in

Jacques de Menou ce général Napoléonien qui s’est converti à l’islam

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Jacques de Menou ce général Napoléonien qui s'est converti à l'islam

Jacques de Menou de Boussay était un général Napoléonien qui s’est converti à l’islam. Il a servi Napoléon durant la campagne d’Égypte et c’est là qu’il s’est converti à l’islam et a épousé sa femme, une Égyptienne musulmane.

Jacques François de Menou, qui se fit appeler Abdallah Menou après sa conversion à l’islam, naquit à Boussay dans la famille de Menou. Lorsqu’il part pour l’Égypte, Menou, qui a abandonné depuis longtemps ses titres et la particule, est âgé de quarante-huit ans. Il est gros, chauve, jovial, jouisseur et n’a donc rien du guerrier révolutionnaire. Il délaisse Paris avec de dette de plusieurs milliers de francs.

Le périple en Égypte

Puis, Il devient gouverneur de Rosette en Égypte et se comporte comme un Pacha avec ses goûts de luxe. Pour se concilier les cheiks, il mène une existence semblable à la leur et n’hésite pas à aller dans les mosquées afin de prouver son respect pour leurs croyances.

En présence des muftis, il abjure solennellement la religion chrétienne dans les termes suivants : « Je confesse qu’il n’y a d’autre Dieu qu’Allah et que Mohammed est son prophète. Sachant ce que cette formule veut dire, convaincu et pénétré de l’esprit de cette profession de foi, abandonnant la religion chrétienne et toute autre fausse religion. »

Ce n’était là qu’une étape, un préalable. Menou pense qu’il n’aura vraiment adopté les mœurs du pays que s’il épouse une Egyptienne. Et le 25 du mois de Ramadan de l’an de l’hégire 1213 ; il épouse Zobeidah. Fille de Mohammed Ali Bawab. Femme divorcée de Salim Agha Ni’imat Allah, qui a reçu en dot 2 000 riais et cent dinars d’or.

Lire aussi | L’histoire du légendaire Prêtre Jean

Sa femme la malheureuse Zobeidah, que Menou avait bien été obligé de ramener dans ses bagages après la campagne d’Égypte, était devenue maintenant une charge pour lui. Installé somptueusement à Turin où il mène grande vie. On le voit plus souvent en compagnie de danseuses et de comédiennes, donnant des bals qui durent trois jours et trois nuits et où l’Égyptienne eût fait mauvaise figure. Elle n’inspirait guère la sympathie et l’on raconta, au moment du passage à Turin de Pie VII se rendant à Paris pour le sacre de Napoléon. Qu’après avoir présenté sa femme, les officiers de son état-major et les hauts fonctionnaires de son administration au Saint-Père, Menou sollicita de celui-ci une audience particulière qui lui fut aussitôt accordée.


— Saint-Père, dit Menou en se jetant aux genoux du Pape, vous
connaissez mon apostasie en Egypte. Accordez-moi votre pardon.
— Général, fit le Pape, je vous pardonne de bon cœur, car vous
ne recommencerez pas.

Le retour à Paris

L’Empereur, après avoir payé ses dettes, lui donna l’ordre de rentrer à Paris, ordre qui ne fut pas exécuté, car quelques jours plus tard, Menou mourut d’une fièvre violente. Ensuite Zobeidah obtint à titre exceptionnel une pension de 6 000 francs. Dont elle jouit jusqu’au 16 juin 1816 date de sa mort.

Source : didier ferrand

Publié par Yuri

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire