésus dit est vrai, ou céder à la peur et commettre un terrible péché d’injustice. Les différents récits de l’Écriture montrent tous clairement que Pilate savait que Jésus était innocent. Mais parce qu’il craignait les foules, il livra Jésus.

A lire aussi | L’Église catholique et la torture

Notez que Pilate a agi de la sorte. Les foules l’ont tenté par la peur, mais c’est lui qui a condamné. Cependant, remarquez qu’il essaie de se défausser de son choix. Le texte dit qu’il a pris de l’eau et s’est lavé les mains devant la foule.

« Je suis innocent du sang de cet homme« , dit-il. « C’est ta responsabilité » (Matthieu 27:24).

En fait, Pilate, c’est aussi ta responsabilité. Tu avais le choix et tu l’as fait. Ta propre carrière et ta propre peau étaient plus importantes pour toi que la justice. Et bien que tu aies voulu faire ce qui était juste et que tu aies eu de la sympathie pour Jésus, il ne suffit pas de vouloir faire ce qui est juste.

Il en va de même pour nous. Nous privilégions souvent notre carrière ou notre cachette plutôt que de faire ce qui est juste. Et ce faisant, nous blâmons souvent les autres pour ce que nous avons librement choisi. « Je ne suis pas responsable parce que ma mère m’a fait tomber sur la tête quand j’avais deux ans« .

Nous sommes souvent prêts à dire, en fait :

« Ecoute, Jésus, je t’aime. Tu as mes dimanches et ma dîme, et je t’obéis (en général, en tout cas). Mais vous devez comprendre que j’ai une carrière ; j’ai besoin de gagner de l’argent pour ma famille. Si je défends vraiment ce qui est juste, je risque de ne pas réussir dans ce monde. Vous comprenez, n’est-ce pas ? Je sais que l’entreprise pour laquelle je travaille fait des choses injustes. Je sais que le monde a besoin d’un témoignage plus clair de ma part. Je ferai tout cela – après ma retraite. Mais pour l’instant, eh bien, vous savez… En outre, c’est vraiment mon patron qui est à blâmer. C’est ce vieux monde de l’enfer et du péché qui est à blâmer, pas moi !« 

Nous essayons de nous laver les mains de toute responsabilité. Nous excusons notre silence et notre inaction face à l’injustice et au péché.

Et tout cela se fait par peur. Nous oublions « ce que sera la fin » et nous nous concentrons sur le présent effrayant. Nous n’avons pas la vision que Jésus essaie de nous donner : nous ressusciterons avec lui. Nous restons aveugles à cela et ne voyons que la menace du présent.

III. La voie prescrite – Vous devriez maintenant connaître la voie prescrite : voir quelle sera la fin. En trois jours, nous nous levons ! Pourquoi avons-nous peur ? Jésus a déjà remporté la victoire. Il est vrai que nous y arrivons par la croix, mais n’oublions jamais quelle sera la fin ! Aujourd’hui, nous lisons l’Évangile du vendredi, mais attendez le dimanche matin ! Je me lève !

Nous terminons là où nous avons commencé avec cet Évangile : Cette nuit, votre foi à tous sera ébranlée, car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais quand je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée.

Oui, après avoir été ressuscité, il nous précède en Galilée. Et pour nous, la Galilée, c’est le ciel. Quelles que soient nos peines, si nous sommes fidèles, nous verrons Jésus dans la Galilée du Ciel. N’oubliez jamais cette vision. Après trois jours, nous ressusciterons avec Lui et nous serons réunis avec Lui dans la Galilée du Ciel.

Prenez donc courage ; voyez quelle sera la fin ! La fin, pour ceux qui sont fidèles, c’est la victoire totale. Nous n’avons pas besoin de somnoler, de détruire, de nier, d’esquiver ou de dévier ; nous avons déjà gagné. Tout ce qu’il nous reste à faire, c’est de tenir bon.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'Église catholique et la torture

L’Église catholique et la torture

Le film "Jésus a soif" met en lumière l'influence de l'eucharistie

Le film « Jésus a soif » met en lumière l’influence de l’eucharistie