Le Cardinal Zen est d'accord avec Mgr Gänswein sur Traditionis Custodes
in , , , , ,

Le Cardinal Zen est d’accord avec Mgr Gänswein sur Traditionis Custodes

Le Cardinal Joseph Zen Ze-kiun a déclaré que le décret Traditions Custodes du pape François de 2021, qui restreint sévèrement la liturgie traditionnelle, contient des « généralisations tendancieuses » qui ont « blessé le cœur de nombreuses personnes. »

Dans une interview accordée au quotidien milanais ll Giornale publiée mardi, l’évêque émérite de Hong Kong a été interrogé sur les « désaccords ravivés entre traditionalistes et progressistes » dans un nouveau livre intitulé Nothing But the Truth de l’ancien secrétaire personnel de Benoît XVI, l’archevêque Georg Gänswein.

Le cardinal Zen a déclaré qu’il n’avait pas encore lu le livre mais a ajouté : « Je suis d’accord avec Mgr Gänswein sur la question de la messe en latin. Les généralisations tendancieuses contenues dans le Traditionis Custodes de François ont blessé le cœur de nombreuses personnes.« 

« En lisant le motu proprio et la lettre du pape aux évêques, on remarque une ‘facilité’ et une ‘tendresse’ à lier le désir d’utiliser la forme extraordinaire de la messe avec un jugement négatif sur la forme ordinaire de la messe, ou une tendance à lier le refus d’accepter la réforme liturgique avec un rejet total et profond du Concile Vatican II.

Les anti-Ratzingue du Vatican ne peuvent-ils pas attendre patiemment que la messe tridentine meure en même temps que Benoît XVI, au lieu de l’humilier de la sorte ? » a-t-il déclaré.

Dans sa lettre aux évêques qui accompagnait Traditionis Custodes (Gardiens de la Tradition), le Pape a déclaré que « l’utilisation instrumentale » du Missel romain de 1962 pré-réformé « est souvent caractérisée par un rejet non seulement de la réforme liturgique, mais du Concile Vatican II lui-même, affirmant, avec des affirmations infondées et insoutenables, qu’il a trahi la Tradition et la « vraie Église »« .

Le décret lui-même a imposé des restrictions radicales à la célébration de l’ancienne forme de la Messe célébrée avant les réformes liturgiques du Pape Saint Paul VI en 1970, annulant les décrets papaux précédents tels que le motu proprio Summorum Pontificum du Pape Benoît XVI en 2007 qui avait libéralisé l’utilisation du Missel Romain de 1962. Parmi ses restrictions figurait l’interdiction de célébrer la messe traditionnelle dans les églises paroissiales.

Le cardinal Zen, qui a récemment été autorisé par les autorités de Hong Kong à se rendre à Rome pour les funérailles de Benoît XVI, a fait des commentaires similaires sur Traditionis Custodes en 2021, après la publication du motu proprio. Il avait également déclaré à l’époque que certaines parties du décret semblaient « clairement espérer la mort » des groupes qui se consacrent à la liturgie préconciliaire.

Ce que l’archevêque Gänswein a écrit

Dans son livre, Mgr Gänswein a révélé que Benoît XVI a découvert Traditionis Custodes pour la première fois « en feuilletant l’Osservatore Romano de l’après-midi« .

« Lorsque je lui ai demandé son avis, écrit Mgr Gänswein, il a répété que le Pontife régnant est responsable de ce genre de décisions et doit agir en fonction de ce qu’il considère comme le bien de l’Église.

Mais sur un plan personnel, il a trouvé un changement de cap certain et l’a considéré comme une erreur, car il mettait en péril la tentative de pacification qui avait été faite quatorze ans auparavant.« 

Mgr Gänswein a ajouté :

« Benoît XVI a notamment estimé qu’il était erroné d’interdire la célébration de la messe selon l’ancien rite dans les églises paroissiales, car il est toujours dangereux de coincer un groupe de fidèles pour qu’ils se sentent persécutés et leur inspirer le sentiment de devoir sauvegarder à tout prix leur identité face à l' »ennemi ».« 

Il a également rappelé que le pape émérite avait « froncé les sourcils » en entendant les propos de François devant les jésuites à Bratislava en septembre 2021, lorsqu’il avait déclaré :

« Maintenant, j’espère qu’avec la décision d’arrêter l’automatisme de l’ancien rite, nous pourrons revenir aux véritables intentions de Benoît XVI et de Jean-Paul II. Ma décision est le résultat d’une consultation de tous les évêques du monde faite l’année dernière.« 

Selon Mgr Gänswein, Benoît XVI a montré « encore moins d’appréciation » pour l’anecdote que François a ensuite racontée aux jésuites slovaques. François a ajouté :

« Un cardinal m’a raconté que deux prêtres nouvellement ordonnés sont venus le voir pour lui demander la permission d’étudier le latin afin de pouvoir bien célébrer. Avec humour, il leur a répondu :

‘Mais il y a beaucoup d’Hispaniques dans le diocèse ! Étudiez l’espagnol pour pouvoir prêcher. Puis, quand tu auras étudié l’espagnol, reviens me voir et je te dirai combien de Vietnamiens il y a dans le diocèse, et je te demanderai d’étudier le vietnamien. Puis, quand tu auras appris le vietnamien, je te donnerai l’autorisation d’étudier le latin« .

Il les a donc fait ‘atterrir’, il les a fait revenir sur terre« .

Mgr Gänswein a rappelé qu’en tant qu’expert de Vatican II, Benoît XVI « se souvenait bien que le Concile avait au contraire insisté pour que ‘l’usage de la langue latine, sauf pour des rites particuliers, soit conservé dans les rites latins‘ » et que tous les séminaristes devaient l’apprendre.

Il a également rappelé que Benoît XVI avait publié en 2012 un motu proprio intitulé Latina Lingua dans lequel, « ce n’est pas pour rien« , Benoît XVI notait que « les livres liturgiques du rite romain, les documents les plus importants du Magistère pontifical et les actes officiels les plus solennels des Pontifes romains [sont] écrits dans cette langue dans leur forme officielle, précisément pour souligner le caractère universel de l’Église.« 

Soulignant l’importance de la liturgie pour Benoît XVI dans ses écrits, tels que La fête de la foi (1984) et L’esprit de la liturgie (2000), son caractère central pour toute réforme de l’Église, et le danger que la liturgie « devienne un champ de bataille pour des camps opposés, Mgr Gänswein a déclaré qu’avec Summorum Pontificum, «  il a voulu faciliter la célébration de l’ancien rite par un prêtre, en supprimant la nécessité d’en référer à l’évêque diocésain et en accordant la compétence à la Commission « Ecclesia Dei »« , un organe curial créé par le Pape Jean-Paul II et chargé d’essayer d’améliorer la situation. Jean-Paul II chargé d’essayer de ramener les catholiques traditionnels qui s’étaient séparés de Rome en pleine communion avec l’Église.

« Il est cependant toujours resté clair pour lui qu’il n’y avait qu’un seul rite, bien qu’avec la coprésence de l’ordinaire et de l’extraordinaire« , poursuit Mgr Gänswein.

« Sa seule motivation était le désir de réparer la grande blessure qui s’était progressivement créée, de manière intentionnelle ou non. Il ne s’agissait pas d’une opération menée clandestinement, comme l’ont prétendu même certains de mauvaise foi« , a-t-il poursuivi.

« C’est en effet la Congrégation pour la doctrine de la foi qui s’est occupée du texte du [Summorum Pontificum] motu proprio, avec la participation des membres de la feria quarta et de la plénière. Benoît XVI a constamment suivi l’évolution du texte grâce aux mises à jour qui lui ont été communiquées par le Cardinal Préfet [William] Levada » et aux réactions « toujours positives » lors des visites ad limina.

Les intentions de Benoît XVI

« C’est pourquoi, pour le Pape Ratzinger, cette référence à ses ‘véritables intentions’ semblait incongrue« , a déclaré Mgr Gänswein, faisant référence à un passage de Light of the World, un livre d’entretiens avec Peter Seewald publié en 2010.

Le passage cite Benoît XVI disant qu’il avait voulu « rendre la forme ancienne plus facilement accessible avant tout pour préserver le lien profond et ininterrompu qui existe dans l’histoire de l’Église.« 

« Nous ne pouvons pas dire : tout était faux avant, mais maintenant tout va bien« , poursuit Benoît.

« En effet, dans une communauté dans laquelle la prière et l’Eucharistie sont les choses les plus importantes, ce qui était considéré comme la chose la plus sacrée ne peut pas être considéré comme entièrement mauvais. Il s’agissait de la réconciliation avec son passé, de la continuité interne de la foi et de la prière dans l’Église.« 

Mgr Gänswein a également déclaré qu’il « restait mystérieux pour Benoît » pourquoi les résultats d’une consultation des évêques par le Vatican avant la publication de Traditionis Custodes, dont le Pape François a dit dans sa lettre aux évêques qu’ils « révèlent une situation qui me préoccupe et m’attriste, et me persuade de la nécessité d’intervenir« , n’ont pas été divulgués.

Voir les résultats, a estimé Benoît XVI, « aurait permis une compréhension plus précise de toutes les implications de la décision du pape François.« 

À lire aussi | Rencontrez les six nouveaux vénérables serviteurs de l’Église

Mgr Gänswein a également déclaré qu’il était « surprenant » dans Traditionis Custodes que l’autorité pour traiter les questions relatives à la forme extraordinaire du rite romain soit transférée de la Congrégation pour la doctrine de la foi et répartie entre le Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements et les Instituts de vie consacrée et Sociétés de vie apostolique.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire