in , ,

Lettre aux parents concernant la vaccination des enfants du Dr Robles

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Lettre aux parents concernant la vaccination des enfants du Dr Robles

Le mois dernier, la Dr Robles a abordé le sujet des vaccins COVID sur son blog, « Human Dignity Speaks ». Dans une récente interview avec CWR, elle a discuté de sa « Lettre ouverte aux parents concernant la vaccination des enfants contre le SRAS CoV-2 de Pfizer» , le principe du consentement éclairé et les stratégies de vaccination pédiatrique de masse.

La Dr Monique Robles est médecin pédiatrique en soins intensifs et bioéthicienne certifiée. Elle a obtenu son doctorat en médecine de la Southwestern Medical School de l’Université du Texas.

CWR : Qu’estce qui vous a inspiré pour écrire votre « Lettre ouverte aux parents » ?

Monique Robles : Au départ, mon inspiration est venue de mon rôle de médecin soignant des enfants gravement malades. J’ai la grande responsabilité de protéger la santé et le bien-être des jeunes. Cette inspiration a été alimentée par l’initiative inquiétante de « vacciner » les enfants avec du matériel génétique pour une maladie dont ils ne sont pas la population sensible.

CWR : Votre « lettre ouverte » énonce quatre principes de « consentement vraiment éclairé ». Ces principes découlent-ils de votre expérience en tant que médecin ou d’un point de vue bioéthique ?

Monique Robles : Ce cadre vient des deux points de vue.

En tant que médecin de soins intensifs pédiatriques, il y a des interventions et des procédures que j’effectue pour lesquelles je dois obtenir un consentement éclairé. Afin d’obtenir véritablement ce consentement, je dois avoir une bonne compréhension de ces catégories ainsi que des aspects de l’intervention afin de transmettre efficacement l’information au parent/tuteur. De plus, je dois être assuré que la partie consentante comprend ce qui a été communiqué.

La prise de conscience de la gravité de l’obtention du consentement éclairé des populations vulnérables (c’est-à-dire les enfants) est renforcée par ma compréhension de ce principe en tant que bioéthicienne.

À lire aussi | Jérôme Bourbon condamné pour négationnisme

CWR : Pensez-vous que le parent moyen peut vraiment donner son consentement éclairé au vaccin pour son enfant dès maintenant ? En particulier, je pense au grand nombre de parents qui ont été conditionnés à accepter un nombre croissant de vaccins pour leurs enfants comme condition préalable à la fréquentation scolaire.

Monique Robles : Je ne suis pas convaincue que les parents soient capables de donner un consentement vraiment éclairé.

Les vaccins sont destinés à prévenir la maladie et à interrompre la transmission. Les injections actuelles de CoV-2 anti-SRAS ne sont efficaces dans aucun de ces cas.

De nombreux médecins se fient uniquement aux recommandations des CDC sans tenir compte de la gravité des risques connus, tels que la myocardite, ou simplement croire que ces risques sont acceptables. Cependant, tout ce qui dépasse le risque minimal ne devrait pas être autorisé dans cette population car le rapport bénéfice/risque devient défavorable – ce qui peut être qualifié d’acte de malversation.

Si les parents étaient vraiment informés, ils ne consentiraient probablement pas à recevoir une injection qui n’offre aucun avantage thérapeutique significatif. De plus, nous, en tant que communauté médicale, ne devrions pas plaider pour qu’il soit administré aux enfants.

CWR : Vous faites référence au « grand effort pour vacciner une population dans laquelle la maladie présente un risque minime à nul d’infection grave ». Que voulez-vous dire vraiment ?

Monique Robles : Il y a une campagne de vaccination de masse au sein de la communauté médicale ciblant les enfants (cliniques privées, hôpitaux, cliniques de santé publique, pharmacies, écoles).

À quel moment dans l’histoire de la médecine avons-nous tenté d’inciter les enfants (et les parents) à accepter une intervention médicale d’urgence autorisée qui n’apporte aucun avantage, puis de l’inciter en offrant une compensation monétaire, comme cela se produit dans tout le pays ? C’est contraire à l’éthique.

CWR : Si l’incitation à vacciner les enfants n’est pas due au risque d’infection grave, qu’est-ce qui se cache derrière ? Est-ce pour empêcher la propagation de la maladie aux adultes?

Monique Robles : Même si la vaccination des enfants empêchait la propagation chez les adultes, les enfants ne devraient jamais être considérés comme des garanties pour les adultes.

À ce stade, la justification scientifique de la vaccination des enfants n’est pas claire. Nous savons que ces injections n’interrompent pas la transmission, comme en témoigne le nombre de personnes développant la COVID après la vaccination, et le risque d’hospitalisation et de décès est rare chez les enfants qui développent la COVID.

Le risque de MIS-C (syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant), une maladie rare qui survient après une infection par le SRAS CoV-2, peut être réduit mais il n’est pas garanti, et il existe des rapports de cas de ce syndrome après la vaccination.

CWR : Il est largement admis que les nouveaux cas sont principalement propagés par les personnes non vaccinées. Cela semble être une raison de la pression pour vacciner les enfants. Est-ce une hypothèse vraie ?

Monique Robles : Cela pourrait bien être une composante de cette poussée. L’un des avantages proposés par le CDC de la vaccination des enfants est d’augmenter la «confiance» de la société avec un retour en toute sécurité à l’école. Pourtant, les enfants ne sont pas les super épandeurs de COVID . 

En Suède, les écoles sont restées ouvertes et les enfants « s’en sont mieux sortis que les enfants d’autres pays pendant la pandémie, à la fois en termes d’éducation et de santé mentale ».

CWR : Même si c’était une hypothèse vraie, auriez-vous toujours de sérieuses inquiétudes concernant le vaccin Pfizer Sars Cov-2 qui est proposé aux enfants ? Est-ce que nous sacrifions nos enfants pour le bien des adultes ?

Monique Robles : Absolument. Ces « vaccins » ne ressemblent à aucune autre vaccination du calendrier de vaccination des enfants. Ces produits ne sont pas passés par les 5 à 10 années de développement qui incluent des essais d’innocuité et d’efficacité. La date d’achèvement estimée de l’étude pour l’injection d’ARNm de Pfizer n’est qu’en mai 2023. Ce n’est rien d’autre qu’une expérimentation sur des enfants, car nous ne connaissons pas les risques à long terme et la quantité d’événements indésirables associés signalés après l’injection est largement ignoré.

CWR : Vous déclarez que le risque d’effets secondaires graves liés à l’obtention du vaccin est beaucoup plus élevé que le risque de contracter la COVID. Pouvez-vous expliquer les chiffres, en un mot ? Voyons-nous des enfants mourir après avoir reçu le vaccin COVID ? N’y a-t-il pas toujours un petit nombre de personnes qui ont une réaction indésirable ou même qui meurent après avoir été vaccinées ?

Monique Robles: Le CDC rapporte 107 décès [au moment de cet entretien] chez des enfants âgés de 5 à 11 ans (le groupe d’âge actuel pour recevoir l’EUA) attribués à COVID depuis le 1er janvier 2020. Les détails de ces décès et d’autres facteurs contributifs doivent être mis à disposition.

À ce jour, les données du VAERS pour les décès après la vaccination dans la tranche d’âge de 12 à 17 ans sont de 31 ans. (La base de données du VAERS n’a pas eu assez de temps pour refléter la population plus jeune.) Tous ces décès devraient également faire l’objet d’une enquête approfondie. Et, comme beaucoup le prétendent, ce qui est rapporté dans la base de données VAERS n’est que « la pointe de l’iceberg« .

Plus une intervention telle qu’un vaccin est administrée, plus une réaction indésirable ou la mort surviendra inévitablement. Mais, lorsque le nombre de décès signalés dans le VAERS après l’injection des vaccins contre le SRAS CoV-2 dépasse le nombre de décès signalés pour toutes les autres vaccinations administrées au cours des trois dernières décennies, il est alors urgent de faire une pause et d’enquêter sur cette tendance néfaste avec vérifications nécessaires.

CWR : Après avoir publié votre « lettre ouverte », vous avez ajouté un post-scriptum sobre :  « La myocardite PS est grave et peut entraîner la mort ».  (16 novembre 2021) Pourquoi avez-vous jugé nécessaire d’ajouter cette mise en garde ?

Monique Robles : Alors que je me préparais à participer à une conférence de presse sur les risques liés aux « vaccins » chez les enfants, organisée par la Truth for Health Foundation et présentée par LifeSiteNews , je me suis concentrée sur le risque accru connu de myocardite, principalement chez les jeunes hommes. J’avais l’impression que ce risque n’était pas respecté.

J’ai commencé à me demander s’il y aurait une plus grande prudence à vacciner les enfants avec ce produit s’il y avait un risque accru connu d’encéphalite ou d’hépatite. La myocardite n’est pas bénigne. Je crains que nous mettions prématurément fin à la vie de certains enfants ou que nous limitions la durée de vie d’autres à cause de cette maladie.

CWR : En tant que pédiatre, quel est selon vous l’aspect le plus inquiétant de la campagne pour la vaccination de masse des enfants ?

Monique Robles : L’aspect le plus inquiétant de toute cette affaire est l’autorisation d’utilisation émergente (EUA) accordée par la FDA lorsqu’il n’y a pas d’urgence chez les enfants. Il nous appartient de protéger les enfants en tant que pédiatres, et cela ne se produit pas lorsque les risques, connus et inconnus, l’emportent sur les avantages. Nous avons ignoré le principe fondamental de First Do No Harm.

CWR : Votre « Lettre Ouverte » fait appel à l’instinct des parents de protéger la santé de leurs enfants et aux raisons pratiques de refuser le vaccin Pfizer. Dans un précédent message, vous avez adressé des objections morales aux vaccins Covid actuellement disponibles. Vous avez fait une référence intrigante aux Écritures :  » Avec le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour.  » Comment ce verset de 2 Pierre s’applique-t-il à l’aspect moral de ces vaccins ?

Monique Robles : Ce sont les recherches que vous et d’autres avez faites ( ici et ici ) sur l’histoire des vaccins et l’utilisation de lignées cellulaires fœtales contaminées par l’avortement qui m’ont inspiré. Alors que je lisais la liturgie des heures un matin, ce verset de 2 Pierre m’a frappé. La justification de la coopération matérielle à distance passive avec le mal de l’avortement pour permettre l’acceptation des vaccins contaminés contre le SRAS CoV-2, si une raison proportionnelle existe, n’a pas résonné avec moi. Après tout, l’éloignement est relatif à la situation à moins que l’on ne regarde avec les yeux et la sagesse de Dieu.

CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire