in , ,

L’évêque de Buenaventura menacé de mort par des trafiquants colombiens

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
L'évêque de Buenaventura menacé de mort par des trafiquants colombiens

Depuis 2017, l’évêque Rubén Darío Jaramillo Montoya dirige le diocèse de Buenaventura, centré sur l’un des principaux ports maritimes de Colombie. Son travail d’annonce de l’Évangile et de dénonciation de la violence, du trafic de drogue et du crime organisé lui a valu plus d’une menace de mort.

Ces menaces ont récemment refait surface, ce qui a incité la conférence épiscopale colombienne à publier une vidéo, le 7 février, exprimant la grande inquiétude des évêques quant à la sécurité personnelle de Mgr Jaramillo.

« Lui, en tant que bon berger et portant dans son cœur la souffrance de son peuple, a dénoncé ce qui se passe là-bas : comment les acteurs armés agissent vicieusement dans cette région contre cette population« , a déclaré le père Darío Echeverri, secrétaire général de la Commission nationale de conciliation de la Conférence épiscopale colombienne.

« Et comme il a eu le courage, la bravoure prophétique de dénoncer ce qui se passe là-bas, maintenant il est la victime. Ils lui ont interdit de se rendre dans certaines zones de son diocèse. Ils lui ont interdit certains endroits« , a expliqué le prêtre.

L’évêque Jaramillo a déclaré à ACI Prensa, l’agence sœur de CNA en langue espagnole : « Maintenant plus que jamais, on a besoin de personnes qui peuvent aider à trouver un horizon d’espoir pour cette situation difficile que toute la population de Buenaventura vit.« 

À lire aussi | La conférence des évêques de l’Union européenne réprimandent Macron

« Nous traversons une vague de violence terrible dans la zone rurale où ils agissent vicieusement : dans la zone de Naya, à San Juan et Bajo Calima, à Cisneros. Dans tous les points d’accès, il y a la présence d’hommes lourdement armés qui effraient la population et portent atteinte à la vie des gens« , a déclaré l’évêque.

Le prélat a déclaré que ces hommes armés « veulent encercler Buenaventura et nous devons continuer à élever la voix pour que l’État colombien et la communauté internationale sachent qu’il ne faut pas seulement la police et l’armée, mais aussi d’autres mesures plus larges et c’est la tâche à laquelle nous nous attelons avec toute la communauté« .

Fin janvier, le bureau du médiateur du peuple a demandé que des mesures soient prises face au déplacement d’au moins 700 personnes fuyant « l’intimidation et les menaces » du Clan del Golfo, un groupe paramilitaire spécialisé dans le trafic de drogue.

Buenaventura et les territoires environnants sont exposés à la violence des bandes criminelles et des groupes armés qui se disputent cette zone stratégique pour écouler des substances illicites et de la contrebande.

Dans sa vidéo, le père Echeverri déclare que « les acteurs armés doivent cesser d’agir de manière vicieuse contre cette population pauvre : Les Afro-Colombiens, les indigènes et les colons de tout le pays. Que la paix règne à Buenaventura, que cette triste guerre cesse !« 

L’évêque de Buenaventura a expliqué à ACI Prensa qu’en décembre 2021, il a dû se rendre dans la région de Bajo Calima pour administrer la confirmation dans un lieu où il avait l’habitude de se rendre deux ou trois fois par an.

« Le prêtre m’a appelé en urgence et m’a dit de ne pas y aller parce qu’il y avait des hommes qui me réclamaient, des hommes de certains de ces groupes de la région liés au trafic de drogue, demandant avec insistance quand j’allais venir, ce qui était très dangereux« , a-t-il dit.

Donc « je ne pouvais pas descendre là-bas, je ne pouvais pas aller dans cette zone et nous avons dû amener les enfants à confirmer ici dans la zone urbaine pour pouvoir célébrer ces sacrements.« 

Déjà avant décembre, poursuit le prélat, « un campesino et un catéchiste des petites villes éloignées m’ont informé que certains hommes armés dans les zones rurales demandaient avec insistance à quelle date j’allais me rendre dans cette zone.« 

Mgr Jaramillo a ajouté que plusieurs communautés lui ont dit « ‘ne venez pas parce que votre vie est en danger. Ce n’est pas facile, non seulement pour l’évêque mais pour toute la communauté.« 

« Être en vie aujourd’hui est un miracle en soi, car à tout moment, une attaque contre la vie des gens en général ou contre l’évêque peut se produire« , a-t-il déclaré.

Mgr Jaramillo a déclaré qu’il n’avait pas peur.

À lire en anglais sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire