in , ,

Indi Gregory, âgée de 8 mois, a été baptisée avant de décéder

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La petite Indi Gregory, qui nous a quittés le 13 novembre à la suite d’une maladie incurable, après l’interruption des traitements décidée par les médecins, a été baptisée dans sa chambre d’hôpital le 22 septembre dernier.

Bien que ses parents ne soient pas croyants à l’origine, ils souhaitaient que leur fille puisse « accéder au paradis« .

Parfois, au cœur des épreuves les plus difficiles, l’espoir trouve sa place. C’est ce qu’ont vécu les parents de la petite Indi Gregory, une fillette britannique de huit mois atteinte d’une maladie incurable. Après l’arrêt des traitements décidé par les médecins, la petite fille a rendu son dernier souffle dans la nuit du lundi 13 novembre. Elle était au centre d’une bataille judiciaire entre les médecins et ses parents, qui espéraient la transférer en Italie pour poursuivre les soins à l’hôpital Bambino Gesù du Vatican.

« Si l’enfer est une réalité, alors le paradis l’est aussi »

Deux mois avant son décès, ses parents, initialement non croyants, ont pris la décision de faire baptiser leur fille dans sa chambre d’hôpital. « Nous voulons qu’Indi puisse accéder au paradis« , a déclaré Dean Gregory, le père de la petite fille, lors d’une interview accordée à la presse italienne. « Je ne suis pas religieux, je ne suis pas baptisé, mais au tribunal, j’avais l’impression d’être en enfer« , raconte-t-il. « J’ai pensé que si l’enfer est une réalité, alors le paradis l’est aussi. Et si le diable existe, alors Dieu existe aussi.« 

Les Évêques proposent des solutions pour l’avenir

La mort, aux premières heures de lundi dernier, d’ Indi Gregory , le bébé de 8 mois autour duquel une dure bataille juridique s’est développée au cours des semaines précédentes au Royaume-Uni, « montre une fois de plus la nécessité de donner plus de poids à la voix des parents dans ces cas complexes et sensibles.« 

C’est ce qu’affirment les évêques catholiques Patrick McKinney, évêque de Nottingham – où tout s’est passé – et John Sherrington, responsable de la défense de la vie à la Conférence des évêques catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles.

Pour y parvenir, ils proposent par exemple de réformer le Health and Care Act 2022. En ce sens, ils suggèrent de récupérer un amendement présenté l’année dernière à la Chambre des Lords par la baronne Ilora Finlay sur la résolution des conflits dans le domaine des soins palliatifs aux enfants. .

Cette proposition prévoit un processus de médiation pour les situations dans lesquelles les parents et les médecins n’ont pas le même avis sur les démarches à entreprendre dans la prise en charge des mineurs. 

À lire aussi | Une politicienne finlandaise acquittée après avoir tweeté la Bible

Sans obliger les médecins à exécuter les décisions des parents, l’amendement incluait au moins la nécessité d’encourager les parents à obtenir un deuxième avis et que les professionnels qui proposent des traitements alternatifs soient entendus tant lors de la médiation que devant les tribunaux. Cela aurait été utile dans le cas d’Indi, puisque l’invitation à la transférer à l’hôpital pédiatrique Bambino Gesù de Rome était due au fait que cet hôpital proposait d’implanter un stent dans une  valvule  cardiaque, afin qu’elle puisse respirer plus facilement. Lorsque cela se produisait, « nous pourrions nous concentrer sur la maladie mitochondriale« , comme l’a expliqué son père, Dean Gregory, aux médias.

Les évêques McKinney et Sherrington s’engagent à « continuer à contribuer à un débat plus large sur le moment où le traitement devient disproportionné » et sur « le devoir de maintenir les soins de base ». Dans leur message, ils expriment également leurs condoléances et leurs prières pour la petite Indi et ses parents. Aussi sa certitude que « en tant que fille de Dieu baptisée, elle partagera désormais la joie du ciel après sa courte vie, qui a apporté une profonde joie à ses parents« . 

Ils « l’aimaient et la protégeaient comme un don précieux de Dieu« . Enfin, les prélats remercient « tous ceux qui ont travaillé sans relâche pour prendre soin d’elle » à l’hôpital où elle a été admise et au centre de soins palliatifs où elle est décédée.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Une politicienne finlandaise acquittée après avoir tweeté la Bible

Une politicienne finlandaise acquittée après avoir tweeté la Bible

Les Chrétiens de Gaza pris au milieu d'une guerre non voulue

Les Chrétiens de Gaza pris au milieu d’une guerre non voulue