D:SauvegardeTelechargementsLe documentaire sur Mère Teresa est l'œuvre du Saint-Esprit.png
in , , , , , , ,

Le documentaire sur Mère Teresa est « l’œuvre du Saint-Esprit »

Un nouveau documentaire sur Mère Teresa (Sainte Thérèse de Calcutta), produit par les Chevaliers de Colomb, vise à montrer comment sa mission et son esprit se perpétuent dans le travail de son ordre, les Missionnaires de la Charité.

« Mère Teresa : No Greater Love« , réalisé par le cinéaste David Naglieri, lauréat d’un Emmy Award, a été projeté au Vatican le 2 septembre et a été présenté en première américaine le 11 septembre au sanctuaire national de Saint-Jean-Paul II à Washington. Les 3 et 4 octobre, le film sera projeté dans quelque 900 cinémas dans le cadre de la série Saints de Fathom Events.

Le chevalier suprême Patrick Kelly a expliqué à l’auditoire que le film vise à atteindre un public plus jeune qui n’est peut-être pas aussi familier avec l’œuvre de la Sainte décédé il y a 25 ans.

Il a également indiqué que le Pape François avait fait l’éloge du film dans une lettre.

La lettre papale du 25 août dit : « Merci de promouvoir ce type d’initiative qui aide, d’une manière créative, à rendre accessible le zèle de l’évangélisation, en particulier pour les jeunes générations qui promeuvent le désir de suivre le Seigneur qui nous a aimés en premier« .

La projection à Washington a clôturé un week-end d’événements dédiés à la Sainte, dont une messe spéciale à la Basilique du Sanctuaire national de l’Immaculée Conception et l’inauguration de l’Institut Mère Teresa à Washington, conçu « pour préserver, protéger, promouvoir et développer l’héritage authentique de Sainte Thérèse de Calcutta à l’église et au monde« . L’institut offrira des ressources aux universitaires et aux chercheurs.

Au cours de la messe, qui marquait le 25e anniversaire de la mort de Mère Teresa, le cardinal Wilton D. Gregory, de Washington, a encouragé les fidèles à considérer la Sainte femme comme un modèle et à « continuer à remplir ce qu’elle a laissé en suspens en servant et en aimant les pauvres« .

« Si nous admirons son travail et son extraordinaire exemple d’amour, la simple admiration ne suffit pas lorsqu’il s’agit de Saints qui inspirent nos vies« , a déclaré Gregory. « Sainte Thérèse était une femme aux capacités étonnantes, et elle a utilisé tous les dons que Dieu lui a donnés pour les autres. Son exemple doit nous inciter tous à imiter la miséricorde de Dieu en prenant soin de ceux dont la vie continue d’être en danger.« 

Le Cardinal a noté que Mère Teresa « n’a pas été exemptée de critiques dans notre monde contemporain qui a toujours besoin d’un moyen de trouver des fautes, même chez les individus les plus généreux et les plus aimants.« 

« Sainte Teresa elle-même serait la toute première à reconnaître qu’il y avait tellement plus qu’elle aurait pu et aurait aimé faire pour prendre soin des pauvres de Dieu« , a déclaré Gregory. « Devenir un Saint ne signifie pas qu’une personne a tout fait parfaitement – simplement qu’elle a fait tout ce qu’elle a fait de manière héroïque et généreuse.« 

Lors d’un débat sur le nouveau documentaire après sa projection, Naglieri a déclaré que le processus de tournage de nouvelles interviews et de recherche de séquences pour le nouveau documentaire a pris 11 mois et a été « en grande partie le travail de l’Esprit Saint.« 

Le défi particulier était qu’il n’y a pas beaucoup d’images d’époque de Mère Teresa disponibles. Elle n’était pas à la recherche de publicité personnelle et n’est devenue célèbre que lorsque le journaliste britannique Malcolm Muggeridge a réalisé un documentaire en 1969, « Quelque chose de beau pour Dieu« , sur le travail de Mère Teresa qui a débuté en 1948 en Inde pour répondre aux besoins physiques et spirituels des « plus pauvres des pauvres« .

La fascination du public pour cette praticienne de la « pauvreté radicale » s’est développée instantanément et s’est construite pour le reste de sa vie. Mère Teresa, née en Macédoine du Nord en 1910, a ensuite remporté le prix Nobel de la paix en 1979 et a été élevée à la Sainteté par le Pape François le 4 septembre 2016.

« Nous ne voulions pas faire une biographie chronologique« , a déclaré Naglieri. L’objectif était plutôt de « montrer comment sa mission et son esprit se poursuivent aujourd’hui. »

En conséquence, le documentaire montre les Missionnaires de la Charité travaillant avec des enfants et des adultes au Brésil, en Inde, au Kenya et à New York. Les sœurs sont actuellement présentes dans plus de 130 pays.

Sœur Marie Bernice, missionnaire de la Charité dans le Bronx, à New York, raconte dans le film l’histoire de Mère Teresa qui, dans les années 1970, a rencontré à Chicago un quartier infesté de gangs qui est rapidement entré dans la légende.

Elle ordonna aux sœurs : « Conduisez-moi maintenant à la porte où ils nous tirent dessus.« 

À lire aussi | Chemin de Croix de Notre-Seigneur aux abords de Disney World

« Nous ne pouvions pas le croire. Alors que nous marchions vers la porte, tous ces bâtiments nous entourant, les fusils étaient pointés et continuaient à nous tirer dessus. Pas une seule balle ne nous a touchés. Et quand nous avons atteint la porte, ce grand homme a dit à Mère Teresa :

‘Mère, vous ne pouvez pas entrer ici. J’ai des affaires à régler ici.‘ »

« Et Mère a baissé la tête. Elle l’a regardé et lui a dit :

‘Moi aussi, j’ai des affaires ici. Faisons un marché.’

L’homme était tellement choqué que Mère parle de cette façon. Il a dit :

Vous pouvez venir ici, Mère. Je ne peux pas arrêter mes affaires. Mais je protégerai tes sœurs.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le CruxNow (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire