in , , , , , ,

La Médaille Miraculeuse : Histoire, explication, ses grâces

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

« Fais frapper une médaille selon ce modèle. Tous ceux qui la porteront autour du cou recevront de grandes grâces. Les grâces seront plus abondantes pour ceux qui la portent avec confiance. »

À Fain-les-Moutiers, petite commune de Bourgogne en France, peuplée de deux cents habitants, naît le 2 juin 1806 la neuvième fille de Madeleine Louise Gontard et Pierre Labouré. On la baptise le lendemain du nom de Catherine. Devenue orpheline à neuf ans, dans une souffrance terrible, s’agenouillant aux pieds d’une image de la Très Sainte Vierge, elle lui dit :

« Désormais, tu seras ma mère« .

À l’âge de 23 ans, elle entre comme religieuse chez les Filles de la Charité, ordre fondé par Saint Vincent de Paul. Pendant son noviciat, situé au 140 Rue du Bac à Paris, elle a la grâce spéciale de voir le Seigneur tous les jours dans le Très Saint Sacrement.

Le 18 juillet 1830, à onze heures et demie de la nuit, elle entend prononcer son nom :

« Sœur Labouré, Sœur Labouré !« .

« Je me réveille et je vois un enfant vêtu de blanc, de 4 ou 5 ans, qui me dit : Lève-toi vite et viens à la chapelle. La Très Sainte Vierge t’attend !« 

L’enfant la conduit vers Elle

Vêtue, Sœur Catherine marche avec l’enfant ; partout où ils passent, les cierges sont allumés. Arrivés à la chapelle, l’enfant touche la porte du bout du doigt et elle s’ouvre instantanément. En entrant :

« j’ai vu toutes les bougies et les cierges allumés« .

L’enfant l’a menée à l’endroit réservé au directeur spirituel. Ensuite, une dame est arrivée et s’est assise sur une chaise qui était sur les marches du maître-autel. Alors l’enfant me dit :

« Elle est la Très Sainte Vierge« .

J’ai levé les yeux vers son visage, sans hésitation, « j’ai fait un saut, je me suis mise à ses côtés et je me suis agenouillée les mains appuyées sur ses genoux. C’est là que j’ai passé les moments les plus doux de ma vie« . C’était la première apparition.

La Vierge dit :

« Ma fille, le bon Dieu veut te confier une mission. Tu devras beaucoup souffrir, mais tu supporteras tout en pensant que tu le fais pour la gloire de Dieu. Tu connaîtras des contradictions, mais la grâce t’assistera. Ne crains rien. Dis tout avec confiance et simplicité.« 

Ainsi fut communiquée la mission, préparée par de bons conseils et annoncée par des événements futurs – qui se sont en partie réalisés pendant cette période – pour affermir la foi de ceux qui pourraient douter de l’apparition.

Un après-midi du 27 novembre de cette année 1830, survient la deuxième apparition. Catherine était profondément recueillie avec ses sœurs dans la chapelle, quand la Très Sainte Vierge lui apparut à nouveau.

« Elle venait vêtue de blanc, sa tête couverte d’un voile qui descendait jusqu’aux pieds, posés sur un globe blanc écrasant un serpent. Ses mains, élevées à la hauteur du cœur, tenaient une sphère dorée surmontée d’une petite croix. Ses yeux regardaient le ciel, son visage était si beau que je ne saurais le décrire.

Soudain, ses doigts se sont remplis d’anneaux ornés de pierres précieuses qui brillaient et répandaient leur lumière dans toutes les directions, l’entourant d’une telle clarté qu’il était impossible de la voir. Des rayons partaient des pierres précieuses, s’étendant vers le bas.« 

La Vierge dit à son cœur :

« Ce globe que tu vois représente le monde entier, en particulier la France et chaque âme en particulier. Ces rayons symbolisent les grâces que je répands sur ceux qui les demandent. Les perles qui n’émettent pas de rayons sont les grâces des âmes qui ne demandent pas.« 

À ce moment-là, un cadre ovale se forma autour de la Très Sainte Vierge et à l’intérieur, écrit en lettres d’or sur le bord intérieur, l’invocation suivante :

« Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous.« 

Alors j’entendis :

« Fais frapper une médaille selon ce modèle. Tous ceux qui la porteront autour du cou recevront de grandes grâces. Les grâces seront plus abondantes pour ceux qui la porteront avec confiance.« 

« Immédiatement, le cadre tourna et je vis le revers. Il montrait la lettre ‘M’, sur laquelle reposait une croix sur une barre, et en dessous les Cœurs de Jésus et de Marie. Le premier couronné d’épines, l’autre transpercé par une épée. Autour d’eux se trouvaient douze étoiles.« 

Épreuves

Sœur Catherine le raconte à son confesseur, mais le père Aladel considère que « tout cela n’est rien d’autre que pure imagination« , mettant ainsi fin au sujet.

Alors survient une troisième apparition, en décembre de la même année. La voyante multiplie ses instances auprès de son confesseur, lui disant que Notre-Dame veut que la médaille soit frappée. Elle est finalement réprimandée.

Presque deux ans plus tard, le père Aladel, dans son perplexité et par prudence face à ce genre d’événements, bien qu’impressionné par la réalisation des prévisions et en raison de l’insistance de Sœur Catherine, finit par se rendre et parle à l’archevêque de Paris, qui autorise la fabrication de la médaille ; considérant que tout en elle est conforme à la foi de l’Église et à la piété des fidèles, demandant à être le premier à la recevoir.

20 000 médailles sont commandées ; les premières 1500 arrivent entre les mains des Filles de la Charité au milieu d’une terrible épidémie de choléra en 1832 ; n’ayant rien d’autre à faire avec les malades, elles commencent à les distribuer. Les miracles qui se sont produits ont été tels que la médaille, initialement appelée « de l’Immaculée Conception« , est devenue populairement appelée « La Médaille Miraculeuse« . Sa renommée a traversé les frontières, se répandant dans le monde catholique, en quatre ans, plus de dix millions de médailles seulement en France !

Personne ne savait que la demande de la Vierge passait par Sœur Catherine avant sa mort, seul son confesseur le savait. Ses sœurs religieuses n’ont jamais su les apparitions.

À lire aussi | Les 5 villes saintes dans le catholicisme

C’était le début – selon les paroles du Pape Pie XII – de « l’ère de Marie« , le début d’une période de visites célestes en France à la Rue du Bac (1830) et à Lourdes (1858). Se produisant au milieu de la définition dogmatique de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1854, préparée par l’une, et confirmée magnifiquement par l’autre.

C’étaient les lamentations de la Très Sainte Marie, face à l’apostasie de l’humanité, invitant les hommes à ouvrir leurs cœurs aux grâces qu’Elle avait à donner. Une ogive spirituelle se formait entre la Rue du Bac et Lourdes, dont la pierre angulaire était : l’Immaculée Conception. Sur la Médaille, on fait écrire : « Ô Marie, conçue sans péché !« , à Lourdes, Elle dira :

« Je suis l’Immaculée Conception« .

Le 31 décembre 1876, Sœur Catherine reçoit les derniers sacrements et remet son âme à Dieu. À 56 ans de sa mort, le cercueil ouvert, son corps était incorrompu, puis transféré à la Chapelle de la Rue du Bac. Elle a été canonisée le 27 juillet 1947 par Pie XII.

Il est bien connu que la plupart des personnes qui meurent en portant la Médaille Miraculeuse, même si elles sont athées ou éloignées de Dieu, finissent par se livrer à Notre Seigneur et se repentent à la dernière heure. Un véritable bouclier que la Vierge a donné dans la lutte contre toutes les tentations ; particulièrement efficace dans la lutte que nous devons mener de nos jours contre le pouvoir des ténèbres.

Cet article a été initialement publié par Gaudium Press puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les 5 villes saintes dans le catholicisme

Les 5 villes saintes dans le catholicisme

Gaza : De plus en plus de chrétiens veulent émigrer

Gaza : De plus en plus de chrétiens veulent émigrer